Etats-Unis: Hillary Clinton à la Maison Blanche en 2016 ?

Etats-Unis: Hillary Clinton à la Maison Blanche en 2016 ?

232
0
PARTAGER

A 65 ans, Mme Clinton doit quitter la tête du département d’Etat en janvier après avoir dominé pendant deux décennies, avec son mari l’ancien président démocrate Bill Clinton, la politique américaine et la scène internationale.

« Epuisée », de son propre aveu, par le rythme effréné qu’elle s’impose depuis quatre ans comme patronne de la diplomatie de la première puissance mondiale, elle répète depuis des semaines vouloir « arrêter la politique » et retrouver une « vie privée ».

Interrogée ces derniers jours par la télévision ABC sur ses projets pour la présidentielle de novembre 2016, elle a une nouvelle fois démenti, sans être toutefois d’une fermeté absolue: « Je ne pense vraiment pas que c’est quelque chose que je vais refaire ».

« Je suis arrivée au plus haut niveau en Amérique et maintenant à l’international. Je pense simplement qu’il est temps de partir, peut-être pour lire, écrire, m’exprimer et enseigner », a-t-elle promis, dans un sourire.

Mais nombre de commentateurs n’y croient pas.

Ils n’imaginent pas de clap de fin de carrière pour cette brillante avocate, devenue une as de la politique comme Première dame, sénatrice de New York, candidate aux primaires démocrates de 2008 et chef du département d’Etat depuis 2009, un mandat qu’elle achève avec 112 pays visités et 1,5 million de km au compteur.

Depuis la réélection de Barack Obama –dont le couple Clinton fut en partie l’architecte– les médias spéculent quotidiennement sur l' »inévitable » candidature présidentielle de celle qui atteint des sommets de popularité aux Etats-Unis et est souvent adulée à l’étranger.

« Le meilleur pari des démocrates »

Le New York Times l’a surnommée la « secrétaire d’Etat rock star » et « à l’évidence, Hillary Clinton serait une formidable candidate à la présidentielle de 2016″, s’enflamme le sondeur Nate Silver. Sur son blog, l’expert a dressé un histogramme montrant l’évolution en 20 ans de son image aux yeux des Américains: avec un taux flirtant aujourd’hui avec les 65% de bonnes opinions, elle égale son score de 1998-1999 lorsque le scandale Monica Lewinsky avait failli renvoyer Bill Clinton du Bureau ovale.

L’ancienne Première dame s’est aussi taillée une solide réputation internationale.

Fin novembre, lors d’une conférence sur le Proche-Orient devant le gratin de Washington, le discours calibré de Mme Clinton fut précédé d’une vidéo que le magazine The New Yorker a jugé « aussi révérencieuse qu’un film du comité central du Parti communiste soviétique ».

Le président Obama, le sénateur John Kerry, le chef du gouvernement israélien Benjamin Netanyahu et son ministre de la Défense Ehud Barak y louaient à tour de rôle les qualités de Mme Clinton, avant que l’ex-Premier ministre britannique Tony Blair ne conclue: « J’ai simplement le sentiment que le meilleur est encore à venir! ».

De fait, abonde le sondeur Slater, la secrétaire d’Etat jouit d’une « force unique » qui en ferait « le meilleur pari des démocrates pour prolonger leur bail à la Maison Blanche avec trois ou quatre mandats », après les deux de M. Obama.

« Tous les démocrates que je connais me disent: +Mon Dieu, j’espère qu’elle va concourir+ », a révélé dimanche le stratège du parti démocrate, James Carville, estimant que « 90% des démocrates du pays veulent qu’elle y aille ».

D’autant que le parti n’a pas vraiment d’alternative, à part peut-être le vice-président Joe Biden, qui aura 74 ans en 2016.

Mme Clinton sera alors âgée de 69 ans et elle se félicitait sur ABC d’être « non seulement en bonne santé, mais (d’avoir) aussi une incroyable endurance et de l’énergie ». « Je veux juste voir ce que je pourrais faire d’autre », avait-elle dit.

 

AFP

Commentaires