PARTAGER
Le Maroc était en droit d’attendre un communiqué officiel de la part de l’Onu et de son secrétaire général Ban Ki Moun avec toutes ses excuses au Maroc suite à son dérapage verbal remettant en cause la souveraineté marocaine sur le Sahara créant en cela un fâcheux précédent dans l’obligation de réserve et de neutralité de l’ONU et un grave incident diplomatique.
Le %aroc devra encore attendre, car sur pression du Conseil de Sécurité, Ban Ki Moun n’a que vaguement tenté de se justifier sur sa sortie de piste en affirmant que son propos avait été mal compris et qu’il s’agissait de termes mal choisis sans présenter d’excuses officielles en termes clairs qui ne prêtent guère à confusion, sans parler du fait que le secrétaire général onusien a tenu ses propos dans un cadre informel lors de son actuelle visite en Tunisie. Un peu plus tôt et toujours en l’absence de toutes excuses officielles, c’est son porte-parole qui a tenté d’éteindre le feu en utilisant la même rhétorique voulant faire croire que Ban Ki Moun ne pensait pas réellement pas les termes utilisés sur le Sahara et que la position de l’ONU restait inchangée dans cette affaire et qu’il ne s’exprimait qu’en son nom propre. Chose inadmissible pour son statut qui ne lui permet pas de faire part de ses convictions personnelles et une raison pour laquelle le Maroc doit contnuer à demander des excuses officielles par écrit avant un éventuel retour à la normal dans les relations avec ce dernier.
Par Jalil Nouri

Commentaires