PARTAGER

L’affaire du jeune marocain établi aux Pays-Bas dont toute la ville de Fès ne cesse de parler avec inquiétude vient d’atterrir devant la justice pour l’approfondissement de l’enquête qui promet des développements et un climat de psychose.

L’homme est actuellement en cellule individuelle et dans un isolement total à la prison de la ville, en attendant son jugement alors que les autorités craignent à tout moment des mouvements de colère incontrôlables de la part de la population ou des autres détenus.

Une affaire qui a commencé après des plaintes déposées par des victimes de leur contamination par l’homme, suite à des rapports sexuels non protégés, qui leur a avoué après l’acte, être atteint du sida et en phase de traitement. Aussitôt après, il s’est avéré que plusieurs filles, toutes des prostituées qui le fréquentaient dans une villa louée, avaient subi le même support, alors que les enquêteurs supposent qu’ils en existerait un grand nombre dans ce cas et non pas les seules trois filles ayant déposé plainte.

L’homme a lui-même  reconnu que le nombre pourrait en effet être élevé, dépassant la dizaine et qu’il s’agissait d’une vengeance des mauvais traitements que lui faisaient subir sa mère et sa sœur dans son enfance. Sans exprimer le moindre regret, il a au contraire affirmé qu’il aurait continué à contaminer toutes les prostituées de la ville s’il n’avait pas été arrêté. Ses co-détenus ont déjà menacés de lui faire payer ses crimes avant son jugement.

Commentaires