PARTAGER

A l’occasion du 13ème anniversaire du prince héritier Moulay El Hassan, la rive gauche de la vallée du Bouregreg accueille du 2 au 8 mai 2016, la seconde édition de TOBOUL, le festival international de percussion mondiale au Maroc, organisé par l’association OVERBOYS en partenariat avec le ministère de la culture, le ministère de la jeunesse et des sports, la coopération culturelle de l’ambassade de France, l’agence d’aménagement de la vallée du Bouregreg, l’association Sala al Mostaqbal et d’autres organismes. 

La programmation s’annonce haute en couleur : Une résidence artistique du 2 au 5 mai a salé, ainsi qu’un grand carnaval, 3 parades de rue, des workshops, et 5 concerts pour mettre en avant des artistes percussionnistes marocains et d’autres de renommée internationale du 6 au 8 mai. Les artistes nous viennent d’un peu partout du Maroc (Salé, Casablanca, Safi, Zagoura, Tanger) ainsi que des groupes connus de France, du Congo et du Sénégal.

Cette année le festival rend hommage à l’artiste « Omrane El Maleh (Jauk El Maleh) » musicien et auteur/compositeur originaire de Casablanca. Un As de la percussion au Maroc et ailleurs notamment grâce à sa « Dakka Jazz » universelle et sa recherche permanente pour le développement du patrimoine musical Marocain.

Parmi la sélection marocaine, TOBOUL 2016 recevra les collectifs: Slatucada, Karacena Batucada, Afro Samba, Gnawa Selwan, Timing Boys, Fire Show Batucada, Akalal Ahwach, Timing Batucada, Overboys Batucada, ainsi que les batteurs Nizar Hamdi et Hicham Errahali. Du coté des influences africaines, le festival reçoit le Ballet Liziba Buala (Congo/ Maroc), le Ballet Africa Rythme (Sénégal), et remontons vers l’Europe avec le groupe Timbao (France). Ses artistes se produiront sur plusieurs sites de la ville de Salé et Rabat dans des concerts gratuits à la salle cinéma Royal, salle cinéma Renaissance, et en plein air à la Marina Bouregreg.

Le carnaval de TOBOUL, événement phare du festival qui réunira plusieurs groupes de percussions et des participants venant d’associations culturelles, artistiques et environnementales, sous thème  « Salé : environnement, changements climatiques et citoyenneté ». Les « carnavaliers » défileront les ruelles de l’ancienne médina de Salé longeront les rives du Bouregreg et de sa marina et termineront leur parade festive à la porte Bab El Missa, cette porte qui se dresse majestueusement depuis des millénaires.

A noter que la première édition du festival TOBOUL a eu un excellent impact social et économique ainsi qu’un feedback positif sur la ville de Salé et sur ses habitants, avec 3 jours de festivités, 15 groupes de percussion, un carnaval qui a réunis environs 500 participants, ainsi que plus de 4000 visiteurs durant la période. Ces derniers ont pu profiter de moments festifs et  d’un festival de qualité professionnelle porté par des jeunes artistes et travailleurs

Commentaires