FIFM: Etoile d’or pour « The Attack ». Le Maroc repart les mains vides

FIFM: Etoile d’or pour « The Attack ». Le Maroc repart les mains vides

329
0
PARTAGER

Représenté par deux films, Zéro de Nour-Eddine Lakhmari et Les chevaux de Dieu de Nabyl Ayouch, le Maroc repart une nouvelle fois les mains vides. La cérémonie de remise des trophées a clôturé neuf jours durant lesquels ont été projetés plus d’une centaine de films.

La star indienne de Bollywood Prianka Chopra, couronnée Miss Monde en 2000 a remis le trophée à Ziad Doueiri.  » The Attack  » nous plonge dans l’actualité douloureuse du conflit israélo-palestinien à travers l’histoire d’un chirurgien d’origine palestinienne totalement intégré qui mène une vie en apparence idyllique vole en éclats le jour où la police israélienne lui apprend que sa femme Sihem est impliquée dans l’attentat suicide à la bombe dans lequel elle vient de succomber.

« Mon  cœur bat fort. Je ne m’attendais pas à ça. Le film vient très loin. Beaucoup n’y croyaient pas » a affirmé très ému et en trois langue le réalisateur qui a tenu à remercier Yasmina Khadra, pseudonyme de l’écrivain algérien Mohammed Moulessehoul, auteur du livre « L’attentat » dont est tiré le film. « Je ne sais pas si j’ai été fidèle à ton film. J’ai fait de mon mieux » lui a-t-il adressé.

Le prix du meilleur réalisateur est revenu ex-æquo à deux réalisateurs, l’Iraniens Vahid Vakilifar pour son film Taboor et le Danois Tobias Lindholm pour son film « A Hijacking ». Les deux Prix du jury ont été remis par le cinéaste Matteo  Garonne (2 Prix du Jury à Cannes). La première œuvre nous plonge dans l’univers surréaliste d’un homme hypersensible aux ondes électromagnétiques qui l’entourent, alors que le second est un coup de projecteur fascinant sur ces actes de piraterie contemporaine

« A Hijacking » s’est aussi distingué en livrant le prix d’interprétation masculine, puisque celui-ci a été attribué à Peter C. Ludvigsen, qui incarne dans le film le rôle du PDG qui PDG d’une société de transport qui cherche à négocier la  libération des otages des pirates. Le prix a été remis par l’actrice française Alice Taglioni.

Le prix d’interprétation féminine a été remis par l’acteur marocain Omar Lotfi à Elina Reinold pour son rôle dans le film estonien « Mushrooming ».
Usant de la politesse d’usage, le président du jury John Boorman a affirmé « de tous les festivals auxquels j’ai eu l’occasion d’assister, celui de Marrakech est le mieux organisé et le plus accueillant ».  

Le prix Cinécoles du meilleur court-métrage a été remis à Tarik Leihemdi pour son film « Mejor… Une vie meilleure ». Le réalisateur recevra une somme de 300 000 dhs pour la conception de son prochain film. Le président  du jury Benoit a en outre émis une mention spéciale au « Maillot » de Hajar Belkasmi.

Ainsi s’éclipse le festival du film de Marrakech qui a honoré cette année le cinéma hindi, accueillant les stars de Bollywood comme Shahrukh Khan. On retiendra aussi que des hommages ont été cette année rendus à des grands noms du cinéma tant international que marocain : Karim Abouobayd, Jonathan Demme, Isabelle Huppert et Zhang Yimou. On retiendra enfin les Master Class de Darren Aronofsky, Jonathan Demme, Matteo Garrone, Brillante Ma Mendoza et Edgar Morin, ainsi qu’une conversation avec John Boorman.

Actu-maroc.com

Commentaires