PARTAGER

Il avait tout pour réussir en politique en France après sa victoire aux élections législatives qui lui a permis de devenir, après une rude bataille, député de la circonscription regroupant l’Afrique du Nord et de l’Ouest.

Le jeune Mjid El Guerrab avait l’avantage de faire partie de la brochette de nouveaux jeunes loups de la politique, issus de l’immigration, qui ont accompagné l’ascension fulgurante du président Emmanuel Macron, dont ils formeront la garde rapprochée.

Le débuté s’est littéralement décomposé en occupant la rubrique des faits divers à connotation politique après avoir violemment agressé à coups de casque un responsable du parti socialiste avec lequel il entretenait une relation mouvementée pour cause de différend idéologique, suite à son intégration dans le nouveau parti présidentiel, La République en Marche, qu’il vient de quitter du reste, après en avoir démissionné avec fracas, suite à son affaire. Mis en examen pour son agression, le député risque une peine de prison et sa déchéance de son mandat de député à l’assemblée nationale française au moment où elle enregistre, pour la première fois, un record de nouveaux députés issus de l’immigration, appartenant majoritairement au parti fondé par le président de la république. Un parti qui vit mal cette affaire et son coût politique.

Par Jalil Nouri

 

Tag : 2m medi 1 tv, information, info, actualités, Maroc, Rabat, Marrakech, Casablanca, Tanger, faits divers, capitaux, snrt, agression, politique, sport, économie

Commentaires