PARTAGER
Le secrétaire général d’Amnesty International , Salil Shetty, sera reçu jusqu’à la fin de la semaine par les autorités marocaines dans le cadre d’une visite officielle, après une longue période de froid et de malentendus réciproques qui ont placé au plus bas les relations entre les deux parties.
Si l’ONG estime que sa méthodologie et ses rapports sont au-dessus des soupçons de partialité et de subjectivité, il n’en est pas de même côté marocain qui avaient fini par exprimer leur plus grand mécontentement sur le travail d’Amnesty dans le royaume allant jusqu’à expulser deux de ses collaborateurs du pays.
Suite à plusieurs incidents plus ou moins sérieux, la goutte qui avait fait déborder le vase a été le contenu du dernier rapport sur les situation des droits de l’homme dans le royaume auquel Amnesty reprochait des atteintes au moment de l’examen du nouveau code pénal jugé en net recul par rapport à la nouvelle constitution surtout envers les femmes et les homosexuels.
Le secrétaire général de l’organisation aura tout le loisir de dissiper les malentendus avec le chef du gouvernement qui le recevra en audience, ainsi qu’avec le ministre de la justice et des libertés ainsi qu’avec le président du Conseil des Droits de l’homme en espérant vivement que la page sera tournée et qu’Amnesty reprendra ses activités au Maroc sans bâtons dans les roues.

Commentaires