PARTAGER

Les amateurs, surtout les amatrices nombreuses à suivre les séries turques et mexicaines doublées en arabe dialectal font grise mine après avoir appris que le parlement est sur le point de voter une loi dans les prochains jours qui interdira leur diffusion afin d’encourager les langues nationales à savoir l’arabe classique et l’amazigh et cela dès cette année 2016.

En vertu de cette loi qui sera votée facilement en raison de la position favorable des élus islamistes qui ne sont pas étrangers à cette décision, le gendarme de l’audiovisuel, la Haca, sera investi de pouvoirs afin de lui faire respecter cette interdiction qui désolera plus d’un ménage dont au moins deux personnes sont considérés comme des accrocs à ses séries, selon des sondages.

Depuis plusieurs années et malgré de nombreuses critiques, les séries turques et mexicaines sont parvenues à grignoter de larges parts d’une audience toute acquise à leurs scénarios à l’eau de rose qui ont relégué au second plan les productions du monde arabe, provoquant la disparition de la langue arabe classique des écrans marocains, un thème qui a fini par atterrir devant le parlement pour faire adhérer à la démarche des islamistes du PJD qui en avaient fait une question de principe dans leur croisade contre l’audiovisuel public. Plusieurs millions de téléspectatrices seront désormais privées de cette évasion quotidienne venue avec des histoires d’ailleurs dans la langue d’içi. Une page se tourne

Par Jalil Nouri

Commentaires