PARTAGER

Le football national, à l’exception des Lions de l’Atlas va mal et la première partie du championnat, la phase aller, est là pour le prouver. Niveau général très moyen, pas moins de 6 entraîneurs remerciés pour mauvais résultats, de nombreux stades fermés, tribunes et gradins déserts à longueur de matchs, crises financières et problèmes de légitimité pour certains présidents de clubs, arbitres contestés, la liste des déboires est longue.

En un mot comme en mille, la baraka et les engagements du président de la fédération, Faouzi Lakjâa, ne suffisent plus pour cacher la crise et l’amoncellement des problématiques  de plus en plus nombreuses sur la table d’un responsable dont la priorité reste le onze national. Côté résultats, c’est le Hassania d’Agadir qui affiche ses ambitions ,en sa qualité symbolique de champion d’automne, pour remporter le titre final au mois de mai prochain alors qu’en bas de tableau, les choses se compliquent pour les deux clubs les plus menacés, sauf miracle, par la descente en deuxième division, à savoir le Mat de Tétouan et le Racing de Casablanca. Autant dire que la saison est presque pliée et que le reste du championnat continuera de se jouera pour les clubs à raison de trois matchs tous les 10 jours en raison d’un calendrier très serré pour cause de CHAN, le championnat d’Afrique des nations des joueurs locaux que le Maroc accueillera à cheval entre les mois de janvier et février. Une période que les grosses écuries comme le Raja et le Wydad, champion d’Afrique en titre, mettront à profit pour bloquer la marche des gadiris vers le titre.

 

Par Karim El Alaoui

Actu-maroc.com

Commentaires