Flash-news : toute l’actualité du 05 juin 2014

Flash-news : toute l’actualité du 05 juin 2014

439
0
PARTAGER

Mustapha Ramid : « Il serait naïf de croire qu’il n’y a pas de torture au Maroc ». Le ministre de la Justice et des libertés, Mustapha Ramid, vient d’affirmer que deux choses existent bel et bien au Maroc : La torture, et les fausses allégations concernant les cas de torture. Pour lui,   seul un naïf pourrait contredire leurs existences. Selon Ramid, cité par Alquds : « La volonté de l’Etat marocain pour combattre toutes les formes de torture est catégorique, même pour des dommages mineurs […] L’Etat marocain ne donnera jamais son aval pour que de la torture soit pratiquée ». Toujours selon Ramid, l’Etat marocain n’est en rien impliqué dans tous les cas de torture qui vois le jour dans ses institutions. Tout tortionnaire avéré mérite une punition adéquate. Donc, en résumé, la torture existe bel et bien et l’Etat le sait et désengage sa responsabilité, puisqu’il la combat. D’après le ministre PJD : « Celui qui dit que la torture n’existe pas, est un naïf. Mais celui qui dit que les fausses allégations de cas de torture n’existent pas, est tout aussi naïf ». Le ministre promet, au nom de l’Etat, de combattre la torture et de punir tous les tortionnaires, mais promet également de ne pas rester les bras croisés par rapport à toute fausse allégation émanant de personnes mal intentionnées. Bladi.net

El Khalfi dément toute « tendance à contrôler » les médias publics. En réponse à une question orale du groupe socialiste à la Chambre des représentants, M. El Khalfi a souligné qu’il « n’existe aucune tendance à contrôler les médias publics », notant que « le Maroc a fait le choix   irréversible de garantir l’indépendance des médias publics ». « Quand j’ai demandé à la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HACA) d’effectuer l’audit des émissions (ndlr: télévisées) sur la criminalité, j’ai respecté l’indépendance des médias publics, et dans le même temps, exercé mes prérogatives, à savoir le recours à la HACA », a-t-il dit, soulignant qu’en tant que ministre de tutelle, il a veillé à la mise en œuvre des recommandations de la commission d’enquête parlementaire sur les médias publics et l’application des dispositions de l’article 3 de la loi relative à la communication audiovisuelle. Evoquant la pétition lancée par un groupe de journalistes, d’intellectuels et d’artistes mettant en garde contre « une tentative d’exercer la tutelle sur le secteur audiovisuel », le ministre a indiqué que les pétitions font partie de la liberté d’expression, mais il est nécessaire de recourir aux institutions constitutionnelles. Il a souligné que cette pétition « a été envoyée par une société de production concernée par l’émission sur la criminalité qui sera auditée par la HACA, afin d’entraver l’exercice par le gouvernement de ses compétences constitutionnelles et juridiques, sous le slogan des tendances d’hégémonie », affirmant que « nous allons exercer nos compétences constitutionnelles et nous respectons l’indépendance des médias publics ». Menara

Magazine Forbes : Mohammed VI, Roi le plus riche d’Afrique. Le magazine américain Forbes a publié mardi son classement des cinq rois les plus fortunés du continent africain. Avec une fortune estimée à plus de 2 milliards de dollars, le Roi Mohammed VI est en tête de ce classement. Selon Forbes, la richesse du Souverain “provient de son contrôle de la Société national d’investissement (SNI), dont les actifs sont estimés à plus de 10 milliards de dollars. La même source note également que Mohammed VI, 27e Roi de la dynastie Alaouite, a engagé depuis 1999 plusieurs séries de réformes socio-économiques, permettant au Maroc de créer plusieurs zones industrielles, grâce auxquelles plusieurs multinationales sont venues s’implanter dans le Royaume. La deuxième position de ce classement de Forbes est occupée par Oba Obateru Akinrutan, Roi traditionnel de terres Ugbo, dans la région sud-ouest du Nigeria. Sa fortune est estimée à 300 millions de dollars. Oba Okunade Sijuwade, Roi traditionnel d’Ile-Ife, une ville située dans l’Etat d’Osun, dans la région sud-ouest du Nigeria, occupe la troisième position avec 75 millions de dollars, suivi par Mswati III, Roi au Swaziland, dont la fortune est estimée à moins de 50 millions de dollars.    Aufaitmaroc

Forte polémique en Espagne après l’intervention de la Gendarmerie marocaine sur l’îlot Leila. L’intervention de la gendarmerie marocaine sur l’îlot Leila « Persil »mardi matin, pour récupérer 13 immigrants subsahariens clandestins qui venaient de s’y introduire, est vivement dénoncée par la société civile dans la péninsule ibérique. L’îlot situé à 200m des côtes marocaines et à 6 km de l’enclave espagnole de Sebta, est encore disputée par le Maroc et l’Espagne, qui en revendiquent la souveraineté en s’appuyant sur des données géographiques et historiques. Les immigrants clandestins originaires du Tchad, de Gambie, et de République centrafricaine, étaient arrivés vers 6h du matin au rocher à bord d’une embarcation de fortune. D’après la délégation du gouvernement de Sebta, l’opération a été menée conjointement par les forces de l’ordre des deux pays. L’intervention des autorités marocaines est justifiée. Conformément au droit maritime, c’était au Maroc d’intervenir pour assurer le sauvetage des migrants. Un hélicoptère de la garde civile avait survolé l’îlot, avant que les forces de l’ordre ibériques ne débarquent à Persil à bord d’un bateau, témoignent les migrants, dont certains affirment avoir été maltraités par des militaires marocains. Plusieurs ONG espagnoles dénoncent ce qu’elles appellent l’entrée illégale des forces de l’ordre marocaines dans l’îlot « Persil ». En 2002, le rocher disputé par les deux pays était à l’origine d’une grave crise diplomatique entre le Maroc et l’Espagne.    Bladi.net

 

Economie

 

Grève du gaz : un flop programmé ? Le mot d’ordre était maintenu parmi les dépositaires de gaz en bonbonne, au moment où nous mettions sous presse : arrêt de distribution aujourd’hui et demain. Mais pas de panique, même si votre stock domestique est dans le rouge. Cette «grève»   de livraison ne devrait pas avoir d’impact majeur sur le marché, et le gouvernement le sait. Si la distribution des bonbonnes est interrompue ces deux jours-ci, les dépôts restent de leurs côté ouverts et en activité. Les détaillants peuvent ainsi s’approvisionner par leurs propres moyens de transport. Mieux, le marché est dominé par les marques des compagnies pétrolières, qui distribuent une bonne part de leurs produits dans leur propre réseau. Afriquia Gaz détient à elle seule 45% de parts de marché, suivie de Shell, Ziz et Total qui affichent des parts de marché respectives de 12%, 11,6% et 11,5%. Enfin -et surtout- la concurrence féroce que se livrent les opérateurs, notamment pour l’exclusivité chez les détaillants, laisse peu de chance de succès à ce mouvement de protestation. «Je suis sceptique concernant l’impact de cette action. Ce mouvement sera certainement un échec, pour la simple raison que la concurrence entre les opérateurs de ce marché est particulièrement rude», estime le manager de l’une des compagnies pétrolières qui servent le marché marocain. «Il est toutefois indéniable qu’une révision des prix et des marges est nécessaire. Il est impossible de maintenir le prix de la bonbonne à 40 DH», tempère notre professionnel. Les Eco

Renault sur tous les fronts au Maroc. « Renault Maroc, l’excellence sans frontières ». Le slogan qu’a choisi le groupe Renault-Nissan illustre tout à fait les ambitions du sixième constructeur mondial d’automobile. D’une part, il s’agit pour la marque au losange, de réunir les différentes   entités présentes sur le territoire, à savoir, Renault Commerce Maroc, la Somaca, l’usine de Tanger et RCI Finance. D’autre part, cette stratégie est bâtie sur le socle qualité et services qui soutient quatre piliers: entreprise, collaborateurs, clients et rayonnement externe, qui tendent vers trois objectifs : le chiffre d’affaires, la profitabilité et l’image de marque. Dans ce sens, le fait qu’aujourd’hui, Renault soit le seul constructeur d’envergure mondiale à s’être installé dans le Royaume est un atout majeur. Le 360

La CCG lance le produit «Mouwakaba», en faveur des jeunes créateurs d’entreprises. La Caisse centrale de garantie (CCG) a annoncé mardi le lancement du produit «Mouwakaba», un premier instrument de garantie des prêts d’honneur octroyés par le tissu associatif en faveur   des jeunes créateurs d’entreprises, destiné à soutenir davantage les porteurs de projets. Les prêts d’honneur constituent, aujourd’hui, une source de financement en fonds propres pour les créateurs d’entreprises et sont octroyés par des associations de type ONG spécialisées dans l’accompagnement des porteurs de projets, a indiqué la CCG dans un communiqué. Ces prêts sont non productifs d’intérêt (taux 0%) et sont accordés sur une durée à moyen et long termes, sans sûretés exigées, a ajouté la même source, précisant que ces instruments permettent aux créateurs d’entreprises de pallier l’insuffisance des fonds propres. La garantie «Mouwakaba» peut garantir 70% du prêt d’honneur dans la limite de 300.000 DH, a expliqué la CCG qui compte, à travers la réduction du risque pris par les associations, soutenir et renforcer le rôle du secteur associatif en vue de financer davantage de créateurs d’entreprises. Des conventions de coopération seront conclues entre la CCG et les associations engagées dans l’accompagnement des porteurs de projets ayant leur siège au Maroc, après la soumission de dossiers de candidature à la Caisse sur la base d’un cahier des charges. Maghrebemergent

La CGEM se distingue au BIT. Jamal Belahrach, président de la Commission emploi et relations sociales de la CGEM, a été élu administrateur du Bureau international du travail (BIT). Cette nomination intervient en marge de la 103e session de la Conférence internationale du travail qui se tient du 28 mai au 12 juin à Genève. C’est une première pour la CGEM, qui sera représentée dans la plus haute instance de cet organe exécutif de l’Organisation internationale du travail (OIT), agence spécialisée des Nations-Unies. Jamal Belahrach a notamment initié la bancarisation pour les salariés temporaires et le projet de loi sur le travail temporaire. Parmi ses principales réalisations, le Pacte national pour l’emploi avec 20 mesures clés dans le cadre de la CGEM, dont deux ont été approuvées par le gouvernement et mises en pratique, ainsi que l’instauration d’un dialogue social direct avec les syndicats. Aujourd’hui, il promeut la mise en place d’un sommet social. Enfin, Belahrach est président de Manpower Group Maghreb qui emploie 8.500 collaborateurs.    Les Eco

Attractivité touristique : Le Maroc au-dessus de la moyenne mondiale. La destination Maroc confirme son attractivité. En 2013, 70% des touristes étrangers ayant visité le pays sont très satisfaits ou satisfaits de leur séjour. 27% se sont dits assez satisfaits tandis que 2% sont insatisfaits de leur expérience. Les villes de Marrakech et Rabat enregistrent les plus forts taux de satisfaction avec respectivement 79 et 77% des touristes satisfaits et très satisfaits. La ville d’Agadir occupe la troisième place avec 75% de touristes satisfaits et très satisfaits. Les deux enquêtes relatives au suivi de la demande et de la satisfaction des touristes au Maroc, présentées le 2 juin à Casablanca lors d’un séminaire, ont été riches en enseignements. L’échantillon portait sur près de 60.000 touristes. L’objectif de ces investigations est de cerner les attentes des touristes étrangers de séjour (TES) et de saisir leurs perceptions et appréciations de satisfaction par rapport aux différents produits et services consommés durant leur séjour au Maroc. «L’objectif est aussi de dégager les actions à entreprendre pour améliorer l’offre marocaine et la rendre plus compétitive», souligne Lahcen Haddad, ministre du Tourisme, qui présidait le séminaire. Dans le détail, il ressort de ces deux enquêtes que la gastronomie, le sentiment de sécurité et le rapport avec la population sont les éléments qui recueillent les meilleurs scores (81% chacun). Suivent la diversité de l’offre Maroc et l’hébergement (80%).    Le Matin

 

Social

 

Un million d’ »enfants fantômes » au Maroc. Les enfants sans identité au Maroc étaient au nombre de 500.000entre 2003 et 2009. Aujourd’hui, ils seraient un million d’enfants à vivre sans identité au Royaume, a-t-on révélé la semaine dernière, lors d’une journée organisée à Rabat   sous le thème : « Le droit de l’enfant à une identité complète ». Le chiffre choc annoncé lors d’une rencontre organisée par l’Association marocaine de protection des enfants contre la criminalité, ne se limite pas à la privation d’enfants d’être inscrits aux registres de l’Etat civil, mais va jusqu’à la vente d’enfants et leur exploitation dans la prostitution et la réalisation de produits érotiques, précise Rachida Aït Himmi, présidente de l’ONG, qui appelles ces enfants : « les enfants fantômes ». La militante appelle les autorités de tutelle à réformer la « Moudawana » (code de la famille), pour faire la distinction entre la parenté légale et biologique, conformément aux dispositions de la Constitution, qui garantit la protection juridique et la considération sociale et morale de façon égale aux enfants. L’association marocaine INSAF, révélait en 2012, qu’au moins 100 enfants illégitimes naissent hors mariage quotidiennement au Maroc. 24 d’entre eux seraient abandonnés immédiatement après leur naissance. Bladi.net

Suite aux protestations, le Maroc débloque 220 millions de dirhams pour le zoo de Casablanca. Il était temps. Le Maroc va allouer un budget de 22 millions d’euros (220 millions de dirhams) pour réhabiliter le zoo de Casablanca, après une campagne menée par des associations de   défense des animaux qui ont qualifié l’endroit de « prison malsaine ». Et après « la révolte » des touristes ayant visité le site. Selon EFE, Le projet de réhabilitation du zoo de Casablanca va devenir réalité très prochainement. D’une superficie de 10 hectares, il sera composé d’un espace vert, d’un parc de jeux et de loisirs, dont chacun fera 2,5 hectares. Depuis quelques mois, plusieurs associations ont organisé une campagne en ligne intense pour dénoncer le fait que les animaux de ce zoo, ouvert depuis 1928, vivent dans des conditions déplorables, sans aucune attention. Souvent même, ils n’auraient ni eau ni nourriture. Quelques commentaires de touristes qui ont visité le site font l’unanimité de la réalité des choses : Le zoo est une « pure horreur ». Les animaux vivent dans la saleté et sont même maltraités. Une lettre écrite à l’étranger et signée par plusieurs personnes a été reprise par la presse. En voici un passage : « Le Cas du Zoo de Ain Sebaa est particulièrement frappant concernant la façon dont votre pays traite les animaux, qui sont aussi des êtres intelligents, et montrent (dans le zoo) une grande mélancolie, c’est à dire, une véritable souffrance mentale ». Bladi.net

Casablanca : Heurts entre habitants d’un bidonville et policiers. Des affrontements ont éclaté, mardi, dans le plus vieux bidonville de Casablanca entre les forces de l’ordre et des habitants s’opposant à la démolition de baraques, dans la cadre d’un vaste programme de relogement, a fait   écho la presse ce mercredi. Selon le quotidien Assabah, quatre policiers ont été blessés. Des médias électroniques ont pour leur part affirmé que plusieurs dizaines de personnes avaient été interpellées. Ces chiffres n’ont pu être confirmés, pour l’heure, auprès des autorités. Le Maroc a entrepris depuis une dizaine d’années un programme intitulé “Villes sans bidonville”, qui prévoit le relogement de près de deux millions de personnes au total, sur l’ensemble du territoire. À Casablanca, plus de 100.000 ménages sont concernés et, en début d’année, le taux de réalisation dépassait les 50%, un niveau toutefois inférieur à la moyenne en raison notamment de contentieux avec certains habitants sur les modalités de leur relogement. Malgré cette contestation, des camions et bulldozers, accompagnés par des membres des forces de l’ordre, ont entrepris mardi la démolition d’une quarantaine de baraques à “Carrières centrales”, bidonville de plusieurs dizaines de milliers d’habitants, a rapporté le quotidien Al Ahdath Al Maghribiya. Les policiers ont alors essuyé des jets de pierres et plusieurs personnes ont été interpellées, selon la même source. Des habitants ont également été touchés mais ont pris la fuite, a ajouté Assabah. Aufaitmaroc

Huit millions de Marocaines seraient célibataires. Environ huit millions deMarocaines en âge de mariage seraient célibataires, soit un taux de célibat avoisinant les 60%, contre 81% en Tunisie et 38% en Algérie. Le Maroc serait donc parmi les pays arabes, où le taux de célibat parmi les femmes explose. L’enquête sur le célibat parmi les femmes dans le monde menée par l’organisation « Family Optimize », fait polémique dans le monde arabe, où les femmes démentent en bloc ces chiffres. Pour remonter le moral aux femmes célibataires, l’organisation britannique « Women of the future » a été jusqu’à diffuser un communiqué dénonçant l’étude, et appelant la gent féminine visée par l’enquête à rester optimiste et à poursuivre leur combat à la quête d’un mari. L’étude nous apprend aussi que le taux de divorce au Maroc est de 40%, contre 37% en Algérie, 40% aux Emirats Arabes Unis, 38% au Qatar et 33% en Arabie Saoudite, où le taux de célibat parmi les femmes en âge de mariage avoisine les 36%, soit 1,5 millions de Saoudiennes. Le taux de célibat le plus élevé parmi les femmes en âge de mariage dans le monde arabe a été enregistré au Liban (85%) et l’Irak (85%).    Bladi.net

Les tarifs polémiques de l’école belge de Casablanca. L’école belge de Casablanca va ouvrir ses portes en septembre prochain. Il s’agit de la première école belge au Maroc et l’annonce de son ouverture a connu un grand succès médiatique il y a quelques jours. Cependant, derrière cette euphorie, se cachent des chiffres beaucoup moins agréables. L’école belge de Casablanca a rendu public ses tarifs, qui sont très chers. Les ressortissants belges disposent d’avantages notables, notamment la gratuité des droits de première inscription. Toutefois, la scolarité de leur enfant, de la maternelle à la dernière année du secondaire leur coutera 119.800 dirhams, un montant faramineux quand on sait que le salaire minimal marocain est légèrement supérieur à 28.000 dirhams par an. Pour les marocains, offrir une scolarité belge à leur enfants coutera 206.000 dirhams, un chiffre qui s’élève à 223.100 pour les ressortissants d’autres pays. Ce montant risque fort d’augmenter, puisque, comme l’indique l’école, d’ici deux ans ils se feront indexés à l’évolution du coût de la vie et de la parité dirham/euros. Les parents d’élèves belges se sont d’ores et déjà exprimés à ce sujet, estimant que les tarifs sont « hors de toute proportion ». Ces tarifs pourraient bien être le talon d’Achille de l’école belge de Casablanca. En effet, d’autres écoles offrent une éducation francophone. C’est notamment le cas de la Mission Française, nettement plus avantageuse pour les marocains, car elle leur propose de réels tarifs préférentiels.    Afriquinfos

Daoudi : Les bourses universitaires seront généralisées à tous les demandeurs. Une ancienne réglementation n’accordait de bourses universitaires qu’aux étudiants attestant de leurs appartenances à des milieux sociaux défavorisées. Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, Lahcen Daoudi, a annoncé, mardi, la généralisation des bourses universitaires à tous les demandeurs déposant un dossier au cours de l’année académique 2014-2015. S’exprimant à la séance des questions orales à la chambre des représentants, M. Daoudi a indiqué que l’enveloppe financière qui sera allouée à cette opération avoisinera les 2 MMDH, faisant savoir que son département a augmenté l’enveloppe accordée aux bourses universitaires au cours des dernières années, la portant de 700 MDH il y a deux ans à 1.4 MMDH durant l’année universitaire en cours.    Le Mag

 

Art & Culture

 

L’album des Wu-Tang Clan caché au Maroc, pourrait être acheté pour être… détruit. Un fan américain vient de lancer un appel au don sur la plate-forme Kickstarter. Il souhaite réunir la somme de six millions de dollars afin d’acheter l’album du Wu-Tang Clan aux enchères pour   ensuite le détruire en public. La raison est énoncée par l’internaute lui-même : « Le concept de ce disque serait génial si les gains étaient reversés à des artistes pauvres, ou à la recherche sur le cancer ou sur l’autisme. Au lieu de ça, l’argent va dans la poche d’artistes qui ont déjà le monde à leurs pieds. […] L’art devrait être partagé avec le reste du monde. En particulier avec ceux qui n’ont pas les moyens de se payer des objets culturels ». On pourrait croire qu’il n’est pas sérieux, mais il l’est absolument. Il a d’ailleurs déjà récolté 10000 dollars. Et, s’il parvient à l’acheter, il promet qu’il le détruira sans l’écouter, alors même qu’il est vraiment fan du groupe à en croire ses propos : « Je serais heureux de détruire cet album en public sans jamais l’avoir entendu. J’écoute ce groupe depuis que je suis assez grand pour choisir un CD sur l’étagère. Mais ils sont allés trop loin cette fois ». A savoir que l’album se trouve au Maroc, dans une boîte en argent ciselée, pensée par l’artiste marocain Yahya Rouach. Bladi.net

Calle 13 : la révolution finit par payer. Prendre des risques.” René Pérez prononce ces motsdans un claquement de langue, sourcils froncés. Son accent portoricain lui fait avaler les consonnes et chanter chaque voyelle. “Il faut prendre des risques”, répète le chanteur du groupe latino-américain   le plus populaire de ces dix dernières années – 21 Latin Awards au compteur, des millions d’albums vendus dans le monde. L’espace d’un instant, les yeux en amande de René perdent de leur timidité, tandis qu’il cherche un signe de complicité sur le visage de son interlocuteur. Que veut-il dire par là, au juste ? Prendre le risque de tomber dans des contradictions sans en avoir honte. C’est du moins ce qu’il laisse entendre. Il est vrai que Calle 13 incarne des paradoxes qu’il serait difficile de résoudre d’un seul coup. Les deux membres du groupe en sont tout à fait conscients : ils chantent la révolution dans des spectacles parrainés par de grandes multinationales ou des personnalités politiques polémiques, dénoncent la famine en Amérique latine dans un documentaire financé par Red Bull et fustigent le capitalisme tout en acceptant d’être sponsorisés par Adidas. René Pérez et Eduardo Cabra, alias Residente et Visitante, leurs noms d’artistes, reconnaissent qu’il n’est pas toujours facile de marcher sur cette corde raide, très fine, et parfois un peu trop tendue. Courrier International

Kadem Saher honore la musique classique arabe à Mawazine. Pour sa troisième participation à Mawazine, le « tsar » de la musique arabe a été chaleureusement reçu par un public toujours enthousiaste avec lequel il a revisité les chansons phares de ses albums à succès, pour la plupart   issues du riche patrimoine poétique de feu Nizar Qabbani. Comme lors de ses précédentes rencontres avec les spectateurs marocains, à Mawazine comme ailleurs, Kadem Saher s’est imposé encore une fois comme l’ambassadeur confirmé d’un répertoire classique arabe authentique, tant par la qualité de la musique et du texte que par une interprétation juste et émouvante de créations tels « Ouli Ouhibbouka », « Akoun Aou la Akoun », « Madrasat Al Houb », chantées en chœur avec le public. Conformément à l’esprit de Mawazine et sa vocation à révéler de jeunes talents, le concert de Kadem Saher, accompagné de l’orchestre Salah Charkaoui pour la musique arabe, a été précédé en première partie par un spectacle de la jeune chanteuse marocaine Jamila El Badaoui (23 ans) qui a interprété une sélection parmi les plus belles chansons du répertoire national. Elle s’était démarquée lors de l’émission « Najm El Khaleej » en 2012, avant de participer à différents spectacles et autres programmes TV, tels que « Jalasat Wanasah » en 2013, un parcours confortée par la sortie de deux clip: « Ya weel hali », puis « Yegoulou Yegoulou » qui a attiré plus d’un million de vues depuis sa diffusion en octobre 2013. Menara

Oliver Stone va tourner l’histoire d’Edward Snowden. C’était prévisible. C’est aujourd’hui chose concrète. Oliver Stone, le grand cinéaste américain, auteur de « Platoon », « Né un 4 juillet », « Salvador » ou JFK entre autres grands films, a pris le dossier d’Edward Snowden, l’ancien consultant de la NSA, pour en faire un film. L’histoire de cet homme, à l’origine des révélations sur le programme d’espionnage des Etats-Unis, avait défrayé la chronique révélant au monde ce vaste système qui observe le monde, grands et petits, dirigeants et populations. Oliver Stone a d’abord acquis les droits du livre « The Snowden Files: The Inside Story of the World’s Most Wanted Man » du journaliste du quotidien britannique « The Guardian », Luke Harding. En ce moment, il travaille sur le scénario et fait déjà son casting pour raconter l’un des scandales les plus tonitruants du XXIème siècle. Le tournage du long-métrage est prévu avant la fin 2014. 

Dans le même sillage, les studios Sony ont annoncé qu’ils travaillent sur un autre projet de film autour d’Edward Snowden. Les studios ont acheté les droits d’auteurs pour adapter pour le cinéma le livre de l’autre journaliste britannique Glenn Greenwald sur les révélations de l’ancien consultant de la NSA, « Nulle part où se cacher ».    Aujourd’hui

 

Sport

 

Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels. Le Royal Complexe des sports équestres et Tbourida de Dar Es-Salam à Rabat abrite jusqu’à dimanche prochain la 15e édition du Trophée Hassan II, dotant le Championnat du Maroc des arts équestres traditionnels. Les 22 équipes   engagées dans cette compétition rivaliseront d’effort, d’élégance et de grâce pour prétendre au titre suprême. Les cavaliers seront notés en fonction de leur tenue et l’harmonie de l’ensemble de la troupe, la beauté du harnachement des chevaux, l’organisation, la discipline de la troupe et le tir synchronisé. En plus de l’accomplissement de la «hadda» (le salut). Les qualifications se feront à élimination directe. En effet, sur les 16 troupes seniors engagées, seules huit seront qualifiées au second tour qui sera disputé samedi 7 juin et seulement six auront le droit de disputer la finale prévue dimanche. Chez les juniors, quatre troupes seront retenues pour la finale sur les six engagées dans la compétition. Pour l’édition 2014, la dotation globale du Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels a été quintuplée atteignant 1,570 million de dirhams. La dotation senior est portée à 1,441 million DH et celle des juniors est de l’ordre de 129 mille DH. Le Matin

Shehata officiellement au DHJ. Annoncé recemment comme le prochain successeur de Abdelhak Benchikha au Difaa Hassani El Jadidi, Hassan Shehata a officiellement rejoint la formation doukkalie. Après de longues négociations, le technicien égyptien a paraphé un contrat de   deux ans avec le DHJ ce mardi en fin d’après-midi. Ce dernier sera assisté dans sa mission par Ahmed Soulayman. Rappelons que le DHJ a terminé la saison à la 5e place de la Botola Pro 1. Mountakhab

Le Raja proche du meilleur buteur d’Algérie. Après avoir pris les commandes du Raja de Casablanca, Abdelhak Benchikha serait tenté de faire venir plusieurs joueurs algériens lors de ce mercato estival. Après le latéral droit du MC Alger, Abderrahman Hachoud, c’est désormais le Camerounais   Albert Ebossé Bodjongo qui serait dans le viseur de l’ancien coach du DHJ. Âgé de 24 ans, l’attaquant de la JS Kabylie a terminé en tête du classement des buteurs avec 17 réalisations à son actif. Mountakhab

Trois athlètes marocains au meeting international Golden Gala de Rome. Trois athlètes marocains prendront part, jeudi, à la 34è édition du meeting international d’athlétisme « Golden Gala Pietro Mennea » de Rome, 4è étape de la ligue de diamant. Iguider Abdelaati prendra le départ aux 1500 m, Ezzine Hamid aux 3000 steeple, alors que Akkaoui Malika disputera le 800 m, a-t-on indiqué auprès des organisateurs. Plusieurs athlètes sont arrivés, mardi, dans la capitale italienne dont les américains Justin Gatlin, vainqueur du 100 m de la précédente édition, Lashawn Merritt, qui vient de réaliser samedi dernier à Eugene un temps de 43’’97 sur le 400 m et Will Claye (triple saut). Parmi les femmes athlètes arrivées également ce mardi à Rome figure notamment l’australienne Sally Pearson, double championne olympique et du monde du 100 mètres haies.    Sport-Maroc

 

International

 

L’Irlande se penche avec effroi sur son passé. La découverte a choqué tout le pays. Quelque 800 squelettes de bébés ont été retrouvés près d’un ancien couvent catholique du comté de Galway, dans l’ouest de l’Irlande, où étaient accueillies, au milieu du siècle dernier, des mères   célibataires. D’après une historienne locale, ces 800 enfants, morts entre 1925 et 1961, sont morts de malnutrition ou de maladie. D’après une députée, il pourrait y avoir « des douzaines » de fosses communes similaires dans le pays. Les ossements de Tuam, le petit village qui abritait le couvent du Bon-Secours, ont été découverts dans une fosse septique. C’est là qu’étaient jetés les cadavres des enfants, sans cercueil ni pierre tombale. Jusqu’ici, les habitants du village pensaient que ces ossements appartenaient à des victimes de la Grande Famine de 1840, qui avait décimé la population. En réalité, il s’agit des restes de 796 enfants du couvent, selon une historienne locale. Pour Mary Lou McDonald, vice-présidente du Sinn Féin, le parti d’opposition, il ne s’agit pas « d’un incident isolé ». « Il y a des fosses communes dans tout le pays. Nous ne pouvons pas détourner le regard », a-t-elle insisté, selon Thejournal.ie. Au début du XXe siècle, des milliers de femmes célibataires enceintes, considérées alors comme des « femmes déchues », ont été envoyées dans des institutions pour y accoucher discrètement avant d’être, bien souvent, forcées d’abandonner les bébés. Ce qui dérange, c’est que ces institutions religieuses « mère et enfant », qui accueillaient des mères célibataires étaient « financées par l’Etat ». Europe1

MBC censure pour Al Sissi. Alors que le maréchal Abdelfattah Al-Sissi vient d’être élu avec 96% des voix, l’humoriste le plus célèbre du pays, Bassem Youssef, est définitivement écarté et censuré à la télévision. Bassem Youssef a, en effet, annoncé avant-hier avoir annulé son   émission de satire politique, qui se moquait de l’ex-chef de l’armée et président élu Abdel Fattah al-Sissi, évoquant d’«énormes pressions». Et pourtant, l’humoriste, chirurgien de formation devenu célèbre grâce à ses critiques acerbes de tous les dirigeants depuis la révolte de 2011 diffusées sur YouTube, ne diffusait pas son émission d’Egypte, mais de Dubaï. Il a été embauché l’an dernier par le groupe saoudien MBC après la suspension de son émission par la chaîne privée égyptienne CBC. La chaîne MBC Masr, qui diffuse son émission hebdomadaire Al-Bernamegeur (Le Programme), avait annoncé en avril la suspension de l’émission durant le mois de mai pour «ne pas influencer» l’élection présidentielle, que M.Sissi a remportée de façon écrasante, la semaine dernière, selon des résultats préliminaires. Cette demi-censure était déjà une victoire pour le clan Al Sissi. «Les circonstances et les pressions sont plus énormes que quiconque» ne peut le supporter, a déclaré M.Youssef lors d’une conférence de presse, avant d’ajouter: «Nous avons préféré mettre fin à l’émission, plutôt que la trahir.» Selon les résultats préliminaires, M.Sissi a été élu avec 96% des voix en Égypte où il suscite une vague de ferveur nationaliste depuis la destitution, en juillet dernier, du président islamiste Mohamed Morsi. Bête noire des Frères musulmans pour ses critiques au vitriol du président Morsi, M.Youssef s’est ensuite attiré de nouveaux détracteurs: les partisans de M.Sissi et de l’armée. L’expression

Le Maroc, les Arabes et Barack Obama. Cinq ans après son discours du Caire, Barack Obama remonte doucement la pente dans l’estime des populations d’Afrique du nord et du Moyen-Orient (région MENA) même si sa cote de sympathie se maintient sous les 50%. C’est en tout cas ce   que révèle une enquête réalisée par Zogby Research Services en mai dernier et publiée mardi. Ainsi, près de 7.000 personnes dans 7 pays arabes, en Egypte, Jordanie, Arabie Saoudite, aux Emirats Arabes Unis et au Liban, dans les Territoires palestiniens et au Maroc, ont été interrogées. Si dans leur ensemble, ils apprécient le retrait des troupes américaines par l’administration Obama, ils estiment qu’elle n’a pas réussi à améliorer les relations entre les Etats-Unis et le monde arabo-musulman. Cela ne surprendra personne, l’ensemble des sondés estime que l’occupation israélienne des Territoires palestiniens constitue le plus grand obstacle à la paix et à la stabilité dans le monde arabe. Une opinion particulièrement répandue parmi les Marocains, qui sont même plus nombreux que les Palestiniens à le penser: 55% des sondés contre 45%! Le consensus se fait aussi sur le défi que l’administration américaine doit relever en priorité: résoudre le conflit israélo-palestinien. Mais quelques semaines après l’échec des négociations de paix, les personnes interrogées « estiment que les Etats-Unis ne sont pas équilibrés dans leur approche des négociations entre Israéliens et Palestiniens ». Ainsi, seuls 8% des Marocains sondés considèrent que les Etats-Unis traitent équitablement les deux parties du conflit, et 5% estiment que les Américains sont vraiment engagés pour la création d’un état palestinien indépendant. h24info

Un nouveau scandale politico-financier touche l’Italie, à Venise. Une vaste enquête pour corruption et blanchiment d’argent touchant le monde politique vénitien et lié à l’immense chantier « Moïse », a été révélée mercredi à Venise, une ville qui brasse des millions de touristes et des milliards d’euros. A l’aube, en Vénétie, Lombardie, Emilie-Romagne et dans le Latium, plus de 300 policiers de la Guardia di Finanza (police financière) ont interpellé et écroué 25 personnes, et placé sous contrôle judiciaire 10 autres, dont l’actuel maire de Venise, Giorgio Orsoni (Parti démocrate, gauche). M. Orsoni, dont les bureaux ont été perquisitionnés, est soupçonné d’avoir financé de manière illicite sa campagne électorale aux municipales de 2010. Un conseiller régional PD, ainsi que des chefs d’entreprise, leurs bras droits et un ancien général font partie de la centaine de personnes mises en cause. Selon les enquêteurs, la mise en place d’une caisse noire alimentée par des fonds provenant d’un système de fausses factures et de pots-de-vins, dans le cadre de l’attribution des marchés pour le chantier « Moïse », aurait permis de récolter quelque 20 millions d’euros, versés sur des comptes à l’étranger. « Une grande partie de ces fonds servait à financer des forces politiques à un niveau local, régional et national », a affirmé le procureur en chef de Venise, Luigi Delpino, lors d’une conférence de presse à la mi-journée. Quarante millions d’euros ont en outre été saisis par la Guardia di Finanza. Le parquet de Venise a également requis l’interpellation de l’ancien gouverneur de Vénétie (1995-2010), Giancarlo Galan, ex-ministre de Silvio Berlusconi et aujourd’hui député de Forza Italia (droite). En 2003, M. Galan avait posé la première pierre de ce chantier titanesque d’un coût de 5,4 milliards d’euros, aux côtés de Silvio Berlusconi, alors président du Conseil. « Moïse », qui mobilise une cinquantaine d’entreprises sur près de 20 km dans la lagune de Venise, consiste à installer 78 digues flottantes géantes pour protéger la ville des marées hautes et des inondations. Il devrait être terminé en 2016. L’enquête, débutée il y a trois ans, avait connu un premier rebondissement en juillet 2013 avec l’arrestation de 14 personnes soupçonnées de fausses factures et d’appels d’offres truqués.    Nouvelobs

La Lituanie aux portes de l’euro, un rempart contre la Russie. La Lituanie rejoindra la zone euro début 2015, dernier pays balte à adopter la monnaie unique après le feu vert donné mercredi par la Commission et la Banque centrale européennes, un moyen de renforcer l’intégration de ce pays dans l’UE en pleine période de tension avec la Russie. Après examen, les instances européennes ont estimé que Vilnius « remplit maintenant tous les critères de convergence » pour adopter l’euro, après une tentative ratée en 2006-2007. Les Etats membres et le Parlement européen doivent encore se prononcer sur cette adhésion, la 19e au sein de la zone euro, après l’Estonie en 2011 et la Lettonie en début d’année. Avec un déficit public à 2,1% et une dette pesant moins de 40% du PIB, la Lituanie est largement dans les clous européens. Sa devise, le litas, déjà arrimée à l’euro, est restée stable ces derniers mois. Seul bémol: le niveau de l’inflation, jugé un peu trop bas par la BCE. A Bruxelles, le commissaire européen chargé des Affaires économiques, Olli Rehn, a salué la « politique budgétaire et les réformes économiques sérieuses » mises en place par Vilnius. Il a souligné combien les événements en Ukraine ont rendu « inévitable » le passage à l’euro pour le petit Etat balte de 3 millions d’habitants, membre de l’UE depuis 2004. « L’intégration européenne a été et doit rester un moteur important pour stabiliser la démocratie et accroître la prospérité », a-t-il dit lors d’une conférence de presse. Si, pour les Européens, l’entrée d’un nouveau membre dans le club de l’euro atteste de l’attractivité de la monnaie unique malgré la crise, les responsables lituaniens y voient plutôt un rempart contre la Russie, qui vient d’annexer la Crimée et n’hésite pas à bander ses muscles dans l’enclave de Kaliningrad. La Lituanie a toujours en mémoire un demi-siècle de domination soviétique, de la Seconde guerre mondiale à son retour à l’indépendance avec la chute de l’URSS en 1991.    Nouvelobs

 

Nouvelles Technologies

 

Des scientifiques hongrois testent un véhicule spatial au Maroc. Les chercheurs du groupe scientifique hongrois, Puli Space Technologies ont donné présentation d’un véhicule spatial, appelé Puli Rover, conçu selon eux, pour se déplacer sur le sol lunaire et pour émettre des communications   vers la Terre. Selon le site hongrois Budapest Business Journal – BBJ, le Puli Rover a été testé dans le désert marocain, une surface qui présente selon les porteurs de ce projet, les mêmes caractéristiques et de reliefs que le sol lunaire. D’autres tests, indique la même source ont été conduits dans l’île de Hawaï. Ce projet technologique a été présenté au sommet Google Lunar XPRIZE, organisé à Budapest et dans lequel, 18 équipes internationales concourent pour remporter une prime de 30 millions de dollars, offerte par Google, au projet du véhicule lunaire le plus abouti. Le Mag

Vertu, les smartphones les plus chers du monde. Résolument haut de gamme. Pour son dernier-né, Vertu ne fait pas dans la demi-mesure. Non content de son positionnement de marque de luxe high-tech, le fabricant britannique embarque dans son nouveau smartphone, le Signature Touch,   deux partenaires prestigieux: Bang & Olufsen pour le son et Hasselblad pour l’appareil photo. L’écran est toujours en cristal de saphir, pour une parfaite résistance, monté sur une structure en titane. Ces deux partenariats s’inscrivent dans la stratégie impulsée par Massimiliano Pogliani depuis son arrivée à la tête de Vertu il y a un an. Aux matériaux de luxe privilégiés par la marque pour ses smartphones, il a voulu ajouter des composants haut de gamme. À la manière d’une montre de luxe dont la mécanique doit être à la hauteur de l’aspect. Massimiliano Pogliani semble en passe de gagner son pari. Une nécessité pour convaincre une clientèle exigeante, et qui a toutes les raisons de l’être. Le Signature Touch est vendu à partir de 7900 euros. Le prix ne vente maximum est potentiellement sans limite, Vertu pouvant répondre aux desiderata les plus fous de ses clients, amateurs de cuir d’autruche, d’or rose ou de diamants pour orner leur précieux téléphone. Android, le Signature Touch est doté d’une vaste palette de services. Le Vertu Concierge, similaire aux prestations de conciergerie des grands hôtels, Vertu Life, pour des privilèges exclusifs et un accès illimité à des événements et des entrées dans des clubs privés, et, enfin, Vertu Certainty. h24info

L’étrange disparition du logiciel de chiffrement TrueCrypt. Mercredi 28 mai, un message énigmatique apparaît en lettres rouges sur le site de chargement du logiciel de cryptage TrueCrypt : « Attention : l’usage de TrueCrypt n’est pas sécurisé, car il contient peut-être des failles de sécurité non   résolues. » Chez les cryptologues professionnels et amateurs du monde entier, c’est la consternation et la confusion. Depuis une décennie, TrueCrypt est présenté par les experts et les médiascomme le meilleur logiciel de chiffrement à la disposition du grand public, gratuit, et relativement facile à utiliser. TrueCrypt crée sur le disque dur de l’utilisateur un « conteneur » – un dossier virtuel capable de chiffrer à la volée les fichiers qu’il reçoit. Le chiffrement et le déchiffrement se font grâce à une double-clé générée de façon aléatoire, et à un mot de passe. On peut aussi s’en servir pour chiffrer l’ensemble du disque dur. Il propose même un raffinement : la création d’un sous-dossier invisible, doté d’un mot de passe différent. Si l’utilisateur se retrouve contraint de livrer son mot de passe, il pourra donner celui du conteneur visible, mais pas celui du « double-fond », dont l’existence reste indécelable. Depuis sa création, TrueCrypt a été téléchargé plus de 30 millions de fois. Il est utilisé par des entreprises, des associations et des particuliers du monde entier, notamment dans les pays soumis à une censure d’Etat. Jusqu’au 28 mai, diverses ONG, dont Reporters sans frontières (RSF), recommandaient aux journalistes et aux militants des droits humains d’utiliser TrueCrypt, et organisaient des stages de formation. Le Monde

le2minutes.com

________________________actu-maroc.com

Pour rejoindre la page facebook de votre journal actu-maroc.com, d’autres informations vous attendent, aimez la page en cliquant sur le lien ci-après: https://www.facebook.com/pages/Actu-Maroccom/107076616014235?ref=ts&fref=ts

 

 

Presse Actualité journal Maroc marocaine infos news Rabat Casablanca Marrakech Agadir Fés Tanger horaires de prière

faits divers politique économie accident cnops ministère ambassade cnss police douane trafic drogue prostitution pédophilie

Commentaires