Flash-news : toute l’actualité du 29 mai 2014

Flash-news : toute l’actualité du 29 mai 2014

367
0
PARTAGER

Audiovisuel: Des journalistes et artistes signent une pétition. Dans cette pétition, les signataires estiment que « la scène médiatique marocaine essentiellement dans son volet audiovisuel est aujourd’hui exposée à une véritable campagne œuvrant à vider son contenu de tout   le rayonnement qui doit être le sien et aspirant à lui imposer une dimension morale dont le seul objectif est de la soumettre à une domination certaine ». Les signataires pointent du doigt une récente intervention du ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi devant la Chambre des Conseillers au sujet du secteur audiovisuel. Ils estiment que « la concentration sur les médias, à laquelle nous assistons aujourd’hui, entre dans le cadre d’un calendrier servant les desseins du parti (NDLR: le PJD) et dessert les objectifs principaux de l’audiovisuel public, lesquels se fondent d’abord et avant tout sur le respect de la pluralité politique, linguistique et culturelle, mais aussi sur la diffusion des valeurs de liberté et des principes de concurrence et de libre entreprise ». Les signataires, face à la volonté de « dompter, de soumettre puis de contrôler le paysage audiovisuel, afin qu’il devienne maitrisé sans âme ni vision », appellent l’ensemble des acteurs et intervenants « à se dresser de nouveau contre les appels à la domination et au contrôle ». La pétition souligne que la lutte pour la liberté de la presse et pour la consécration de la mission des médias dans l’éducation et le rayonnement « ne peut être dissociée de la vraie bataille qui est celle de la liberté et du progrès ». Menara

Maroc-Tunisie, les desseins d’une visite royale. Sur invitation du Président de la République tunisienne, Moncef Marzouki, le Roi Mohammed VI entame une visite de trois jours au pays de Bourguiba, à compter de ce vendredi. Ce séjour officiel sera l’occasion de la signature   de plusieurs conventions entre les secteurs publics et privés des deux pays, d’un discours du Souverain devant l’Assemblée nationale constituante, mais aussi d’entretiens entre les deux chefs d’Etat, etc. Pour ce nouveau périple royal, plusieurs ministres marocains sont du voyage, mais aussi des opérateurs économiques et des représentants de notre société civile. Ce déplacement en Tunisie, avant même son commencement, ne manque pas d’interpeller les observateurs et analystes. Il témoigne, en effet, d’une confirmation, celle de la mise en place d’une diplomatie active, orchestrée et même exécutée par le Roi, qui affirme ainsi une stratégie longuement mûrie destinée à renforcer le rôle, la place et l’action du Royaume aux niveaux africain, maghrébin et international. Après donc la longue tournée royale en Afrique subsaharienne francophone en mars, qui succédait à un séjour américain dans les dernières semaines de 2013, c’est vers la Tunisie que se porte aujourd’hui l’intérêt royal, avant des déplacements en Russie et en Chine dans les prochaines semaines. L’étape tunisienne matérialise cependant plusieurs objectifs et enjeux, directement liés au contexte régional et maghrébin. Il n’échappe à personne, en effet, que la Tunisie, qui vit les suites de la Révolution du Jasmin, traverse une étape historique et particulièrement délicate. Cette transition est fragilisée par la présence de forces obscurantistes, à l’intérieur de ce pays et dans son environnement proche. A l’est, la Libye voisine est en proie à la désintégration et à la violence, à l’Ouest, une gérontocratie figée et quasiment paraplégique entrave toute idée de construction maghrébine. lnt

Majmo3a, premier forum franco-marocain. Le premier forum franco-marocain d’administration publique a été officiellement lancé, jeudi 22 mai, à Rabat, en présence de Nadia Bernoussi, Directrice Générale de l’ENA, André Azoulay, Conseiller du Roi, Mohamed Moubdi, Ministre de la Fonction publique et de la Modernisation de l’administration et Charles Fries, Ambassadeur de France au Maroc. Né d’une initiative commune entre les administrations française et marocaine, Majmo3a a pour but de contribuer au renforcement de réseau en créant des liens entre les personnes issues de l’administration ayant suivi des formations de courte durée en France. Le réseau tend également à communiquer des informations utiles (offres de formation, actualités politiques et institutionnelles), enrichir un espace de réflexion et d’échange sur les grandes questions de droit public, etc. «L’objectif de Majmo3a est, au-delà de l’organisation des séminaires, et de l’échange de bonnes pratiques, de faire se rencontrer des décideurs, des managers, des commis de l’état, des responsables et des fonctionnaires d’horizons différents, autour de l’idée des valeurs du service public et de la manière de mener les politiques publiques», a déclaré Mme Bernoussi, avant d’ajouter que «les mots clés de Majmo3a seraient : «se réunir» autour d’un réseau, «s’informer» autour des bonnes pratiques et des mécanismes pertinents, «réfléchir» à des problématiques communes et enfin «construire» les bases d’un partenariat stratégique entre deux grandes nations.» L’Ambassadeur de France a, quant lui, affirmé que ce forum est important parce qu’il permet de rassembler tous les membres de la haute fonction publique des deux pays qui ont beaucoup à échanger.    lnt

Le gouvernement à l’assaut du système des retraites. Le gouvernement s’attaquera dès la semaine prochaine au système des retraites au Maroc. Un vaste sujet qui promet déjà de créer la polémique au Royaume. C’est une réforme « inéluctable » qui se fera progressivement, selon le gouvernement. Un débat sera tout d’abord organisé entre les membres du gouvernement, les directeurs des Caisses de retraites et les partenaires sociaux afin d’évoquer les différentes options envisageables. Le responsable de la fonction publique et de la modernisation de l’administration, Mohamed Moubdie, a d’ores et déjà annoncé qu’un allongement de la durée de travail et donc un relèvement de l’âge de la retraite serait inévitable. Il a également déclaré que le recrutement dans la fonction publique ne serait plus à durée indéterminée mais constituerait maintenant un engagement contractuel pour une certaine durée. Ces réunions seront aussi l’occasion de traiter le problème des « fonctionnaires fantômes » et de gérer le problème de l’absentéisme. Du travail en perspective pour pouvoir proposer une réforme structurée et efficace du système des retraites marocain.    Afriquinfos

 

Economie

 

Banque mondiale : 3,77 milliards de dirhams pour le Maroc. La Banque mondiale a accordé au Maroc deux prêts d’un montant d’environ 3,77 milliards de dirhams (459 millions de dollars), destinés au développement du marché des capitaux et au financement du projet d’approvisionnement   en eau potable en milieu rural. Les deux prêts ont fait l’objet de deux accords signés mardi à Rabat par le ministre de l’Economie et des finances, Mohammed Boussaid et le directeur du département Maghreb à la Banque mondiale, Simon Gray. Le premier prêt d’un montant de 2,4 milliards DH vise à développer le marché des capitaux et financer les petites et moyennes entreprises au Maroc. Les réformes engagées par le Maroc en la matière permettront de renforcer le profil de Casa Finance City, a-t-il indiqué, rappelant le lancement d’un programme d’assistance technique pluriannuel en mars dernier. Le deuxième prêt, d’un montant de 1,3 milliard DH concerne le projet d’approvisionnement en eau potable en milieu rural. Ce projet contribuera à améliorer la qualité de vie de près de 390.000 habitants répartis dans 1.400 douars. Il contribuera également à étendre l’accès à l’eau potable à l’échelle nationale de 94% en 2013 à 97% en 2017. Aufaitmaroc

6 nouveaux ports de plaisance à l’étude. Ces ports de plaisance concernent 3 sites dans la province de Nador (Cala Charranes, Sidi Lahcen et Site 7-A), deux dans la province d’El Hoceima (Issly et Tala Youssef) et, finalement, Oued el Marsa dans la province de Tanger. Selon Médias24,   l’Agence nationale des ports vient de lancer un appel d’offres pour la réalisation d’une étude concernant ces 6 sites tout particulièrement. Il sera principalement question d’étudier l’attractivité de ces sites par rapport aux investisseurs potentiels, ainsi que les infrastructures que peuvent nécessiter ces projets. L’appel d’offres a été lancé en date du 2 mai. Outre cela, l’étude devra démontrer que les projets sont réalistes, et attireront les touristes, ainsi que l’accessibilité terrestre de ces sites. Quant aux coûts de pareils projets, il est estimé à 330 millions de Dh chacun pour celui de Cala Charranes et de Sidi Lahcen. 210 millions pour celui du Site 7-A. 350 millions pour Issly. 270 millions pour Tala Youssef. Et, enfin, 300 millions pour Oued el Marsa. Le Maroc dispose actuellement de six ports de plaisance, à savoir Saïdia, Kabila, Marina Smir, Bouregreg, Sables d’or et Marina d’Agadir. La réalisation effective de ces projets ferait que l’offre sera littéralement doublée. Bladi.net

PME/Eau potable: Boussaid signe deux accords à 335 millions €. Le ministre des Finances, Mohamed Boussaïd, a présidé une cérémonie de signature d’un accord de prêt dans le cadre de la politique de développement d’appui au développement du marché de capitaux et le financement.   Cet accord concerne les PME, mais aussi un projet d’approvisionnement en eau potable dans le milieu rural par l’Office national de l‘électricité et de l’eau potable (ONEE). Dans son allocution, Mohamed Boussaïd a rappelé que les relations de coopération qu’entretient le Maroc avec la Banque mondiale se sont intensifiées avec l’adoption du nouveau cadre de partenariat stratégique (CPS) couvrant la période 2014-2017. Il a souligné que cela fait de cette institution l’un des principaux bailleurs de fonds qui accompagnent le Maroc dans ses efforts visant à approfondir ses réformes. Ces réformes se manifestent selon lui par le soutien régulier apporté par la Banque mondiale au pays pour son développement économique et social à travers le financement des programmes de réformes structurelles et sectorielles et de projets d’investissement. Boussaïd a souligné que le prêt de politique de développement (PPD) du secteur financier, d’un montant de 300 millions de dollars (220 millions d’euros), vise à développer le marché de capitaux et le financement des PME dans notre pays. Il a rappelé à cet égard que le renforcement du secteur financier constitue une grande priorité du gouvernement et a fait l’objet de réformes majeures ayant permis sa modernisation et sa contribution au financement de l’économie. Concernant le projet d’approvisionnement en eau potable en milieu rural qui porte sur un montant de près de 115 millions d’euros, le ministre a indiqué que les accords signés visent à faciliter l’accès des populations rurales aux services de base et à généraliser l’accès à l’eau potable ainsi qu’à l’assainissement. h24info

La Société Générale autorisée par le CDVM à augmenter son capital. Le gendarme de la bourse, le Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières (CDVM) a autorisé la banque marocaine Société Générale, à opérer une augmentation de capital, réservée aux salariés des filiales et succursales marocaines du groupe. Selon un communiqué du Conseil, cette opération concerne au Maroc les salariés d’ALD Automotive, Athena Courtage, Eqdom, La Marocaine Vie, Société Générale Marocaine de Banques et Sogelease Maroc. L’augmentation de capital réservée à l’ensemble des salariés du groupe se fera par souscription d’actions Société Générale et portera sur un maximum de 14.634.632 actions, ajoute la même source, notant que le montant maximal autorisé au Maroc est de 15 millions de dirhams. Le prix de souscription est fixé à 35,85 euros, soit 402,41 dirhams par action, sur la période allant du 28 au 30 mai courant inclus. Cette opération s’inscrit dans le cadre de l’élargissement de l’actionnariat direct et indirect de la Société Générale, renouvelé chaque année depuis 2004, ayant pour but de faire participer l’ensemble des salariés du groupe à un projet collectif.    Le Mag

Brasseries du Maroc-Branoma : les raisons d’une fusion. La fusion entre la Société des brasseries du Maroc (SBM) et Branoma est imminente. Le CDVM a visé, lundi 26 mai, la note d’information afférente à l’opération. La société mère SBM est valorisée à 5.718,2 MDH, soit une valeur de 2.024 DH par action (en deçà de la valorisation du marché sur lequel le titre s’échange à 2.162 DH), tandis que Branoma est valorisée à 826,6 MDH, soit 1.653,2 DH par action. La fusion entre Brasseries du Maroc et sa filiale «a pour objectif de simplifier et rationaliser les structures opérationnelles des deux sociétés, ce qui induirait des effets bénéfiques à la fois sur la gouvernance mais également sur les performances du groupe. Cette fusion permettrait en outre une plus grande maîtrise des risques, la réduction des coûts ainsi que l’amélioration de la structure bilancielle et des fonds propres au niveau du groupe», explique-t-on dans la note d’information.    Les Eco

Elalamy: Le Fonds de développement industriel opérationnel début 2015. Le FDI, qui est « un mécanisme d’accompagnement et d’amorçage avec des montants beaucoup plus importants que ce qui existe et avec plus de flexibilité », sera inclus dans la prochaine loi de finances pour être opérationnel début 2015, a indiqué le ministre de l’Industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, Moulay Hafid Elalamy dans un entretien publié mercredi sur le site Internet de l’hebdomadaire français « L’Usine Nouvelle ». Le FDI, un outil « inédit au Maroc », distribuera des subventions et mobilisera 3 milliards de dirhams par an, soit 21 milliards sur 7 ans, a expliqué le ministre, précisant qu’il aidera les investisseurs étrangers ou nationaux selon des modalités cohérentes avec la Charte de l’investissement qui va être rénovée. Le nouveau fonds co-existera avec le Fonds Hassan II qui cible lui le foncier et l’investissement, a-t-il dit, notant que ses aides seront liées à des engagements sur l’emploi, la création de valeur et les exportations. Interrogé sur les secteurs sur lesquels mise le Maroc, outre, l’aéronautique, l’automobile et l’offshoring, le ministre a cité le textile et l’électroménager, faisant remarquer qu' »au-delà de cette liste de secteur globalement, l’idée c’est que notre pays constitue pour les investisseurs étrangers une plate-forme vers l’Europe mais aussi l’Afrique ».    Menara

 

Social

 

Actes illégaux et escroqueries au sein de la police marocaine. Trois policiers de la ville de Salé sont poursuivis pour corruption. Ils auraient accepté des « présents en échange d’acte illégal et d’escroquerie ». Leurs manœuvres ont été découvertes dans le cadre d’opérations de contrôle   visant à renforcer les « mécanismes de moralisation et de probité » au sein des forces de l’ordre. La Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) a rappelé que les forces de l’ordre devaient s’engager à ne pas pratiquer de pots-de-vin, abus de pouvoir, etc… par le biais d’une récente circulaire. On apprend qu’un homme aurait perdu la vie hier matin dans un commissariat marocain. Des traces de coups auraient été aperçues sur son corps lorsqu’il a été emmené à la morgue. L’homme était un ancien militant politique. L’association marocaine des droits humains s’est immédiatement saisie de l’affaire, elle appelle à l’ouverture d’une enquête sur cette mort mystérieuse afin d’en connaître les circonstances. Afriquinfos

Le cadavre d’une française, déterré dans la villa d’un ancien juge marocain à Fès. Fès : La police criminelle relevant de la préfecture de sureté nationale de Fès, a arrêté le fils d’un juge à la retraite. Le jeune homme est accusé du meurtre d’une ressortissante française qui était liée d’amitié   à lui via Internet. Le cadavre de la victime française avait été déterré par les enquêteurs de police à la villa de l’ancien juge, sis au quartier Wad Fès. Selon le site arabophone goud, citant des sources proches de l’enquête, la police a saisi dans la villa, plusieurs objets appartenant à l’accusé et qui lui aurait servi d’arme pour tuer sa victime et pour l’enterrer sur place. Les mêmes sources indiquent que cette femme française avait une chambre à son nom dans un hôtel de Fès. Absente pendant 4 jours, la direction de l’hôtel intriguée, a contacté la police et inspecté sa chambre et son ordinateur pour y découvrir les traces de conversations et de disputes via facebook, avec le présumé coupable. La police a pu l’identifier ainsi et pu trouver chez lui, le cadavre de la femme assassinée. Le Mag

Avortement, des chiffres alarmants. La police judiciaire marocaine vient d’effectuer une opération contre l’avortement illégal. Le 27 mai, apprenant qu’une femme se trouvait dans un cabinet pour interrompre une grossesse survenue hors mariage, la police décide d’enquêter   et d’agir rapidement. Elle découvre très vite l’identité du médecin pratiquant l’avortement ainsi que ses collaborateurs. Deux officiers de la police judiciaire, en collaboration avec la police scientifique interviennent alors. Cette opération a permis l’arrestation du médecin, qui effectuait des avortements à la chaine, et de ses assistantes. Menottés, ils ont été conduits à la préfecture de police. Une dizaine de femmes attendaient en salle d’attente pour se faire avorter. Elles ont toutes été conduites à l’hôpital pour être examinées et, si besoin, soignées par des spécialistes. Au Maroc, l’avortement est interdit. La loi ne tolère que l’avortement spontané ou l’interruption volontaire de grossesse en cas de danger pour la vie de la mère. Le Code Pénal puni sévèrement toute infraction à cette loi. Toute personne ayant tenté, ou provoqué, un avortement (avec ou sans accord de la mère) risque 1 à 5 ans de prison. Une peine qui peut être portée à 20 ans en cas de décès de la femme, et doublée si l’avorteur est récidiviste. De même, toute femme ayant interrompu sa grossesse risque 6 mois à 2 ans de prison. Enfin, les complices d’avortement sont punis de 2 mois à 2 ans de réclusion. Chacune des personnes interpellées dans le cadre de cette opération pourrait donc aller en prison, y compris les femmes qui attendaient dans la salle d’attente. Afriquinfos

Incendie au Centre hospitalier universitaire Hassan II de Fès. Un incendie s’est déclaré mercredi matin au Centre hospitalier universitaire (CHU) Hassan II de Fès, sans faire de victimes ou de dégâts matériels importants, a annoncé le ministère de la Santé. A la suite de cet incendie, qui s’est déclaré aux vestiaires du bloc opératoire au 3ème étage de l’hôpital des spécialités, l’administration du CHU a prévenu les services de la protection civile qui sont intervenus « en extrême urgence », souligne la même source qui précise qu’une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de cet incendie. Dans l’attente de la réfection des murs et du revêtement du sol, l’activité au niveau du bloc touché par l’incendie a été suspendue provisoirement. Le ministère assure que dans un souci de continuité de service pour les citoyens, le programme opératoire au niveau de ce bloc a été ventilé sur les différents blocs du CHU, doté au total de 22 salles opératoires.    Aujourdhui.ma

Christine Daure Serfaty n’est plus. Ecrivaine et militante, épouse de leader d’extrême gauchemarocain, feu Abraham Serfaty, Christine Daure Serfaty a été emportée, à l’hôpital Tenon à Paris, par une embolie pulmonaire, selon le site Tel Quel, citant l’artiste marocain Mahi Binebine qui se trouve sur place. Christine Daure-Serfaty, a longuement et âprement lutté, durant les années de plomb au Maroc, au coté de son défunt époux, Abraham Serfaty, fondateur du mouvement d’extrême gauche Ilal Amam, décédé le 28 novembre 2010. Christine Daure est née le 12 novembre 1926, elle devient professeur d’histoire et géographie et c’est à ce titre qu’elle part enseigner au Maroc en 1962. En 1986, elle publie, sous le pseudonyme de Claude Ariam, ‘Rencontres avec le Maroc’, récit de ses voyages dans le pays ; l’ouvrage sera réédité en 1993 sous son vrai nom.    Le Mag

 

Art & Culture

 

Vente aux enchères à la galerie Memoarts : Près de 100 lots proposés. Bijoux, poterie, peinture marocaine orientaliste et contemporaine… la maison de vente Memoarts à Casablanca organisera une vente aux enchères, dimanche 1er juin, au sein même de la galerie. À l’occasion   de cet événement, près de 100 lots seront présentés, d’une valeur totale estimée à près de 5 millions de dirhams. La vente offrira un grand choix de bijoux marocains anciens, de poterie marocaine datant des 18ème et 19ème siècles ainsi qu’une palette riche et diversifiée d’artistes marocains et orientalistes. Parmi les lots vedettes de cette vente, il convient de noter la présence d’un livre rare de Besancenot, représentant les costumes traditionnels des différentes régions du Maroc, une importante œuvre de Ben Ali Rbati représentant une Halqa autour d’un conteur d’histoires, une œuvre du célèbre Jilali Gharbaoui, ainsi qu’une toile huile sur isorel d’Amine Demnati. D’autres peintres de grande valeur seront également de la partie, en l’occurrence Chaaibia Tallal, Miloud Labied, Tayeb Lhlou, Hassan El Glaoui, Abbas Saladi et Abdelkebir Rabi’. La vente proposera également de la peinture orientaliste comme Jean Gaston Mantel L, Henri-Jean Pontoy, Louis John Endres, Marcel Busson et bien d’autres. Aujourd’hui

Mawazine 2014 : Samia Tawil, confluences maroco-suisses. Samia Tawil, native de Genève, d’un père marocain et d’une mère suisse, est un brassage à elle seule. Avec des sonorités pop, rock, couplées à des rythmes ethniques, de la soul et de la musique orientale, Samia Tawil s’est très   vite inspirée des écrits de sa mère, poétesse, pour faire son entrée dans le monde des mots, des rythmes et des mélodies. Au contact de sa mère, Samia Tawil s’est mise à écrire pour accoucher de textes aux consonances rebelles. A 14 ans, elle démarre sur scène. C’est déjà un succès. Danseuse professionnelle, Samia Tawil faisait également partie de la troupe de danse qui a accompagné Janet Jackson lors de ses concerts à Vancouver. En 2011, Samia a enregistré son premier album. Prochainement, elle se produira dans le cadre du festival de Mawazine, le vendredi 30 mai sur la scène de Salé. Aujourd’hui

La 4è édition du Festival International de Théâtre de Salé du 4 au 8 juin. L’association Al Wasl pour le développement et la coopération organise, du 4 au 8 juin prochain, la 4ème édition du Festival international de théâtre de Salé (édition du groupe Tagada et du critique   qatari Hassan Rached) avec la participation de troupes nationales et internationales. Un communiqué de l’association indique qu’au programme de cette édition, organisée avec le soutien du ministère de la Culture, la préfecture de Salé, l’Association Bouregreg et l’Association marocaine des professionnels de la radio et télévision, figurent huit représentations internationales et quatre pièces théâtrales nationales, ainsi que des soirées poétiques, artistiques, musicales et cinématographiques. Ce festival, dont les activités devront avoir lieu au Théâtre national Mohammed V, la Salle Bahnini (Rabat), au complexe culturel Hollywood et au centre socio-pédagogique de Hay Errahma (Salé) ainsi qu’à la Maison de la culture Mohamed Hajji (Sala Al Jadida), s’inscrit dans le cadre des activités célébrant la Journée nationale du théâtre et de la concrétisation de la dimension artistique de la régionalisation avancée, ajoute le communiqué. Le jury de cette édition, qui connaitra la participation de 120 artistes, est composé du dramaturge Abdelkrim Berrechid et Hajar El Joundi (Maroc), l’artiste Hanane Sadika (Tunisie), le réalisateur Abbas Abdelghani (Irak), Faras Al Misri (Jordanie), le dramaturge Sami Jamâane (Arabie Saoudite) et Claude Charter (France), souligne la même source. MAP

Abdelhay Mellakh réélu à la tête du Syndicat marocain des artistes plasticiens professionnels. L’artiste Abdelhay Mellakh a été réélu président du Syndicat marocain des artistes plasticiens professionnels, indique mercredi un communiqué du bureau exécutif du syndicat. Abdelhay Mellakh et sa liste ont été reconduits « à l’unanimité et sans réserve » à l’occasion du premier congrès du syndicat tenu samedi dernier à Casablanca, précise le communiqué, notant que la représentation féminine a été renforcée au niveau du nouveau bureau « en hommage et en reconnaissance » à l’apport de l’artiste marocaine. Outre Abdelhay Mellakh, le bureau exécutif se compose de Mohammed Idrissi Mansouri (premier vice-président), Leila Cherkaoui (2è vice-présidente), Lahbib Mseffer (secrétaire général), Benyounes Amirouche (vice- secrétaire général), Abderrahmane Banana (trésorier), Bouchaib Falaki (trésorier adjoint), Naoual Sekkat (conseillère chargée de la communication et des subventions), Rabia Chahed (conseillère chargée de l’évènementiel), Ahmed Alamine (conseiller chargé des affaires artistiques et techniques) et Noureddine Alioua (conseiller, coordinateur général). La déclaration finale du congrès avait appelé « à l’adoption d’une politique culturelle qui prend en considération les composantes artistiques, culturelles et civilisationnelles » du pays et qui valorise « l’élément humain, composante essentielle du développement humain durable ». Les travaux de ce congrès ont été marqués notamment par la lecture des rapports moral et financier et l’adoption, à l’unanimité et sans réserve, d’une modification des statuts du syndicat faisant passer de 9 à 11 le nombre des membres dirigeants.    MAP

 

Sport

 

A cause de la présence israélienne, l’équipe marocaine quitte le Mondial des pupilles. Selon Ouest-france.fr : « Chaque année, depuis 1986, des jeunes joueurs de football du monde entier se retrouvent à Plomelin (Finistère) pour un grand tournoi. Mais cette année, la compétition est   entachée par une annonce fracassante. L’équipe fanion du Kawkab Athletic Club Marrakech (Kac Marrakech) vient d’annoncer son retrait ». Raison avancée : la présence de deux équipes israéliennes : Maccabi Haifa et Hapoël Tel Aviv.Selon Alain Bosser, le président du Mondial : « Les journalistes marocains ont eu écho de la présence de l’équipe du Kac à Plomelin et ils ont vu que le Maroc allait jouer contre Israël. Les articles ont créé un tollé au Maroc ». Aucune autre raison n’a été citée par l’équipe, selon le président. Des israéliens au Mondial, c’est déjà assez, paraît-il. Bladi.net

Le Maroc rafle 5 médailles aux Jeux Africains de la Jeunesse à Gaborone. Le Maroc a remporté trois médailles en argent et deux en bronze à l’issue de la 4e journée des 2èmes Jeux Africains de la jeunesse organisés depuis le 23 mai à Gaborone en Botswana. Les trois médailles d’argent   ont été remportées en haltérophilie par Issam Harfi (56kg), en cyclisme (contre la montre par équipe) par Abderahim Zahiri, Chokri El Mehdi, Laanaya El Mehdi et Ellkouraji Mohcine et en judo par Yousra El Bouhairi (62kg). Les médailles de bronze ont été décrochées toujours en haltérophilie par Yousra Karim (58kg) et en judo par Issam Bassou (-55 kg). Cette manifestation organisée jusqu’au 31 mai réunit 2500 athlètes âgés de moins de 18 ans devant évoluer dans 21 disciplines sportives. La délégation marocaine est composée de 48 sportifs engagés dans 10 disciplines: l’athlétisme, le basket-ball, la boxe, le cyclisme, l’haltérophilie, le judo, le karaté, la natation, le taekwondo et le tennis. Le Mag

Pourquoi les balles de tennis sont jaunes? Que serait le tennis sans ses petites balles jaunes? Comme le basket avec son ballon orange, impossible d’imaginer le sport favori de Rafael Nadal avec une balle en caoutchouc d’une autre couleur. Et pourtant. À l’origine, les balles de tennis   n’avaient rien de jaune. Elles étaient blanches, voire noires, en raison de leur composition en laine. Mais vers la fin du XXe siècle, la télévision en couleur fait son apparition. Le tennis est de plus en plus retransmis mais les balles blanches perturbent car elles se confondent avec les lignes blanches du court. En 1972, pour offrir une meilleure visibilité aux téléspectateurs, les diffuseurs et la Fédération internationale de tennis décident d’introduire dans le circuit des balles de feutre jaune. Mais pas n’importe quel jaune. Un jaune fluorescent appelé «optic yellow» déterminé par des recherches comme étant la couleur la plus visible à la TV. Depuis, tous les tournois utilisent ce standard. Mais, officiellement, les balles blanches sont encore autorisées sur le circuit professionnel. h24info

Mehdi Benatia agacé par les dirigeants romains. Mehdi Benatia le défenseur de 27 ans a déclaré qu’il n’avait jamais mis la pression sur le club. Lassé par l’attitude des dirigeants romains qui ne souhaitent pas revaloriser son contrat. “Je n’ai jamais dit que je voulais partir, je voulais le préciser. L’année dernière, mon agent m’a conseillé de signer à la Roma. Le salaire était bas par rapport aux autres offres et je ne jouais pas l’Europe mais je ne regrette pas. Le projet m’a séduit, l’idée me plaisait. Sabatini m’a regardé dans les yeux et m’a dit merci. Il m’a donné rendez-vous en fin de saison car il appréciait mon comportement.” a lancé Mehdi Benatia à la Gazzetta dello Sport. Auteur d’une très bonne saison avec le club de la Louve, Mehdi Benatia estime mériter un meilleur salaire mais il s’est heurté au refus de ses dirigeants. Le défenseur affirme que les décideurs romains n’ont pas tenu leurs promesses. “Je pense avoir démontré des choses cette année mais je n’ai jamais mis la pression sur le club. Mais avant de signer à la Roma, j’avais un accord. On m’a dit : ‘Nous savons que tu mérites un meilleur salaire mais si tu viens à la Roma et que nous nous qualifions pour la Ligue des champions, nous te ferons un beau contrat.’ Mais on m’a fait une proposition inacceptable. J’ai entendu dire que j’avais demandé quatre millions d’euros par saison, on ne m’en a même pas proposé trois. On m’a traité comme un enfant.”    Sport-Maroc

Mondial 2014: 35 millions de dollars pour le champion! Après les Jeux olympiques, la Coupe du monde de football est l’événement sportif le plus suivi à travers la planète. Les retombées financières sont donc énormes pour la FIFA. Normal donc que les montants des primes dédiées au 32 équipes qualifiées soient aussi élevés. Ainsi, le vainqueur du Mondial 2014 percevra 35 millions de dollars (285 millions DH), alors que le finaliste touchera, lui, 25 millions de dollars (205 millions DH). Quant à l’équipe qui occupera la plus petite marche du podium, elle encaissera un chèque de 22 millions de dollars (180 millions DH), la quatrième 20 millions de dollars (160 millions de DH). Les nations qualifiées pour les quarts de finale se consoleront avec 14 millions de dollars (105 millions de DH), celles qualifiées pour le second tour avec 9 millions (75 millions DH). Les formations présentes au Brésil sont assurées de voir gonfler leurs comptes en banque de 8 millions de dollars (65 millions DH). La Coupe du monde débutera le 12 juin prochain par la rencontre entre le pays hôte, le Brésil, contre la Croatie de Luka Modric. La finale aura lieu au mythique Maracana de Rio de Janeiro le 13 juillet.    Le 360

 

International

 

Un Marocain en lice pour la Présidence d’Israël. Sheetrit lui-même a du mal à le croire : « Si quelqu’un m’avait dit il y a 50 ans que je serais un jour député, chef de cabinet ministériel et candidat à la présidence, je n’y aurais jamais cru ». Par contre, il faut convenir que cette fonction de président   du gouvernement d’Israël est quasiment « honorifique ». Les pouvoirs exécutifs reviennent exclusivement au Premier ministre. Mais… le chef de l’Etat peut, après les élections législatives, nommer lui-même le Premier ministre qui sera alors chargé de former une coalition. Shimon Peres quittera ses fonctions fin juillet. Des fonctions qu’il occupe depuis 2007. Meir Sheetrit est né à Ksar Es Souk (actuelle Errachidia), au Maroc. Sa famille a immigré en Israël. Il a suivi un programme de master en politique publique et est diplômé de l’université Bar-Ilan. Il est marié et père de deux enfants. Bladi.net

Égypte. L’abstention déclenche une “hystérie télévisée”. “Hystérie sur les chaînes de télévision égyptienne !” C’est le constat du journaliste pro-révolutionnaire Yousri Foda sur On-TV. En effet, la faible participation à l’élection présidentielle a donné lieu, mardi 27 mai, à de curieuses   interventions de la part d’un certain nombre de présentateurs à la télévision égyptienne. Moustapha Al-Bakri, pro-Sisi invétéré, a ainsi accusé les abstentionnistes d’être “des traîtres” : “Si chacun se dit que ce n’est pas la peine d’aller voter et qu’on peut boycotter, c’est l’avenir de la Libye ou de la Syrie qui nous attend. Si vous ne votez pas, c’est que vous êtes avec les terroristes.” Même son de cloche chez Amr Adib : “S’il n’y a que 10 millions d’électeurs, qu’est-ce qu’on va dire au monde ? Que le peuple égyptien ne veut pas de la feuille de route présentée par le candidat Abdel Fattah Al-Sissi après le renversement du président élu en juillet dernier, Mohamed Morsi ? Autant rouvrir la prison tout de suite et libérer Morsi”, l’ancien président issu des Frères musulmans. Dans une autre émission encore, une téléspectatrice s’exprimant au téléphone éclate en sanglots : “Sissi, est-ce qu’il mérite ça. Je vais devenir folle. Où sont les électeurs ?” Ibrahim Al-Issa pour sa part accuse “le peuple égyptien d’être insuffisamment éduqué”, tandis que Lamis Hadidi, présentatrice sur la très pro-gouvernementale chaîne CBC, est “inquiète pour Sissi” : “Il avait parlé de 40 millions d’électeurs.” Et de demander “à la Commission électorale de faire quelque chose” pour pousser la participation à “au moins 50 %”. Elle a été entendue, puisque la Commission électorale a décidé, dans l’urgence le 27 mai au soir, d’ouvrir les bureaux de vote pour un troisième jour, le 28 mai. L’enjeu est maintenant de savoir si ces appels plus ou moins virulents, plus ou moins insultants à l’égard de la population, auront eu l’effet souhaité. On peut avoir quelques doutes. Car le taux de participation d’environ 37 % constaté hier soir – selon la presse éygptienne – est tout à fait cohérent avec le taux constaté lors du référendum constitutionnel en janvier dernier, à savoir 38,6 %. Courrier International

États-Unis : en aidant le FBI, le hacker Sabu gagne sa liberté. Connu sur Internet sous le nom de Sabu, Hector Xavier Monsangur, un hacker de 30 ans, a été condamné à sept mois de prison ce mardi. Il avait reconnu en juin 2011 être à l’origine de neuf cas de piratage informatique et de trois   autres faits. Mais il a déjà effectué une peine préventive correspondant à la durée de sa condamnation, entre mai et décembre 2012, et n’aura donc pas à retourner derrière les barreaux. Il sera néanmoins mis à l’épreuve pendant un an, notamment via le contrôle serré de ses activités informatiques. Pourquoi une telle clémence pour un homme qui encourait entre vingt et un et vingt-six ans de prison ? Car il a accepté de collaborer avec le FBI dès son arrestation en juin 2011, officiellement afin que ses deux nièces, dont il a la charge, ne soient pas placées en famille d’accueil. Depuis trois ans, il aide ainsi l’agence fédérale grâce à une connaissance précise des organisations de hackers. Monsegur a en effet un riche historique dans le milieu des pirates informatiques. D’abord membre d’Anonymous, il a contribué au piratage des sites de Visa, MasterCard et PayPal en 2010 et en2011, après que ceux-ci eurent empêché que leurs interfaces soient utilisées pour effectuer des donations à WikiLeaks. Il a ensuite cofondé LulzSec (de « lol » et « security »), un groupe de hackers dont le but avoué était d’exposer les failles de différents sites, « juste pour le fun au départ » puis avec un engagement politique par la suite. Nintendo, la CIA ou encore la police anglaise avaient fait les frais de leurs opérations savamment médiatisées. Un peu trop, d’ailleurs, puisque le FBI a pu appréhender Sabu en juin 2011. Puis d’autres membres dans les mois suivants, grâce à l' »extraordinaire coopération » de Monsegur, pour reprendre les mots de la juge Loretta A. Preska. Le Point

Chine : des personnes âgées se suicident pour éviter d’être incinérées. Pour certains, le dernier combat est parfois désespéré. C’est le cas de six personnes âgées à Anqing, à l’est de la Chine, qui, pour pouvoir être enterrées dans un cercueil, se sont suicidées avant l’entrée en vigueur d’un règlement du gouvernement local, qui impose l’incinération à partir du 1er juin. Selon le journal Les Nouvelles de Pékin, les autorités locales d’Anqing ont confisqué des cercueils achetés par des familles de la ville, ce qui a «provoqué un grand choc psychologique» au sein des foyers. Même si le gouvernement a démenti vivement les liens entre ces suicides et l’interdiction des inhumations, et assuré que les familles acceptaient volontiers de renoncer de leur propre chef à leurs cercueils, plusieurs exemples poignants montrent cette corrélation. Parmi les six suicides survenus depuis l’annonce du règlement le 25 mars, une femme âgée de 91 ans s’est pendue le 5 mai, juste après avoir pris connaissance des nouveaux textes, tandis qu’une autre âgée de 83 ans, s’est tuée, après avoir vu des membres des forces de l’ordre briser en deux sous ses yeux son futur cercueil. Dans cette ville de 6 millions habitants, les 10% de taux de crémation sont bien inférieurs à la moyenne nationale (48,8% en 2011). Les réformes de l’enterrement s’y sont accélérées depuis le début de l’année et l’objectif est de pousser ce taux infime jusqu’à 80%. Les gouvernements locaux, en quête effrénée de nouvelles terres pour la construction et la culture agricole, encouragent donc le recours à la crémation. Mais certains cadres locaux sont parfois tentés, par excès de zèle, d’aller plus loin que la norme – une méthode assez courante pour avoir une promotion dans leur vie politique.    Le Figaro

Ukraine : Porochenko souhaite discuter avec Poutine. Le président ukrainien Petro Porochenko a affirmé qu’il allait discuter avec son homologue russe Vladimir Poutine pour « apaiser la crise et oeuvrer à la paix », dans une interview au journal allemand Bild à paraître jeudi. « Nous aurons des discussions avec Poutine, pour apaiser la crise et oeuvrer à la paix. Quand et où ces discussions auront lieu, cela n’a pas été décidé pour le moment », a déclaré le président ukrainien, en réponse au tabloïd allemand qui lui demandait s’il allait profiter de sa participation aux cérémonies de commémoration du débarquement allié en Normandie le 6 juin, auxquelles assistera également Vladimir Poutine, pour dialoguer avec son homologue russe. Mercredi, le président français François Hollande avait annoncé qu’il avait invité Petro Porochenko, élu dimanche au premier tour de la présidentielle ukrainienne, à participer aux cérémonies en Normandie. « Nous sommes très heureux de la possibilité qui nous est offerte de participer à cette manifestation très spéciale en France », a assuré Petro Porochenko, à ce sujet. Le président ukrainien a ajouté qu’il avait été invité par plusieurs pays pour des visites d’État, mais il a confirmé que son premier déplacement à l’étranger aurait lieu en Pologne. La veille des festivités en Normandie (nord-ouest de la France), François Hollande doit recevoir à l’Élysée Vladimir Poutine pour évoquer la crise ukrainienne.    Le Point

 

Nouvelles Technologies

 

Skype développe un service de traduction instantanée. D’ici deux à trois ans, nous pourrons discuter en instantané sur Skype avec des gens dont nous ignorons totalement la langue. Microsoft travaille actuellement sur un service payant de traduction en quasi temps réel pour son logiciel   d’appels téléphoniques via internet, comme l’a annoncé le PDG du groupe Satya Nadella lors d’une conférence en Californie reprise par le site The Verge. Une version de test est même prévue pour le courant de l’année 2014. Le service fonctionne déjà entre l’anglais et l’allemand mais l’objectif est de le rendre disponible pour un très grand nombre de langues. Un pré-requis indispensable lorsque l’on sait que Skype revendique 300 millions d’utilisateurs mensuels dans le monde. «Depuis que nous savons parler, nous voulons franchir la frontière de la langue» a ajouté Satya Nadella, comme pour justifier l’ampleur des travaux: sur son site dédié à la recherche, Microsoft a expliqué travailler depuis dix ans sur cette idée qui était considérée comme «presque impossible»à l’époque. La création il y a quatre ans d’un programme capable de traduire les conversations téléphoniques a redonné de la vigueur au projet, alors qu’une autre mission était lancée en parallèle pour améliorer la vitesse de reconnaissance de la parole. Selon Satya Nadella, l’objectif de Microsoft est de rendre le service disponible sur tous les terminaux, «petits ou grands». Retrouvez ci-dessous quelques minutes de son intervention et la démonstration de la version test de «Skype Translator», le nom provisoire du service (vidéo en anglais). h24info

Orange lance le Smartphone Alcatel OneTouch Pixi 2 en Afrique et au Moyen-Orient. Après le lancement très réussi de l’Alcatel OneTouch Pixi original d’Orange, qui s’est vendu à près de 250 000 exemplaires en 6 mois, Orange met à disposition de ses clients en Afrique et au Moyen-Orient   l’un des smartphones les plus abordables du marché. Grâce à la rapidité de ses réseaux 3G et 4G, à des services localisés et à des smartphones proposés à des prix abordables, Orange continue à accélérer l’accès à l’Internet mobile et son usage en Afrique et au Moyen-Orient. Le smartphone, proposé à partir de 60 dollars avec des offres intégrants le data, voix et SMS, est l’occasion de faire découvrir les richesses de l’environnement Android Jelly Bean à davantage de clients d’Orange. Aujourd’hui, Orange annonce le lancement du smartphone Alcatel OneTouch Pixi 2, un smartphone riche en fonctionnalités à un prix abordable qui permettra aux consommateurs en Afrique et au Moyen-Orient de bénéficier rapidement des avantages de l’Internet mobile. Orange avait précédemment lancé avec succès la version originale de ce smartphone, l’Alcatel OneTouch Pixi, notamment en Afrique subsaharienne. Avec près de 250 000 exemplaires vendus en 6 mois, ce smartphone est rapidement devenu l’appareil le plus demandé dans les boutiques Orange d’Afrique et du Moyen-Orient. Actuellement, un smartphone sur cinq vendu par Orange dans ces régions est un Alcatel. « Le marché des smartphones est en pleine mutation, avec des smartphones de qualité proposés à des prix de plus en plus abordables », explique Yves Maitre, Directeur en charge des objets connectés et des partenariats chez Orange. Afriquinfos

Google dévoile son prototype de voiture électrique sans conducteur. C’est une première. Google a présenté mardi la «Google Car» sans conducteur que le géant de l’Internet a lui même conçue. Jusqu’à présent les «Google Cars» qui circulent à titre expérimental sur les routes du Nevada ou   de la Californie étaient des voitures existantes – Toyota Prius ou Lexus – bardées de capteurs en tout genre permettant de se passer de conducteur. Google passe aujourd’hui à la vitesse supérieure en présentant sa propre voiture. Le design est encore assez sommaire, le petit véhicule se présentant comme une sorte de Smart aux traits arrondis. Elle se contente d’ailleurs de transporter deux passagers. Pour accentuer encore l’absence de conducteur, le prototype n’a d’ailleurs ni volant, ni pédale d’accélérateur, ni pédale de frein. La voiture sera autonome, donc, mais pas très rapide: elle ne dépasse pas les 40 km/h. Google a pour ambition de fabriquer une centaine de ces prototypes. Si les autorités américaines acceptent que des prototypes circulent sur les routes à des fins expérimentales, une diffusion à large échelle n’est toutefois pas autorisée. Et, pour l’instant, rien n’indique que le géant de l’Internet souhaite aller jusqu’à une commercialisation de ses véhicules sans conducteur. La plupart des constructeurs traditionnels estiment d’ailleurs que Google n’ira pas jusque là. «L’objectif de Google est de pousser les constructeurs à s’impliquer dans le véhicule autonome plutôt que d’y aller lui même, estime d’ailleurs un expert d’un équipementier automobile. Google veut libérer le conducteur de la conduite afin qu’il passe plus de temps devant les écrans, à consommer la publicité vendue par Google». Le Figaro

 

le2minutes.com

________________________actu-maroc.com

Pour rejoindre la page facebook de votre journal actu-maroc.com, d’autres informations vous attendent, aimez la page en cliquant sur le lien ci-après: https://www.facebook.com/pages/Actu-Maroccom/107076616014235?ref=ts&fref=ts

 

 

Presse Actualité journal Maroc marocaine infos news Rabat Casablanca Marrakech Agadir Fés Tanger horaires de prière

faits divers politique économie accident cnops ministère ambassade cnss police douane trafic drogue prostitution pédophilie

Commentaires