Flash-news : Trente en un du « 1 mars 2013

Flash-news : Trente en un du « 1 mars 2013

350
0
PARTAGER

Migrations. 42 % des Marocains envisagent d’émigrer. C’est le résultat d’une étude sur « le rôle des compétences dans le phénomène migratoire au Maroc », menée par la Fédération européenne pour la formation (ETF) et présentée mardi 26 février, lors d’un séminaire à Rabat. Les Gadiris (52% d’entre eux) et les Marrakchis (49%) sont les plus concernés par cette volonté de quitter leur pays, ajoute l’étude, relevant que les Casablancais et les Rabatis sont les moins concernés. Le Maroc est le troisième pays africain à faire l’objet de ce genre d’étude après la Tunisie et l’Egypte [2006-2008]. L’Etude a été réalisée sur la base de 2 600 émigrés potentiels et 1 400 travailleurs migrants rentrés au royaume. 9% peuvent le faire. La principale motivation de tous ces candidats à l’immigration : « partir travailler à l’étranger » en vue d’améliorer leurs conditions de vie. Cependant, note le rapport, seulement 9% de ceux qui souhaitent émigrer « disposent des informations, des papiers et de l’argent nécessaires pour mener à bien ce projet ». En 2011, près de trois millions de Marocains avaient émigré, au total, généralement pour aller travailler à l’étranger dans de meilleures conditions qu’au Maroc. L’étude montre que jusqu’à 10 ans de résidence à l’étranger, « presque la moitié des migrants marocains n’acquièrent pas de nouvelles compétences pendant leur période migratoire ». Et lorsqu’ils en acquièrent, il leur est difficile de les mettre en œuvre sur le marché de l’emploi marocain. Partis pour obtenir de meilleures conditions de vie, certains migrants marocains font souvent face à des réalités rarement envisagées. 74% des Marocains qui retournent au royaume ont vécu dans la pauvreté à l’étranger, indique l’étude. (Yabiladi)

Sahara. Le Maroc lance un appel fraternel à l’Algérie pour une implication sincère dans la recherche d’une solution politique négociée du différend sur le Sahara. Le Représentant permanent du Royaume du Maroc auprès de l’Office des Nations Unies à Genève, Omar Hilale a lancé, jeudi, un « appel fraternel à l’Algérie afin de s’impliquer sincèrement dans la recherche d’une solution politique consensuelle » au différend sur le Sahara. L’appel de l’ambassadeur marocain , qui se réfère aux résolutions du Conseil de sécurité qui demandent, depuis avril 2007, « aux parties et aux Etats de la région de coopérer pleinement avec les Nations Unies et les uns avec les autres, pour parvenir à une solution politique », est intervenu dans le cadre du droit de réponse aux propos du ministre algérien des affaires étrangères qui a évoqué, lors d’une intervention devant la 22ème session du Conseil des droits de l’homme, la question du Sahara en se référant à la recommandation du dernier rapport du Secrétaire général des Nations Unies, au sujet de la protection des droits de l’Homme au Sahara. Lors de son intervention, M. Omar Hilale a relevé que le paragraphe 106 de la section des observations et recommandations du rapport en question précise que « toutes les parties ont des responsabilités en matière de protection des droits de l’homme » et « que, par conséquent, cette recommandation s’adresse également à l’Algérie, en sa qualité de pays hôte des populations des camps de Tindouf, et ce conformément au droit international ». (MAP)

Maroc-UE. Barroso et Benkirane font le point sur le partenariat Maroc-UE. Le président de la Commission européenne, rencontrera Adbelillah Benkirane demain, vendredi 1er mars à Rabat. Accompagné de la Commissaire Cécilia Malmström en charge des Affaires intérieures, José Manuel Barroso s’entretiendra également avec les Présidents de la Chambre des Représentants, et de la Chambre des Conseillers, ainsi que les membres du Gouvernement en charge des principaux volets du partenariat UE-Maroc. L’occasion de passer en revue le partenariat privilégié entre les deux parties et les différents chantiers engagés dans les domaines politique et commercial. Au cours de cette visite le représentant européen annoncera également le lancement des négociations pour un nouvel accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA) afin de réaliser le processus d’intégration économique et commerciale qui était prévu dans le cadre du Statut avancé. Au programme également le nouveau Plan d’Action Voisinage que l’UE et le Maroc finalisé en 2012. Celui-ci englobe l’ensemble des domaines de coopération et constituera la feuille de route du partenariat entre le Maroc et l’Union européenne. Enfin, les questions régionales et l’intégration du Maghreb seront également abordées par le Président avec ses différents interlocuteurs marocains. (Les inspirations ECO)

Tourisme. Le Royaume ambitionne de faire partie des 20 premières destinations touristiques mondiales. Les analystes du think-tank Oxford Business Group (OBG), ont récemment rendu publique une analyse selon laquelle le Maroc est bien placé pour «se positionner parmi les 20 premières destinations touristiques au monde». Une analyse qui mérite que l’on s’y attarde. En effet, cette dernière précise que le Royaume « poursuit ses efforts pour la réalisation de cet objectif en dépit des difficultés liées aux répercussions de l’instabilité dans la région et à l’actuelle crise de la zone euro». Parmi les arguments avancés par les experts de l’OBG, on trouve, entre autres, le montant des investissements dans le secteur qui a atteint 14 milliards de dirhams (MMDH) en 2012, soit 93% du budget fixé par le Royaume dans le cadre de sa stratégie Vision 2020, soit en moyenne 15 MMDH chaque année. Le Maroc qui ambitionne dans le cadre de ce programme de porter le nombre d’arrivées à 20 millions d’ici 2020 doit prendre en compte que la répartition des flux touristiques mondiaux a beaucoup changé ces dernières années. Les récentes données recensées par l’Organisation mondiale de tourisme (OMT) au cours de la dernière décennie confirment que de « nouveaux marchés émetteurs occupent les premiers rangs dans le classement des destinations» et que « les économies émergentes bouleversent l’échiquier touristique. Ce qui veut dire que le Maroc doit s’attendre à une concurrence de plus en plus acharnée. De nouveaux concurrents sont entrés en lice dans cette course notamment la Malaisie, la Turquie et Hong Kong qui ont gagné d’importantes parts de marché. (Libération)

Economie

Vente. Qtel confirme son intérêt pour Maroc Télécom. L’opérateur qatari Qtel a confirmé son intérêt pour la filiale mise en vente par le groupe français Vivendi, via son Directeur Général, Nasser Marafih qui s’est exprimé lors d’une interview en marge du congrès mondial du mobile à Barcelone. En 2012, Qtel a dépensé plus de 3 milliards d’euros pour augmenter  le contrôle de ses filiales, notamment en Tunisie et en Algérie. Nasser Marafih a également indiqué qu’il étudiait d’autres opportunités d’expansion notamment au Myanmar et en Libye. Le groupe est actuellement présent dans 17 pays dans les zones Asie, Moyen-Orient et Afrique du Nord et totalise près de 90 millions de clients.

Maroc-Chine. Don chinois de 57 millions de dirhams au Maroc pour financer des projets à caractère socio-économique. La Chine a octroyé un don d’environ 57 millions de dirhams au Maroc, pour financer des projets de développement socio-économique arrêtés d’un commun accord entre les deux parties. A cet effet, un accord de coopération économique et technique a été signé, jeudi à Rabat, par le ministre de l’Economie et des finances, M. Nizar Baraka et l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la Chine au Maroc, Mme Xu Jinghu. « Notre objectif est de lancer des projets à caractère économique et social dans des régions défavorisées », a affirmé M. Baraka. Le ministre a souligné à cette occasion que « le Maroc s’engage à assurer la réussite de ces projets », se félicitant des relations étroites de coopération entre les deux pays. Pour sa part, la diplomate chinoise a indiqué que le don « témoigne des relations d’amitié entre les deux pays et confirme la coopération bilatérale sincère et fructueuse de longue date », précisant que les projets seront arrêtés à l’issue des consultations entre les deux gouvernements. Mme Xu Jinghu a également rappelé que la coopération sino-marocaine porte sur plusieurs domaines, notamment les énergies renouvelables et les infrastructures routières. Durant le premier semestre 2012, les exportations marocaines vers la Chine ont atteint 978,401 millions de dirhams, alors que les importations ont totalisé plus de 10,51 milliards de dirhams, avec un taux de couverture de 9%. (MAP)

Justice. CNSS au Maroc, 7 mois de procès pour le détournement de 115 milliards de dirhams. Hier, jeudi 28 février, la cour d’appel de Casablanca avait rendez-vous avec la dernière audience du procès CNSS (Caisse Nationale de Sécurité Sociale). Un autre scandale de la longue série de dilapidations des deniers publics. 115 milliards de dirhams ont été détournés durant 30 ans, de 1971 à 2001. Dans le box des accusés figurent notamment deux directeurs généraux de la Caisse, Mohamed Gourja, directeur de 1971 à 1992 et Rafik Haddaoui, de 1995 à 2001, également ministre de l’Emploi de novembre 1992 à février 1995 sous le gouvernement Abdellatif Filali. Un troisième responsable, également directeur de la Caisse, de 1992 à 1995, M’Hamed Laâlej aurait dû accompagner les deux premiers au banc des accusés, mais il est décédé. Le procès, ouvert le 4 août dernier, entame aujourd’hui sa dernière ligne droite est l’aboutissement de presque dix années d’enquête et d’atermoiements. La Commission d’enquête parlementaire, initiée en 2002, n’a présenté son rapport final que le 6 juin 2012 à la Chambre des conseillers. Pour rappel le début de l’affaire de la CNSS remonte au début des années 2000. Nous sommes à ce moment là au commencement du règne de SM le Roi Mohammed VI et du gouvernement dit d’alternance, conduit par le socialiste Abderrahman El Youssoufi. C’est dans ce contexte que la Chambre des conseillers décide la constitution d’une commission d’enquête sur la CNSS. Cette institution décriée veut redorer son blason en s’attaquant à un monstre de la mauvaise gestion de l’argent public. (Yabiladi)

Colloque du FESPACO. Le système de financement du cinéma marocain retenu comme modèle pour les pays africains. Le système marocain d' »Avance sur recettes » pour le financement de la production cinématographique nationale a été plébiscité par les participants au colloque du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) qui l’ont recommandé comme modèle à adopter par les pays africains pour promouvoir leur production cinématographique. Donnant lecture aux recommandations du colloque « cinéma africain et politiques publiques » qui s’est penché durant deux jours sur la question du financement, le ministre gabonais de l’économie numérique et de la communication, Blaise Louembé, a indiqué que le modèle marocain, de par sa simplicité, son efficacité et son efficience, constitue un modèle à reproduire dans les pays africains où la production est souvent en bute à des problèmes liés au financement. Le directeur Général du Centre Cinématographique Marocain (CCM), M. Nour-Eddine Saïl a présenté, mercredi, l’expérience marocaine en matière de financement de la production cinématographique qui a permis d’insuffler un dynamisme sans précédent au 7 eme art marocain. M. Sail a présenté les mécanismes de financement à travers le dispositif d »’avances sur recettes » qui a permis, de façon concrète, de créer les conditions nécessaires pour une production cinématographique pérenne et régulière. Après la création au Maroc, dans les années 2000, d’un « fonds d’avance sur recettes » doté de 6 millions d’euros par an, le cinéma marocain est parvenu à une production annuelle de 25 films, a-t-il dit. (MAP)

Social

Mères porteuses. Au Luxembourg, des Marocaines louent leur ventre comme mères porteuses. Certaines Marocaines pauvres font « commerce de leur utérus ». C’est ce qui ressort en tout cas d’une récente affaire, révélée mardi 26 février, par le quotidien marocain Al Akhbar. 600 femmes de nationalité marocaines auraient loué, « ces dernières années », leurs utérus au profit de parents au Luxembourg ne pouvant pas avoir d’enfants. Le constat a été fait, à l’origine, par Rachida El Uriagli, une ex-MRE, ancienne parlementaire du Land Hessen, en Allemagne, et membre actuelle du Centre marocain des droits humains (CMDH). Pour arriver à ce chiffre, cette dernière a mené une enquête dans différents villes du nord du Maroc, explique l’agence de presse espagnole EFE. Selon le président du CMDH, Khalid Cherkaoui, toutes les étapes de l’opération, allant de la fécondation jusqu’à l’accouchement étaient pratiquées au Luxembourg. « Plusieurs parties sont impliquées dans cette affaire, outre les parents biologiques de l’enfant et de la mère porteuse », a-t-il fait savoir. Les dossiers médicaux des candidates à la Gestation pour autrui (GPA), leur permettant de sortir du royaume, auraient été élaborés par des médecins marocains au Maroc. D’autres « intermédiaires », qui tirent profit de ces opérations, seraient également impliqués dans cette affaire. Les mères porteuses seraient pour la plupart des « employées de maison, des filles vivants dans la rue ou issues de familles pauvres ». En contrepartie de leurs services, ces femmes percevaient une somme d’argent comprise entre 150 000 et 200 000 dirhams. (Yabiladi)

Immolation. Un Marocain a tenté de s’immoler par devant une préfecture en France. Il était désespéré par le blocage de ses démarches pour renouveler son titre de séjour en France. Mercredi après-midi, un ressortissant marocain a tenté de s’immoler devant la préfecture des Alpes de Haute-Provence, à Digne-les-Bains. L’homme, âgé de 49 ans, s’est présenté à la préfecture sans rendez-vous, vers 15 heures, afin de renouveler son titre de séjour provisoire par une carte de résident de longue validité. «Il était titulaire d’un récépissé valable jusqu’au 11 mars mais son passeport marocain était périmé depuis 2011. Faute de passeport en cours de validité, son dossier était incomplet», a précisé une source proche du dossier. Le personnel a donné l’alerte après que l’homme, pris de colère, eut menacé de mettre le feu à la préfecture avec un bidon d’essence. Le désespéré a finalement été retrouvé à l’intérieur de son véhicule, stationné sur le parking devant la préfecture. Il est sorti de sa voiture et s’est aspergé d’essence avec un jerrican avant d’être rapidement maîtrisé par des policiers alors qu’il menaçait de s’immoler, briquet à la main. Après avoir été brièvement hospitalisé, il a pu être reconduit à son domicile en fin de soirée. Sa situation administrative doit être examinée jeudi. Le 18 février dernier, à Palaiseau, un Nigérian de 38 ans avait tenté de s’immoler par le feu dans les locaux d’accueil de la sous-préfecture. Il a été arrêté dans son geste alors qu’il venait de s’asperger d’essence. L’homme souhaitait régulariser sa situation administrative.

Héritage. Il met le feu à son domicile pour cause de différend sur l’héritage. Un homme a mis le feu à son appartement où il vit seul dans la préfecture des arrondissements de Ben M’sick à Casablanca, suite à un différend sur l’héritage avec ses frères, avant d’endommager des voitures stationnées devant son immeuble de résidence, indique-t-on, jeudi, de source policière. Après un interrogatoire in situ des propriétaires des véhicules endommagés, qui ont insisté à poursuivre en justice le « vandale », les éléments de la police judiciaire se sont lancés à sa poursuite pour l’arrêter. En sa possession au moment de son interpellation, les enquêteurs vont saisir une barre de fer avec laquelle il avait endommagé les voitures ainsi que trois couteaux, selon la même source. Le présumé « pyromane » a expliqué avoir agi ainsi pour faire « pression » sur sa fratrie qui voulait le spolier de son héritage. Il a été déféré, ce jeudi, à la justice pour incendie volontaire et détérioration de biens d’autrui. (MAP)

Justice. Des présumés voleurs avec violence derrière les barreaux. Les éléments de la police judiciaire du Hay Hassani de Casablanca ont mis fin aux agissements d’une bande de présumés voleurs avec violence sous la menace d’armes blanches, indique-t-on jeudi de source policière. Deux membres présumés de cette bande, âgés de 24 ans, ont été interpellés dont l’un à son domicile sur indication de son complice alors qu’un troisième acolyte est activement recherché, a ajouté la même source. Cinq victimes les ont formellement reconnus et les enquêteurs continuent à éplucher les plaintes d’éventuelles autres personnes ayant été les cibles de ces détrousseurs. Les mis en cause, qui mettaient à profit l’obscurité dans un terrain vague entre la route d’El Jadida et la zone dite « Kasbat Lamine », n’hésitaient pas à faire usage de leurs armes blanches pour intimider les victimes dont plusieurs ont « appuyé » leurs plaintes de certificats médicaux et photos de blessures. (MAP)

Art & Culture

Humoriste. Gad Elmaleh parle du Maroc, de son spectacle et de sa relation amoureuse. Nous l’avons rencontré à Rabat, première étape de la tournée de son nouveau spectacle « Sans tambour » qu’il présentera en France à partir de mai. Celui qui a quitté son Maroc natal à l’âge de 17 ans revient, une fois de plus, au bercail pour porter un regard à la fois tendre et nostalgique sur le Maroc.  Le maestro de l’humour semble «revenir aux choses simples». Rafales de blagues, sourire franc, look bohème et franc-parler désarmant, Gad Elmaleh est indéniablement « bla Zwa9 » à la ville comme sur scène. Ecrivez-vous, vous-même vos spectacles marocains, étant donné que vous ne résidez pas ici? Avant chaque spectacle au Maroc, j’ai naturellement un temps d’adaptation. J’ai également un groupe d’amis avec lesquels je discute et j’improvise, dont l’humoriste Miz notamment, et une amie qui vit à Casablanca. Je greffe le condensé de ces observations à la structure habituelle de mes spectacles. A part l’humour, quels sont vos points forts? Des valeurs très fortes sur l’amitié. Je crois être un bon père, et je suis quelqu’un en constante activité. Je travaille beaucoup et je voyage beaucoup. Côté cœur, votre relation avec la princesse Charlotte Casiraghi vous a-t-elle changé? Oui, j’ai changé et j’ai enlevé le frein à main. Aujourd’hui j’ai désormais confiance dans le fait qu’on peut avoir des gens à nos côtés qui nous épaulent. Avant, je dissociais la relation amoureuse et la carrière, et je traçais ma voie tout seul. Aujourd’hui, je découvre qu’il est possible d’échanger là-dessus, et d’être soutenu. Je le découvre tard, c’est stupide.

Presse. La MAP va fournir ses services audio aux radios membres de l’Association des Radios et Télévisions indépendantes. L’Agence Maghreb Arabe Presse (MAP), l’association des Radios et Télévisions indépendantes (ARTI) et le ministère de la Communication, ont signé, jeudi à Rabat, un accord en vertu duquel la MAP fournira ses services audio et textes aux radios membres de l’ARTI. Les radios membres de l’ARTI sont Atlantic , Aswat, Chada FM, Hit Radio, Radio Mars, Med Radio, Medina FM, Radio Plus, MFM, Luxe Radio et Cap Radio. Cet accord, d’un montant annuel de 5 Millions de DH prélevé sur le budget alloué par le ministère de la communication au soutien au secteur audiovisuel, a été paraphé par le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustafa El Khalfi, le Directeur Général de la MAP, Khalil Hachimi Idrissi et le président de l’ARTI, Rachid Hayeg. Intervenant à cette occasion, le ministre de la communication s’est félicité de la signature de cet accord qu’il a qualifié de « très important ». C’est aussi « une signature exceptionnelle » qui couronne un processus de dialogue entamé par la MAP et l’ARTI, a-t-il dit. Le ministre n’a pas manqué de saluer les efforts de la MAP pour accompagner le développement du secteur radiophonique au Maroc. Ce secteur affiche une volonté franche de se développer mais doit faire face à de nombreux défis, notamment d’ordre juridique et économique, a dit le ministre, faisant part de la volonté de son département de suivre et d’accompagner ce secteur fort actuellement d’une quarantaine de radios nationales et privées.

Religion. Journée historique au Vatican, Benoît XVI quitte le trône de Saint Pierre. Fait inédit depuis des siècles, le pape Benoît XVI abdique jeudi, laissant à son successeur, à qui il a promis « obéissance inconditionnelle », la charge de reprendre en main une Eglise soumise à des défis sans précédent. Le pape allemand, 85 ans, qui ne se sentait plus à même d’assumer le poids de sa charge , avait annoncé sa démission le 11 février à la surprise générale. A un moment où l’Eglise catholique est confrontée à la fois à une contestation interne, à la persécution des chrétiens dans le monde, à de multiples enjeux éthiques et à des scandales de toutes sortes en son sein. Le dernier départ d’un pape de son vivant et de sa pleine volonté remonte au Moyen-âge, en 1294, lorsque Célestin V, humble ermite, avait démissionné, dépassé par la corruption et les intrigues après seulement quelques mois à la tête de l’Eglise. « J’ai franchi ce pas dans la pleine conscience de sa gravité et aussi de sa nouveauté, mais aussi dans une grande sérénité d’âme », avait dit Joseph Ratzinger mercredi devant une foule émue place Saint-Pierre. Se retirant « dans la prière et la réflexion », il a assuré qu’il resterait aux côtés des 1,2 milliard de catholiques répartis dans le monde. En fin de matinée jeudi, dans la solennelle Salle Clémentine, plus d’une centaine de cardinaux venus de la Curie et des cinq continents, dont ceux qui, âgés de moins de 80 ans, participeront à l’élection de son successeur, ont salué un à un le pape.

Maroc-Espagne. La culture marocaine est bien plus qu’une représentation folklorique (Directeur de l’Institut Cervantes). La culture marocaine ne se résume pas à une représentation folklorique mais elle est le fruit d’un formidable bouillonnement littéraire et artistique qui reflète la modernité du Maroc, a affirmé le Directeur de l’Institut Cervantes de Rabat, Alberto Gomez Font. M. Gomez Font a appelé l’élite intellectuelle espagnole à transcender les clichés pour s’intéresser sérieusement à l’évolution culturelle que connaît le Maroc dans les divers champs de la création, notamment le cinéma, les arts plastiques et la littérature. D’où pour lui la nécessité aujourd’hui d’élargir les passerelles d’échange et de dialogue culturels entre le Maroc et l’Espagne et ce, pour une meilleure connaissance mutuelle des deux cultures d’autant, souligne-t-il, que la majorité de l’élite espagnole est convaincue que l’avenir des deux Royaumes est irrémédiablement lié par la force de la nature géographique et aussi les intérêts en commun, surtout au vu des immenses défis posés par la conjoncture de crise internationale. S’agissant de l’image erronée que certains Espagnols entretiennent encore à propos du Maroc, M. Gomez Font qui assure depuis septembre dernier la direction de l’Institut Cervantes, a fait remarquer que ces stéréotypes disparaissent dans les espaces sociaux connaissant une certaine interactivité entre les citoyens des deux pays, d’où la nécessité de resserrer encore les liens et les échanges culturels entre les deux pays pour une meilleure compréhension de l’autre. (MAP)

Sport

Lion de l’Atlas. Magnifique triplé de Zerka en S.League. Moncef Zerka s’est surpassé lors de son deuxième match en S.League. L’attaquant marocain qui avait ouvert son compteur dès son premier match, a récidivé par un triplé lors de son second match en championnat du Singapour, soit la moitié des buts marqués par son club Tanjong Pagar vainqueur par 6-1  face au FC Warriors. Auteur d’un Hat-trick (11ème, 24ème et 81ème), Moncef Zerka, est en train de vivre des moments heureux alors qu’il est seulement au début de son aventure asiatique. En effet c’est le premier triplé de l’ex-international marocain durant toute sa carrière et son 4ème but sur deux matchs disputés. Une réalisation qui le met en tête de classement des buteurs de la S.League. «Je suis très heureux ce soir, c’est le premier triplé de ma carrière et ça me fait vraiment plaisir mais je tiens à remercier mes coéquipiers car sans leurs bonnes passes je n’aurais pas pu y arriver, ce soir on a gagné 6-1 et je suis content pour l’équipe et je remercie aussi le public qui nous a soutenu, je suis vraiment très content » a déclaré Zerka après le match. Le Français Patrick Vallee, entraineur du club, a offert le ballon du match à Moncef et s’est dit satisfait du rendement du Marocain et surtout surpris de la performance de l’équipe et le flux de buts auquel il ne s’attendait pas.

Entraineur. El Karkouri nouvel adjoint de Bertrand Marchand. Après avoir annoncé sa retraite en mai 2012, Talal El Karoukouri retrouve les terrains de football mais cette fois-ci en tant qu’entraineur-adjoint. En effet l’ancien défenseur marocain a signé un contrat d’un an avec Um Sallal, selon le site Kooora. Il est ainsi devenu l’adjoint de l’ex-coach du Raja Bertrand Marchand à la formation qatarie d’Umm Salal. Le technicien marocain de 36 ans succède à son compatriote, Mustapha Hadji qui s’est retiré de ce poste pour des raisons familiales. Notons que l’ancien pensionnaire du Qatar SC a été finaliste de la CAN 2004 avec les Lions de l’Altas et vice-champion de France en 2000 et 2004 avec le Paris Saint-Germain.

Course. 2ème édition de la course féminine sur route « Raafa ». L’Association féminine de développement social “Raafa” organise la 2ème édition de la course sur route “Raafa”, dimanche prochain au quartier Rahma à Salé, à partir de 8h, ont annoncé mardi les organisateurs. Cette course, initiée en coordination avec la commission féminine de la Fédération Royale marocaine d’athlétisme et la commune urbaine de Salé, s’inscrit dans le cadre des célébrations de la Journée mondiale de le femme (8 mars), indiquent les organisateurs dans un communiqué, ajoutant que cet événement vise à sensibiliser le femme quant à l’importance du sport en tant que moyen d’intégration sociale et à promouvoir le sport féminin dans la ville de Salé. Cette édition connaîtra la participation de quelque 1000 concurrentes, selon la même source.

Rallye. 13ème édition du Rallye d’Amitié d’Agadir « Enduro-2013″ du 5 au 8 mars. La 13ème édition du rallye d’amitié d’Agadir « Enduro-2013″ aura lieu du 5 au 8 mars prochain, sous le signe « Sport et tourisme pour le développement durable », à l’initiative du Club Moto d’Agadir, en partenariat avec le Norton Sport Club de Genève. Cette manifestation, placée sous l’égide de la Fédération Royale marocaine de motocyclisme, sera marquée par la participation d’au moins 110 concurrents de tous âges et de diverses nationalités, notamment du Maroc, France, Espagne, Italie, Suisse, Royaume-Uni, Suède et des Etats-Unis, apprend-on lundi auprès des organisateurs. La présidente du Club Moto d’Agadir et vice-présidente de la Fédération, Zeineb Hammoud, a assuré à la MAP que le coup d’envoi de cette épreuve sera donné le 5 mars à partir de Marrakech vers Taroudant (290 km), suivi le lendemain de l’étape Taroudant-Tafraout (232 km) et le surlendemain Tafraout-Tiznit (186 km), avant de clore le périple le 8 mars avec l’étape Tiznit-Agadir (166 km). Ces épreuves devront se terminer le 8 mars avec des spéciales fermées à Inezgane et à la plage Taouada d’Agadir, a-t-elle expliqué, ajoutant que la cérémonie de remise des prix aura lieu dans la soirée (20h) dans un palace de la ville. Dédiée, selon ses initiateurs, à encourager la pratique des sports mécaniques, promouvoir le tourisme des sports et à approfondir l’amitié entre les participants, cette manifestation permettra aussi aux participants, étrangers en particulier, de découvrir des facettes des richesses naturelles, touristiques et culturelles que recèle une partie du Sud marocain.

International

Hacking. L’Otan et des Etats européens attaqués par des hackers. Des hackers ont pris pour cibles les systèmes informatiques de dizaines d’administrations publiques en Europe y compris l’Otan, exploitant une faille de sécurité récemment découverte dans deux logiciels de la société Adobe, rapportent des experts. Le laboratoire Kaspersky en Russie et le laboratoire de cryptographie et de sécurité des systèmes (CrySys) en Hongrie ont dit mercredi que les attaques visaient à implanter un logiciel malveillant baptisé « MiniDuke ». Sont concernés des ordinateurs gouvernementaux en République tchèque, en Irlande, au Portugal et en Roumanie ainsi que les systèmes d’un centre d’études, d’un institut de recherche et d’un fournisseur des services de santé aux Etats-Unis. Les experts soupçonnent « MiniDuke » d’avoir été conçu pour mener des tâches d’espionnage mais ils n’ont pas établi la finalité de ce « malware ». « Il s’agit d’une attaque unique, nouvelle et d’un type très différent », a dit Kurt Baumgartner, chercheur au laboratoire Kaspersky. « Les indicateurs techniques montrent qu’il s’agit d’un nouveau type de menace qui n’avait pas été décelé auparavant », a-t-il ajouté. Les pirates informatiques ont exploité une série de bogues dans les logiciels Reader et Acrobat commercialisés par la société Adobe qui leur a permis de consulter à distance des documents et d’importer des données contenues dans les systèmes informatiques contaminés. La technique consistait à adresser aux ordinateurs visés un document PDF contenant un script malveillant, un procédé fréquemment utilisé par les hackers pour contaminer les ordinateurs.

Espagne. Les fuites de capitaux ont atteint 179 milliards d’euros en 2012. L’Espagne a fait peur aux investisseurs. Le volume des capitaux retirés d’Espagne a beaucoup plus que doublé en 2012, avec 179,2 milliards d’euros contre 73,4 milliards en 2011. Ce chiffre, publié jeudi par la Banque d’Espagne, signifie que les grands investisseurs espagnols et étrangers ont préféré se tourner vers l’extérieur pour placer leurs fonds, constitués de prêts et dépôts ainsi que de portefeuilles d’actions et de titres de dette du pays. La perspective d’un sauvetage global de l’économie espagnole avait pris de la vigueur après l’octroi en juin d’une aide européenne à ses banques d’un montant maximum de cent milliards d’euros. Son annonce, en juin, avait fait exploser le coût de financement de l’Espagne et poussé les retraits mensuels de capitaux par les grands investisseurs vers des niveaux record. Mais les déclarations du président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, promettant fin juillet de « faire tout ce qui est nécessaire pour préserver l’euro » ont finalement permis une accalmie sur les marchés qui a débouché sur un inversement de la tendance du comportement des investisseurs depuis la rentrée. En décembre, l’Espagne a ainsi enregistré une entrée nette de capitaux pour le quatrième mois consécutif depuis septembre, avec 18,68 milliards d’euros face aux 32,454 milliards d’euros sortis en décembre 2011.

Belgique. Caterpillar supprime 1 400 emplois. Le constructeur d’engins de chantier américain Caterpillar va supprimer 1 400 emplois sur 3 700 dans son usine belge de Charleroi, a annoncé jeudi la direction locale du groupe lors d’un conseil d’entreprise extraordinaire. Quelque 1 100 ouvriers et 300 employés administratifs du site de Gosselies sont concernés par ce «plan industriel» destiné à pérenniser l’usine au-delà de 2015, a expliqué l’administrateur délégué de Caterpillar Belgique, Nicolas Polutnik. «A l’heure actuelle, l’usine fabrique principalement des machines destinées à l’Europe, un marché où les perspectives de croissance sont limitées et où le ralentissement économique qui persiste depuis plusieurs années déjà met sous pression l’industrie dans laquelle elle est active», a expliqué le groupe dans un communiqué. «La structure de coûts de Caterpillar Gosselies est trop élevée. A l’heure actuelle, il serait moins coûteux d’importer des machines en Europe depuis d’autres usines du groupe que de les fabriquer à Gosselies», a-t-il ajouté. «Deuxième centre de production Caterpillar le plus important au monde», selon le site internet du groupe, cette usine est l’un des plus gros employeurs de Wallonie, une région où le taux de chômage est particulièrement élevé. Ce dernier s’élève à plus de 25% dans l’agglomération de Charleroi. La restructuration annoncée jeudi dépasse les craintes des syndicats, qui anticipaient une perte de quelque 800 emplois.

France. Viande de cheval, les plats retirés pourront être redistribués aux associations. Les plats cuisinés qui ont été retirés de la vente en raison de la fraude sur la viande de cheval pourront être redistribués aux associations caritatives, qui seront informées de leur contenu, a indiqué jeudi 27 février le ministre de la consommation, Benoît Hamon. Il a précisé qu’il existait « une disposition réglementaire qui prévoit qu’on puisse faire le don de produits qui ont connu un défaut d’étiquetage ». Les autorités sanitaires ont donné leur feu vert. « C’est maintenant aux associations de décider si oui ou non elles acceptent ces dons, a expliqué le ministre. Pour les plats surgelés ça nécessite des camions frigorifiques et donc des coûts. On peut donc comprendre que des associations refusent. En tout cas ceux qui bénéficieront de ces plats devront être informés de ce qu’ils vont manger, et qu’on leur dise qu’il s’agit de viande de cheval « . La marque de surgelés française, qui avait annoncé le 12 février la présence avérée de viande de cheval dans ses lasagnes surgelées étiquetées « au bœuf », a été touchée à son tour par l’affaire qui fait l’objet d’une enquête préliminaire pour tromperie par le parquet de Paris. « Nous nous sommes fait ‘truander’ par des gens qui veulent certainement gagner de l’argent sur notre dos », a reconnu M. Pauze, interrogé sur RTL. « Il y aura d’autres fraudes à mon avis, parce qu’il y a toujours des gens qui essayent de passer à travers les gouttes, malgré les contrôles « , a-t-il assuré. (Le Monde)

Nouvelles technologies

Smartphones. La domination de Samsung inquiète Google. «Comme le docteur Frankenstein faisant joujou dans son laboratoire, Google a créé un monstre. Et maintenant ce monstre est devenu incontrôlable, terrorisant l’industrie du Smartphone et mettant même peut-être en danger le gagne-pain de son créateur.» Le monstre dont parle Dan Rowinski sur le site spécialisé ReadWrite, c’est Samsung. Le fabricant coréen a vendu 215 millions de Smartphones en 2012, soit presque 200 millions de plus que le deuxième plus grand fabricant d’appareils utilisant Android et 39,6% du marché global des Smartphones. A titre de comparaison, Apple a vendu 136,8 millions d’iPhones, soit 25,1% du marché. Dans un article du 25 février intitulé «Samsung inquiète chez Google», le Wall Street Journal écrivait en effet que Samsung, s’il avait réussi à travers son partenariat avec Google à enrayer la dominance d’Apple sur le marché des Smartphones, inquiétait désormais le géant de Moutain View: «Les dirigeants de Google s’inquiètent que Samsung soit devenu si grand qu’il pourrait montrer ses muscles, renégocier leur accord et entamer l’activité lucrative de publicité sur mobile de Google, selon des personnes avec une connaissance du dossier.» Selon le WSJ, la position dominante de Samsung pourrait aussi lui permettre d’installer plus de ses propres applications sur ses appareils, marginalisant ainsi les applications de Google, ou même carrément contourner Android. Du côté de Google, l’une des solutions passe par Motorola. Depuis son rachat par Google en 2011, le fabricant n’a pas encore réussi à sortir un produit capable de rivaliser avec Samsung. Une situation qui pourrait changer en 2013 selon Dan Rowinski avec la sortie prévue des premiers appareils Motorola conçus entièrement sous l’influence de Google pour concurrencer l’iPhone et le Galaxy.

Stockage. iTunes Store, les films et séries font leur apparition dans le Cloud d’Apple. Jusqu’à présent limité à la musique, aux applications et à vos livres, le stockage dans le nuage d’Apple vient de prendre un nouveau tournant, à en croire un message qui nous a été envoyé par Apple. iCloud vous propose désormais également de prendre en charge les films et séries achetés sur l’iTunes Store. A priori, pas de fonction iTunes Match pour les médias vidéo. On peut donc stocker tous ces films et séries dans le nuage, ce qui dispensera éventuellement de graver un disque mais coûtera rapidement plus cher. Plus utile, il sera possible de faire en sorte que les nouveaux achats vidéos soient « poussés » automatiquement sur tous ses appareils. Autre possibilité liée, on peut accéder à la liste de ses achats à l’envi et retélécharger une vidéo. A la manière de certains lecteurs de livres électroniques, lorsque que vous interrompez la lecture d’un film en cours de route, l’avancée dans le film est sauvegardée et il suffit de se connecter à l’iTunes Store avec le même identifiant Apple depuis un autre appareil pour reprendre la lecture à l’endroit exact où vous vous étiez arrêté.

Condamnation. Amende de 368 millions de dollars confirmée pour Apple, pour violation de brevets. Le juge du Texas persiste et signe : la marque à la pomme va bien devoir payer une amende de 368 millions de dollars à la société VirnetX, pour avoir violé quatre de ses brevets. Ceux-ci sont liés à la sécurité réseaux et ont été implémentés sans autorisation au niveau de l’application FaceTime dans les terminaux iPhone et iPad, selon Cnet. Le juge a rejeté, mardi 26 février, les motions d’Apple pour réduire l’amende et rejuger l’affaire. Le jury du tribunal avait rendu un verdict début novembre dernier. Mais ce n’est pas tout. Le juge a également donné 45 jours aux deux parties pour négocier un accord de licence sur lesdits brevets. D’ici là, Apple devra payer à VirnetX une astreinte de 330 211 dollars par jour. Ce qui pourrait donc alourdir la facture d’environ 15 millions de dollars. A défaut d’un accord, Apple pourrait avoir, de nouveau, à payer une amende.

Les Google Glass seront disponibles dès 2013 pour moins de 1500 dollars. Cette année, c’est certainement Google qui fera sa révolution avec les Google Glass. Perçues comme un gadget, ce qu’elles ont aussi, ces lunettes vont modifier la manière de communiquer. Elles pourraient même rendre fastidieux l’usage d’un smartphone. C’est ce qu’a avancé Sergei Brin, cofondateur de Google, mercredi à Long Beach lors de la conférence TED. Sur la scène, il promet que ses lunettes vont « libérer les clients de leurs téléphones portables castrateurs et des comportements asociaux qu’ils engendrent. » Pour le prouver, il a manipulé son Smartphone, certainement un Nexus, en ignorant volontairement le public. Les Google Glass « m’ont vraiment ouvert les yeux sur la grande partie de ma vie que je passe isolé dans les emails, les réseaux sociaux, etc ». Les lunettes Google libèrent les yeux et les mains dans les situations où l’on veut être connecté à l’internet en dehors de son domicile, a-t-il ajouté. « C’est pourquoi nous avons mis l’écran au-dessus de la ligne de vision. Si vous portiez une casquette, l’écran serait sur la visière et pas là où vous regardez. Quant au son, il passe à travers les os de votre crâne». Les Google Glass sont équipées d’une caméra intégrée, d’un micro et peuvent se connecter par la voix à l’internet par WiFi ou par Bluetooth. Par contre, à priori pas de 3G, ni de 4G. Il faudra donc compter sur le développement des hotspots. Pour l’affichage, des mini-écrans sur les verres affichent des textos ou des courriels. Google tient à rester le précurseur de cette innovation. Il a fini par dévoiler leur prix. Elles seront commercialisées auprès du grand public pour un prix inférieur à 1500 dollars.

 

 

________________________actu-maroc.com

Commentaires