Flash-news : Trente en un du « 15 janvier 2014

Flash-news : Trente en un du « 15 janvier 2014

957
0
PARTAGER

Comité Al Qods: l’instance islamo-chrétienne remercie le Maroc. L’Instance islamo-chrétienne de soutien à Al Qods et aux sites sacrés a exprimé sa haute considération et sa gratitude au Maroc, au Roi, au gouvernement et au peuple marocain pour leur accueil de la 20è session du Comité d’Al Qods, issu de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), qui aura lieu les 16 et 17 hanvier à Marrakech. L’Instance a qualifié, dans un communiqué, cette initiative d' »importante et de nécessaire, compte tenu des conditions dans la ville sainte occupée et des dangers auxquels est confrontée la mosquée Al-Aqsa, en proie à des plans de judaïsation, à travers la construction de tunnels sous son sol et de synagogues en son sein, outre les incursions quotidiennes dans ses enceintes ». L’organisation a salué les efforts inlassables du roi Mohammed VI pour « le soutien d’Al Qods et ses lieux sacrés ». Le secrétaire général de l’Instance, Hanna Aissa, a appelé à poursuivre les efforts afin de mettre à nu les violations de l’occupant israélien et ses plans de judaïsation de la ville sainte, exhortant le Comité Al Qods de mettre en œuvre les décisions de l’ONU relatives à la situation légale d’Al Qods et qui ont investi l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture de la responsabilité de protéger les lieux saints islamiques et chrétiens. Le 360

Tram. Près de 15 accidents par mois liés au tramway à Casablanca. Les accidents liés au tramway de Casablanca sont encore nombreux. Hier, une personne agée d’une trentaine d’années a été mortellement heurtée par une rame du tramway dans la capitale économique. Selon les chiffres fournis par l’exploitant, Casa Tram, près de 15 accidents impliquant le tramway sont répertoriés par mois. Un chiffre encore très élevé.
Si on compte tous les accidents notés depuis son lancement, soit 13 mois d’exploitation, 180 cas ont été recensés dans la capitale économique. A noter que ces accidents entraînent parfois des pertes économiques importantes pour la société. Yabiladi

L’USFP demande à l’Etat marocain de libérer les mosquées de l’influence du PJD et du MUR. La polémique entre l’USFP et certains religieux n’est pas prête de se terminer, bien au contraire. Le bureau politique du parti de la Rose vient de saisir le ministère des Habous et des Affaires islamiques contre certains fonctionnaires de ce département qui ont pris des positions hostiles à l’appel de Driss Lachgar pour interdire la polygamie et en faveur d’une révision des règles de l’héritage. Les USFPeistes déplorent que des imams aient « pris part à cette campagne par leurs prêches du vendredi » alors que « les mosquées sont des maisons de Dieu, et que leurs dépenses sont réglées par les contribuables et les biens publics ». En adressant une correspondance au ministre sur ce sujet, le bureau politique de l’USFP attend de Taoufiq une purge au sein de son département visant les imams et prêcheurs du vendredi membres ou sympathisants du Mouvement unicité et réforme, la matrice du PJD. Les socialistes imputent, également la responsabilité « à tous les initiateurs de cette campagne takfiriste et à leur tête les dirigeants du MUR, qui ont fait, dès le début, des déclarations allant dans le sens des discours takfiristes ». Pour rappel au lendemain de la diffusion de la première vidéo d’Abou Naïm excommuniant le premier secrétaire de l’USFP, le n°2 du MUR avait condamné et les propos du salafiste et les déclarations de Driss Lachgar. Et c’est le même son de cloche qui a été entendu auprès d’Ahmed Raissouni, ancien président du MUR avant de tomber en 2003 en disgrâce et s’exiler pendant des années en Arabie saoudite.  Yabiladi

Vente des devises billets : Plus besoin de passeports. La vente de devises au titre des dotations ne se fera plus de la même manière. L’office des changes vient d’approuver une nouvelle méthode stipulant que l’annotation des passeports ne sera plus requise. Ceci concerne la vente de devises billets de banques au titre des dotations touristiques, de l’allocation départ-scolarité, des dotations pour missions et stages à l’étranger ainsi que pour les dotations d’émigration. S’inscrivant en application des dispositions de l’instruction générale des opérations de change du 31 décembre 2013, cette nouvelle démarche dépendra pour sa validation de la saisie de l’identité des clients ainsi que l’élaboration d’un bordereau de vente de devises tel qu’il est prévu par l’instruction générale des opérations de change. Ainsi, les bureaux de change et sociétés d’intermédiation en matière de transfert de fonds sont dans l’obligation de renseigner le numéro de la carte nationale pour les Marocains résidents et les Marocains résidant à l’étranger. Ils doivent également noter le numéro de la carte d’immatriculation au Maroc pour les étrangers résidents ainsi que le numéro du passeport pour les mineurs avec la valeur «M1» au lieu et place du numéro de la carte nationale ou la carte d’immatriculation au Maroc.  Aujourd’hui

Economie

La filière internet a rapporté 2,2 milliards de dollars à l’économie marocaine en 2012. En termes de « niveau de maturité internet », un indice de potentiel de croissance, le Maroc figure en 2e position, devancé uniquement par l’Afrique du Sud, sur les 14 pays comparés dans le rapport publié par le cabinet de conseil McKinsey & Company au mois de novembre. Ces résultats font suite à la stratégie actuellement à l’œuvre au Maroc qui vise à augmenter l’accès au haut débit à travers le pays en développant les réseaux de fibre optique dans les régions les plus isolées et à lancer un réseau 4G. D’après le rapport de McKinsey, l’internet a apporté environ 2,2 milliards de dollars à l’économie marocaine en 2012, soit 2,3% du PIB. En pourcentage, cela place le pays derrière le Sénégal (3,3%) et le Kenya (2,9%), mais en valeur absolue, le Maroc dépasse le Sénégal et ses 470 millions de dollars ainsi que le Kenya, où le secteur représentait 1,1 milliard de dollars. Le calcul de la contribution de l’internet au PIB effectué par McKinsey prend en compte la consommation privée (y compris les recettes des services internet fixe et mobile, les achats de smartphones et d’ordinateurs, et le e-commerce), les dépenses publiques, les investissements privés et la balance commerciale. C’est surtout grâce à sa balance commerciale que le Maroc obtient un si bon score, grâce aux exportations de son secteur BPO (business processing outsourcing, externalisation de processus administratifs), mais il remporte également un bon score dans le domaine de la consommation privée.  Maghrebemergent

Le Maroc, deuxième pays africain le plus attractif pour les IDE. D’après la dernière édition de la revue du groupe Financial Times, FDI Intelligence, le Maroc devient le 2ème pays le plus attractif en termes d’investissements directs étrangers (IDE) sur le continent africain, après l’Afrique du Sud et devant l’Egypte. FDI intelligence a analysé, dans un rapport intitulé « African Countries of the Future 2013/14″ (Pays africains du futur 2013/14), plusieurs facteurs dont le potentiel économique, l’environnement de travail et les conditions salariales, la compétitivité, les infrastructures ou les facilités business. Le Maroc se classe également deuxième dans la catégorie Infrastructure et quatrième en « convivialité » dans le travail. En 2013, le Nigeria et le Botswana font leur entrée dans le top 10. L’Afrique du Sud attire près d’un cinquième des investissements directs étrangers de tout le continent. En 2012, les IDE dans le pays se sont élevés à 4,6 milliards de dollars et ont permis la création de 14 000 emplois. En dépit d’une baisse de 17% de ses investissements directs étrangers, le Maroc s’est tout de même octroyé en 2012, 8,3% de la part du gâteau du continent. Il a drainé 2,84 milliards de dollars d’investissements directs étrangers et retrouve son niveau d’avant la crise mondiale. Le Maroc, à lui seul, a accaparé 25% des IDE destinés aux cinq pays de l’Afrique du Nord.  Maghrebemergent

L’emballeur espagnol « Europac » renforce sa présence à Tanger. Madrid – Europac, groupe espagnol, spécialiste de l’emballage, renforce sa présence au Maroc à travers la réalisation de la deuxième phase d’un projet d’emballage en carton à Tanger, a annoncé lundi la Commission espagnole du marché des valeurs (CNMV). A cet effet, Europac a acquis un lot de terrain d’une superficie de 30.000 m2 à Tanger pour réaliser cette deuxième usine qui sera opérationnelle en 2015, a précisé la CNMV. Le groupe, qui compte beaucoup sur le marché marocain pour développer ses activités à l’étranger, a mis déjà en place, lors du deuxième semestre de l’année dernière, une ligne de production consacrée à l’emballage en carton et renforcera sa présence dans la Royaume par une deuxième ligne. L’investissement global de ce projet s’élève à 30 millions d’euros. La première phase du projet marocain a été entamée depuis le second trimestre 2013, avec le lancement d’un centre dédié à l’assemblage de pièces lourdes destinées à l’industrie automobile. Europac, coté à la bourse de Madrid et qui compte une vingtaine de sites industriels, a réalisé un chiffre d’affaires de 723 millions d’euros en 2012 pour un résultat net de 14,2 millions d’euros.  Le Mag

La production de la station thermique à Tan-Tan s’élève à plus de 449.000 mégawatt. La production de la station thermique de Tan-Tan, relevant de l’Office national de l’électricité (ONA) s’est élevée à près de 449.306 mégawatts par heure (MW/h). Au cours du deuxième semestre de 2013, la production de la station a atteint près de 244.672 (MW/h) avec un plus haut réalisé en juillet et août soit respectivement 51.416 et 50.589 MW/h, relèvent les données de la station. Pour ce qui est du volume de consommation de la station, il a atteint au cours du même exercice 96.090 tonnes de fioul, précise la même source qui ajoute que durant le deuxième semestre de l’exercice la production a atteint 50.338 tonnes. Par ailleurs, l’établissement comprend une station pour le traitement du fioul d’une capacité de 54 tonnes/h, une station pour le traitement des eaux d’une capacité de 10 m3/h, une station pour le traitement des déchets liquides d’une capacité de 2m cube/h, ainsi qu’une station dédiée au traitement des déchets solides d’une capacité de 2 m3/h. La station, dont le volume de consommation de carburant s’élève à 200 grammes pour Kilowatt/h, est équipée de moteurs de nouvelle génération et génère des émissions conformes aux normes internationales.   Lnt

Social

Eau et électricité. Oujda détient la palme de la ville la plus chère. Le système de tarification de l’eau et de l’électricité est toujours en attente de réforme. Le mode adopté actuellement engendre plusieurs anomalies et laisse paraitre de grandes disparités des prix entre les différentes villes et régions du pays. En effet, certaines villes sont confrontées à une tarification plus élevée que d’autres. L’explication de cette différence trouve son origine dans le mode de gestion adopté dans chaque zone et qui varie entre gestion déléguée et gestion par des offices nationaux à savoir l’Office national de l’électricité (ONE) et de l’Office national de l’eau potable (ONEP). Les deux offices en question se placent comme producteurs et distributeurs de ces deux matières vitales. Une donnée qui laisse croire que leurs tarifications sont plus attractives que celle des autres sociétés de gestion déléguées, elles-mêmes clientes chez ces offices. Mais les prix affichés sur les factures démontrent clairement que ceci n’est pas une règle. Dans certaines zones, les gestionnaires délégués assurent une tarification plus intéressante surtout au niveau de la première tranche de facturation d’électricité. Cette tranche allant de 0 à 100 KWH coute 0,8496 DH/HT l’unité dans les zones casablancaises gérées par la Lydec alors que la tarification nationale de l’ONE est de l’ordre de 0,9010 DH l’unité pour la première tranche.  Le Matin

Prostituées et clients condamnés à la même peine à Marrakech. Six saoudiens et six prostituées marocaines ont été condamnés à six mois de prison ferme par le tribunal de première instance de Marrakech, rapporte Assabah dans son édition de ce mercredi 15 janvier. Les douze mis en cause devront également payer une amende, précise le journal. Au-delà du jugement, l’affaire semble avoir déjà fait parler d’elle puisqu’au cours de l’enquête, les six suspects étrangers n’ont pas été placés en garde à vue contrairement aux travailleuses du sexe, qui avaient été mises sous les verrous, le soir même, de la descente effectuée par la police, souligne Assabah. A en croire toujours le quotidien arabophone, bien que les passeports des six prévenus saoudiens avaient été retirés, tout porte à croire que ces derniers ont bénéficié d’un traitement de faveur. Une démarche décriée par la défense des prostituées et des associations. Des ONG se sont en effet mobilisées pour dénoncer ce traitement, « encourageant les ressortissants du Golfe de profiter des femmes marocaines », soutient Assabah, la défense des prostituées, elle, avait demandé un recours pour que les six autres mis en cause soient traités de la même manière que leurs clientes. Une demande qui, à en croire Assabah, a été entendue par le tribunal. Lors de la dernière audience qui a eu lieu en fin de semaine, rapporte Assabah, le verdict aura été le même pour les douze accusés : six mois de prison ferme ! Cette affaire est loin d’être un cas isolé. Elle sert sans aucun doute de jurisprudence en la matière.  Le 360

Tentative de vol d’un coffre-fort au marché de gros de Casablanca. Une équipe de la brigade mobile des motards (Soukour), qui veillait au grain aux alentours de ce marché longeant la voie ferrée et jouxtant l’ancienne gare de Derb Soltane, n’a pas tardé à s’élancer aux trousses des cambrioleurs qui, surpris en flagrant délit, ont tenté de prendre la poudre d’escampette le long des rails laissant intact aux abords des rails du chemin de fer le coffre-fort. La course poursuite a permis aux fins limiers des Soukour, divisés en deux groupes l’un traquant à pied les détrousseurs alors que l’autre à motos tentant de les devancer et de les encercler, de mettre le grappin, un peu plus d’un kilomètre du lieu du vol, sur deux des trois présumés larrons. Le troisième acolyte, qui a réussi à fuir, est activement recherché. Ces présumés voleurs, apparemment connaissant bien les lieux, ont percé, de l’extérieur à partir de la voie ferrée, un trou assez large pour accéder à l’intérieur du magasin avant de faire dégringoler à travers, aux environs de 7 heures du matin, l’objet convoité vers les rails du chemin de fer environ quatre mètres en contrebas. Le marché avait été l’objet de cinq précédents vols selon le même modus operandi et durant des jours fériés, raison pour laquelle les éléments de la police, spécialement ceux de la Brigade mobile, étaient en alerte en ce jour de l’Aïd aux environs du marché, selon la même source.  Menara

Retraite : Quel avenir pour nos aînés? Il ne fait pas bon vieillir au Maroc. A la veille des réformes promises, il y a lieu de se poser toutes les questions touchant de près ou de loin la situation des personnes âgées. Le Royaume est à présent tout sauf envié pour le traitement qu’il accorde à cette tranche de la société. Demain sera-il meilleur? Une question à laquelle il est difficile de répondre par l’affirmative si les efforts des politiques ne suivent pas une même ascension que celle d’une accélération démographique inévitable. S’ils ne représentent aujourd’hui que 9% de la population et souffrent de tous les maux, qu’en sera-t-il en 2050 où les personnes âgées auront les mêmes proportions que les jeunes sur la pyramide d’âge du Maroc? Etat des lieux. «Nous sommes en train de préparer six projets de texte qui seront soumis au Parlement en 2014. La réforme des retraites entrera alors en vigueur début 2015», c’est l’annonce faite mercredi dernier par le ministre de l’économie et des finances, Mohamed Boussaid. Le silence est donc enfin rompu autour de la réforme du système de retraite au Maroc et tout un processus de réformes devrait être applicable en 2015, si toutefois les négociations entre tous les acteurs concernés vont bon train.   Aujourd’hui

Initiative. Interventions de chirurgie gratuites à la Clinique Slaoui. Vous avez probablement lu ce communiqué. Il tourne en boucle sur le Net, partagé par de nombreux utilisateurs des réseaux sociaux qui saluent cette initiative. Des consultations et des interventions gratuites de chirurgie, non vous ne rêvez pas ! C’est l’initiative de Salaheddine Slaoui, professeur agrégé de chirurgie plastique réparatrice et esthétique depuis 1988.
Cette initiative indépendante tentera humblement de contribuer au besoin en chirurgie réparatrice malheureusement important dans notre pays et s’inscrit dans la volonté de l’établissement d’apporter aux plus nécessiteux l’aide médicale qu’ils ne parviennent pas à obtenir.
«Tout sera gratuit ; consultation et opérations, mais pour un nombre limité, en fonction des possibilités de la clinique et de ce qu’on peut programmer en une journée opératoire», précise le professeur Salaheddine Slaoui. Mais comment définir «patients dans le besoin» ? Et surtout comment savoir que le patient est un nécessiteux et pas un fils à papa qui aurait revêtu une gandoura trouée ? À cette question, le docteur Slaoui dit avoir confiance en l’honnêteté des gens. «Les patients n’ont pas besoin d’apporter des preuves ou justificatifs. Leur parole fait foi, d’autant plus que les apparences sont généralement assez parlantes. Le prophète aurait dit “Donnez à un mendiant même s’il vient vous voir à cheval”», a-t-il déclaré en précisant que ces consultations et interventions porteraient sur les patients «souffrant de malformations congénitales (exemple : le bec de lièvre), brûlures, traumatismes, cancer de la peau ou autres maux nécessitant une chirurgie réparatrice et n’ayant pas les moyens financiers d’y recourir». Pas question, donc, de vous présenter pour un lifting, une liposuccion ou une chirurgie mammaire…   Le Matin

Art & Culture

Les travaux du grand théâtre de Casablanca lancés sous peu. C’est à partir de la semaine prochaine que les travaux de construction du Grand Théâtre de Casablanca, plus grand en Afrique et dans le monde arabe, vont démarrer. Selon La Vie Eco qui cite le directeur de Casa Aménagement, maître d’ouvrage du projet, l’échantillon de la palissade a été validé. Celle-ci sera installée dans les prochains jours et les travaux de gros œuvres seront ainsi lancés d’ici la fin du mois. Quinze appels d’offres ont été lancés pour ce projet. Sept ont été lancés en plusieurs lots depuis début septembre dernier. Les quatre grands lots coûtant 900 millions de dirhams, sur un budget total de 1,44 milliard de dirhams, soit 65% du coût du projet, sont déjà adjugés. Ils concernent le marché des gros œuvres et de la charpente métallique d’un coût de 300 millions de dirhams attribué au Groupement marocain TGCC-Intertredim. S’agissant du marché de la climatisation, fluide et de la plomberie, il a été attribué au Groupement SPIE Maroc-Ventec. Le lot courant fort, courant faible lui, ira à SPIE Maroc, alors que celui du matériel scénique et acoustique sera géré par AMG Fechoz.  Yabiladi

« De Tanger à Tanger » exposée à Marrakech. L’artiste peintre Mohamed Melihi expose, à partir de ce mercredi à la galerie de l’Institut français à Marrakech, une sélection de ses œuvres présentée sous le thème « de Tanger à Tanger ». Originaire d’Asilah, Melihi fait partie des premiers artistes marocains ayant travaillé sur leur identité en lien avec les problématiques de l’art contemporain international. Entre Afrique et Europe, il ne cesse d’interroger les origines à travers les symboles qu’il a créés à partir des archétypes culturels, tout en les dynamisant, les renouvelant par la couleur et l’organisation de l’espace. Ainsi la vague que l’on retrouve dans l’ensemble de son œuvre, si elle fait référence à l’environnement maritime dans lequel le peintre a grandi, mer et ciel étoilé, agit aussi comme une vibration colorée qui perturbe, modifie l’espace sur lequel elle se déplace. Les expériences les plus diverses jalonnent son parcours artistiques très riche, dont les travaux d’intégration à l’architecture, action painting et collages. Maître de la couleur, Mohamed Melihi crée des paysages poétiques grâce à une architecture des formes colorées, toujours allusives où l’abstraction n’évacue pas la référence forte à la nature. Jouant sur les nuances d’une palette où le bleu règne sans s’imposer, il crée, de toile en toile, à travers une répétition des motifs, un rythme accordé aux mouvements même de la lumière se modifiant entre le jour et la nuit.  Le 360

Johnny Depp pourrait devenir Docteur Strange. Engager une star hollywoodienne devient monnaie courante chez Marvel. Après Robert Redford dans Captain America 2 , attendu pour mars 2014, et Michael Douglas dans Ant-Man , en salles en août 2015, le plus jeune mais tout aussi charismatique Johnny Depp serait dans le collimateur du studio pour incarner Docteur Strange, rapporte Latino Review . L’usine à superhéros respecte à la lettre le planning qu’elle s’était fixé cet été: son dirigeant Kevin Feige avait désigné le personnage créé par le scénariste Stan Lee et le dessinateur Steve Ditko en 1963, comme le premier à être porté à l’écran parmi ses nombreux confrères à cape. Si Johnny Depp, atout charme de Disney (qui a racheté Marvel en 2009), est un habitué des rôles loufoques, on ne l’imagine pas vraiment incarner Docteur Strange. Plusieurs raisons objectives laissent penser qu’il ne sera pas de la partie: dans le comics originel, celui que l’on surnomme le Maître des Arts mystiques, capable de «se séparer de son âme», d’utiliser «l’énergie magique ambiante de l’univers» et celle «extradimensionnelle» est âgé de 30 ans. Joseph Gordon-Levitt, 32 ans, un temps pressenti pour le rôle, après avoir été courtisé pour Ant-Man, a finalement atterri dans les murs de l’éternel rival de Marvel, DC Comics, pour devenir Sandman. Depp, lui, a 50 ans, ce qui supposerait de dégager du temps supplémentaire pour réécrire le scénario. Deuxième raison: Johnny Depp a déjà fort à faire sous l’égide de la maison de Mickey.  Le Figaro

Fès : L’activiste syrien Ghassan Yassin anime un débat. Fès – Le journaliste et activiste syrien, Ghassan Yassin, anime, le 16 janvier à l’institut des hautes études de management (HEM) de Fès, un débat sur le thème: « L’humain/L’Homme, l’oublié des révolutions arabes ». Ce débat s’inscrit dans le cadre des cycles de « L’Université Citoyenne » mise en place par HEM et destinée à approfondir les connaissances des étudiants et de tout le public sur des thématiques socio-économiques, managériales, sociétales et politiques. « L’université citoyenne » vise ainsi à enrichir l’esprit d’ouverture, à développer la pluralité des cultures, de débat et de citoyenneté active à travers des cours dispensés par des personnalités du monde politique et économique, des universitaires de renom et des experts, selon les responsables de HEM. Cette formation, ouverte au public à titre gracieux et « sans pré-requis préalables ni conditions spécifiques », représente un concept « unique » dans le Maroc contemporain « mais qui, néanmoins, trouve ses racines dans les anciennes pratiques historiques et grandes traditions qui ont marqué l’épopée de l’université marocaine », ajoutent les mêmes sources.   Le Mag

Sport

Le CHAN désormais pris en compte dans le classement FIFA. La CAF a annoncé ce mardi que les rencontres de la phase finale du CHAN 2014 seront pris en compte pour l’établissement du classement mondial FIFA. En effet, dans un communiqué posté aujourd’hui, la plus haute instance du football africain a précisé que les matchs disputés jusqu’au 12 janvier seront pris en compte dans le classement de ce mois qui sera publié le 16. Tandis que les autres duels de la compétition seront pris en compte dans le classement du mois de février. «C’est une étape majeure qui est franchie dans le développement de cette compétition et du football au niveau local sur le continent. C’est un élément supplémentaire d’encouragement pour la jeunesse de notre continent, pour qui le CHAN a été créé comme une plateforme supplémentaire pour exposer aux yeux du monde tous les talents dont regorge l’Afrique…», a déclaré le président de la CAF, Issa Hayatou.  Mountakhab

Le Raja a déjà trouvé le successeur de Bassir ? A en croire quelques sources médiatiques, Youssef Safri pourrait retourner à son ancien club le Raja, en vue de remplacer Salaheddine Bassir. En effet, les dirigeants du Raja auraient contacté Safri pour lui proposer le poste du président de la commission technique, mais ce dernier aurait demandé un temps de réflexion, après avoir donné son approbation préliminaire. L’ancien capitaine de la sélection marocaine aurait été choisi pour ce poste, en raison de sa bonne relation avec les dirigeants du Raja, outre ses diplômes acquis, et son expérience dans les compétitions africaines.  Mountakhab

HUSA: Arrivée de quatre nouveau joueurs. Le Hassania Union Sport d’Agadir (HUSA) a confirmé, lundi, l’arrivée de quatre nouveaux joueurs au titre de son mercato d’hiver. Les joueurs nouvellement arrivés au club soussi sont Hassan Souari (ex Olympique Khouribga et Difaâ Hassani El Jadida), qui vient de signer pour un contrat de 6 mois, Yassine El Ouakili (Raja Casablanca) et Mohamed Eddaou (KAC Kénitra), en plus de Mouhssine Abdelmomen (ex AS FAR et Difaâ Hassani El Jadida). Et plutôt dans la semaine dernière HUSA a annoncé le départ de trois autres (Adil Fahim, Ismail Agourram et Olié Koffi). Le HUSA précise toutefois sur son site internet que les responsables du club sont en négociations avec d’autres joueurs.  Sport-Maroc

Taarabt confiant face à Arsenal. Critiqué dernièrement par son coach, Adel Taarabt a bien l’intention de se racheter face à Arsenal à l’occasion de la 22e journée de Premier League. Malgré la force de l’adversaire, le médian offensif marocain de Fulham s’est montré confiant : « Quand on joue contre de grandes équipes à l’extérieur, il faut faire le maximum pour avoir des points », a-t-il déclaré sur le site officiel de Fulham avant de poursuivre : « Si on glane un point, c’est déjà pas mal, mais pourquoi pas remporter les trois points de la victoire, on ne perd rien d’essayer…Arsenal est favori mais tout peut arriver…C’est comme ça qu’on doit voir les choses… » Notons que Fulham occupe la 16e place du classement général tandis que Arsenal est l’actuel leader.   Mountakhab

International

Bouteflika à nouveau hospitalisé. Abdelaziz Bouteflika, 76 ans, était mardi à nouveau hospitalisé au Val-de-Grâce à Paris, à trois jours seulement de la date butoir pour la convocation du corps électoral en vue de la présidentielle d’avril pour laquelle il n’a pas encore dit s’il briguerait un 4e mandat. Dans la matinée, l’agence nationale APS avait indiqué que, « sauf cas de force majeure », M. Bouteflika convoquerait le corps électoral pour l’élection présidentielle « entre le 16 et le 17 janvier ». La présidence, qui a annoncé l’hospitalisation, a aussi voulu rassurer, affirmant que le chef de l’État resterait à Paris jusqu’à vendredi et « qu’aucune procédure d’urgence n’a dicté ce déplacement ». « Pour parachever son bilan de santé, initié à Alger, et dans le cadre d’une visite médicale routinière de contrôle, arrêtée et programmée depuis le mois de juin 2013, le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, séjourne à l’hôpital Val-de-Grâce, depuis lundi 13 janvier 2014 et ce, jusqu’au vendredi 17 janvier 2014″, précise le communiqué, cité par l’APS. La présidence a également ajouté que l’état général de M. Bouteflika s’améliorait « de façon progressive », depuis son retour de France le 16 juillet où il avait été hospitalisé durant 80 jours pour soigner les suites d’un AVC. Le chef d’État algérien, hospitalisé à Paris le 27 avril au Val-de-Grâce, avait ensuite été transféré à l’institution nationale des Invalides à Paris, spécialisé dans la prise en charge du grand handicap: un AVC et ses conséquences, selon des sources officielles.  Menara

François Hollande reconnaît que son couple vit des « moments douloureux ». Le sujet était particulièrement attendu, mardi, lors de la conférence de presse du chef de l’Etat. Interrogé au sujet de la divulgation par Closer de sa relation présumée avec l’actrice Julie Gayet, François Hollande a simplement reconnu que son couple traversait des « moments douloureux ». Alors que le journaliste lui demandait directement si « Valérie Trierweiler [était] toujours Première dame de France », le président de la République a éludé : « Je comprends votre question, et je suis sûr que vous comprendrez ma réponse. Chacun, dans sa vie personnelle, peut traverser des épreuves. C’est notre cas. Ce sont des moments douloureux ». Comme l’avait laissé entendre son entourage ces derniers jours, le président a refusé de dire s’il vivait toujours avec sa compagne, mais a bien promis « une clarification » de la situation de son couple d’ici son départ aux Etats-Unis, le 11 février; Il a aussi refusé de dire si Valérie Trierweiler, 48 ans, était toujours sa compagne. « J’ai un principe, c’est que les affaires privées se traitent en privé, dans une intimité respectueuse de chacun », a-t-il insisté. « Ce n’est donc ni le lieu, ni le moment de le faire. Mais si je ne répondrai à aucune question aujourd’hui sur le sujet, je le ferai avant » une visite d’Etat aux Etats-Unis. Mme Trierweiler, hospitalisée depuis vendredi pour un « coup de blues » après les révélations de Closer, a été invitée à ce déplacement. Interrogé sur son état de santé, François Hollande s’est montré très sec. « Elle se repose et je n’ai pas d’autre commentaire à faire », a-t-il dit. Depuis le début de cette affaire, observateurs et politiques, notamment dans l’opposition, accusent le chef de l’Etat de saper la fonction présidentielle.  Atlasinfo

Israël : les États-Unis haussent le ton. Le Département d’État américain a qualifié d' »insultants » des propos du ministre israélien de la Défense critiquant le plan de paix du chef de la diplomatie américaine, John Kerry, dans le cadre des pourparlers israélo-palestiniens. « Les remarques du ministre de la Défense, si elles sont confirmées, sont insultantes et inappropriées, en particulier compte tenu de ce que font les États-Unis pour la sécurité d’Israël », a déclaré Jennifer Psaki, porte-parole du Département d’État, à des journalistes après une visite de John Kerry au Vatican. Le secrétaire d’État Kerry « et son équipe, dont le général Allen, travaillent jour et nuit pour essayer de promouvoir une paix sûre pour Israël », compte tenu de la « préoccupation profonde » de John Kerry pour « l’avenir d’Israël ». « Remettre en cause les motivations » du secrétaire d’État et « déformer ses propositions (ne sont) pas quelque chose auquel nous nous serions attendus de la part du ministre de la Défense d’un proche allié », a ajouté la porte-parole. Dans des conversations privées avec des officiels israéliens et américains rapportées mardi par le journal israélien Yediot Aharonot, le ministre de la Défense, Moshe Yaalon, affirme que John Kerry serait « animé par une obsession incompréhensible et une sorte de messianisme ». « Le plan américain de sécurité qui nous a été présenté ne vaut pas le papier sur lequel il est écrit. Il n’assure ni la sécurité ni la paix », reproche Moshe Yaalon à propos des propositions américaines sur la sécurité en Cisjordanie, en particulier dans la vallée du Jourdain, le long de la frontière avec la Jordanie.  Le Point

Le gouvernement néerlandais veut que les prisonniers paient. Le ministère de la justice néerlandais vient de présenter un projet de loi visant à faire payer aux prisonniers 16 € par nuit passée derrière les barreaux pendant au maximum deux ans. L’idée de faire participer les prisonniers aux frais de leur incarcération était un des points de l’accord de gouvernement signé en octobre 2012 entre les partis libéraux et travaillistes, depuis lors au pouvoir sous la houlette du premier ministre libéral Mark Rutte. Le projet du vice-ministre de la Justice Fred Teeven, de modification de la loi pénitentiaire a été présenté ce lundi. Il introduit le principe de « propre contribution au séjour » des futurs prisonniers à partir du 1er janvier 2015. Selon les chiffres de l’Office central pour les statistiques (CBS), le système pénitentiaire néerlandais est responsable d’environ 12 000 détenus, qui, selon le ministère, coûtent chacun 250 € par jour à l’État néerlandais. Après avoir connu pendant de nombreuses années un taux de détention parmi les plus bas d’Europe (31 détenus pour 100 000 habitants en 1984), les Pays-Bas ont durci leur politique pénale au début des années 2000 et dû faire face à une forte inflation carcérale. Cette situation a été réglée dans un premier temps par la construction massive de nouveaux établissements, puis par l’abandon de la règle de l’encellulement individuel. Une double politique qui a finalement permis aux Pays-Bas d’être pendant plusieurs années en surcapacité carcérale par rapport à ses voisins européens, avec un taux d’occupation pénitentiaire de 85 à 90 %. Le secteur était donc prédisposé à être un des premiers visé par les coupes budgétaires.  La Croix

Mikhaïl Kalachnikov a eu des remords. Il a beau avoir inventé l’arme la plus meurtrière de l’histoire, Mikhaïl Kalachnikov était avant tout un être humain doté de sentiments. Six mois avant sa mort, le concepteur du fusil d’assaut le plus vendu au monde – il a été écoulé à près de 100 millions d’exemplaires -, a émis de profonds remords quant à la portée néfaste de sa création. « Ma douleur est insupportable : si mon fusil a ôté la vie à des humains, moi, Mikhaïl Kalachnikov, fils d’une paysanne, chrétien orthodoxe, suis-je responsable de la mort de ces humains, même s’ils étaient des ennemis ? » a-t-il écrit le 7 avril dernier dans une lettre envoyée à l’Église orthodoxe de Russie, rapporte le quotidien Izvestia.
Peu onéreux, facile d’utilisation et d’entretien, l’AK-47 s’est rapidement propagé, depuis sa création en 1947, sur tous les terrains de conflits au monde. La « Kalach » est même devenue le symbole de la lutte armée pour l’indépendance dans de nombreux pays, ornant même certains drapeaux, comme celui du Mozambiqueou du mouvement chiite libanais Hezbollah. On la retrouve encore aujourd’hui en nombre au sein de la rébellion syrienne, affrontant les chars et les avions du régime de Bachar el-Assad. « Mikhaïl Kalachnikov a inventé son arme pour défendre sa patrie et non pas pour que des terroristes d’Arabie Saoudite s’en servent », a argué Alexandre Volkov, porte-parole du patriarche Kirill, chef de l’Église orthodoxe russe, à qui était adressée la missive. « Le patriarche lui a répondu dans une lettre privée », a ajouté le porte-parole.
Mikhaïl Kalachnikov n’a pas toujours été ainsi tiraillé par les remords.   Le Point

Nouvelles technologies

LG dévoile ses nouveaux PC et tablette. LG Electronics a dévoilé lors du salon du CES 2014, qui s’est tenu à Las Vegas du 7 au 10 janvier, son tout nouveau Ultra PC (13Z940) ainsi que la seconde génération de PC / tablettes hybrides Tab-Book 2 (modèles 11T740 et 11T540). L’Ultra PC embarque une carte graphique NVIDIA GeForce GT 740M, associée à un processeur Intel® CoreTM. Parmi ses points forts, notons également la présence de fonctionnalités utiles telle que «l’image dans l’image» (Picture In Picture / PIP) qui donne la possibilité de regarder un programme télévisé tout en naviguant simultanément sur Internet. Quant aux PC hybrides, les deux nouveaux modèles Tab-Book 2 travaillent sous Windows 8.1 et sont optimisés pour un contrôle sur 10 points tactiles de leur écran capacitif. Conçu pour permettre à la fois de travailler et de divertir, ce produit nomade offre des performances pour une expérience utilisateur inédite jusqu’ici. Sa puissance est due à un processeur de quatrième génération Intel® CoreTM i5 capable de délivrer des performances sans faille en termes de puissance.  Aujourd’hui

Google investit dans la «maison intelligente» en acquérant la start-up Nest. Google n’en finit pas avec ses acquisitions de grande ampleur. Après YouTube pour 1,6 milliard de dollars et Motorola pour 12,5 milliards de dollars, le géant de l’Internet a annoncé le rachat pour 3,2 milliards de dollars de Nest. Après les voitures sans chauffeur, le géant américain fait une nouvelle incursion dans le marché des objets connectés en acquérant cette firme spécialisée dans la domotique. Concentrée sur le marché nord-américain, elle a été cofondée en 2010 par le père de l’iPod, Tony Fadell. La start-up américaine Nest développe des outils, au design travaillé, autour de la «maison intelligente». Son produit le plus connu est le thermostat connecté. Ce dernier enregistre les habitudes des habitants d’une maison, et programme en conséquence la température des pièces au cours de la journée. Par exemple, le thermostat intelligent baissera la température de la maisonquand ses occupants seront au travail, puis chauffera le salon avant le retour de la famille, avant de s’occuper des chambres en soirée. L’utilisateur peut également commander la température de son domicile à distance grâce à une application mobile. À la clé, des économies d’énergie. Nest a également lancé un détecteur de fumée intelligent, le Protect. Nombre de possesseurs de détecteur de fumée sont agacés par les déclenchements intempestifs de ce type d’alarme, et finissent par le désactiver. Ici, Protect prévient lorsqu’il a détecté un danger, et qu’il s’apprête à sonner.  Le Figaro

Réseaux sociaux: à quoi les ados passent leur temps sur leur smartphone? Ce n’est plus un téléphone, c’est un greffon. De quoi vous faire regretter de lui avoir offert un forfait, ou vous donner envie de verrouiller le réseau WiFi familial. Combien de fois vous êtes-vous demandé ce qu’il pouvait bien fabriquer le nez collé à son portable? Que votre ado passe sa journée à envoyer des textos, ça, vous le savez déjà. Que le deuxième usage privilégié soit les réseaux sociaux, vous vous en doutez. Mais si pour vous le monde se limite à Facebook, voire à Twitter, ou que vous en êtes restés aux Skyblogs, vous êtes au moins en retard d’une génération. L’adolescent français moyen reçoit son premier téléphone mobile à 11 ans, selon Médiamétrie. Il envoie 381 SMS par semaine entre 12 et 17 ans, selon une étude du Credoc. Et il délaisse Facebook, qu’il continue à utiliser mais a minima. A cela, une raison assez simple: la majorité des adolescents sont « amis » avec leurs parents sur Facebook. Aux Etats-Unis, c’est le cas de 70% des ados. Or, moins d’un sur cinq restreint la visibilité de ses publications à une partie seulement de ses amis. Sur Facebook, la règle, c’est que ce qu’on poste est visible par tous. Comme il ne faut pas prendre les jeunes pour des idiots et qu’ils maîtrisent beaucoup mieux qu’on voudrait le croire leur identité numérique, ils choisissent donc ce qu’ils postent en fonction du réseau. Et il ne faut pas se voiler la face, ce à quoi leurs parents ont accès, c’est juste un glaçon échappé de la partie immergée de l’iceberg. 70 % ados cachent à leurs parents ce qu’ils font en ligne.  L’Expansion

 

le2minutes.com

________________________actu-maroc.com

Commentaires