Flash-news : Trente en un du « 25 mars 2014

Flash-news : Trente en un du « 25 mars 2014

330
0
PARTAGER

La Haye: Le Maroc prend part au sommet sur la sécurité nucléaire. Salaheddine Mezouar représentera le Maroc, au 3ème Sommet sur la sécurité nucléaire, qui se tient les 24 et 25 mars à La Haye, et qui connaitra la participation de 53 Chefs d’Etats et de Gouvernements ainsi que les Secrétaires et Directeurs   généraux de quatre organisations internationales concernées (ONU, UE, AIEA, INTERPOL). Selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la coopération, la délégation marocaine comprend le ministre de l’Energie, des Mines, de l’Environnement et de l’Eau, Abdelkader Amara, l’ambassadeur du Maroc à La Haye, Abdelouahab Bellouki, le Directeur des Nations Unies et des Organisations Internationales, Azzeddine Farhane et le Directeur du Centre National de l’Energie des Sciences et des Techniques Nucléaires (CNESTEN), Khalid Mediouri. Le Sommet de La Haye, est le 3ème en son genre après ceux tenus, respectivement, à Washington (avril 2010) et à Séoul (mars 2012). Il a pour objectif de coordonner internationalement, les efforts de sécurisation des installations nucléaires et du trafic des matières nucléaires et radioactives dans le monde. Il s’agira également durant ce sommet, indique la même source, de dégager une stratégie mondiale de lutte contre le terrorisme nucléaire, lequel constitue la menace la plus immédiate et la plus urgente à la sécurité internationale, face à l’éclatement du marché noir des matériaux nucléaires, et le risque de l’utilisation des matières radioactives et nucléaires par les groupes terroristes à des fins malveillantes. Le Mag

3 partis revendiquant une monarchie parlementaire, se liguent en ‘fédération’. Plusieurs partis situés à gauche de la gauche marocaine, ont lancé leur union, la ‘Fédération de la Gauche Démocratique’. Tous, par le volume, de petites entités politiques ‘ultra-gauchistes’, les formations,Parti   de l’avant-garde démocratique et socialiste (PADS), le Congrès national ittihadi(CNI) et le Parti socialiste unifié (PSU), ont porté création, dimanche à Rabat, de « la Fédération de la Gauche démocratique », une union les fédérant. Selon des documents distribués lors du meeting de création de cette instance, cités par l’agence MAP, cette nouvelle ‘fédération’ corrigera les fautes de la formule de coordination adoptée depuis 2007 dans le cadre de la coalition de la gauche démocratique, et ce à travers « un concept organisationnel qui permet aux partis membres de préserver leur personnalité juridique et leurs structures nationales et locales ». Le programme de cette nouvelle création politique marocaine « place la dimension institutionnelle au cœur de l’action militante en faveur d’élections libres et honnêtes, d’une réforme profonde de l’enseignement et du renouveau de la culture nationale en s’inspirant de son identité arabo-islamiqueet amazighe » rapporte la même source. Il est question également de militer au sein de ce nouveau cadre politique pour « en finir avec l’économie de rente et de réunir les conditions d’une économie forte sociale et solidaire ». A noter que les trois formations politiques formatrices de cette ‘Fédération de la Gauche Démocratique’, militent pour l’installation au Maroc, d’une monarchie parlementaire moniste et non exécutive , en vertu de laquelle, le Roi régnerait sans gouverner. Le Mag

L’Education nationale apure ses dettes. Les ministères des Finances et de l’Education nationale ont débloqué par moins de 2,1 milliards de dirhams en faveur des fournisseurs et prestataires du département de Rachid Benmokhtar. Les entreprises contractantes du ministère de l’Education nationale peuvent souffler. En commun accord entre le département de Rachid Benmokhtar et le ministère de l’Economie et des finances, elles vont pouvoir récupérer leur dû, soit les arriérés de paiements accusés par les Académies régionales. La somme est conséquente: 2,1 milliards de dirhams auxquels les fournisseurs et prestataires ont désormais droit. Les deux ministères se disent en cela « conscients du poids que cela peut représenter pour les trésoreries des entreprises concernées et de la nécessité d’apurer ces arriérés de paiement dans les plus brefs délais », comme on peut le lire dans un communiqué. 1,8 milliards ont déjà été payés aux entreprises concernées et 230 millions sont en cours de versement. Pour faciliter le décaissement, « les procédures de la comptabilité publique ont également été simplifiées. En outre, toutes les mesures nécessaires seront prises à l’avenir pour éviter de tels retards », nous informent les deux ministères.    h24info

Échiquier politique : La Fédération de la Gauche Démocratique est née. Le Parti de l’avant-garde démocratique et socialiste (PADS), le Congrès national ittihadi (CNI) et le Parti socialiste unifié (PSU) ont annoncé, dimanche à Rabat, la création de la “Fédération de la Gauche Démocratique”. La fédération permettra de dépasser les entraves posées par la formule de coordination adoptée depuis 2007 dans le cadre de la coalition de la gauche démocratique. Un concept organisationnel permet désormais aux partis membres de préserver leur personnalité juridique et leurs structures nationales et locales. Ces trois formations politiques avaient indiqué en janvier 2014, lors d’un point de presse, que “le nouveau cadre incarne une vision commune pour mettre en place une fédération de partis qui représente une approche avancée et transitoire, à même de favoriser la refonte de la gauche marocaine”. La secrétaire générale du PSU, Nabila Mounib, avait exposé le programme politique de la nouvelle fédération dont les grandes lignes ont été formellement explicitées dans un document approuvé dimanche par les conseils nationaux des trois partis. Ce programme, a-t-elle précisé, “place la dimension institutionnelle au cœur de l’action militante en faveur d’élections libres et honnêtes, d’une réforme profonde de l’enseignement et du renouveau de la culture nationale en s’inspirant de son identité arabo-islamique et amazighe”.    Aufaitmaroc

Maroc-Espagne: Réunion sécuritaire au sommet à Tanger. L’Espagne et le Maroc se donnent les moyens de booster leur partenariat en matière de lutte contre le crime organisé. Ils réunissent à cet effet, mercredi à Tanger, leurs ministres de l’Intérieur, Mohamed Hassad, et Jorge Fernandez Diaz, a appris lundi Le360 de source gouvernementale. Dans les milieux politiques, on n’exclut pas que le roi Mohammed VI accorde une audience au ministre espagnol de l’Intérieur. Le crime organisé, le trafic de drogue, le terrorisme, la traite des humains, la coopération policière sont autant de sujets que les deux ministres de l’Intérieur évoqueront lors de leur rencontre. Pour rappel, cette réunion intervient une semaine après le démantèlement d’une dangereuse cellule terroriste par les services de sécurité marocains et espagnols.    le360

Economie

Le Polisario s’en prend au stand marocain au salon ‘TUR’ en Suède. Des membres du Polisario, aidés par des ‘activistes’ suédois, s’en sont pris au stand marocain au Salon international du tourisme et des voyages de Goteborg (TUR). Le Week-End dernier, les polisariens et leurs supporters   recrutés dans les milieux extrémistes suédois, se sont postés à l’entrée principale du Salon et ont distribué des tracts portant insultes au Maroc et ont appelé les visiteurs à ce détourner du stand marocain et à boycotter la destination Maroc. Selon l’agence MAP, en dépit de cette attaque, le stand du Maroc au Salon de Goteborg a connu un ‘‘grand engouement’’ de la part du grand public et des professionnels du tourisme ; ainsi, le stand du Royaume, aménagé sur une superficie de 56 m2, dont la thématique principale était le tourisme balnéaire au Maroc avec, mise en avant, la ville d’Agadir, a suscité « l’intérêt des visiteurs », dont des tours opérateurs et des agences de voyages, avides d’informations sur la destination du Maroc et les stations balnéaires au Royaume. Pour sa part, rapporte la même source, la délégation de l’Office national marocain du tourisme (ONMT) à Stockholm a indiqué que les éléments du Polisario sont envoyés chaque année à Goteborg à l’occasion du salon international du tourisme, pour y mener leurs campagnes hostiles au Royaume et que cela n’a jamais impacté négativement les flux de touristes suédois vers le Maroc. Le Mag

Pétrole au Maroc: Des pistes abandonnées, d’autres élargies. Alors que le britannique Chariot Oil & Gas Investments Morocco a élargi sa sphère d’intervention dans l’offshore au Maroc, Cairn Energy confirme avoir abandonné un puits, dont le potentiel est « inexploitable ».   Les annonces, plutôt contradictoires, sur l’état d’avancement des prospections pétrolières au Maroc continuent de défiler. Le britannique Chariot Oil & Gas Investments Morocco Ltd affirme posséder 75% d’intérêt opérateur dans la licence du bloc Mohammedia Reconnaissance, élargissant ainsi sa sphère d’intervention. Il a comme partenaire l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) qui détient les 25% restants. « Mohammedia Reconnaissance est adjacent aux deux licences Loukos et Rabat Deep de Chariot Oil & Gas, et couvre environ 4.600 km2 dans une zone où la profondeur d’eau avoisine 500 m »,précise l’agence ecofin. Un sondage sismique 3D commencera début avril, sur environ 1.700 km2, sur les trois licences. Pendant ce temps, Cairn Energy, co-opérateur du bloc, a annoncé dans un communiqué avoir abandonné et bouché un puits au large de Tarfaya, plus précisément Juby Maritime 1. Selon l’ONHYM, les opérations de forage, au niveau du jurassique supérieur et à une profondeur de 2.112 mètres, ont permis de rencontrer une colonne d’huile lourde, ce qui correspond à un pétrole beaucoup plus complexe à exploiter que les hydrocarbures légers, lit-on dans le communiqué. h24info

L’activité industrielle en chute en février. Une chute de l’activité industrielle et des ventes par rapport au mois de janvier et une stagnation du taux d’utilisation des capacités autour de 68%. Voilà ce qui ressort de l’enquête de conjoncture de Bank Al-Maghrib pour ce mois de février 2014.   En effet, il y a eu une baisse de la production dans certaines industries malgré les bonnes performances enregistrées par d’autres. Dans le détail, ce sont les industries chimiques, para-chimiques et agroalimentaires qui ont enregistré un certain repli. Au niveau des industries chimiques et para-chimiques, la production aurait accusé une baisse et le taux d’utilisation des capacités se serait établi à 65% à cause des ventes qui auraient enregistré une baisse liée au repli des expéditions, aussi bien sur le marché local que sur le marché étranger. Les carnets de commandes, quant à eux, seraient dans un état normal, selon 41% des entreprises. Pour la branche agroalimentaire, la baisse est effective selon 45% des industriels. Malgré cela, le taux d’utilisation des capacités (TUC) se serait maintenu à 75%. Les commandes reçues en février auraient marqué une stagnation, qui s’est traduite par le maintien des carnets de commandes à leur niveau normal. En revanche, la branche «électrique et électronique» a, quant à elle, réalisé de bonnes performances pendant ce mois de février, selon 45% des entreprises questionnées. Dans ces conditions, le taux d’utilisation des capacités s’est amélioré pour atteindre 79%. Du côté de la stagnation des activités, on retrouve essentiellement deux industries. Les Eco

Le Maroc régresse de 12 places dans l’indice mondial de la performance logistique. Le Maroc régresse de 12 places dans l’indice de performance logistique (LPI). Après le sursaut spectaculaire qu’il a réalisé dans la précédente édition (2012), en passant de la 113ème place en 2007 à la 50ème en 2012 sur la base des Indicateurs de performance logistique (LPI), le Maroc a été classé à la 62ème position dans le classement que la Banque mondiale vient de rendre public. Et ce, avec un score moyen de 2,9 sur une échelle qui va de 1 à 5 (plus on s’approche de 5, plus la performance est élevée). Etabli tous les deux ans, ce classement évalue la «performance logistique» de 160 pays dans leurs échanges commerciaux avec le reste du monde en passant notamment en revue plusieurs indicateurs de performance. En effet, l’indice global comprend l’évolution de plusieurs sous-indices qui évaluent l’efficacité des processus de dédouanement (73ème), la qualité des infrastructures commerciales et des infrastructures de transports connexes (48ème), la facilité de l’organisation des expéditions à des prix concurrentiels (61ème), la qualité des services et des compétences (73ème). Ledit rapport de la Banque mondiale montre, dans le détail, que l’essor de la logistique au Maroc fait face à plusieurs contraintes, notamment les coûts prohibitifs de la traversée du Détroit, la cherté des tarifs de prestations portuaires, le déficit en plateformes spécialisées qui a pour conséquence d’accroître la désorganisation de la circulation des flux des marchandises, et le zèle dans les procédures de contrôle des normes à l’import.    Libe.ma

Baisse de 29% du résultat net du spécialiste du crédit à la consommation « Eqdom ». Le spécialiste du crédit à la consommation, Eqdom, a affiché en 2013 un résultat net de 175,2 millions de dirhams (MDH), en repli de 29,1% par rapport à 2012, selon les résultats financiers 2013 de la société. Dans un contexte peu favorable du secteur du crédit à la consommation, caractérisé par une stagnation de la production, un fort resserrement des marges, notamment sur le financement automobile, et le renchérissement des ressources de financement, le Produit net bancaire (PNB) a affiché une baisse de 16,3%, explique Eqdom dans un communiqué financier, publié sur le site Internet de la Bourse de Casablanca. La tendance baissière des charges d’exploitation se confirme, avec un recul de 4 par rapport à 2012, mais ne compense que partiellement la baisse de PNB, le Résultat brut d’exploitation (RBE), en repli de 22,4% à 383,1 MDH, entraînant une dégradation du coefficient d’exploitation à 37,8% (contre 32,9% en 2012), a-t-elle ajouté. «Notre politique prudente de gestion des risques a en revanche permis de limiter le coût du risque à 1,26% au cours de l’exercice 2013», poursuit la même source qui note que le montant de l’encours brut des crédits s’est élevé à 9,814 milliards de dirhams (MMDH), contre 10,543 MDH un an plus tôt, soit une baisse de 6,9%. Pour ce qui est des perspectives 2014, Eqdom affirme qu’elle a d’ores et déjà pris les mesures nécessaires pour dynamiser ses performances commerciales, et ce en dépit d’un environnement de marché toujours atone.    Maghrebemergent

Kénitra. L’entrepreneuriat des jeunes, un moteur de développement local. Cette manifestation, tenue sur le thème «L’entrepreneuriat des jeunes, levier de développement local», vise à informer les jeunes de la capitale du Gharb et de la région sur les opportunités d’emplois et les programmes d’appui et de financement des projets d’entreprises dédiés aux jeunes. Des espaces d’exposition ont été aménagés à cette occasion pour présenter aux jeunes visiteurs les services proposés par les administrations publiques concernées, les chambres professionnelles, les organismes de financement et les associations d’appui aux jeunes entrepreneurs. Des ateliers thématiques ont été également programmés lors de cette journée. Elles ont permis à des dizaines de jeunes de Kénitra de s’initier aux techniques de montage du business plan, du financement du capital-risque ainsi que des différents aspects juridiques et administratifs du monde de l’entrepreneuriat. Comme l’a souligné Tamika Cameron, directrice adjointe de l’USAID-Maroc, l’emploi est actuellement l’une des préoccupations majeures des jeunes qui aspirent à l’autonomie économique et l’épanouissement personnel et collectif, à travers leur contribution au processus de développement local. Elle a estimé que la commune urbaine de Kénitra, à travers cette initiative menée conjointement avec le conseil local des jeunes, aspirait à jouer un rôle fédérateur en faveur de l’auto-emploi de ceux-ci, en étroite collaboration avec les partenaires publics et privés concernés.    Le Matin

Social

Catastrophe à la province de Tata. Une véritable catastrophe, à la fois économique et écologique, est survenue, dimanche, à la province de Tata, dans le centre – Est du Maroc. Un incendie a ravagé près de 700 palmiers   dans l’oasis d’Akred, relevant de la commune de Tamanart, a-t-on indiqué de source locale à Tata. Selon l’agence MAP, le feu, s’est déclaré vers 16H00 dans l’oasis située à près de 200 km au sud-ouest de Tata, et n’a pas fait de victime, a-t-on précisé de même source. Les éléments de la protection civile, relevant des provinces de Tata, Guelmim, Assa, étaient toujours mobilisés lundi matin pour maîtriser le feu dont les causes n’ont pas encore été déterminées, selon la même source. Le Mag

Légalisation du cannabis : Le PAM réunit 2.000 cultivateurs à Chaouen. Le PAM veut passer à la vitesse supérieure dans la légalisation du cannabis. Trois mois, après la conférence introduisant le débat dans l’enceinte du   Parlement, le parti du tracteur s’apprête à réunir le plus grand nombre de cultivateurs de cannabis. Ainsi quelque 2.000 agriculteurs seront rassemblés le 5 avril prochain à Bab Berred dans la province de Chefchaouen. C’est ce qu’a annoncé Hakim Benchemass, porte-parole du PAM lors d’un point de presse lundi 24 mars à Rabat. Selon M.Benchemass également président du conseil national du parti, une autre rencontre du même genre rassemblera les agriculteurs à Issaguen dans la région de Ketama. «Ces rencontres s’inscrivent dans le cadre de nos efforts pour la résolution d’une question assez délicate et qui ne doit pas faire l’objet d’aucune surenchère politicienne. Il s’agit de la culture du cannabis au Maroc. Une activité qui donne une mauvaise image du Maroc faisant de lui le premier producteur de résine de cannabis après l’Afghanistan », a déclaré M.Benchemass. Ainsi l’objectif de ces rencontres avec les premiers concernés, en l’occurrence les cultivateurs est d’exposer leurs problèmes et, à terme, les impliquer dans la mise en place d’une économie alternative leur offrant une vie plus décente. Et pour cause : selon M.Benchemass citant les chiffres du ministère de l’intérieur, quelque 48.000 cultivateurs vivent en montagnes dans la clandestinité et subissent toute sorte de chantages étant recherchés par les autorités. Par ailleurs, outre les rencontres avec les cultivateurs, sont également prévus des groupes de travail pour l’élaboration de projets de loi relatifs à la légalisation du cannabis à des fins thérapeutiques et industrielles, ainsi qu’à la mise en place d’une agence dédiée au cannabis.  Aujourd’hui

Une E-Pétition pour annuler le passage à l’heure d’été. Une pétition électronique adressée au chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, a été mise en ligne, proposée à la signature des citoyens, par un E-mouvement   s’appelant ‘mouvement contre le changement de l’heure légale au Maroc’. Dans un langage soigné, les créateurs de cette pétition ont adressé au chef du gouvernement, leur doléance, pour annuler le passage à l’heure d’été, au Maroc, programmé par le gouvernement, le 30 mars prochain. Si le gouvernement invoque, pour instituer le passage à GMT+1, des raisons d’économie d’énergie et un impératif économique, consistant en la réduction à une heure d’écart, du décalage horaire entre le Maroc et l’union européenne, les citoyens pétitionnaires ont expliqué au chef du gouvernement, les désagréments multiples que leurs cause l’heure d’été. Ainsi, la scolarisation des enfants qui, se verraient perturbés par l’obligation de se réveiller une heure plutôt, des problèmes de santé que causerait le dérèglement de l’heure biologique, ainsi que le problème de l’insécurité qui se pose plus insistament, vu que les travailleur(e)s sortant de chez eux, plus tôt pour aller travailler, se retrouvent plus facilement, proies des agresseurs, sont entre autres raisons avancées par les pétitionnaires, pour défendre leur point de vue, auprès du chef du gouvernement. Le Mag

Casablanca présente le plus grand sac écologique en toile. 13,6 mètres de long et 12 mètres de large : ce sont les dimensions du sac écologique en toile présenté, dimanche à Casablanca, à l’initiative de Casa Environnement. Le plus grand sac écologie en toile du monde, de 13,6 mètres sur 12 m, a été présenté, dimanche à Casablanca, avec l’ambition de le faire inscrire au livre Guinness des records. Une manifestation éco-citoyenne, à laquelle ont pris part la ministre déléguée chargée de l’Environnement, Hakima El Haite et la ministre de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire, Fatima Marouane. L’initiative s’inscrit dans le cadre de la campagne de lutte contre les sacs en plastique, débutée en 2011 et qui porte sur la collecte de 2,2 mille tonnes de sacs en plastique noirs mais également sur le changement des procédés de fabrication de ce genre de sacs. Ils ont un coût sur la santé, détruisent le sol et ont un impact sur l’agriculture, a souligné Hakima El Haite, dans un déclaration à l’agence de presse MAP. Pour sa part, Fatima Marouane a affirmé qu’un programme pilote pour les sacs alternatifs a été lancé pour le financement de la fabrication de 3 millions de sacs écosystèmes par le biais de 139 coopératives. Ces sacs ont été distribués par 73 associations œuvrant dans la sensibilisation et la préservation de l’environnement dans 26 villes. Cette opération, qui reflète tout un symbole dans la préservation de l’environnement, tend à faire de Casablanca le porte-drapeau de l’environnement mondial, a souligné, pour sa part, Said Sebti, président de Casa Environnement, organisatrice de cet événement écologique.    Aufaitmaroc

Manif à Rabat: Les étudiants revendiquent et commémorent. Près d’un millier de personnes ont manifesté ce dimanche à Rabat pour demander une réforme de l’éducation et commémorer l’anniversaire du 23 mars 1965. Des étudiants, mais aussi des membres de l’Association marocaine des droits humains (AMDH), des « diplômés-chômeurs » et des militants du 20 Février ont manifesté ce dimanche, dans le calme, à Rabat. Ils se sont rassemblés devant le Parlement, dans l’après-midi, pour réclamer des réformes économiques et sociales. Initialement organisée à l’appel du comité du 23 mars de l’Union National des étudiants du Maroc (UNEM), l’événement avait aussi pour but de commémorer la répression sanglante des manifestations étudiantes du 23 mars 1965. A l’époque, des manifestations d’étudiants et de lycéens, très fortement politisés, pour protester contre une circulaire interdisant aux élèves âgés de plus de 16 ans de redoubler «le brevet» (l’équivalent de la troisième), avaient entraîné un mouvement plus large de contestation englobant les plus pauvres. La répression avait fait des centaines de morts. Ce dimanche, les étudiants, et notamment les membres de l’Union des Etudiants pour le changement du système éducatif (UX) demandaient « à ce que l’opinion publique, les étudiants et les politiques fassent de l’éducation leur priorité numéro un. On veut des écoles et des facultés démocratiques, gratuites, de qualité, avec de bonnes infrastructures et une égalité des chances entre le public et le privé », selon Nabil Belkabir, membre de l’UX. Sous une présence policière discrète et sans qu’aucun incident soit signalé, la foule a protesté contre la faiblesse du budget consacré à l’éducation et a réclamé une « généralisation » des bourses d’étudiants.    h24info

Poussière noire à Kénitra : La wilaya de la région annonce la mise en place d’un plan d’action. Suite à la publication d’une série d’articles de presse et d’actes de mobilisation d’associations locales sur le problème de “la fumée noire que connait de façon interrompue la ville de Kénitra”, les autorités locales ont réagi. Dans un communiqué relayé par l’agence officielle MAP, la wilaya du Gharb-Chrarda-Bni-Hssen indique que plusieurs actions ont été mises en place, en coordination avec tous les acteurs. La wilaya de la région du Gharb-Chrarda-Bni-Hssen a annoncé lundi la mise en place d’un plan d’action pour “tirer au clair, sur des bases scientifiques”, les tenants et les aboutissants du problème de la poussière noire qui pollue l’air de la ville de Kénitra et éviter “toute instrumentalisation” de cette affaire. Selon un communiqué, suite à la publication d’une série d’articles de presse et d’actes de mobilisation d’associations locales sur le problème de “la fumée noire que connait de façon interrompue la ville de Kénitra”, le Wali de la région, Zineb El Adaoui a finalement réagi. Elle a en effet ordonné aux services déconcentrés de l’Etat, dont le Service régional de l’environnement, l’Observatoire de l’environnement et le Service de l’environnement de la Wilaya, de prendre contact avec les acteurs associatifs locaux intéressés par la protection de l’environnement, pour leur expliquer le contexte de cette affaire à la lumière des données scientifiques et techniques disponibles.    Aufaitmaroc

La tuberculose résiste au Maroc. La tuberculose résiste au Maroc et la lutte bute encore sur des problèmes, a reconnu, lundi, le ministre de la Santé à l’occasion de la célébration à Casablanca de la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose. Cet évènement a été organisé par l’Institut Pasteur du Maroc en partenariat avec la Ligue marocaine contre la tuberculose, a constaté un journaliste de Le360. El Houcine Louardi estime qu’après 15 ans de mise en service de la stratégie, « l’incidence de la tuberculose à microscopie positive diminue régulièrement. Cependant cette diminution est lente. Elle n’est que de 3% par an ». Et de préciser : « A ce rythme, il serait difficile d’atteindre les objectifs définis dans le cadre du partenariat mondial Halte à la tuberculose ». « Avec 27.000 nouveaux cas dépistés annuellement, soit une incidence de l’ordre de 80 nouveaux cas pour 100.000 habitants par an (…), la tuberculose demeurera encore un problème de santé publique au Maroc. Le ministère de la Santé a lancé un Plan national d’accélération de la réduction de l’incidence de la tuberculose. Ce plan (détection, prise en charge et la gouvernance) mobilise 250 millions de dirhams dont 68 millions de dirhams octroyés par le Fonds mondial de l’OMS.    Le 360

Art & Culture

Quatre groupes sélectionnés pour la finale du concours Génération Mawazine. Quatre jeunes groupes ont été sélectionnés pour la finale du concours Génération Mawazine qui aura lieu le vendredi 29 mars à Rabat, ont annoncé lundi les organisateurs. Il s’agit de DRAGANOV d’Oujda (RAP),   Zobida fennich de Rabat (Rock), Twisted et ROCK-BAT de Casablanca. « Les dix groupes ayant participé à la demi-finale du concours, vendredi dernier, ont montré le meilleur d’eux-mêmes pour décrocher le ticket vers la grande finale », indique un communiqué de l’Association Maroc Cultures, initiatrice du concours. « Les jeunes talents ont rendu la tâche difficile aux membres du jury pour en choisir les finalistes. Créativité et dynamisme, chaque groupe s’est démarqué selon son propre style », souligne-t-on de même source. Comme à l’accoutumée, la demi-finale a été clôturée en musique avec les groupes Rwapa Crew (Lauréat 2011) et Melimane (Lauréat 2012) ainsi que le rappeur SiSimo. La dernière soirée Génération Mawazine sera célébrée avec les groupes Babel, gagnant de l’édition 2011, The Basement, gagnant de l’édition 2013 ainsi que le rappeur Dizzy Dross. MAP

Tariq Ramadan au Maroc pour parler « business ». « L’Ethique, Business et Gouvernance » est le titre de la conférence que donnera le célèbre intellectuel musulman avec l’économiste marocain Azeddine Akesbi. L’événement est prévu le jeudi 27 mars à l’Université Mundiapolis de Casablanca   et c’est déjà le grand buzz de la semaine. Il s’agit de la conférence-débat, forcément attendue, de l’intellectuel musulman Tariq Ramadan avec l’économiste et militant des droits de l’homme Azeddine Akesbi. « Il s’agira […] de mettre en avant l’apport de la gouvernance à la réduction des abus », lit-on dans un communiqué de Mundiapolis. Un vaste programme auquel seront également conviés des personnalités de la société civile, des experts, des professeurs ainsi que les étudiants de l’Institut des Sciences politiques, juridiques et sociales de l’université. On s’en doute bien, c’est plutôt la personne de Tariq Ramadan qui attirera le plus de monde. Décrié en Occident, où il est né, travaille et réfléchit, Ramadan est accusé de tenir un double discours: derrière chacun de ses raisonnements rationnels se cacherait le dogme musulman dans ce qu’il de plus radical. Mais dans des pays comme le Maroc, le personnage est reçu avec tous les honneurs et son discours passe à merveille, surtout auprès des classes les plus aisées, forcément (très) francophones et -du moins théoriquement- éclairées. Au Maroc, Tariq Ramadan rend bien son amour… Mais là encore, tout en ambiguité. D’aucuns de souviennent d’un texte où le philosophe et essayiste résume ses impressions sur le Maroc: « cet Orient des origines qui, loin des projections orientalistes, se définit par soi, en une multitude de langues, d’appartenances, de cultures et de mémoires ». h24info
Linguistique. La langue arabe au cœur des discussions. Le Centre de la Promotion de la darija organise, le 12 avril à Casablanca, une journée d’étude sur la lexicographie arabe. La langue arabe est riche en lexique et en dictionnaires, et récemment elle est au centre de toutes les attentions et fait   l’objet de beaucoup de débats. Aujourd’hui, c’est la Fondation Zakoura Education et le Centre de la Promotion de la darija qui s’y intéressent de plus près, en organisant une journée étude dédiée à lexicographie de cette langue. Des experts et des spécialistes viendront étudier la lexicographie arabe et examiner les méthodes de la mise à contribution de leurs recherches (nationales et internationales) pour une meilleure promotion de la langue arabe et de sa culture. «La langue arabe standard est riche de dictionnaires, par contre l’arabe marocain l’est moins. Il existe toutefois de nombreux dictionnaires de cette langue dont la qualité est indéniable, même s’ils sont tous réalisés en alphabet latin et sont bilingues et jamais déployés en arabe ce qui limite l’accessibilité aux seuls spécialistes (linguistes, dialectologues et anthropologues)», explique-t-on auprès de la Fondation. Ainsi, plusieurs auteurs de dictionnaires seront présents lors de cette journée. L’objectif étant de dégager, parmi les différentes expériences partagées, la voie pour l’élaboration du premier dictionnaire monolingue d’arabe marocain, faisant usage d’une orthographe adaptée en alphabet arabe. Le Matin

Une exposition pour les jeunes et par les jeunes. L’exposition «Dix mots arabes voyageurs ; quand la poésie sort des murs des lycées pour s’inscrire sur ceux des musées» est née de la volonté du Musée de la Fondation Abderrahman Slaoui de s’intéresser aux jeunes et de les sensibiliser à l’art. Dans la lignée de ses ateliers pédagogiques organisés depuis quelques années déjà, le musée a eu l’idée originale de concevoir une exposition faite en partie par les jeunes et pour les jeunes, avec la collaboration d’artistes marocains. Ainsi, des élèves issus de l’Académie régionale d’éducation de formation du Grand Casablanca, du Lycée Lyautey ainsi que des écoles de l’Institut de promotion socio-éducative (IPSE) ont travaillé avec leurs enseignants, en amont de l’exposition, sur des ateliers de création artistique. Les élèves se sont lancé dans l’exploration des mots : tulipe, azur, alchimie, oasis, élixir, guitare, fantasia, café, hasard, bazar, afin d’en découvrir les nombreuses facettes artistiques. De ses mots, les élèves en on fait des tableaux pleins de vie et de couleur, et ils en ont fait aussi des histoires drôlement racontées sous la forme de poèmes. Parallèlement au travail des enfants, la Fondation Abderrahman Slaoui a invité dix artistes contemporains de renom à réaliser une œuvre chacun, autour du mot de leur choix. Rita Alaoui, Youssouf El Alami et Fatima Mazmouz se sont laissé aller au «hasard» alors que Zineb Andress Arraki avait à faire avec son «bazar». Yassine Balbzioui a choisi la route de l’«oasis» et a laissé Hicham Benohoud et Fatiha Zemmouri se partager l’«alchimie». Mounat Charrat a préféré l’«élixir» au «café» de Khalil Nemmaoui, qu’il engloutit surement sur un air de «guitare» de Hassan Echair.    Le Matin
FICAM 2014 : c’est parti ! La 13ème édition du Festival international du cinéma d’animation de Meknès a débuté dans la bonne humeur ce vendredi. Un événement sans chichi à l’image de sa cérémonie d’ouverture, « officiellement » prévue à 17h, en présence des ambassadeurs de France et du Canada. Aux manettes de cette soirée : Mardochée Devico, président de la fondation Aicha, et Alain Millot, directeur de l’Institut français de Meknès. « Mesdames et Messieurs, Ladies and Gentlemen ». C’est avec ces mots que Norman McLaren, grand nom de l’animation, a accueilli le public pour ce 13ème FICAM. « Etonnant ! », me diriez-vous, venant d’un homme décédé en 1987, et pourtant… Le court métrage « Discours de bienvenue » fait revenir à la vie ce réalisateur de génie, mis à l’honneur cette année à l’occasion de son centenaire. Avant chaque projection prévue au programme, les spectateurs pourront découvrir un de ses célèbres courts métrages. Au cours de sa carrière, Norman McLaren a expérimenté de nombreuses techniques d’animation : grattage de pellicule, peinture sur pellicule, prise de vue réelle, stop motion et dessin animé. Son nom est extrêmement lié à l’Office national du film du Canada, pays mis sur le devant de la scène cette année.    lnt

Sport

LA FRMF enfin conforme aux statuts de la FIFA. La Fédération royale marocaine de football s’est réunie dimanche à Skhirat afin d’adopter des statuts conformes aux règlements de la FIFA. Fin du bras de fer. LA FRMF a adopté de nouveaux statuts hier dimanche à Skhirat en présence des   représentants de la Fifa, de la Caf, du ministère de la Jeunesse et des sports et du Comité national olympique marocain. 51 membres de l’assemblée générale ont adopté les nouveaux statuts lors d’une assemblée générale extraordinaire. Ces derniers comprennent 85 articles répartis en 11 chapitres, et visent à se mettre en conformité avec les dispositions et règlements de la loi 30.09 relative à l’éducation physique et au sport et les statuts types des fédérations sportives ainsi et surtout qu’avec les statuts et règlements de la FIFA. Rappelons le, la FIFA avait refusé de reconnaître l’élection de Faouzi Lakjaa et de son bureau à la tête de la Fédération, le 10 novembre 2013. La raison? La FIFA avait demandé à la FRMF d’adopter des statuts en conformité avec ses Statuts Standards avant d’organiser de nouvelles élections au cours du premier semestre de 2014. Du coup, une délégation de la fédération royale marocaine de football conduite par Abdellah Rhallam,s’était rendue à Zurich pour s’entretenir avec les responsables de la FIFA. L’objectif était de convaincre les dirigeants de la FIFA de la mise en place d’une commission provisoire (présidée par Lakjaa) pour assurer la gestion des affaires de la FRMF. Et ça n’avait pas marché. La FIFA avait insisté pour que le bureau soit dirigé par le président sortant, Ali Fassi Fihri. certainement pour s’assurer que les statuts de la FRMF seraient mis en conformité sans retard. h24info

Agression des joueurs du WAC: Les suspects devant le parquet. Rebondissement dans l’affaire de l’agression de plusieurs joueurs et du staff du WAC au complexe Benjelloun à Casablanca. Annass et Assabah, datés du mardi 25 mars, révèlent que huit personnes, dont un pensionnaire de   l’orphelinat de Sidi Bernoussi, ont été présentées devant la justice. Les chefs d’inculpation sont lourds : constitution de bande organisée, vol qualifié, utilisation d’armes blanches, dégradation de bien public, coups et blessures. On apprend que l’un des huit accusés était recherché depuis des mois pour le meurtre d’un supporter du Raja, survenu lors du match de préparation d’avant-saison ayant opposé le club casablancais et l’OC Nice. A en croire Annass, « les suspects faisaient partie des Ultras winners (supporters du WAC). « Ils se seraient servis de Facebook pour coordonner leur attaque visant à terroriser les joueurs et l’entraîneur afin que l’équipe se redresse et arrête d’enchainer les mauvais résultats », précise Akhbar Al Yaoum. Al Ahdath Al Maghribiya soulève, de son côté, un autre point: celui des failles de sécurité au niveau du du complexe Benjelloun. « L’un des plus grands mystère de cette affaire est l’absence de toute preuve corroborant le récit des faits », note le quotidien, ajoutant que « la réponse fournie par les responsables du WAC est que la caméra de surveillance ne fonctionnait pas ». Al Ahdath Al Maghribiya ne manque pas d’incriminer les forces de l’ordre. « Connaissant le climat électrique régnant au sein du Wydad, la police aurait dû prendre les précautions nécessaires, d’autant plus que l’entourage de l’équipe a tiré plus d’une fois la sonnette d’alarme », lit-on sur le journal. Le 360

Fettah n’a encore rien signé avec le RCA. Le site « dimadimaraja.com » a démenti la rumeur selon laquelle Said Fettahaurait signé vendredi dernier un accord de principe avec les Verts en vue de les rejoindre après la fin de saison. Selon la même source, le joueur du WAC souhaiterait   revenir à son club formateur et aurait entamé les contacts avec les dirigeants Rajaouis, mais pour l’instant il n’y a rien de concret. Notons en dernier lieu que Said Fettah a disputé hier l’intégralité de la rencontre de championnat ayant opposé son club à l’OCS de Safi (1-0). Mountakhab

Rallye aérien Maroc Atlas évasion. Clôture à Essaouira d’une semaine de découverte. Les participants au rallye aérien Maroc Atlas évasion-2014 sont arrivés, dimanche à Essaouira, dernière étape d’une semaine faite d’aventure, de découverte et d’échange culturel.
L’édition 2014 du rallye aérien Maroc Atlas évasion, qui s’est disputée sur sept étapes entres plusieurs villes marocaines, a constitué une occasion pour les participants de découvrir la splendeur et la diversité des paysages naturels du Royaume. Les participants étaient invités ainsi à la découverte du Maroc et de ses populations, à travers un circuit alternant rivages de l’Atlantique, sommets enneigés de l’Atlas et déserts de l’extrême sud marocain ou encore les célèbres vallées de Dadès et de Drâa. «Cette année nous avons programmé une boucle extraordinaire avec départ et arrivée à Essaouira, en passant par Taroudant, Ouarzazate, Merzouga, Zagora et Tata», a indiqué à la presse l’organisateur du rallye, Zinedine Sadaoui, soulignant les dimensions économique, touristique et culturelle de cette manifestation. «L’année prochaine, nous envisageons un parcours entre Essaouira, Tan-Tan et Laâyoune, tout au long de la côte, sur les traces de la mythique aéropostale», a-t-il confié, faisant part de son souhait de voir naitre à Essaouira une école de pilotage d’ULM (ultralégers motorisés) destinée aux jeunes marocains et étrangers amoureux de l’aviation sportive.    Le Matin

International

Le vol MH370 s’est bien abîmé en mer. Après dix-sept jours d’incertitude et de rumeurs, les autorités malaisiennes ont annoncé, lundi 24 mars, que le vol MH730 de la Malaysia Airlines disparu depuis le 8 mars s’était bien abîmé en mer, tuant tous les passagers à bord. Le premier ministre malaisien,   Najib Razak, a indiqué lors d’une conférence de presse que le vol s’était abîmé dans le sud de l’océan Indien. Il a précisé que le gouvernement avait informé les familles des 239 personnes mortes dans l’accident par SMS, soulignant « qu’il faut considérer, selon toute vraisemblance, que le vol MH370 a été perdu et qu’aucun de ses occupants n’a survécu ». L’avion avait notamment à son bord cent cinquante-trois Chinois, quatre Français, quatre Américains et deux Canadiens. L’opérateur de satellites Inmarsat et le Bureau britannique d’enquête sur les accidents aériens « ont conclu que le MH370 a volé dans le couloir sud et que sa dernière position se trouvait au milieu de l’océan Indien », a parallèlement annoncé la compagnie dans un texte transmis aux proches des disparus. Le premier ministre n’a donné aucun détail supplémentaire, renvoyant à une conférence de presse qui sera donnée mardi. Le mystère persiste donc sur les origines de l’accident. Plusieurs thèses ont circulé depuis deux semaines : celle d’un détournement, étayée par le fait que l’avion aurait continué à émettre un signal quatre heures après sa disparition. A mi-chemin entre la Malaisie et le Vietnam, l’avion a changé de cap, vers l’ouest, à l’opposé de son plan de vol, et ses systèmes de communication ont été désactivés « de manière délibérée », selon les autorités malaisiennes. L’appareil a volé plusieurs heures avant d’épuiser ses réserves de carburant. Deux couloirs de recherche ont été délimités à partir de tous ces éléments, l’un au nord vers l’Asie centrale, l’autre s’étirant de l’Indonésie au sud de l’océan Indien. Le Monde

Procès des pro-Morsi : 529 condamnations à mort. À l’issue d’un procès de masse expéditif sur fond de répression des islamistes en Égypte, 529 partisans du président Mohamed Morsi dont la plupart sont en fuite, ont été condamnés à mort, ce lundi, en première instance, pour   des violences commises durant l’été. Dans ce qui représente le plus important procès depuis le début de la répression des pro-Morsi, des sources judiciaires égyptiennes ont déclaré, ce lundi, qu’un tribunal a condamné à mort en première instance, 529 partisans du président islamiste destitué par l’armée. Seuls 153 des condamnés sont détenus, les autres sont en fuite, ont précisé ces sources. Dix-sept des accusés ont par ailleurs été acquittés. Les condamnés peuvent faire appel, et selon les experts, un appel devant la Cour de cassation devrait selon toute vraisemblance permettre aux condamnés actuellement en détention d’obtenir un nouveau procès ou de voir leur peine commuée. En outre, la peine de mort doit encore être validée par le mufti, représentant de l’islam auprès de l’État. Ce procès de masse qui implique au total plus de 1.200 accusés, s’est déroulé à Minya, une ville de Moyenne-Égypte (à 250 kilomètres au sud du Caire), qui avait été, le 14 août 2013, le théâtre de nombreuses violences contre les forces de sécurité et la minorité chrétienne copte. Ces violences avaient suivi la dispersion sanglante des sit-in de manifestants pro-Morsi au Caire, quelques jours auparavant. L’intervention des forces de l’ordre avait alors fait plus d’un millier de morts dans les rangs des manifestants. Aufaitmaroc

Les dirigeants du G7 annulent le sommet du G8 prévu à Sotchi. La première journée du sommet de La Haye s’est soldée lundi 24 mars par un avertissement ferme à la Russie. Les dirigeants du G7 (le G8 moins la Russie), réunis jusqu’à mardi à la demande de Barack Obama ont annoncé qu’ils   suspendaient leur participation au G8. Confirmant leur décision de ne pas se rendre au sommet du G8 prévu à Sotchi (Russie) en juin, ils ont décidé de se retrouver à la place à Bruxelles. Les Etats-Unis, la France, l’Allemagne, le Japon, le Royaume-Uni, l’Italie et le Canada se disent prêts à renforcer les sanctions en cas d’escalade enUkraine. Ces pays ont mis en garde contre des « sanctions sectorielles coordonnées qui auront des conséquences de plus en plus importantes sur l’économie russe, si la Russie poursuit cette escalade ». Le ministre des affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, a de son côté rencontré son homologue ukrainien, Andriï Dechtchitsa, ce qui constitue le plus haut contact diplomatique entre les deux pays depuis le début de la crise entre les deux pays. M. Lavrov a estimé que l’éviction de la Russie du G8, qu’elle a intégré en 1998, ne serait « pas une grande tragédie ». « Si nos partenaires occidentaux pensent que ce format est dépassé, qu’il en soit ainsi, a déclaré le chef de la diplomatie russe. Nous ne nous y accrochons pas. » « L’Europe et les Etats-Unis sont unis pour soutenir le gouvernement ukrainien et les Ukrainiens, nous sommes unis pour faire payer un coût à la Russie pour les actions qu’elle a entreprises jusqu’ici », avait expliqué M. Obama lundi matin. Le Monde

Turquie: plus de tweets depuis le blocage. Les Etats-Unis ont ironisé aujourd’hui sur le blocage de Twitterpar la Turquie, affirmant que la population de ce pays avait envoyé davantage de tweets depuis l’interdiction controversée décidée par le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan. Sur ordre du chef du gouvernement turc, l’autorité des télécommunications a interdit jeudi dernier l’accès au réseau social américain, sur lequel des opposants avaient diffusé des conversations téléphoniques piratées mettant en cause M. Erdogan dans un vaste scandale de corruption. Cette mesure lui a attiré l’ire d’une partie de la communauté internationale, Washington dénonçant vendredi une « entrave à la liberté d’expression ». La porte-parole du département d’Etat Marie Harf a relevé aujourd’hui qu' »il y avait eu plus de tweets sortis de Turquie qu’il y en avait avant que le gouvernement bloque » Twitter. « C’est, je pense, un message intéressant pour les gens qui essaient de réprimer la liberté d’expression: cela ne fonctionne pas, ce n’est pas la bonne chose à faire », a critiqué la responsable américaine. Elle a encore assuré que le « monde pouvait voir que de nombreuses personnes à l’intérieur de la Turquie tweetaient ce qu’ils pensaient du blocage là-bas » du réseau social. Les Etats-Unis « ont clairement dit au gouvernement turc que cela n’était pas acceptable de bloquer l’accès de ses citoyens aux plateformes sociales », a réaffirmé Mme Harf. La porte-parole a enfin reconnu que son gouvernement était « en contact avec Twitter », mais sans dire si les Etats-Unis appuyaient d’éventuels recours juridiques pour lever le blocage du réseau en Turquie. Washington et Ankara sont des alliés militaires de longue date, notamment au sein de l’Otan, et les deux pays coopèrent étroitement pour soutenir l’opposition et la rébellion en Syrie.    Le Figaro

Retour de djihadistes de la Syrie: L’Espagne a peur. Les jihadistes espagnols et maroco-espagnols partis combattre en Syrie, le plus souvent sous l’égide des groupes extrémistes religieux, provoquent les plus grandes peurs en Espagne, à l’éventualité de leur retour. Dans un article à la Une, intitulé ‘El retorno incontrolado de yihadistas de Siria pone en guardia a la policía ’ (Traduction : Le retour incontrôlé des djihadistes de la Syrie inquiète la police et lagarde civile), le journal El Pais, a mis en accent, les craintes que suscitent chez les sécuritaires espagnols, les retours ‘incontrôlés’ des jihadistes de Syrie. « Il s’agit de jeunes et qui sont prêts à commettre des actes enEspagne après avoir été formés au maniement d’armes et d’explosifs », souligne El Pais, en citant des sources des services de renseignements espagnols. « Leur danger potentiel est brutal. Ce sont des gens qui ont déjà tué en Syrie, et leur retour constitue un grand problème pour la sécurité du pays », ajoute la même source. « Nous ne savons pas combien de personnes sont parties en Syrie ni celles qui sont retournées. C’est un danger… Personne n’est en mesure de donner des chiffres fiables », affirme un responsable du Commissariat général de l’information, cité par le El Pais, qui note que « c’est pour la première fois que les services de renseignements font état du retour en Espagne de cellules djihadistes ayant combattu contre le régime de Bachar Al Assad ».    Le Mag

Ukraine : la Crimée passe sous contrôle russe. L’Ukraine a décidé lundi de retirer ses troupes de Crimée, où l’essentiel de ses bases est tombé en trois semaines d’occupation sous le contrôle de la Russie, qui risque d’être exclue du G8, le club des nations les plus riches. Après s’être emparées par la force à l’aube d’une base d’infanterie marine à Feodossia, les forces russes se sont lancées lundi à l’assaut du navire de débarquement ukrainien Kostiantyn Olchanski mouillant sur le lac Donouzlav, a constaté un journaliste de l’Agence France-Presse. À l’approche de l’embarcation russe, des tirs ont été entendus et un grand nuage de fumée s’est élevé devant le navire ukrainien. Pendant l’assaut, les marins ukrainiens ont entonné l’hymne ukrainien, sous le drapeau de leur pays, amené peu après. Premier responsable russe à se rendre, lundi, en Crimée, rattachée la semaine dernière au territoire russe, le ministre de la Défense Sergueï Choïgou inspectait lundi les installations militaires au moment où les grandes puissances menées par le président américain Barack Obama discutaient de nouvelles sanctions contre la Russie, dont son exclusion du G8, au cours d’un sommet à La Haye. Dans la nuit de dimanche à lundi, entre 60 et 80 fusiliers marins ukrainiens ont été capturés et leurs commandants emmenés en hélicoptère à l’issue d’une attaque d’une base d’infanterie marine à Feodossia, a indiqué le ministère ukrainien de la Défense. L’opération a été réalisée à l’aide de blindés légers et d’hélicoptères, et des tirs de mitrailleuses ont été entendus. Plusieurs camions transportant les soldats ukrainiens ligotés ont quitté la base deux heures après le début de l’assaut.    Le Point

Nouvelles Technologies

Nokia lance au Maroc deux nouveaux smartphones Lumia. Nokia vient d’annoncer que ses derniers smartphones à écran large, le Nokia Lumia 1520 et le Nokia Lumia 1320, sont désormais disponibles au Maroc. Le Nokia Lumia 1520 dispose d’un écran 1080p full HD et d’un écran d’accueil avec   une troisième colonne de «live tiles», qui permet aux utilisateurs d’atteindre rapidement leurs applications préférées avec moins de défilement. Afin de garantir une meilleure expérience vidéo, la caméra du Nokia Lumia 1520 enregistre des vidéos full HD avec un son très clair. L’appareil intègre également le Nokia Rich Recording avec quatre micros, ce qui offre un son stéréo sans distorsion pour une meilleure précision sonore. Quant au Nokia Lumia 1320, il apporte les meilleures innovations de la gamme Lumia à un smartphone qui intègre un écran de 6 pouces. Les dernières caractéristiques d’imagerie, comme le Nokia Camera et le Nokia Storyteller ainsi que l’application populaire de localisation HERE, offrent aux utilisateurs une offre convaincante sur les smartphones à écran large. Aujourd’hui
Un marocain décroche le « Youtube Silver Award ». Le blogueur Amine Raghib s’est vu décerner le prix « YouTube silver award », en récompense de ses performances sur la plateforme de partage des vidéos. La chaîne « Al muhtarif » (Le professionnel) sur YouTube, créée par ce Marrakchi de 29 ans,   a fidélisé 365.000 abonnés. Ses vidéos didactiques en matière de sécurité digitale ont totalisé quelque 23 millions de vues. Le jeune homme n’en est pas à son premier sacre. Avant l’Argent de YouTube, Amine Raghib avait déjà eu le titre de meilleur blogueur marocain en 2012. L’année suivante, c’est l’International center of journalists qui classe son blog parmi les 10 meilleurs blogs arabes. Dans une déclaration à Le360, ce spécialiste en réseaux et systèmes a souligné que l’idée de créer une chaîne pédagogique pour initier les novices aux nouvelles technologies a germé dans sa tête après avoir constaté que le contenu en arabe, en la matière, était quasi inexistant. « Au début, j’ai été étonné de l’engouement des internautes pour ses vidéos », confie-t-il. Il se lance un défi et se consacre entièrement à son projet. Le 360

Carte.ma: naviguez virtuellement dans les rues marocaines. Un développeur marocain lance avec carte.ma l’équivalent du service Google Street View. Une première. Après Sybla, application qui permet d’identifier les appels provenant d’un téléphone fixe inconnu,Marouane Lamharzi Alaoui   lance –dans 7 jours- carte.ma qui reprend le principe de Google Street View. Ce dernier propose de découvrir « des sites connus dans le monde entier et des merveilles naturelles » et de visiter « comme si vous y étiez des villes, des musées, des stades, des commerces, grâce aux images à 360 degrés ». En clair, le service (disponible sur navigateur et sur iOs et Android) permet de se balader le long d’une rue parisienne ou New-Yorkaise en disposant d’une vue à 360°depuis n’importe quel point de l’artère. Si le service est désormais largement disponible en Amérique du nord et du sud, mais aussi en Europe, il n’existe pas au Maroc. Marouane Lamharzi Alaoui a donc décidé d’y remédier. Le principe: il s’agit de sillonner, chaque rue, artère ou route dans une voiture équipée d’une ou plusieurs caméras. Un logiciel assemble ensuite les images pour donner l’impression de continuité. Avec fierté, le jeune ingénieur et développeur explique: « J’ai utilisé une caméra similaire à celle utilisée par Google et que j’ai développée moi-même. Elle a six capteurs et peut créer une image HD de 36 mégapixels. » Et pour le programme, pareil, il a développé un programme ad-hoc. Il faut dire qu’en l’absence d’un investisseur -les « business angels » ne courent pas les rues marocaines, regrette Marouane Lamharzi Alaoui- ce dernier a du financer le projet avec ses propres moyens. Dans la vidéo ci-dessus, vous avez un aperçu du résultat. Quand le service sera ouvert (mardi 1er avril), les internautes pourront parcourir les rues et artères de quatre villes pour commencer: Marrakech, Agadir, Essaouira (choisies pour leur tourist-appeal) et Errachidia… la ville natale du créateur de carte.ma! h24info

 

 

le2minutes.com

________________________actu-maroc.com

Pour rejoindre la page facebook de votre journal actu-maroc.com, d’autres informations vous attendent, aimez la page en cliquant sur le lien ci-après: https://www.facebook.com/pages/Actu-Maroccom/107076616014235?ref=ts&fref=ts

 

 

Presse Actualité journal Maroc marocaine infos news Rabat Casablanca Marrakech Agadir Fés Tanger horaires de prière

faits divers politique économie accident cnops ministère ambassade cnss police douane trafic drogue prostitution pédophilie

Commentaires