Flash-news : Trente en un du « 26 février 2014

Flash-news : Trente en un du « 26 février 2014

365
0
PARTAGER

Expulsion de Moulay Hicham d’Abu Dhabi. Le Prince héritier et ministre de la Défense d’Abu Dhabi, Cheikh Mohamed Ben Zayed Ben Sultan Al Nahyan, a demandé au prince Moulay Hicham de fermer le bureau de Al Tayyer Energy (ATE) à Abu Dhabi et de quitter les Emirats arabes unis. Rien ne va plus entre le prince Moulay Hicham et les monarchies du Golfe. Le Prince héritier et ministre de la Défense d’Abu Dhabi, Cheikh Mohamed Ben Zayed Ben Sultan Al Nahyan, a demandé au prince Moulay Hicham de fermer le bureau de Al Tayyer Energy (ATE) à Abu Dhabi et de quitter les Emirats arabes unis, a appris Le360 auprès d’une source aux EAU. Le bureau d’Abu Dhabi de ATE a été créé par Moulay Hicham, en vue de gérer les investissements et les opérations de cette société. « Les sorties de Moulay Hicham relatives au printemps arabe ont fini par agacer nombre de monarchies du Golfe qui n’appréciaient pas le double langage du prince. Alors même qu’il ne cesse de demander des faveurs aux dirigeants de ces pays, Moulay Hicham se construit l’image d’un réformateur en les critiquant dans la presse occidentale », nous confie notre source. Le prince Moulay Hicham semble avoir cherché à maintenir secret ce « bannissement » qui l’a conduit à déménager le bureau d’ATE des Emirats arabes unis aux Etats-Unis. Moulay Hicham assure la direction générale d’ATE tandis que Nadia Abu Jbara en est la PDG. Le 360

Quai d’Orsay : Javier Bardem a menti. Paris : Romain Nadal, porte parole du Quai d’Orsay, le ministère français des affaires étrangères, a catégoriquement nié, qu’il y ait eu la moindre rencontre entre l’ambassadeur français à Washington, François Delattre, et Javier Bardem. L’acteur espagnol Javier Bardem, réputé pour son racisme anti-marocain et ses étroites relations avec le pouvoir algérien et les dirigeants du front séparatiste du Polisario, avait déclaré à la presse française que l’ambassadeur François Delattre, lui avait parlé du Maroc en des termes obscènes, lors d’une rencontre en 2011, aux USA. Aujourd’hui, mardi 25 février, le porte parole du Quai d’Orsay a nié toute rencontre entre le diplomate français et l’acteur espagnol Javier Bardeml, démontrant que ce dernier n’a dépité que des mensonges. L’agence African Press Organization (APO), a rapporté la déclarations du porte-parole français. Q – Pour revenir sur l’affaire de l’ambassadeur de France à Washington, le Quai d’Orsay a démenti les propos qui lui sont prêtés, mais pas la rencontre. Est-ce qu’il y a eu rencontre entre l’ambassadeur et Javier Bardem ? R – Non. J’ai déjà indiqué qu’il n’avait pas rencontré M. Bardem et n’avait, par conséquent, pas pu tenir les propos qui lui étaient prêtés. Q – M. Bardem parle d’une rencontre en 2011. R – Il n’y a pas eu de rencontre entre l’ambassadeur Delattre et M. Bardem – ce qui signifie que les propos qui sont prêtés à M. Delattre n’ont pas été tenus. Q – Peut-on avoir un état des lieux des relations entre la France et le Maroc ? R – Un entretien entre le chef de l’Etat et le roi du Maroc a eu lieu hier soir. A cette occasion, la Présidence de la République a rappelé que le partenariat entre le Maroc et la France est un partenariat d’exception. Le ministre des Affaires étrangères doit s’entretenir dans les prochaines minutes avec son homologue marocain. Nos relations sont fortes et étroites dans tous les domaines et ne cessent de se densifier. Q – Est-ce que la coopération entre services en matière de renseignement va se poursuivre ? Le Mag

Tournée africaine du Roi Mohammed VI : La Mauritanie vexée ? Nouakchott : ‘‘Le Roi Mohammed VI traverse notre espace aérien plusieurs fois dans ses aller-retour africains sans jamais atterrir chez nous’’. Ainsi a, amèrement, écrit lundi, l’éditorialiste du journal mauritanien, Aray Almostenir (الرأي المستنير), qui a consacré un article, à la énième tournée royale en Afrique, qui selon l’auteur, provoque à Nouakchott, un dérangement voir une peur. ‘‘On ne peut que nous réjouir de voir le Roi au Mali, distribuer 10000 corans et former 500 imams, mais cela n’empêche que l’on se doit de se poser la question, où est le rôle de la Mauritanie dans tout cela ?’’ s’est demandé l’éditorialiste du journal mauritanien, Mohamed Abdallah Mohamadou. Selon lui, le rôle agrandi du Maroc au Mali et en Afrique subsaharienne en général, efface la Mauritanie. ‘‘Cette visite royale au Mali a certainement ravivé les espérances des malien mais a, en même temps, exacerbé les craintes et peurs des mauritaniens’’ a conclu l’éditorialiste d’Aray Almostenir. Par ailleurs, le quotidien londonien Al Quds Al Arabi a souligné que la Mauritanie vit comme un drame, la préférence des touaregs du MNLA, pour une médiation marocaine, particulièrement celle royale, dans leur négociation avec Bamako. ‘‘Le pouvoir mauritanien nourrissait l’ambition d’être le pilote de ce processus de dialogue de Bamako avec le MNLA, auquel il se liait de milles liens; l’audience royale de Marrakech accordée au secrétaire général du MNLA, Bilal Ag Chérif, a eu l’effet d’un tremblement de terre à Nouakchott ; amèrement cette dernière, voit se détourner d’elle, vers Rabat, les touaregs de l’Azawad’’ écrit Al Quds Al Arabi. Mais, ambilicalement, reste la Mauritanie liée à son voisin du nord ; le 12 février dernier, le magazine Jeune Afrique citait Alain Antil, directeur du programme Afrique subsaharienne à l’Institut français des relations internationales (Ifri) et spécialiste de la Mauritanie, qui assurait que ‘‘Certes, la Mauritanie a la volonté d’améliorer les relations avec Alger, mais pas de remise en cause durable de la position vis-à-vis de Rabat.  Le Mag

La popularité de Benkirane en berne selon un sondage TIZI-AVERTY. La cote de confiance du chef de gouvernement chute de 15 points en 6 mois, passant de 68% à 53%, selon le baromètre politique TIZI / AVERTY de Janvier 2014. La deuxième édition du Baromètre politique TIZI/AVERTY a été réalisée en Janvier 2014 en partenariat avec notre confrère Hespress, dont une synthèse est parvenue à Menara. Elle permet de suivre l’évolution de la confiance et de la satisfaction des marocains par rapport à l’action du chef de gouvernement, du gouvernement et de l’opposition. Des chiffres éloquents, qui font sens avec l’actualité des derniers mois. La cote de confiance du chef de gouvernement a chuté entre juin 2013 et janvier 2014, passant de 68% à 53%, soit une baisse de 15 points en 6 mois. La satisfaction quant à son action a également fortement baissé : seuls 43% des répondants sont satisfaits de l’action du chef de gouvernement en janvier 2014 alors qu’ils étaient 53% il y a 6 mois. Le baromètre TIZI / AVERTY a analysé en détail cette évolution. En termes de catégorie socioprofessionnelle (CSP), si la confiance envers le chef du gouvernement a augmenté de 12 points pour s’établir à 58% chez les CSP A et B, elle plonge au sein des classes les moins favorisées (CSP D et E). Seule une petite majorité (52%) des répondants de CSP D, et un peu plus du tiers des CSP E (37%) font désormais confiance au chef du gouvernement alors qu’ils le soutenaient fortement il y a 6 mois avec respectivement 72% et 76% de confiance en juin 2013. Régionalement, si dans le nord du pays (au nord de Kénitra), la confiance envers le chef de gouvernement est restée stable à 54%, elle est en baisse aussi bien dans le sud du pays (au sud de Safi) à 63% (-11) que dans l’axe Atlantique Casablanca-Rabat à 50% (-18), et a même plongé dans l’intérieur du pays (régions de Fès, Meknès, Tadla-Azilal) pour s’inscrire à 48% (-29 points). En termes de tranche d’âges, la confiance envers le chef du gouvernement s’établit à 46% (-22 points) chez les 25-34 ans, à 52%(-12) chez les 35-44 ans et 46% (-23) chez les plus de 44 ans. Seuls les plus jeunes (18-24 ans) continuent de soutenir fortement le chef de gouvernement avec 81% de confiance (+9).  Menara

Plan solaire. Le site de Aïn Beni Mathar rayé de la liste. Plus de Aïn Beni Mathar dans le Plan solaire marocain. Selon nos informations, l’Agence marocaine pour l’énergie solaire (Masen) vient d’éliminer ce site de la liste des cinq projets programmée par ce plan. Motif, les ressources en eau dans cette zone – située à 84 km au sud d’Oujda et d’une superficie de 3 000 hectares – ne sont pas suffisantes pour le fonctionnement du projet solaire. Les pénuries d’eau pèsent en effet sur la viabilité à long terme des projets énergétiques. Le défaut d’évaluation des besoins en eau et d’analyse des contraintes hydriques futures peut avoir comme conséquence une hausse des coûts et des risques, selon la Banque mondiale. Masen mène actuellement des études, qui sont dans leur phase finale, pour déterminer un site de remplacement de 400 MW, confie au journal «Le Matin» une source proche du dossier. Rappelons que le Plan solaire marocain, lancé en 2009 et piloté par Masen, prévoyait la construction de cinq complexes industriels : Ouarzazate (500 MW), Aïn Beni Mathar (400 MW), Sebkha Tah (500 MW), Foum El Oued (500 MW) et Boujdour (100 MW). Selon les milieux énergétiques, après Ouarzazate, Masen envisageait d’annoncer vers fin 2013, le processus de préqualification du complexe solaire Aïn Beni Mathar pour qualifier les développeurs potentiels de ce complexe à travers des projets de production indépendante consistant en la conception, le financement, la construction, l’exploitation et la maintenance d’une ou plusieurs centrales d’une capacité totale d’environ 400 MW. D’ailleurs, en septembre denier, lors de la présentation du projet de loi de Finances 2014, le gouvernement intégrait la Centrale solaire de Aïn Beni Mathar dans les projets d’énergies prévus entre 2013 et 2016 devant permettre à l’horizon 2016, l’installation d’une nouvelle puissance de l’ordre de 4 540 MW au Maroc pour un investissement cumulé de 92,1 milliards de DH. Mais Masen cherche un risque zéro.  Le Matin

Economie

CNDP: les sites marchands ne respectent pas la loi.CNDP: les sites marchands ne respectent pas la loi. La Commission nationale de contrôle de la protection des données à caractère personnel (CNDP) s’active ! L’entité a lancé le 28 janvier dernier sa première opération de contrôle sur la Toile marocain. L’objectif était d’évaluer le degré de conformité des sites web aux exigences légales en matière de protection de la vie privée, des libertés et droits fondamentaux des personnes. Celle-ci a passé au peigne fin cinq catégories de sites : les deals, les annonces, les offres d’emploi, la vente en ligne et la réservation de chambres d’hôtels. Les résultats de cet «audit» se sont avérés plutôt négatifs. «L’analyse des résultats du contrôle a révélé plusieurs situations de non-conformité par rapport aux exigences de la loi 09-08 relative à la protection des données personnelles», indique la CNDP via une communication à cette occasion. Le problème réside dans le fait que la majorité des sites web n’ont pas notifié leur traitement à l’organisme. Certes, la plupart des sites fournissent des informations sur la politique de protection des données personnelles, mais souvent ces informations sont vagues, incomplètes et dispersées. Idem pour le droit à l’information des internautes. La CNDP a également relevé que certains éléments essentiels ne sont pas indiqués comme les finalités poursuivies par la collecte des données, la communication éventuelle de ces données à des tiers ou encore de l’existence des droits d’accès, de rectification et d’opposition. En gros, il apparaît que peu de sites présentent un contenu relativement satisfaisant en matière de protection des données personnelles.  Les Eco

E-tourisme : Les Marocains n’hésitent plus à dépenser davantage pour voyager. En 2013, Jevoyage.ma a fait voyager près de 10.000 personnes, soit 53% de plus qu’en 2012. Fière de son succès, l’agence de voyage en ligne marocaine a dressé mardi un schéma des comportements et tendances de voyages chez les Marocains. Les Marocains n’hésitent plus à dépenser davantage pour voyager, et voyagent maintenant tout au long de l’année: tels sont deux constats avancés par Jevoyage.ma, l’agence de voyage en ligne qui dresse un schéma des tendances de voyages chez les Marocains. On apprend que les Marocains voyagent en dehors de la saison estivale, et que même si 54% des départs avec Jevoyage.ma en 2013 ont eu lieu entre juin et septembre, le reste de l’année constitue désormais une part importante. Les hausses de demandes de départ concernent principalement les weekends, les vacances scolaires, et suivent les tendances du moment (Ifrane ou Oukaimden en hiver par exemple, ou les stations balnéaires en été). L’agence de voyage en ligne indique également qu’au Maroc, on passe d’un modèle selon lequel les Marocains ne voyageaient qu’une fois en été vers un modèle de dessaisonalisation, selon lequel ils voyagent à plusieurs reprises dans l’année. Ils s’offrent quelques breaks, en moyenne d’une durée de 2 à 4 jours, et des grandes vacances d’une durée de 1 à 2 semaines en moyenne. Dans le registre des destinations les plus en vue chez les Marocains, le Maroc arrive en tête du palmarès avec plus de 59% des voyageurs cette année, selon l’enquête de Jevoyage.ma, qui révèle que la ville ocre rafle 47% des touristes locaux. Agadir arrive en 2e place des destinations préférées des Marocains avec presque 17% des voyageurs nationaux qui optent pour cette ville.  Aufaitmaroc

Vivendi finalise bientôt la cession de Maroc Telecom. C’est la dernière ligne droite pour la cession de Maroc Telecom. Suite à la publication des résultats annuels du groupe Vivendi, son directeur financier, Hervé Philippe à déclaré à Reuters que le géant français espère boucler dans les semaines à venir la cession de ses parts dans l’opérateur Maroc Telecom au groupe Etisalat. Le groupe Vivendi qui a dégagé en 2013 un bénéfice net à 1,967 milliard d’euros, multiplié par 11 par rapport à l’exercice précédent est essentiellement dû à la cession de ses parts dans Activision Blizzard, développeur et éditeur américain de jeux vidéo. Vivendi a indiqué qu’il se prononcerait sur un éventuel retour de cash aux actionnaires, une fois la transaction avec Etisalat bouclée.  Les Eco

Le Maroc présent au Gulfood. Le Maroc prend part à la 4ème édition du Salon intenational Gulfood. Cette manifestation qui débutera aujourd’hui à Dubai permettra au Maroc de renforcer ses échanges commerciaux et explorer de nouvelles opportunités de partenariats économiques. Pour cette nouvelle édition, une soixantaine d’entreprises nationales seront au rendez-vous dont 8 exposeront pour la première fois au Gulfood. «Ce salon est considéré comme l’une des plus importantes manifestations du secteur de l’alimentation et des boissons du Moyen-Orient, en constituant le lieu privilégié de rencontre d’opérateurs et acheteurs internationaux de l’industrie agroalimentaire», souligne dans un communiqué de presse Maroc Export qui a réservé pour les participants marocains un pavillon d’une superficie de 414 mètres carrés. Et d’ajouter que «la surface d’exposition des années précédentes a été augmentée afin de mettre en exergue un large panel de produits marocains, notamment les poissons frais et crustacés, poissons marinés, poissons congelés, conserves de poissons et d’anchois, conserves végétales, fruits surgelés etc,».  Aujourd’hui

Le Maroc compte sur le boom de son industrie automobile pour attirer de nouveaux constructeurs. L’industrie automobile marocaine, à l’instar du secteur des composants aéronautiques, a enregistré une importante croissance au cours des dix dernières années : le pays compte désormais des centaines d’entreprises de fabrication d’où sort une large gamme de produits allant de la berline familiale au câblage d’avion. Les pouvoirs publics cherchent à attirer davantage de constructeurs automobiles dans le royaume, mettant notamment en avant l’existence d’un cadre fiscal incitatif et une importante main d’œuvre à faible coût, ainsi que la présence d’un solide réseau de fournisseurs de pièces détachées et de sous-traitants.
Selon les chiffres publiés par l’Organisation Internationale des Constructeurs Automobiles, en 2012 le Maroc a produit 108 743 véhicules au total, soit une hausse de 83% par rapport à l’année précédente. Le royaume se positionne ainsi comme le premier constructeur automobile d’Afrique du Nord (titre détenu en 2011 par l’Égypte), et le deuxième d’Afrique, derrière l’Afrique du Sud. La valeur des exportations de l’industrie automobile a progressé de 17,5% en glissement annuel sur les neuf premiers mois de l’année 2013 et les ventes de véhicules affichent une hausse de 58,3%, s’établissant à 8 milliards de dirhams (963 millions d’euros), selon l’Office des Changes. La production et les exportations devraient poursuivre leur ascension de manière encore plus fulgurante grâce au récent lancement d’une nouvelle ligne de production par Renault, actionnaire majoritaire des deux principales usines de montage automobile : la Société Marocaine de Constructions Automobiles (SOMACA), près de Casablanca, que le groupe français détient à 80%, et une usine à Melloussa dans la zone franche Tanger Free Zone, détenue par Renault à hauteur de 52,4% et par la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG), une institution financière publique, à hauteur de 47,6%.   Maghrebemergent

Banque islamique de développement : Une conférence d’investissement en mars prochain. Dans le cadre du Partenariat de Deauville, le groupe de la Banque islamique de développement (BID) a annoncé, mardi, qu’il organise le 5 mars prochain au Maroc, une conférence d’investissement, en collaboration avec le ministère des Affaires générales et de la gouvernance, de l’Agence marocaine de développement de l’investissement (AMDI). La conférence, qui se tiendra à Skhirate, sera marquée par la participation de plusieurs personnalités, note un communiqué de la BID. Il s’agit, entre autres, de ministres marocains, de représentants de la présidence du G8, d’institutions financières internationales, de membres du Partenariat de Deauville du G8, de responsables d’entreprises, de fédérations d’entreprises et de chambres de commerce ainsi que d’un certain nombre de sociétés d’investissement des pays du G8 et du Golfe. Le groupe de la BID, membre fondateur de la plateforme de coordination des institutions financières internationales (IFI) dans le cadre du Partenariat de Deauville, déploie d’importants efforts pour venir en aide aux pays arabes en transition, dont le Maroc, ajoute le communiqué. Et de préciser qu’il est “primordial de stimuler l’investissement et de tirer avantage des différentes possibilités qu’offre le Royaume, afin d’assurer un développement économique et social intégré et de créer des opportunités d’emploi, en particulier pour les jeunes”.   Aufaitmaroc

Social

Guinness Book Record : Fabrication d‘un sac écologique géant au Maroc. Le Maroc s’apprête à fabriquer un sac écologique géant en toile. Sa présentation aura lieu le 23 mars prochain afin de figurer dans le Guinness Book des records. Le but de cette initiative est de provoquer une prise de conscience de la part des habitants de Casablanca qui utilisent trop de sacs plastiques et ainsi changer leurs habitudes. Si sa taille n’est pas encore connue, le sac géant, qui sera exposé le 23 mars, représentera une réplique exacte d’une accumulation de 3 millions de sacs écologiques en toile qui sont fabriqués actuellement au ministère de l’environnement marocain et qui seront distribués gratuitement à Casablanca mercredi. Cette initiative a donc pour but de créer une ville plus saine où la pollution règne aujourd’hui à Casablanca.  Afriquinfos

Les syndicats demandent l’ouverture d’un dialogue sur les revendications des salariés. L’Union marocaine du travail (UMT), la Fédération démocratique du travail (FDT) et la Confédération démocratique du travail (CDT) ont insisté sur la nécessité d’ouvrir dans les plus brefs délais un dialogue collectif autour des revendications légitimes contenus dans le mémorandum des trois centrales syndicales adressé au chef du gouvernement et portant sur la situation sociale de la classe ouvrière marocaine et des salariés. Dans un communiqué, dont copie est parvenue mardi à la MAP, les trois centrales syndicales ont fait état de l’engagement du gouvernement d’examiner l’ensemble de leurs revendications exprimées dans le document, soulignant qu’elles ont reçu récemment une réponse écrite de la part du chef du gouvernement à ce propos. Elles ont insisté sur la nécessité de mettre en oeuvre tous les engagements pris par l’exécutif notamment ceux en suspens relatifs à l’accord du 26 avril 2011, l’augmentation des salaires et des pensions pour faire face à la cherté de la vie et garantir une vie digne, outre le respect des libertés collectives et individuelles, particulièrement la liberté syndicale et le droit de grève. Les syndicats ont appelé également à la généralisation de la sécurité sociale au profit des adhérents à travers notamment la garantie d’une retraite sereine et des prestations de qualité en matière de santé, le respect du code du travail et la mise en oeuvre des dispositions de la législation sociale en plus de l’adoption d’une approche participative efficace et intégrée dans la gestion des relations professionnelles. Déplorant le fait que le gouvernement n’a pas pris de mesures sociales à même de protéger le pouvoir d’achat des salariés, l’UMT, la CDT et la FDT ont souligné la nécessité d’adopter une approche participative dans les étapes suivies en vue de lancer le dialogue social qui doit être, selon ces syndicats, sérieux et responsable permettant d’aboutir à des résultats concrets à la hauteur des attentes des salariés et à des accords contraignants pour les différents partenaires sociaux.  Maghrebemergent

Casablanca : Incendie au bidonville Maalem Abdellah. Un incendie s’est déclaré dans la nuit de lundi à mardi, dans le bidonville Maalem Abdellah de Casablanca. Le souk a été complètement détruit et une centaine de baraques ont été brûlées. Les habitants ont assuré qu’il n’y avait que des dégâts matériels, aucune victime n’étant déclarée. Les pompiers ont mis plusieurs heures à maîtriser l’incendie. “Le feu s’est déclenché à plusieurs endroits”, soutient un habitant du bidonville, situé sur le boulevard Yacoub el Mansour. “Assurément, cet incendie n’est pas un accident”, reprend le gardien du souk dévasté par les flammes. Les familles concernées évoquent des pertes minimum de 5.000 dirhams. Découvrant l’étendue des dégâts, une femme s’est plaint de l’absence des autorités sur place, laissant la voie libre aux voleurs. “Où est la police ?”, s’étonne-t-elle. Les forces de sécurité sont bien présentes a constaté notre journaliste, mais n’interviennent pas. Officiellement une enquête a été ouverte.  Aufaitmaroc

Baisse des prix des médicaments: La liste publiée en avril. La mise en œuvre du décret relatif aux conditions et aux modalités de fixation du prix public de vente des médicaments fabriqués localement ou importés s’effectuera progressivement. Le ministère de la santé vient d’adresser une note aux professionnels du secteur (industriels, grossistes et pharmaciens) pour les informer des prochaines étapes de mise en œuvre du nouveau décret. Dans sa note d’information, le ministère de tutelle s’engage à publier la liste des médicaments concernés par la baisse dans les délais fixés, soit avant le 19 avril 2014 et de la transmettre aux établissements pharmaceutiques industriels avant sa publication au Bulletin officiel (BO). Une mesure nécessaire pour permettre aux laboratoires d’avoir plus de temps dans le cadre de l’opération d’étiquetage et de ré-étiquetage et d’éviter toute perturbation dans l’approvisionnement du marché national. Parmi les autres mesures, on notera que le ministère de la santé autorise les établissements pharmaceutiques détenteurs de l’AMM (Autorisation de mise sur le marché) à ré-étiquer en PPV les médicaments non écoulés sur le marché dont le ministère de tutelle a prévu des réunions de coordination avec les représentants des acteurs du secteur pharmaceutique. Une campagne de communication et de sensibilisation sera lancée pour permettre aux citoyens de suivre de près l’évolution de cette transition. Enfin, le ministère a appelé l’ensemble des acteurs du secteur à optimiser leur gestion du stock de médicaments étiquetés en Prix Public Maroc (PPM). Rappelons que ce décret avait été fortement contesté par les professionnels du secteur. Les industriels avaient dénoncé le manque de transparence de la part du ministère de la santé dans l’élaboration du projet de décret. En outre, ils avaient contesté son approche non consensuelle et partielle, qui risque d’engendrer des impacts catastrophiques sur l’industrie pharmaceutique. Même son de cloche du côté des pharmaciens. Le Syndicat national des pharmaciens du Maroc avait rejeté le projet de décret en relevant que la règle de fixation des prix doit faire appel à des pays de Benchmark économiquement similaires au Maroc, alors que le projet utilise le benchmark avec des pays économiquement très évolués. En optant pour le prix minimum des pays de Benchmark, le syndicat avait souligné que le nouveau système de fixation des prix des médicaments va booster l’importation au détriment de la production locale.   Aujourd’hui

Art & Culture

Et si les Oscars 2014 couronnaient enfin Leonardo DiCaprio? Face au favori pour l’Oscar du meilleur acteur, Matthew McConaughey, Leonardo DiCaprio ne cesse de remonter dans les pronostics, porté par une intense campagne promotionnelle. « Leo » s’est attiré les éloges unanimes des professionnels pour son travail dans « Le loup de Wall Street » de Martin Scorsese, où il incarne un trader new-yorkais toxicomane et débauché, de son ascension irrésistible dans le monde de la finance des années 90 à sa disgrâce sous les coups d’une enquête du FBI. La scène hilarante dans laquelle son personnage, Jordan Belfort, se traîne lamentablement au sol, les muscles paralysés par une surdose de Quaaludes, a rejoint la liste des meilleurs moments de l’acteur à l’écran. Le film présente « beaucoup de comportements abjects », reconnaissait l’acteur de 39 ans au récent déjeuner des nommés aux Oscars. « Nous voulions que ce soit un film édifiant et nous souhaitions montrer de façon exacte cette partie sombre de notre culture », a-t-il ajouté. Si Leonardo DiCaprio n’a jamais remporté l’Oscar, il a néanmoins été nommé plusieurs fois, la première à 19 ans pour son rôle d’autiste dans « Gilbert Grape » (1994), avant « Aviator » (2004) et « Blood Diamond » (2006). Mais son travail dans des films comme « Shutter Island », « Les infiltrés », « Inception », « Gangs of New York » ou « Romeo + Juliette » a été snobé par l’Académie des Arts et Sciences du Cinéma. La pilule la plus difficile à avaler pour l’acteur fut sans doute celle de « Titanic » (1997), qui remporta onze des quatorze statuettes pour lesquelles il était nommé, et pour lequel DiCaprio n’était même pas en lice. « Maintenant que (l’acteur) va avoir 40 ans, il est temps d’être correct et de récompenser l’un des meilleurs acteurs de notre génération avec un Oscar, alors qu’il est au faîte de sa carrière », estime Marlow Stern, éditorialiste au Daily Beast, à une semaine des Oscars, qui seront remis le 2 mars. « Leo est la plus grande star du monde, offrant la plus belle interprétation de sa carrière, dans le film le plus commenté de l’année. Pour moi, ça sent l’Oscar », affirme de son côté Tom O’Neil, expert de Gold Derby, le site internet de prédictions des prix hollywoodiens.  Menara

Le Louvre assure la renaissance des œuvres marocaines. Un nouvel élan donné au secteur culturel. Jeudi dernier au siège de la présidence du gouvernement à Rabat, Mehdi Qotbi, président de la Fondation nationale des musées, et Jean-Luc Martinez, président du musée du Louvre, ont procédé à la signature d’une convention de partenariat, portant sur la restauration d’une centaine d’œuvres d’art relevant des différents musées nationaux. Cet accord de partenariat, visant la renaissance des œuvres du patrimoine marocain, sera achevé par l’organisation d’une exposition phare entièrement dédiée au Maroc. Intitulée «Le Maroc médiéval: un empire de l’Afrique à l’Espagne», cette exposition est prévue du 6 octobre 2014 au 5 janvier 2015 au musée du Louvre en France et du 2 mars au 1er juin 2015 au Maroc. «À travers cette grande exposition, nous sommes heureux de présenter la richesse du Maroc et son histoire connu par sa tolérance et sa culture», a souligné Mehdi Qotbi lors de la cérémonie de signature de cette convention, marquée par la présence de plusieurs personnalités, notamment Abdelilah Benkirane, chef de gouvernement, et Charles Fries, ambassadeur de France au Maroc. «Sous les Hautes orientations de SM le Roi, la fondation a voulu consolider cette impulsion culturelle. C’est une opportunité de mettre notre service et notre histoire», ajoute M. Qotbi. De son côté, Jean-Luc Martinez a souligné que «ce partenariat entre le musée du Louvre et la fondation est destiné à durer. Notre but est de travailler et construire un pont ensemble».  Aujourd’hui

Musique : Une nouvelle fusion entre le groupe Mazagan et Hamid El Hadri. Après avoir collaboré avec plusieurs artistes nationaux et internationaux, notamment Khaled, Outlandish, Ganga Vibes, ou encore Hamid El Kasri, le groupe phare de la scène actuelle, Mazagan, se réunit avec le musicien Hamid El Hadri pour partager avec le public une nouvelle expérience musicale. Ensemble ils entameront une tournée au Maroc et à l’étranger d’ici fin mars, et prépareront un projet d’album, dont la sortie est prévue en début de l’année 2015. «C’est un grand plaisir pour moi de jouer avec ce groupe de musique marocaine, sur scène ou hors scène», indique Hamid El Hadri. Auteur, compositeur et musicien, cet artiste est le grand finaliste de l’émission Star Academy Maghreb. Originaire de la ville de Chefchaouen, il a étudié à l’IIHEM et l’ISCAE, obtenant un Master en informatique et un Master Management du sport. Il parle, écrit et chante en cinq langues : arabe, français, espagnol, anglais, et italien. En mars 2012, l’artiste a édité son premier album en solo, «Houyam», un opus poétique, engagé, et sensible. «Ma première expérience sur scène a commencé avec le groupe Mazagan, avec lesquel j’ai participé au festival Alegría de Chefchaouen», indique-t-il. En effet, Hamid El Hadri a eu l’occasion d’interpréter un ensemble de styles musicaux : musique andalouse, malouf, gnaoua, châabi et maghrébin, aux côtés de grandes stars internationales tels Saber Rebaï, Magic System, Chico, Gipsy Kings, Mory Kanté ou Fulla.  Aujourd’hui

Sport

Barça : Neymar devient le joueur le plus cher de l’histoire. Le FC Barcelone, mis en examen la semaine dernière pour fraude fiscale dans le dossier du transfert de Neymar, a annoncé lundi avoir versé un peu plus de 13,5 millions d’euros à l’administration fiscale espagnole. Le club a répété dans un communiqué qu’il n’avait pas, selon lui, commis d’irrégularité dans cette affaire mais qu’il consentait à payer en raison d’une « possible divergence d’interprétation ». Le Barça n’a pas précisé si le règlement de cette somme allait entraîner l’abandon des charges contre lui. L’imbroglio autour du transfert du jeune prodige, arrivé du club brésilien de Santos l’année dernière, a déjà abouti à la démission de l’ancien président du FC Barcelone, Sandro Rosell. Peu après, le club a reconnu que l’opération ne lui avait pas coûté 57,1 millions d’euros comme il l’avait auparavant prétendu, mais 86,2 millions d’euros, en comptant des commissions versées à Neymar et à sa famille.  Aujourd’hui

Malaga: Deux options pour garder Amrabat. A la suite des bonnes performances de Nordin Amrabat depuis son arrivée à Malaga CF, lors du dernier mercato hivernal, le club andalou a montré un intérêt pour s’adjuger les services du joueur marocain. A cet effet, les dirigeants du Malaga CF ont prévu deux options : La première option consiste à persuader Galatasaray à vendre Amrabat, ce qui paraît difficile, du fait que l’entraîneur du club turc Roberto Mancini, refuse de céder définitivement le médian offensif de 26 ans. Si la première option échoue, la deuxième serait de prolonger la durée de prêt pour une saison supplémentaire. Le Président de Galatasaray, Ünal Aysal, s’est dit prêt à négocier avec le club de la Costa del Sol, « Malaga veut faire signer Amrabat, et nous allons négocier », a-t-il déclaré.  Mountakhab

Metouali, Berrabeh et Khaliqi ambassadeurs d’Adidas au Maroc. L’équipementier allemand Adidas a révélé ses 3 ambassadeurs au Maroc ce lundi. La marque aux trois bandes a signé des contrats de sponsoring avec Mouhcine Metouali (Raja), Mohamed Berrabeh (Wydad) et Ayoub El Khaliqi (Wydad). Mouhcine Metouali a jugé cette action comme intéressante pour la suite de sa carrière. « ça fait plaisir de faire partie de ces joueurs sélectionnés (..) Quand tu vois qu’un équipementier aussi connu qu’Adidas s’intéresse à toi, c’est toujours valorisant », a déclaré le capitaine du Raja. Le meneur de jeu du Wydad Casablanca Mohamed Berrabeh déclare de son côté: « je suis sous contrat avec Adidas pour 2 ans et demi, et je mettrai désormais cette marque un peu partout. C’est mon premier contrat avec cet équipementier, j’espère que cette signature m’aidera à être plus fort et me motivera à briller davantage ». Pour le latéral droit du Wydad, Ayoub El Khaliqi « les services d’Adidas sont plaisants, c’est une marque qui parle d’elle-même ». Le joueur de 27 ans espère faire de la marque « un porte bonheur pour la suite du parcours Wydadi en championnat ».  h24info

Benatia: « C’est dans mon rôle de vouloir faire bouger les choses». Généralement discret, Mehdi Benatia a fait couler beaucoup d’encre ces derniers jours au sujet de l’équipe nationale du Maroc. Mais s’il a décidé d’agir ainsi, c’est pour essayer de faire bouger les choses. C’est ce qu’a déclaré le défenseur marocain de l’AS Rome à l’Équipe, estimant que c’est dans son rôle de capitaine des Lions de l’Atlas : « J’aurais pu faire semblant et continuer à aller en sélection comme si de rien n’était. Mais je n’ai plus envie d’être la risée du football africain. Cela fait cinq ans que nos prestations ne sont pas à la hauteur de notre potentiel. Donc oui, j’ai envie qu’on ait enfin un vrai projet. Les joueurs de qualité, on les a. Il nous faut juste un sélectionneur qui tire le meilleur de nous pour faire une grande CAN à domicile, en janvier prochain. Là, le sélectionneur dit qu’il a hésité à mettre les U19… Déjà qu’on n’a pas beaucoup de dates FIFA… Et moi, je dois observer ça sans rien dire ? ».   Mountakhab

Moutaouali: «Le championnat est loin d’être terminé». Le meneur de jeu du Raja de Casablanca, Mohsine Moutaouali, a exprimé son ambition de remporter de nouveau le championnat ainsi que la Ligue des Champions d’Afrique, et assurer ainsi une participation en Coupe du Monde des Clubs pour la deuxième fois consécutive et la troisième de l’histoire du club. Lors d’une interview accordée à nos confrères d’Aufait Maroc, le maestro du club casablancais s’est dit optimiste vis-à-vis de la Botola et a estimé que le Raja a encore toutes les chances de défendre son titre. « Il reste 13 journées. Le championnat est loin d’être terminé. Nous allons essayer de gagner tous nos matches à domicile. Nous avons eu une période creuse mais nous sommes en train de revenir, en atteste le match à domicile remporté dernièrement contre le MAS. Nous avons également pris un point à l’extérieur, dimanche, contre la Renaissance Sportive de Berkane (1-1).   Mountakhab

International

Les scandales de corruption se multiplient en Turquie. Le tocsin a-t-il sonné pour le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan? Le voilà au centre du scandale des écoutes révélé par deux journaux proches du régime qui accusaient des magistrats proches de la confrérie du prédicateur musulman Fethullah Gülen d’avoir mis sur écoute des milliers de personnes, dont le premier ministre lui-même. Dans un enregistrement daté du 17 décembre, un homme présenté comme le premier ministre conseille à un autre, décrit comme son fils aîné Bilal, déjà entendu comme témoin par les procureurs en charge de l’enquête anticorruption, de se débarrasser d’environ 30 millions d’euros, quelques heures seulement après un coup de filet de la police visant des dizaines de proches du régime. « Fils, ce que je veux te dire, c’est de faire sortir tout ce que tu as chez toi, d’accord ? », dit la voix présentée comme celle de Recep Tayyip Erdogan. « Qu’est-ce que je peux avoir chez moi ? Il n’y a que l’argent qui t’appartient », lui répond son interlocuteur. Largement diffusée lundi soir sur Internet, cette conversation, dont l’authenticité n’a pas été confirmée de source indépendante, a pour la première fois directement et personnellement mis en cause le premier ministre, alors que seuls des dizaines de ses proches l’avaient été jusque-là. Sitôt diffusée, cette écoute téléphonique, énième d’une série qui décrivait jusque-là les pressions directes du premier ministre auprès des médias, a enflammé les réseaux sociaux et contraint le gouvernement à un démenti immédiat, pour la première fois.  La Croix

La Thaïlande au bord de la « guerre civile ». C’est sans doute la crise la plus grave que traverse la Thaïlande depuis 2010 et le mouvement des « chemises rouges ». Depuis près de quatre mois, une crise politique touche le pays. De nombreuses manifestations anti-gouvernement ont eu lieu et 22 personnes sont mortes, dont quatre enfants. Ce mardi, le chef du département des enquêtes spéciales (équivalent du FBI américain), a craint une « escalade vers une guerre civile ». Peu avant, le chef de l’armée de Terre, Prayut Chan-O-Cha, s’était inquiété d’un possible « effondrement » du pays. « Il y aura une guerre civile si toutes les parties ne respectent pas les règles », a-t-il écrit par SMS à l’AFP. « Les militaires feront tout pour le pays et pour le peuple… pas pour une des parties » qui s’affrontent. En 2010, le mouvement des « chemises rouges », fidèles à l’ex-Premier ministre Thaksin Shinawatra, avait subi un violent assaut de l’armée. Plus de 90 personnes étaient mortes. Le mouvement est resté discret depuis le début de cette nouvelle révolte qui réclame la chute du gouvernement. La dernière fois qu’ils sont descendus dans la rue, c’était en novembre 2013 et des heurts isolés avaient éclaté. Les « chemises rouges » ont cependant durci leur discours ces derniers jours, laissant craindre leur arrivée dans la contestation. « Nous devons être prêts à aller à Bangkok dans les 24 heures avec un seul but… protéger la démocratie », a mis en garde un responsable des « chemises rouges », Nattawut Saikuar. La Première ministre est sous une pression grandissante. Elle est convoquée jeudi devant la commission anti-corruption qui la soupçonne de négligence en lien avec un programme d’aide aux riziculteurs.  France Info

Ouganda: un journal publie les noms des 200 principaux homosexuels du pays. Un journal ougandais a publié mardi les noms de 200 personnalités qu’il prétend homosexuelles, au lendemain de la promulgation d’une loi qui durcit la déjà sévère répression de l’homosexualité enOuganda, laissant craindre une recrudescence des actes homophobes largement répandus. « Mis à nu! », titre en une mardi le tabloïd Red Pepper, habitué des ragots sordides, de préférence sexuels. « Les deux 200 principaux homos d’Ouganda identifiés », proclame-t-il en sous-titre, à côté des photos d’un responsable d’une association de défense des minorité sexuelles, d’un populaire prêtre catholique, d’une rappeuse renommée et d’une militante connue de la cause homosexuelle. Parmi les noms publiés – tous relativement connus en Ouganda – figurent quelques homosexuels affirmés, mais la grande majorité des personnes nommées – dont des défenseurs de la cause homosexuelle – n’ont jamais exprimé publiquement leur préférence sexuelle. « La chasse aux sorcières médiatique est de retour », a twitté Jacqueline Kasha, célèbre militante de la cause homosexuelle en Ouganda, dont le nom avait été publié en octobre 2010 dans un autre tabloïd local – Rolling Stone – au côté de ceux de 100 prétendus homosexuel(le)s, sous le titre « Pendez-les! ». Jacqueline Kasha avait fait condamner le journal au côté notamment de David Kato, figure de la cause homosexuelle en Ouganda, lui aussi cité et assassiné quelques mois plus tard. Fin 2013, Red Pepper avait publié des photos montrant un retraité britannique, Bernard Randall, ayant des relations homosexuelles, images privées tirées de son ordinateur volé, entraînant l’inculpation de l’intéressé pour « trafic d’images obscènes ». Finalement acquitté mi-janvier, M. Randall a été expulsé d’Ouganda, accusé de corrompre les moeurs de la jeunesse. Les relations homosexuelles étaient déjà passibles de la prison à vie en Ouganda, mais la nouvelle loi promulguée lundi par le présidentYoweri Museveni prohibe notamment la « promotion » de l’homosexualité et oblige à dénoncer quiconque s’affiche homosexuel(le). Les observateurs craignent qu’elle n’encourage harcèlement et violences déjà répandus dans le pays où l’homophobie est alimentée par les puissantes Eglises évangéliques.  Le Point

Afghanistan: Obama pour un retrait des troupes US avant la fin de l’année si Kaboul refuse toujours de signer l’accord de sécurité. Le président américain Barack Obama a demandé mardi au Pentagone de planifier un retrait des troupes US de l’Afghanistan d’ici la fin de l’année en cours si Kaboul refuse toujours de signer l’accord bilatéral de sécurité (BSA). Dans un appel téléphonique avec son homologue afghan Hamid Karzai, le président Obama a signifié que les Etats-Unis entendent prendre des mesures supplémentaires pour un retrait avant la fin de 2014, tant que les autorités afghanes ne signent pas l’accord de sécurité, a précisé la Maison Blanche dans un communiqué. Le traité de sécurité entre Kaboul et Washington définira les modalités d’une présence militaire américaine après la fin de la mission des troupes de l’OTAN prévue en décembre prochain. La Maison Blanche a, par ailleurs, indiqué que la conclusion d’un tel accord avec l’Afghanistan demeure possible « plus tard cette année », relevant que ce traité prévoit « la formation et l’assistance des forces afghanes », ainsi que « la traque des derniers membres d’Al-Qaïda » dans le pays. Dans un communiqué, le secrétaire à la Défense, Chuck Hagel a qualifié d' »étape prudente » la demande d’Obama d’autant plus que les chances de conclure un BSA avec Kabul sont minces, notant toutefois que le Pentagone continuera de planifier un possible envoi d’une mission US en Afghanistan après 2014.   MAP

Nigéria : 43 personnes massacrées par Boko Haram dans un lycée. Des membres présumés de Boko Haram ont attaqué en pleine nuit le dortoir d’un lycée du nord-est du Nigeria, tuant 43 personnes, dans le dernier massacre en date attribué au groupe islamiste, ont déclaré mardi des responsables hospitalier et policier. Selon l’armée et la police, des insurgés s’en sont pris au lycée fédéral de la ville de Buni Yadi, qui accueille des élèves âgés de 11 à 18 ans. L’attaque rappelle celle qui avait fait des dizaines de morts dans le même État de Yobe l’an dernier. Dans la nuit de mardi, les agresseurs ont lancé des explosifs dans l’internat, ouvert le feu dans les chambres et tué certaines victimes à l’arme blanche, selon des informations non confirmées officiellement. Un responsable d’un hôpital de Damaturu, capitale de l’État a précisé que seuls les garçons avaient été visés et que les filles avaient été épargnées. Le chef de la police de l’État, Sanusi Rufai, avait auparavant donné un premier bilan de 29 morts, sans pouvoir dire si toutes les victimes étaient des élèves de l’établissement secondaire situé à une soixantaine de kilomètres de Damaturu. Boko Haram, dont le nom signifie “l’éducation occidentale est interdite”, a attaqué de nombreuses écoles dans le Nord du Nigeria depuis le début de son insurrection en 2009. Classée parmi les organisations terroristes par le Nigeria et les Etats-Unis, Boko Haram dit combattre pour la création d’un État islamique dans le Nord du Nigeria à dominante musulmane. Dans une récente vidéo, le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, a promis de poursuivre la campagne du groupe et menacé de l’étendre au sud pétrolier du Nigeria, région à majorité chrétienne, du premier producteur de brut d’Afrique.   Aufaitmaroc

Nouvelles technologies

Twitter, le monde virtuel où les insultes sont plus fréquentes que dans la vie réelle. États Unis : Si dans la vie réelle les gens sont plus « sélectifs » de leur vocabulaire et tournent leur langue plusieurs fois avant de proférer des insultes, sur Twitter, l’on ne prend point la peine de tourner « son doigt » plusieurs fois avant de montrer la face violente du langage. Ainsi, une analyse faite par des chercheurs de l’université d’Etat de Wright dans l’Ohio révèle, sans surprise, que le mot «fuck», également très populaire dans la vraie vie ou dans les films représente 34,7% de toutes les grossièretés proférées sur le site de microblogging Twitter; rapporte Grégoire Fleurot sur Slate.fr. Les chercheurs assurent que les gens jurent plus sur Twitter que dans la vraie vie. 1,15% des mots utilisés sur Twitter sont des gros mots, alors que les études consacrées aux jurons dans la vraie vie estiment cette proportion à entre 0,5% et 0,7%. Plus généralement, les chercheurs de l’Ohio estiment qu’un tweet sur 13 environ contient un gros mot. Répartissant les insultes sur la semaine, il semblerait que les internautes insultent plus au début de la semaine.. et durant la même journée, le taux des insultes va crescendo, avec un pic entre minuit et 1h30 du matin. « peut-être un reflet de l’accumulation des choses à propos desquelles nous avons à proférer des jurons» écrit The Guardian.  Le Mag

Les grandes révélations du World Mobile Congress 2014. Samsung Galaxy S5, Nokia X, le nouveau Blackberry, les appels vocaux sur WhatsApp … voiçi les nouveautés annoncées lors du Congrès mondial de la téléphonie mobile (WMC) se suivent, mais ne se ressemblent pas. L’édition 2014 du WMC, qui a démarré, hier lundi à Barcelone, rassemble tous les grands fabricants de smartphones et d’appareils connectés, à l’exception notable d’Apple. Cette grand-messe qui se tient du 24 au 27 février est un événement durant lequel les grandes firmes de la téléphonie mobile se disputent la vedette et révèlent leurs dernières innovations. Pour mettre les choses dans leur contexte, il y a lieu de savoir que les ventes de smartphones ont fait un bond de de 38,4% en 2013 à 1,008 milliard d’unités. La concurrence se fait de plus en plus acharnée sur les parts de marché et le premier front sur lequel se joue la bataille est l’innovation. Sur ce registre, le millésime 2014 s’annonce dense en annonces de produits, notamment du côté des smartphones haut de gamme et d’entrée de gamme. En voila quelques unes qui ont été faites lors de ce congrès : Après l’annonce du rachat de l’application de messageries par le géant des réseaux sociaux, le fondateur de WhatsApp a annoncé aujourd’hui lundi que son application intègrerait les appels gratuits à partir du deuxième trimestre 2014. Les utilisateurs de l’application auront dorénavant une plateforme qui se rapproche du modèle de Viber ou de Tango et qui deviennent dorénavant des concurrents directs.  Les Eco

Samsung dévoile son Galaxy S5 au MWC 2014. Samsung a réussi à retenir le souffle des participants du Mobile World Congress 2014 qui se tient cette semaine à Barcelone, en présentant sa toute dernière innovation : le Samsung Galaxy S5. Ce smartphone aura la lourde tâche de succéder au Galaxy S4. A première vu, on a l’impression que Samsung a rassemblé le meilleur de chaque concurrent pour l’intégrer à sa toute dernière création. Ainsi, la grande nouveauté du Galaxy S5 est sa résistance à l’eau et à la poussière, avec la certification IP67, que l’on retrouve également chez Sony Experia Go. Le téléphone contient aussi un lecteur d’empreinte pour une meilleure sécurité du téléphone, tout comme le dernier iPhone 5S. Samsung a également renforcé son positionnement sur le marché des téléphones qui déploient des technologies pour ses utilisateurs sportifs. Du coup le téléphone contient un cardio-fréquence-mètre qui mesure le pouls de son propriétaire. Au niveau de l’OS, le dernier des Galaxy roulera sur une version améliorée de Android 4.4 avec une surcouche TouchWiz. Il est muni d’un écran Super Amoled avec une diagonale de 5,1″ et une résolution Full HD, soit 1920×1080. Son processeur quad-core Qualcomm Snapdragon 801 est cadencé à 2,5Ghz. Quant à sa connectivité, le téléphone est équipé bien entendu de la 4G LTE, de Bluetooth 4.0 et de WiFi ac 2×2 MIMO. Cette dernière est une innovation Samsung permettant de booster les téléchargements et la navigation.  Les Eco

 

 

 

le2minutes.com

 

________________________actu-maroc.com

Pour rejoindre la page facebook de votre journal actu-maroc.com, d’autres informations vous attendent, aimez la page en cliquant sur le lien ci-après: https://www.facebook.com/pages/Actu-Maroccom/107076616014235?ref=ts&fref=ts

 

 

Presse Actualité journal Maroc marocaine infos news Rabat Casablanca Marrakech Agadir Fés Tanger horaires de prière

faits divers politique économie accident cnops ministère ambassade cnss police douane trafic drogue prostitution pédophilie

Commentaires