Flash-news : Trente en un du « 30 janvier 2013

Flash-news : Trente en un du « 30 janvier 2013

487
0
PARTAGER

Guerre au Mali. Le Maroc donne 5 millions de dollars à la Mission internationale de soutien au Mali. Le Maroc a décidé de donner une contribution de 5 millions de dollars, soit plus de 41 millions de dirhams, pour le financement de la Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (MISMA). L’annonce a été faite ce mardi matin par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Saâd Dine El Otmani, qui prenait part à la Conférence des donateurs sur le Mali, tenue au siège de l’Union africaine à Addis-Abeba, en Ethiopie. Par cette donation « le Maroc réaffirme sa solidarité et son soutien constant au peuple malien frère, ainsi que son appui aux efforts des pays de la région et de la communauté internationale en vue d’assurer la stabilité et le développement du Mali et de toute la région », a indiqué le chef de la diplomatie marocaine. Au total, 455,53 millions de dollars de dons ont été promis à la MISMA hier matin par la communauté internationale. (Yabiladi)

Criminalité. Benkirane affirme que la criminalité est « maîtrisée ». « Il n’existe pas de signes inquiétants sur une possible situation d’insécurité ». Les propos sont du chef du gouvernement. Abdelilah Benkirane a tenté de rassurer les députés sur le taux de criminalité au Maroc, estimant qu’il n’a guère enregistré une nette augmentation durant la dernière décennie, passant de 400.300 crimes en 2002 à 445.566 en 2011. Le responsable a attribué, entre autres, cet état des lieux à la « religiosité » des Marocains. Les déclarations de Benkirane ne divergent en aucun cas de celle de son ministre de l’Intérieur. Fin avril, répondant à une question orale à la Chambre des représentants, Mohand Laenser avait martelé que la criminalité au Maroc était « maîtrisée» et « bien inférieure » à celles des pays voisins. Une semaine plus tard, la direction générale de la sûreté nationale annonçait dans un communiqué « l’interpellation de 160 371 personnes dont 12.275 pour crime ou délits et 4.096 suite à des avis de recherche lancés à leur encontre au niveau national (…) des interventions qui concernent Casablanca, Rabat, Marrakech et Fès ». (Yabiladi)

Numérique. L’E-Gouvernement revu et corrigé. On le savait, la stratégie Maroc Numeric 2013 connaissait de sérieux problèmes de déploiement, et devait être recadrée. C’est ce qu’affirmait Abdelkader Aâmara, ministre de l’Industrie, du commerce et des nouvelles technologies, quelques mois après avoir pris les commandes du département ministériel chargé du pilotage de la stratégie. Il était alors clair que le programme, y compris son volet E-gov avait pris du retard quant aux échéances annoncées et qu’un nouveau départ était nécessaire pour se remettre sur les rails. Les premières propositions ont été ainsi formulées ce mardi 29 janvier à l’occasion du 2ème forum marocain sur l’E-gov réunissant des experts nationaux et internationaux pour débattre de la question et dresser un bilan des réalisations. Le ministre entend introduire un nouveau mode de gouvernance pour l’E-gov et assurer une meilleure coordination et mutualisation des efforts entre les départements concernés. Un bilan général et détaillé des réalisations et de leurs effets est sur le point d’être mené par le département de l’Industrie du commerce et des nouvelles technologies. (Les inspirations ECO)

Maroc-Palestine. Fin de la mission médicale du Maroc en Palestine. Pendant plus de deux mois, l’équipe a fourni des services médicaux en faveur des personnes. A cause du blocus et de l’agression israélienne, les services de santé de la bande de Gaza sont incapables d’absorber le grand nombre de blessés. Le Maroc a tenu, alors, à faire un geste humanitaire salué par les autorités palestiniennes et la population. Le directeur de l’hôpital médical et chirurgical marocain, Alkololnal Major Hassan Ismaili, a déclaré que «cette unité de santé intégrée a offert 33 000 services variés de santé destinés aux Palestiniens». Au moins 24 000 patients ont bénéficié d’un traitement au cours de cette période. La plupart sont des femmes et des enfants. Des médicaments ont également été distribués gratuitement. Le même responsable a souligné que la mission s’est effectuée dans un esprit de dévouement au travail, de spontanéité et dans un désir d’alléger les souffrances des Gazaouis. Les responsables palestiniens ont révélé, au cours de leurs visites à l’hôpital, le besoin urgent de ce type de soutien. (Les inspirations ECO)

Economie

Pétrole. Chevron s’installe au Maroc. L’Office marocain des hydrocarbures et des mines a attribué trois zones de prospections offshores de pétrole à Chevron. C’est la première fois que la compagnie américaine s’implante au Maroc, un mois après avoir créé une filiale dans le royaume. Les trois concessions se trouvent à plus de 100 kilomètres d’Agadir et à une profondeur comprise entre 100 et 4.500 mètres. Chevron, l’opérateur, en détient 75%, tandis que l’Office des hydrocarbures conserve le reste des parts. L’exploitation pétrolière est encore très faible au Maroc, mais le pays compte la développer, à l’instar de son voisin algérien.

Transport aérien. Air Méditerranée lance une ligne entre Oujda et Marseille. La compagnie française Air Méditerranée a annoncé le lancement d’une nouvelle ligne aérienne régulière entre Marseille et Oujda, dans le nord-est du Maroc. Le vol sera assuré, à partir du 16 juin prochain, par un Boeing 737-500 d’une capacité de 131 sièges. La liaison entre les deux villes sera effectuée chaque dimanche à 12h30, ainsi que tous les mercredis à 9h00, au départ de l’aéroport Marseille-Provence. Pour le retour d’Oujda, il sera opéré tous les dimanches à 14h30 et les mercredis à 11h10. Le lancement de cette nouvelle ligne a pour objectif de « répondre à une demande du marché, de dessertes régulières de qualité au meilleur prix », a indiqué Antoine Ferretti, président d’Air Méditerranée, cité par la même source. (Yabiladi)

Sel. Le sel marocain moins prisé en Europe. Les fortes chutes de neige sur le Vieux continent avaient l’habitude de faire le bonheur des exportateurs de sel marocain. Un phénomène qui s’est amplifié ces deux dernières années, mais qui hélas, n’a pas été observé cet hiver. «Cette année est différente des précédentes, les exportations n’ont pas connu une très forte demande», confirme Ali El Amrani, président de l’Association marocaine de production et de l’industrie du sel. La cause en est que «les Européens avaient pris des précautions bien avant l’hiver, en préparant des stocks de sel importants». Des réserves apparemment suffisantes, qui ont permis de faire face aux importantes chutes de neige enregistrées ces derniers jours dans plusieurs pays européens. Cette «pagaille», comme à son habitude, a cette année encore occasionné de nombreuses paralysies, notamment dans les transports. (Les inspirations ECO)

Energie. L’énergie aura son autorité de régulation dès 2014. Le secteur de l’énergie devrait bientôt opérer sa mutation dans le cadre de l’ouverture progressive du marché. C’est la raison pour laquelle, il est aujourd’hui plus que jamais nécessaire de clarifier les règles du jeu. À cet effet, le ministère de l’Énergie planche sur la mise en place d’une Autorité nationale de régulation de l’énergie (ANRE). Cette instance, pour la création de laquelle une étude est déjà lancée au sein de la tutelle, est motivée de prime abord par les nouvelles orientations constitutionnelles à savoir que chaque secteur de l’économie doit avoir un arbitre. L’article 159 donne la possibilité de créer des instances de régulation dans le souci d’une meilleure gouvernance économique. Cela fait aussi longtemps que les professionnels de l’énergie la revendiquent. Contacté, Abdellah Alaoui, président de la Fédération de l’Energie, pousse le raisonnement plus loin en appelant à une autorité qui soit indépendante du ministère de tutelle. «Nous voulons qu’elle soit directement sous la tutelle du Chef du gouvernement et qu’elle soit capable d’arbitrer les relations entre les opérateurs publics et privés dans le secteur de l’énergie», tient-il à préciser. (Les inspirations ECO)

Messagerie. DHL motive ses troupes au Maroc. Le Strategy Meeting Focus 2013, organisé le groupe Deutsche Post DHL, leader mondial de la messagerie, s’est tenue cette année dans la ville marocaine de Tanger. Ainsi, les 26 et 27 janvier derniers, tous les employés de DHL, dont ceux de DHL Express Maroc, ont assisté à la présentation de la vision du groupe Deutsche Post DHL pour 2013 tant au niveau global qu’au niveau régional.

Social

Archive. Le Maroc se dote d’Archives nationales. Plus d’un demi-siècle après son Indépendance, le Maroc n’a toujours pas d’archives nationales. Mais celles-ci vont bientôt voir le jour, à Rabat, dans des “locaux provisoires” sous-dimensionnés, un simple “appartement-témoin” selon son directeur. A deux pas des murailles de la capitale, Jamaâ Baïda reçoit dans son bureau de l’ancienne Bibliothèque générale du Protectorat français. “Quand j’ai été nommé il y a deux ans, j’étais seul. Je n’avais ni budget, ni local. Maintenant, les choses avancent petit à petit”, explique cet historien. A l’entrée du bâtiment, des ouvriers s’affairent pour accélérer les travaux. “Archives du Maroc, établissement stratégique”, proclame une banderole. Aux murs, la peinture est encore fraîche, quand elle n’est pas à encore à poser. Mais, coûte que coûte, l’ouverture est programmée pour mars. Bientôt 57 ans, il est vrai, que le Maroc est indépendant. Pourquoi cette attente? “Je ne saurais l’expliquer. Un pays devrait savoir que l’organisation de ses Archives est un pilier essentiel d’un Etat moderne”, souffle-t-il.

Fusillade. Sebta, deux blessés dans une fusillade devant une mosquée. Les faits se sont produits ce lundi 28 janvier, aux alentours de 22h30. Une fusillade a éclaté devant la mosquée Harrakia, située au cœur du quartier El Principe Alfonso, très proche de la frontière séparant l’enclave sous souveraineté espagnole du reste du territoire marocain et réputé pour sa dangerosité souvent reliée au trafic de drogue ou au jihad. C’est aussi un quartier dont la majorité des habitants sont marocains ou d’origine marocaine. Une personne, qui portait un pull à capuchon, a ouvert le feu « sans dire un mot ». Les balles tirées ont touchés deux hommes, l’un âgé de 40 ans, qui circulait à bord d’une moto et un autre jeune de 23 ans. C’est ce dernier qui était vraisemblablement visé par le tireur, puisqu’une balle s’est logée dans son abdomen. Plusieurs de ses organes ont également été touchés. Il a dû subir une opération chirurgicale d’urgence à l’hôpital universitaire de Sebta (HUCE), rapporte la même source, soulignant que son état demeure pour l’instant instable. Il est actuellement en soins intensifs. (Yabiladi)

Ambassade. L’ambassade de Grande-Bretagne s’ouvre sur la presse régionale à Fès. L’ambassade de Grande-Bretagne souhaite développer ses relations avec la presse régionale à Fès, dans le sillage de son ouverture sur les composantes de la société civile au Maroc. L’équipe chargée de la communication à l’ambassade, conduite par Hugh Cleary, a réuni mardi matin à Fès un groupe de journalistes de différents supports pour un débriefing sur la coopération britannique avec la société civile marocaine et sur l’activité politique, économique et culturelle locale. Les débats ont porté essentiellement sur les contraintes de la presse régionale et sa contribution à l’ancrage de la liberté d’expression et de la démocratie, notamment l’expérience jeune et prometteuse des radios privées. Tout en écartant la possibilité de l’ouverture d’un bureau ou d’une représentation de la Grande-Bretagne à Fès, après ceux existant à Rabat, Casablanca, Marrakech et Agadir, M. Cleary a expliqué que cette rencontre avec la presse s’inscrit dans le cadre des contacts réguliers avec les acteurs de la société civile, particulièrement avec les médias.

Bidonville. Le relogement des bidonvilles de la ville nouvelle de Zenata, un projet ambitieux à forte portée sociale. Le relogement des habitants des bidonvilles de la ville nouvelle de Zenata, dont la première tranche a été inaugurée ce mardi par SM le Roi Mohammed VI, est un projet ambitieux et à forte portée sociale, a souligné le ministre de l’Habitat, de l’urbanisme et de la politique de la ville, Nabil Benabdellah. Il s’agit d’un programme ambitieux qui a été lancé par SM le Roi en 2010 et qui vise la construction de 10.000 nouveaux logements dans la ville nouvelle de Zenata, dont 7.000 sont réservés aux bidonvillois, a-t-il précisé. Le projet se trouve actuellement dans la première phase avec 680 unités qui sont déjà prêtes, a indiqué M. Benabdellah, soulignant qu’un certain nombre de familles recensées ont bénéficié du soutien du Fonds de solidarité habitat (FSH) du ministère. Il a formulé le souhait de voir ce programme mené à son terme de sorte à mettre fin progressivement au phénomène des bidonvilles, dans la commune d’Ain Harrouda, et à permettre aux familles ciblées d’avoir accès aux nouvelles unités de logements qui seront mises à leur disposition.

Art & Culture

Festival. Mourad Bouriki et Farid Ghannam à Mawazine. Les deux candidats marocains du télé-crochet « The Voice » dans sa version arabe, Farid Ghannam et Mourad Bouriki, se produiront en concert à Mawazine, a annoncé ce lundi l’association Maroc Cultures organisatrice du festival. Ils seront accompagnés de leurs coachs respectifs dans l’émission, à savoir l’Egyptienne Sherine Abdel Wahhab et le Libanais Assi El Hellani. D’autres artistes marocains et étrangers avaient été annoncés auparavant par les organisateurs dont Mika, David Guetta, Hamid El Kasri, Deep Purple ou encore Bigg. A noter que cette 12ème édition se tiendra du 24 mai au 1e juin 2013. (Yabiladi)

Roman. Khanssae, un roman qui dépeint le phénomène « important » de la prostitution au Maroc. Khanssae, c’est l’histoire d’une jeune femme porteuse du même nom qui, devenue orpheline, se trouve obligée de se prostituer pour survivre et subvenir aux besoins de sa famille. Victime d’un de ses clients qui publie sur internet des images de leurs ébats, Khanssae se retrouvent en prison. Un vécu commun à de nombreuses jeunes femmes dans le pays. L’auteur, Thierry Berthier, un jeune cadre Français, s’est directement inspiré de l’affaire du pornographe d’Agadir après une rencontre avec l’une des victimes de Philippe Servaty. Mais au-delà de cette histoire, M. Berthier met un accent sur « le phénomène important » qu’est devenue la prostitution au sein de la société marocaine. Tout est parti de son premier voyage dans le royaume en 2007. « J’avais un ami au Maroc qui m’avait proposé une fois de séjourner dans le pays », confie Thierry Berthier. Et dès sa première visite, ce touriste français dit avoir été « marqué » par la présence si manifeste de la prostitution. (Yabiladi)

People. Shakira, la chanteuse a quitté l’hôpital. Après cinq jours d’hospitalisation, Shakira a pu enfin quitter la clinique de Teknon où elle a donné naissance le 22 janvier dernier à son premier enfant, le petit Milan Piqué Mebarak. C’est le sourire aux lèvres que Shakira est apparue dimanche 27 janvier, à la sortie de la clinique Teknon de Barcelone, où elle a donné naissance le mardi 22 janvier dernier à son premier enfant, le petit Milan Piqué Mebarak. Cinq jours après avoir été admise à la clinique, la chanteuse a pu regagner son domicile, en compagnie de son petit ami, le footballeur Gerard Piqué. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les deux parents semblaient ravis à l’idée de pouponner leur petit garçon. Bien qu’ils ne soient pas arrêtés pour répondre aux questions des photographes qui l’attendaient en masse devant la clinique, Shakira et Gerard Piqué affichaient un large sourire, synonyme du bonheur qu’ils vivent actuellement. En effet, quelques heures après la naissance de leur enfant, les deux stars s’étaient empressés de partager la bonne nouvelle avec leurs fans, via les réseaux sociaux. « Nous sommes heureux de vous annoncer la naissance de Milan Piqué Mebarak, fils de Shakira Mebarak et Gerard Piqué, né le 22 janvier 2013 à 21h36 à Barcelone en Espagne », avaient indiqué les heureux parents.

Musée. « Laolalta », première exposition au Maroc du Musée national de Roumanie. Le Musée national du paysan roumain organise, du 23 au 30 janvier à Rabat, une exposition de costumes traditionnels éminemment représentatifs des groupes ethniques de la Roumanie, une première au Maroc par l’ampleur de l’initiative et la valeur inestimable des articles présentés. L’exposition « Laolalta » (Ensemble), montée dans l’espace de la Bibliothèque nationale, en collaboration avec l’ambassade de Roumanie, invite le public à apprécier pas moins de 340 costumes et objets ménagers, courants ou religieux, dont quatre font partie du trésor du Patrimoine culturel national roumain. « Les articles sont d’ancienneté différente, la plupart d’entre eux ont été faits depuis au moins une centaine d’années et sont représentatifs tant pour les Roumains que pour la plupart des groupes ethniques de ce pays » , indique Virgil Stefan Nitulescu, directeur général du Musée national du paysan roumain.

Sport

Lions de l’Atlas. Zaki: « Laissez Taoussi travailler ». Après l’élimination du Maroc de la CAN 2013, l’entraineur du WAC, Baddou Zakki, a insisté pour que l’opinion publique ne fasse pas de pression sur Rachid Taoussi et de le laisser travailler afin de se préparer pour les prochaines échéances. « Il y a surement des retouches à faire dans l’équipe nationale. Rachid Taoussi, étant le sélectionneur national, est le mieux placé placé pour apporter des améliorations à son équipe. Des erreurs ont été certes commises, que ce soit lors de la première ou de la seconde rencontre, mais d’un autre côté, il est clair que le Maroc n’est pas en manque de bons joueurs. Il faudrait juste prendre quelques critères en compte, comme la discipline, l’amour du maillot, avant de faire appel à tel ou tel joueur. La rencontre face à l’Afrique du Sud a prouvé au peuple marocain que la sélection est en très bonne forme et elle le restera à condition de laisser le sélectionneur national travailler… », a déclaré l’ancien entraineur du Maroc à Radio Mars.

Lions de l’Atlas. Kantari: « On est des bons poissards ». Le défenseur marocain, Ahmed Kantari, est revenu sur l’élimination des Lions de l’Atlas qu’il a qualifié de poissards, tout en affirmant avoir donné une bonne image du football marocain. « On est des bons poissards mais on a fait un match intéressant et c’était un bon match à voir, je pense, pour les spectateurs et les téléspectateurs. Il y a eu des buts, de l’engagement et du suspens jusqu’à la fin, malheureusement sur ce dernier ballon contré ; je ne sais pas comment il arrive dans les pieds de l’attaquant qui fait un superbe geste et arrive à mettre ce deuxième but. Il y a aussi le Cap Vert qui arrive à gagner dans les derniers instants contre l’Angola, ce soir quoiqu’il arrive, je pense qu’on ne devait pas passer mais malgré la déception on est fier d’avoir donné une bonne image du football marocain et d’avoir joué à notre niveau sur ce troisième match » a-t-il confié avant de rajouter. « On ne doit pas comparer cette CAN à sa précédente durant laquelle on s’était fait éliminés au bout du deuxième match en récoltant deux défaites, alors qu’en CAN-2013 on n’a pas perdu malgré tout et je pense que sur ce dernier match on a vraiment joué à notre niveau et on méritait peut être de passer au deuxième tour ».

Fair-play. Abdelaziz Berrada, joueur fair-play du match Maroc. L’international marocain Abdelaziz Berrada a été désigné, dimanche soir, joueur fair-Play du match Maroc-Afrique du Sud (2-2) qui s’est achevé par la disqualification des Lions de l’Atlas, au terme de la 3ème journée (groupe A) du 1er tour de la 29ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations de football (CAN-2013), qui se poursuivra jusqu’au 10 février prochain en Afrique du Sud. La Confédération africaine de football (CAF) a désigné Berrada (23 ans) en récompense de ses grandes qualités techniques, de son jeu propre et du respect manifesté à l’endroit de l’adversaire. Né le 19 juin 1989 à Provins en France, Abdelaziz Barrada, l’un des jeunes prodiges de la Liga espagnole, évolue actuellement au poste de milieu de terrain dans le club du Getafe. Par ailleurs, la CAF a également désigné, le portier sud-africain Khune Itumeleng, meilleur joueur du match Maroc-Afrique du Sud.

Mercato. Balotelli à l’AC Milan, le retour de Super Mario. Indésirable à Manchester City, l’Italien Mario Balotelli a signé ce mardi pour l’AC Milan, le rival de son club formateur, l’Inter, pour un transfert évalué à 20 millions d’euros et plus joli coup du « mercato » italien. Après plus d’un mois de tractations et de revirements, Balotelli a finalement rejoint le Milan. A 22 ans, il retrouve la Serie A après l’Inter pour un transfert que les « Rossoneri » paieront en cinq annuités de 4 millions d’euros, plus 3 de bonus. Il doit signer mercredi après la visite médicale, a annoncé la chaîne du club Milan Channel, un contrat de quatre ans pour un salaire annuel de 4,5 millions d’euros. Les « Rossoneri » ont réussi à baisser le prix, car City demandait plus de 33 millions d’euros. La vente du Brésilien Alexandre Pato aux Corinthians a été réinvestie dans le transfert de Balotelli. Le club de Silvio Berlusconi, en campagne électorale pour son parti (PDL), entend reformer le duo d’attaque du futur en équipe d’Italie avec Stephan El Shaarawy (20 ans).

International

Japon. Un budget 2013-2014 de 760 milliards d’euros pour fortifier le pays. Le nouveau gouvernement conservateur japonais a présenté ce mardi un projet de budget annuel initial conçu pour ramener croissance et confiance dans un pays qui se sent menacé et en déclin. Les crédits de l’Etat pour l’année d’avril 2013 à mars 2014 s’établiront à 92.612 milliards de yens (760 milliards d’euros), en léger repli sur un an. 46,3% proviendront de l’émission de nouvelles obligations, en dépit d’un endettement public colossal qui coûtera, en remboursement, 24% du budget de l’exercice prochain. Cependant, pour la première fois en quatre ans, les recettes d’impôts devraient dépasser les sommes nouvellement empruntées. « Pendant trois ans les recettes issues des obligations ont dépassé celles provenant de l’impôt et il est bien de pouvoir inverser cela », s’est félicité le ministre des Finances, Taro Aso.

France. La France a vu naître près de 550.000 entreprises en 2012. Les créations d’entreprises sont restées stables l’année dernière après la baisse enregistrée en 2011. L’auto-entreprise semble avoir trouvé son régime de croisière. Après avoir baissé de 11,6% en 2011, les créations d’entreprises se sont stabilisées l’année dernière. Elles ont atteint 549.975 en 2012, soit 170 de plus qu’un an auparavant. La chute était imputable aux auto-entrepreneurs et aux autres entreprises individuelles. La montée en régime très rapide du statut d’auto-entrepreneur s’était en effet traduite par un boom des naissances en 2010 avec 622.000 créations. « La stabilisation de cette année est liée à la baisse de créations d’entreprises de forme sociétaire (-4,3%) associée à une progression des créations d’entreprises individuelles dans leur ensemble de 1,9% dont une hausse plus marquée pour auto-entrepreneurs (+5,4%) », résume une experte de la direction des statistiques d’entreprises de l’Insee, Pierrette Schuhl. « On revient à la répartition de 2010″, précise-t-elle.

Israël. Israël craint les armes chimiques syriennes. Les Israéliens s’inquiètent que des groupes de djihadistes radicaux sunnites, qui combattent avec les insurgés syriens, s’emparent d’armes chimiques ou qu’elles soient transférées au Hezbollah libanais ou à l’Iran. Les Israéliens redoutent de voir une partie des stocks d’armes chimiques syriennes tomber entre les mains de groupes islamistes radicaux, et des armements stratégiques transférés vers l’Iran ou le Hezbollah libanais. Le cabinet de sécurité israélien s’est réuni la semaine dernière juste après les élections législatives pour discuter de cette question, et Nétanyahou a récemment abordé le sujet à plusieurs reprises avec des interlocuteurs étrangers. Les craintes israéliennes sont doubles: la première est liée à la décomposition de plus en plus rapide du régime syrien. Israël craint que des groupes de djihadistes radicaux sunnites qui combattent avec les insurgés syriens ne parviennent à s’emparer de munitions chimiques, et de les utiliser à un moment ou à un autre contre Israël, soit directement, soit en les transférant à d’autres organisations.

Egypte. L’armée met en garde contre un « effondrement » de l’Etat. L’armée égyptienne a mis en garde contre un « effondrement de l’Etat » en cas de poursuite de la grave crise que traverse le pays, où plus de 50 personnes ont trouvé la mort depuis le début des troubles jeudi dernier. Le président Mohamed Morsi a de son côté réduit à « quelques heures » une visite, prévue aujourd’hui et jeudi en Allemagne et l’Elysée a annoncé le report de l’étape parisienne de cette mini-tournée européenne qui était prévue vendredi, journée pour laquelle l’opposition a appelé à manifester à travers l’Egypte. Les violences semblaient avoir baissé d’intensité dans la journée de mardi, mais la situation restait tendue dans le centre-ville du Caire. Des accrochages limités entre la police et des groupes de jeunes ont repris dans la journée avec des jets de pierres et des tirs de grenades lacrymogènes aux abords de la place Tahrir. Des protestataires ont en outre entravé la circulation avec des pneus enflammés sur un axe central de la capitale.

Mali. Scènes de pillage à Tombouctou, promesses des donateurs à Addis Abeba. Des magasins supposés appartenir à « des Arabes » assimilés aux islamistes ont été pillés mardi à Tombouctou par une foule en colère, au moment où des donateurs réunis à Addis Abeba promettaient plus de 455 millions de dollars pour aider le Mali. Face au « risque d’exactions » et de représailles, le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault a souhaité « le déploiement rapide d’observateurs internationaux » pour veiller « au respect des droits de l’Homme ». A Tombouctou, au lendemain de l’entrée sans combat des soldats français et maliens, des centaines de personnes, visiblement très pauvres, ont attaqué des magasins tenus, selon elles, par « des Arabes », « des Algériens », « des Mauritaniens », accusés d’avoir soutenu les islamistes armés liés à Al-Qaïda. Dans certaines boutiques, des munitions et des radios militaires ont été découvertes. Mais l’essentiel de la population était occupée à se saisir surtout de télévisions, antennes satellite, nourriture, meubles, vaisselle.

Nouvelles technologies

Smartphones. L’iPhone low cost devra coûter 99 dollars pour séduire les utilisateurs pré-payés. Jean-Louis Gassée est une légende de la Silicon Valley, passée par HP, Apple, puis Be Inc. Dans son blog Monday Note, il analyse et commente l’actualité de la High Tech, avec un intérêt sans cesse conforté pour Apple. Dans son plus récent post, il revisite la question que la rumeur porte à l’attention de manière régulière : Apple va-t-il, peut-il ou veut-il produire un iPhone low cost. Après avoir énuméré les arguments généralement avancés pour indiquer qu’Apple ne franchira pas ce pas (Apple n’a jamais fait de low cost, son modèle d’ordinateurs assez coûteux mais de bonne qualité a prévalu fasse aux netbooks, etc.), Jean-Louis Gassée rappelle que les Smartphones ne sont pas des PC. Mais il convient que ce changement, cet iPhone low cost « ne naîtrait pas d’une décision tactique pour recruter un nouvel ensemble de clients. Il s’agirait d’un changement stratégique qui initierait une nouvelle phase dans la guerre des Smartphones ».

Applications. BlackBerry 10, RIM promet 70.000 applications au lancement. 70.000 applications seront présentes sur le magasin BlackBerry World dès le lancement des premiers Smartphones fonctionnant sous le nouveau système d’exploitation BlackBerry 10. Un chiffre plutôt important mais qui reste largement inférieur à l’offre de l’AppStore et de Google Play, les deux boutiques rivales d’Apple et de Google qui comptent chacune plus de dix fois plus. Face à la quantité, Research in Motion oppose la qualité. Le groupe canadien assure que quasiment l’essentiel des applications les plus populaires seront disponibles sur sa plate-forme. Suffisant, selon RIM, pour répondre à 90% des besoins de ses utilisateurs. Le groupe compte aussi sur son navigateur Internet, qui prend en charge le HTML 5, pour palier l’absence de certains services. Pour attirer les développeurs, RIM a garanti à certains d’entre eux 10.000 dollars de recettes la première année, s’engageant à payer la différence le cas échéant.

Réseaux sociaux. Facebook partage des données pour lutter contre le suicide. Facebook, on le sait, conserve une foule de données sur ses utilisateurs et les partage à l’occasion. Mais cette fois, c’est pour la bonne cause. Le réseau social a autorisé des chercheurs liés à l’association Save qui se consacre à la prévention du suicide, à analyser les statuts de personnes s’étant données la mort. Pour commencer, ce sont les données d’une vingtaine d’habitants du Minnesota s’étant suicidés qui seront étudiés. La longueur des posts, leur fréquence, le langage utilisé, tout sera détaillé pour y trouver des signaux d’alerte. Le travail durera environ un an, indique Dan Reidenberg, directeur exécutif de Save. Ce n’est pas la première fois que Facebook participe à ce type d’action. En 2010, le réseau social avait travaillé avec le Centre de prévention national du suicide. Un système permettait aux personnes repérant des propos suicidaires sur les profils de leurs amis, de le signaler d’un drapeau. Un e-mail était alors envoyé au membre du réseau ainsi « marqué », l’incitant à appeler au plus vite la ligne de prévention du suicide.

Réseaux sociaux. Twitter, agacé par les demandes gouvernementales, défend la liberté d’expression. Le succès de Twitter n’est pas passé inaperçu au sein des services gouvernementaux, à en juger le rapport de « transparence » (Transparency Report) que vient de publier lundi 28 janvier le site de microblogging. Ce document fait état d’une augmentation au deuxième semestre des demandes d’informations sur ses utilisateurs qu’il a reçues de la part d’autorités gouvernementales, et qu’il juge « envahissantes ». De début juillet à fin décembre, Twitter a reçu 1.009 demandes de ce type, soit une hausse de près de 20% comparé au premier semestre, lorsqu’il publié la première version de ce rapport. La plus grosse part des demandes d’informations (815) émanaient des Etats-Unis. La société précise y avoir accédé dans 57% des cas au total, et 69% aux Etats-Unis, et en avoir prévenu l’utilisateur concerné, sauf pour environ 20% des cas où une décision de justice le lui interdisait.

 

 

 

________________________actu-maroc.com

Commentaires