Flash-news : Trente en un du « 4 février 2014

Flash-news : Trente en un du « 4 février 2014

314
0
PARTAGER

La France a vendu deux satellites espions au Maroc en 2013. Selon le quotidien économique français la Tribune daté du 3 février les consortium français Astrium (devenu Airbus Space Systems) et Thales Alenia Space (TAS) ont signé un contrat portant sur la vente de deux satellites d’observation au Maroc. Un contrat confidentiel qu’aucun des acteurs concernés (industriels et étatiques) n’ont voulu confirmer au journal français. « Le Maroc est la grosse surprise dans le classement des très bons clients des industriels de l’armement tricolores en 2013, » estime le journal qui indique que le Royaume chérifien se classe au troisième rang des prises de commandes gagnées par la France l’an dernier derrière l’Arabie Saoudite (1,8 milliard d’euros) et Singapour. Toujours selon la Tribune, parmi les autres contrats militaire signés en 2013 avec le Maroc, la firme MBDA a obtenu une série de commandes pour armer les frégates multi-missions française Fremm et néerlandaise Sigma, en missiles Exocet MM40 block 3 (antinavire), VL Mica (sol-air) et Aster 15 (anti-aérien). La semaine dernière, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian a présidé, en présence du frère du Roi du Maroc, le Prince Moulay Rachid, la cérémonie de remise de drapeau de la frégate multi-missions FREMM Mohammed VI au Royaume du Maroc. Si l’information est confirmée, le Royaume a donc rejoint l’Algérie dans une nouvelle course à caractère militaire : la surveillance satellitaire. Partie bien plutôt que son voisin de l’ouest, l’Algérie a décidé, dès 2002, de se doter d’un programme spatial et d’une agence spatiale dénommée ASAL (Agence spatiale algérienne) avec pour objectif de lancer 10 satellites dans l’espace d’ici 2017. Le premier satellite algérien ALSAT 1 fut lancé le 28 novembre 2002 par un lanceur COSMOS 3M du Cosmodrome russe de Plesetsk. Le second satellite algérien ALSAT 2 A, conçu à Oran, a été lancé le 12 juillet 2010 depuis le site de Sriharikota à Chennaï (Sud -Est de l’Inde). Un autre satellite, l’ALSAT 2Ab, conçu également à Oran, serait prêt à être lancé durant l’année 2014. Maghrebemergent

DEPF : 5.05 milliards de dollars investis par l’Etat marocain en 2013. La DEPF a expliqué que ces investissements, malgré la conjoncture morose, ont été portés par la croissance de 9,8 % des émissions au titre de l’investissement du budget de l’Etat. Ces investissements publics, indique la même source, citée par l’agence MAP, a enregistré un taux de réalisation de plus de 88,3% par rapport aux prévisions de la Loi de Finances 2013. Pour leur part, les recettes des investissements directs étrangers (IDE) ont affiché une hausse record de 25,2 % à fin décembre dernier pour totaliser 40,2 MMDH, alors que les transferts des MRE et les recettes de voyage ont quasiment stagné respectivement à 58,4 MMDH et à 57,6 MMDH durant cette période. Les importations des entreprises en biens d’équipement, ont augmenté de 8,2 % à fin décembre 2013 à plus de 79 MMDH, soit 20,9 % des importations totales, ce qui atteste de la poursuite de l’effort d’investissement et de mise à niveau de l’appareil productif de l’économie nationale, estime la DEPF. Cette évolution est en lien, notamment, avec l’augmentation de 83,5 % des importations des parties et pièces détachées pour véhicules industriels, de 38,7 % des appareils pour la coupure électrique et de 41,9 % des moteurs à pistons. Au terme de l’année 2013, la valeur des importations des produits finis d’équipement et des demi-produits a reculé de 2% en glissement annuel pour s’établir à 379,2 MMDH, après une hausse de 8,2 pc en 2012. Cette baisse est attribuable essentiellement au repli des importations des produits alimentaires, des produits bruts, des produits énergétiques et des produits finis de consommation. Le Mag

Benkirane en mode campagne. C’est en chef de parti conscient de ce que deux ans de pouvoir ont sérieusement entamé le capital de sympathie dont bénéficiaient les siens que Abdelilah Benkirane s’est posé samedi à Rabat à la session ordinaire du conseil national du groupe des conseillers du PJD. Organisée sur le thème «La gestion des affaires publiques comme levier de l’édification démocratique», cette nouvelle session du conseil national des conseillers du PJD laisse penser que ce parti se prépare aux élections municipales, nonobstant les critiques qu’il formule sur leur déroulement. Apparemment attentif à ce que la présence de son parti à la Chambre des conseillers n’est pas de nature à faire contrepoids à celle de ses rivaux et à lui épargner de rudes empoignades à chaque fois qu’il y prend la parole, le chef de la formation majoritaire a harangué son auditoire avec la verve et la fougue d’un chef militaire menant ses troupes au combat. Abdelilah Benkirane a donc donné samedi devant les conseillers de son parti l’impression d’être déjà entré en campagne. Il a aussi présenté de lui l’image sinon de celui qui ne doute pas de ce que les urnes lui seront à nouveau plus que favorables, du moins de celui qui croit que son crédit lui vaudra un score honorable aux consultations électorales qui se dessinent à l’horizon proche. Il a laissé entendre que ce sera le juste prix de l’honnêteté et de l’abnégation dont font montre les responsables de son parti. Mais auparavant, comme à son habitude, le leader du PJD est parti en guerre contre les «corrompus» et contre tous ceux qui s’essayent à «faire capoter l’expérience de gestion du PJD». Il a demandé aux conseillers de son parti de ne pas tomber dans le piège de la polémique avec leurs critiques et, plutôt que de leur répondre sur le même ton, de leur rétorquer par «un comportement sans reproche, aux antipodes de celui dont eux font montre». Mettant en garde son auditoire contre d’éventuelles nouvelles attaques, car «ceux qui veulent faire capoter l’expérience du PJD sont nombreux», il a averti ses conseillers de ce qu’ils sont surveillés et leur «a demandé de ne pas prêter le flanc à la critique et de ne pas mettre en péril leur crédit au sein du peuple». Aujourd’hui

Economie

Le 3e forum des entrepreneurs maghrébins les 17 et 18 février à Marrakech. L’Union maghrébine des employeurs (UME) organisera le 3e forum des entrepreneurs maghrébins les 17 et 18 février à Marrakech (Maroc). L’objectif du forum est de relancer l’intégration économique de l’Union du Maghreb arabe à travers une initiative du secteur privé. L’annonce de la mise en place d’une initiative maghrébine du commerce et de l’investissement visant à développer les échanges intra-maghrébins, est prévue lors de cette rencontre. L’UME regroupe des organisations patronales des 5 pays de l’Union du Maghreb Arabe : la Confédération algérienne du patronat (CAP), l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA), la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), le Conseil du patronat libyen (CPL) et la Confédération nationale du patronat mauritanien (CNPM). Le 1er Forum des entrepreneurs maghrébins s’est tenu à Alger en mai 2009 et le second à Tunis en mai 2010.  Maghrebemergent

Casablanca Parc : Ouverture de la commercialisation de la 4ème tranche. Ça avance à grands pas pour Casablanca Parc ! Ce projet immobilier situé à Sidi Maarouf sera livré en temps et en heure, annonce-t-on auprès du promoteur. Ainsi, plus de 500 appartements seront remis à leurs acquéreurs à partir du troisième trimestre de l’année 2015. Cette première tranche représente plus du tiers du projet global. Mais ce n’est pas tout ! Ne comptant pas en rester là, le promoteur a déjà entamé la commercialisation de sa quatrième tranche, quelques jours seulement après l’écoulement d’un troisième bloc en janvier dernier ! Ce quatrième bloc d’appartements sera commercialisé au prix de 10.990 dirhams le mètre carré. Une cadence qui semble rompre avec le marasme ambiant qui frappe le marché immobilier ces derniers jours. L’offre s’adapte à toutes les bourses avec un prix au mètre carré très attractif, pour des appartements dont la surface varie entre 74 à 104 m2. C’est la classe moyenne dite émergente qui semble la plus intéressée par le projet. Et pour cause : l’habitat proposé se positionne à seulement quelques encablures du centre-ville et respecte des normes architecturales et urbanistiques plutôt rigoureuses. Le site de Casablanca Parc surplombe Sidi Maârouf, à 800 mètres de Casanearshore et à quelques minutes de Marjane Californie. Autre avantage et non des moindres, les résidences sont à faible densité avec un maximum de trois appartements par étage et un minimum de 24 mètres de vis-à-vis entre deux bâtiments et 30% de la superficie dédiée aux espaces verts.  Aujourd’hui

Stratégie. L’ONCF cherche des investisseurs pour construire des hôtels autour des gares. Ça bouge chez l’Office national des chemins de fer (ONCF). L’établissement dirigé par Rabie Khlie prépare un avenant pour prolonger d’une année son contrat programme 2010-2015. L’objectif est d’achever des projets dont la réalisation a accusé des retards, affirme le directeur général de l’ONCF qui était, le 30 janvier, l’invité de la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc (CFCIM). Les équipes de Khlie planchent aussi sur la trame du nouveau contrat programme qui couvrira la période 2016-2020. Dans la foulée, le spécialiste du rail affirme activer l’actualisation du schéma directeur des chemins de fer à l’horizon 2040. Ce plan prévoit deux schémas de développement : l’un pour le rail conventionnel, l’autre pour la ligne à grande vitesse (LGV). Notons que le schéma directeur actuel de la LGV, conçu à l’horizon 2035, porte sur le développement de 1 500 km de ligne dédiée au TGV dont une ligne atlantique de Tanger en passant par Rabat, Casablanca, Marrakech et Essaouira pour desservir Agadir et une autre Maghrébine reliant Casablanca, Rabat et Oujda. Cette dernière devrait se prolonger jusqu’à Tripoli via Alger et Tunis, dans le cadre du futur réseau à grande vitesse maghrébin. La réalisation du schéma directeur de la grande vitesse augmentera le nombre de voyageurs à 133 millions en 2035, contre 52 millions sans l’option de la grande vitesse. Le DG de l’ONCF assure que le chantier de la première phase de la LGV affiche actuellement un état d’avancement de 57%. Sauf que l’opérationnalisation de cette première ligne nécessitera des compétences pointues pour les interventions d’entretien. Pour Khlie, la question de l’entretien est évidemment prise en considération dans la stratégie de développement de la LGV.  Le Matin

Après Lille et New York, DSK ne viendra pas à Casa ! C’était l’info du jour, qui annonçait, par le biais de sites et de portails prompts à la publication de rumeurs, que Casablanca Finance City, CFC, avait engagé l’ancien ministre des Finances de Lionel Jospin pour des conseils facturés à 2,5 millions d’euros par an. Certes, DSK n’est pas un inconnu chez nous, il jouit même d’une certaine aura au Maroc. Sa réputation quelque peu sulfureuse « d’homme à femmes » n’a guère semblé gêner ceux qui, l’an dernier, l’invitèrent à leur journée annuelle de réflexion sur une problématique économique et tenue dans un grand palace casablancais ou encore les dirigeants d’une école privée de Marrakech pour la conférence inaugurale de leur cycle de gestion… Mais cela justifiait –il pour autant qu’un projet aussi important que celui de hub régional de la finance pour l’Afrique francophone à partir de Casablanca s’engage avec un DSK dont l’expertise « africaine » se limite essentiellement à « l’affaire Nafissatou Diallo » ? Apparemment non et cela est fort heureux….Comme il est fort dommage que nombre de portails locaux s’empressent de publier n’importe quoi, à toutes heures de la journée, atteignant ainsi le degré zéro de l’information.  lnt

Le groupe de construction Emirati Arabtec recrute au Maroc, Algérie et Tunisie. Le groupe de construction immobilière et BTP, Arabtec, dont le siège social est situé à Dubaï au Émirats arabes unis, a annoncé un vaste plan d’embauche de mains d’œuvre qualifiées, dans les pays d’Afrique du Nord et de Moyen Orient. Selon le site d’information financière Gulf Business, les recrues seront choisies parmi les candidats se manifestant moyennant CV, dans les pays suivant : Le Maroc, la Tunisie, l’Algérie, la Jordanie, le Liban, l’Irak, la Palestine et l’Egypte. 10000 postes sont en offres, et selon le directeur général du groupe, Hassan Abdullah Ismaik, les postes offerts concernent, un large éventail de missions, manutentionnaires et de directions. Hassan Abdullah Ismaik a indiqué, selon la même source, qu’une vaste compagne médiatique, sera menée par le groupe Arabtec, portant descriptions des postes offerts et des profils demandés. A noter que le groupe Arabtec compte à son actif, nombreuses réalisations au moyen orient; il a participé à la construction de Burj Khalifa, Burj-Al-Arab, Dubai Sports City, l’aéroport international de Dubaï et l’aéroport international Al Maktoum.  Le Mag

Banques. AWB prépare son entrée au Mozambique et en Angola. Attijariwafa bank prépare son entrée en Afrique lusophone. Marchés cibles : le Mozambique et l’Angola. Selon nos informations, les négociations sont dans un stade avancé. L’implantation du groupe marocain dans ces deux pays, dont le portugais est la langue officielle, est prévue d’ici l’année prochaine. C’est en 2015 qu’AWB ambitionne d’une part de porter la contribution de ses filiales à l’international à 30% du revenu global du groupe et d’autre part de couvrir au moins 25 pays, majoritairement en Afrique. À ce jour, Attijari est présent en Afrique du Nord avec des filiales en Tunisie, en Mauritanie ainsi qu’une représentation en Libye «qui sera transformée en succursale, une fois que la conjoncture le permettra», déclare au journal «Le Matin» une source autorisée. Avec 6 implantations dans 5 pays (Sénégal, Mali, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Guinée-Bissau), le groupe couvre également la quasi-totalité de la zone UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine). Dans cette zone, le prochain investissement se fera au Bénin, seul pays de l’UEMOA où la banque marocaine n’est pas encore présente. AWB a déjà déposé une demande d’agrément actuellement à l’étude. Selon notre source, le dossier suit son chemin et l’installation au Bénin est programmée pour cette année. Dans la zone CEMAC (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale), le groupe est présent actuellement à travers trois filiales implantées chacune au Gabon, au Congo et au Cameroun. Le Tchad et la Centrafrique sont les deux pays de cette zone où AWB n’a pas encore investi. À en croire notre source, les pourparlers ont été entamés pour la création d’une filiale au Tchad, probablement en 2014.   Le Matin

Social

Légère hausse du taux de chômage, à 9,2 %, en 2013. Le taux de chômage national a connu une légère hausse de 0,2 point, passant de 9% à 9,2 % en 2013, a annoncé lundi le Haut-commissariat au Plan (HCP). Dans ces conditions, le volume global du chômage a augmenté de 43.000 personnes au niveau national, résultat d’une hausse de 47.000 chômeurs en milieu urbain et d’une baisse de 4.000 en milieu rural, a précisé le HCP dans sa note sur la situation du marché de travail en 2013. Ainsi, le taux de chômage est passé de 13,4% à 14% en milieu urbain et a baissé de 4% à 3,8% en milieu rural. Le taux de chômage des jeunes âgés de 15 à 24 ans est passé de 18,6% à 19,3% et des sans diplôme a augmenté de 4% à 4,6%, a expliqué le HCP, notant que le taux de sous-emploi s’est maintenu à 9,2% au niveau national, alors qu’il a baissé de 8,6% à 8,4% en milieu urbain et progressé de 9,8% à 10,1% en milieu rural. En matière d’emploi, 90.000 postes d’emplois rémunérés ont été créés au cours de cette période, résultat d’une création de 23.000 postes en milieu urbain et de 67.000 en milieu rural. L’emploi non rémunéré a, également, enregistré une hausse de 21.000 postes en zones rurales et de 3.000 postes en zones urbaines, soit 24.000 postes créés au total. Les nouveaux emplois non rémunérés ont concerné principalement le secteur de l’«agriculture, forêt et pêche», avec 26.000 postes contre un recul de 2.000 au niveau des autres secteurs, et bénéficié exclusivement aux femmes en milieu urbain et rural.  Maghrebemergent

Des églises distribuent des bibles en darija via Facebook. Avec plus de 6,6 millions de marocains sur Facebook, le premier réseau social au monde est un véritable vivier d’idées, de rencontres, mais également de propagande. Dans son édition du mardi 4 février, Al Massae révèle les détails d’une affaire d’évangélisation sur le réseau. Selon le quotidien, des églises auraient utilisé Facebook pour distribuer pas moins de 30.000 bibles traduites en darija. Au total, six organisations auraient adopté cette nouvelle stratégie d’évangélisation. Création de pages fans sur Facebook, publicité sur Google… telles sont les moyens utilisés dans la cadre d’une opération baptisée « la mission Maroc 2014″, selon Al Massae. Le quotidien arabophone avance que ces organisations ont mobilisé pas moins de 10 lignes téléphoniques et plus de 15 adresses électroniques afin d’entrer en contact des marocains sur le réseau social. Al Massae explique que l’opération « Maroc 2014″ a été initiée par ces évangélistes suite aux mesures de restrictions et de contrôles mises en place par les autorités marocaines. Profitant de l’absence d’un cadre législatif clair dans le domaine du numérique, ces organisations sont donc passées par le web pour distiller leurs idées, estime le journal. Une chose est sûre : La mise en place d’un cadre juridique se fait de plus en plus urgente. A ce titre, l’un des principaux objectifs du code numérique est de défendre les intérêts des utilisateurs et de protéger les internautes de ce genre de pratiques.  Le 360

Al Akhawayn vise le top 15 des universités en Afrique à l’horizon 2020. Le plan stratégique de l’université Al Akhawyn d’Ifrane pour les 6 prochaines années veut positionner cet établissement parmi le top 15 des universités en Afrique à l’horizon 2020. Le conseil d’administration de l’université, réuni le 28 janvier dernier, a lancé la réflexion sur ce nouveau plan baptisé “Vision 2020″, une sorte de feuille de route pour les 6 prochaines années. Ce plan, qui veut placer Al Akhawayn parmi le top 15 des universités en Afrique à l’horizon 2020, est construit autour de 3 axes principaux, à savoir la création de nouvelles filières de formation et de spécialisation, en adéquation avec la demande future du marché de l’emploi, l’assurance qualité, à travers l’accréditation institutionnelle, des facultés de l’université et des programmes dispensés par des organismes internationaux de renom, ainsi que l’internationalisation de l’université, avec comme objectif d’atteindre un taux de 20 pc d’étudiants internationaux, avec un focus particulier sur l’Afrique.  Maghrebemergent

Emigration illégale. Arrestation de trois trafiquants à l’aéroport Mohammed V. Les services de police des différents districts de police du Grand Casablanca poursuivent sans relâche les opérations d’assainissement, notamment dans la lutte contre la drogue et l’émigration clandestine. Récemment, les éléments de la brigade de la lutte contre l’émigration clandestine, relevant de la police de la préfecture de Casablanca, ont présenté trois personnes au Parquet. Elles sont impliquées dans la constitution d’une bande spécialisée dans l’organisation de l’émigration illégale, possédant et utilisant de faux tampons administratifs pour faciliter le départ vers d’autres destinations. C’est ainsi que les services de police des frontières ont réussi à l’aéroport Mohammed V à arrêter deux individus porteurs d’un passeport marocain et d’une autorisation de résidence en Italie ; les deux documents étaient faux. La fouille a permis de découvrir sur la deuxième personne un tampon falsifié attribué à la police de frontière de l’aéroport Mohammed V, une somme d’argent de 690 € et un mandat de 1 000 DH, destiné à une autre personne. Nantis d’informations fournies par la dernière personne interpellée, les policiers se sont rendus sur le lieu de sa résidence. Il s’est avéré que le premier arrêté a déjà émigré en Europe notamment en Italie moyennant une somme de 40 000 DH. Au hall de l’aéroport, le proposé à l’émigration a reçu un faux passeport et une carte de résidant en Italie falsifiée. Mais l’individu n’a pas échappé à la vigilance des policiers qui l’ont interpellé, tout comme le second suspect. Les trafiquants ont été présentés à la justice pour constitution d’une bande spécialisée dans l’organisation de l’émigration illégale et détention de faux documents administratifs.   Le Matin

Marrakech : Une marche contre la corruption et le pillage des biens publics. La coordination régionale de lutte contre la corruption et le pillage des biens publics de Marrakech-Tensift-El Haouz a prévu une marche dimanche prochain à Marrakech. Organisée sous le thème “Non à la corruption et au pillage des biens publics, oui à la démocratie”, la marche débutera à 10h, au quartier Bab Doukkala, près de la gare routière. Dans une vidéo publiée sur YouTube, et reprise par plusieurs médias et sites d’information, les participants présentent les arguments et les raisons qui ont motivé cette marche. Pour rappel, plusieurs élus de la ville ocre, anciens et actuels, sont poursuivis dans des affaires de corruption et de dilapidation des biens publics. On cite à titre d’exemple l’affaire de cession des terrains du casino Es-Saâdi à Marrakech, dans laquelle 11 accusés sont poursuivis notamment pour “corruption, gaspillage des fonds publics, abus de pouvoir, trafic d’influence et faux et usage de faux”. Une affaire dans laquelle l’ancien maire de Marrakech, Omar El Jazouli et le quatrième adjoint du maire de la ville et parlementaire de l’Istiqlal, Abdellatif Abdouh, ainsi que d’autres personnalités politiques, sont également poursuivis. La marche du dimanche devait avoir lieu le 19 janvier dernier, mais avait été interdite par les autorités. La coordination régionale de lutte contre la corruption et le pillage des biens publics de Marrakech-Tensift-ElHaouz, qui regroupe entre autres l’Instance de protection des biens publics, section Marrakech, et les sections régionales de la Confédération démocratique du travail et de la Fédération démocratique du travail, avait alors annoncé qu’elle compte poursuivre en justice les autorités locales de la ville. Cette coordination appelle à engager des poursuites contre les “pillards de l’argent public” et les “corrompus”, de récupérer l’argent volé et de mettre fin à l’impunité”.   Aufaitmaroc

Art & Culture

Jason Derülo sur la scène Mawazine le 31 mai. L’interprète du hit Talk Dirty s’est inscrit, depuis ses débuts en 2009, comme étant l’artiste de tous les records, enregistrant plus de 15 millions de titres vendus aux Etats Unis et 25 millions dans le reste du monde grâce à sa série de singles classés dans le Top 10 : Watcha Say, In My Head, Ridin’ Solo, Don’t Wanna Go Home et It Girl. Tattoos est le dernier chapitre de la carrière de Jason Derülo, dont les ventes s’élèvent à 25 millions de singles et 1,2 million d’albums. Les tubes Talk Dirty et The Other Side sont tous deux inclus dans l’album Tattoos. D’autres hits sont également présents dans cet opus, à l’instar de Vertigo, sa collaboration avec sa compagne Jordin Sparks, mais aussi la ballade romantique Marry Me et le percutant Trumpets. Depuis la sortie de The Other Side, le succès de Jason Derülo sur les réseaux sociaux ne cesse de croître, avec un total de 12,5 millions de likes sur sa page Facebook et le chiffre incroyable de 700 millions de vues sur ses chaînes You Tube. Avec 100 millions de vues à lui seul, le titre Talk Dirty se classe parmi ses vidéos les plus regardées. Après une année de repos et de travail suite à un accident pendant les préparatifs de la tournée mondiale suite à son second album, Jason Derülo s’apprête à se lancer dans sa première tournée globale de 3 ans. « C’est un sentiment incroyable. Etre de retour, cela fait environ un an et demi que les gens ne m’ont pas vu sur scène en raison de ma blessure. Recevoir un accueil aussi chaleureux après une telle absence est véritablement quelque chose de spécial », s’est-il réjouit.  Menara

Woody Allen rejette les accusations d’agression sexuelle de sa fille adoptive. « Fausses et honteuses », c’est en ces termes que le réalisateur américain Woody Allen a qualifié dimanche soir les accusations d’agression sexuelle proférées samedi par sa fille adoptive. 
 »M. Allen a lu l’article et le considère comme faux et honteux », a déclaré sa porte-parole Leslee Dart dans un communiqué envoyé à l’AFP. Sur ces allégations vieilles de 20 ans et que le réalisateur a toujours démenties, sa porte-parole de M.Allen a rappelé qu’à l’époque « une enquête minutieuse avait été menée par des experts indépendants mandatés par la cour », et qu’ils « avaient conclu qu’il n’y avait pas de preuve crédible de l’agression ».
Ainsi c’est en pleine saison des Oscars qu’a été brisé le silence de Dylan Farrow, 28 ans qui avait été adoptée par Mia Farrow et le réalisateur quand ils formaient un couple dans les années 80. Dans une lettre ouverte publiée samedi soir sur un blog du New York Times, elle a raconté en détails l’agression dont elle affirme avoir été l’objet.  Aujourd’hui

« Parlez-moi d’amour », le livre coup de poing de Bahaa Trabelsi. « Parlez-moi d’amour » : un titre qui sonne comme une supplique. Le titre de la dernière oeuvre de Bahaa Trabelsi, qui vient de publier, aux éditions La Croisée des Chemins, un recueil coup de poing de onze nouvelles qui vous prennent aux tripes, vous donnent tour à tour envie de pleurer ou de hurler. De hurler à cet amour que certains cherchent et que d’autres brisent, souillent, sans que la quête ne cesse pour autant dans ce houleux océan de solitudes amalgamées et bousculées par les plus violents des sentiments humains, tantôt émouvants dans la fragilité qui fuse de cette violence, tantôt effroyables quand cette fragilité est prise en otage dans les rouages de la fourberie, de l’illusion qui trompe la solitude, du sexe qui la met un instant en déroute, de l’oppression qui vient fêler les rêves, de la passion qui tente d’en colmater les plaies. Ce recueil qui dépeint sans compromis les diverses facettes d’une société et de la place, problématique, que tente d’y trouver l’amour. Un espoir qui restera vivace jusqu’au bout chez ces personnages en quête de bonheur, des personnages bien campés porteurs d’une lucidité par-delà les trappes perverses dans lesquels ils peuvent tomber, par-delà l’oppression, les tabous, les débauches… Et ce qu’il en ressort, c’est une innocence, une sorte de pureté, celle de ceux habités par des idéaux qu’on ne laisse pas éclore. Une innocence rebelle. Bahaa Trabelsi a accepté de répondre à quelques questions à propos de ce livre tout fraîchement sorti en librairie.  le360

Les films « Her » et « Capitaine Phillips » primés par les scénaristes US. Les films « Her » et « Capitaine Phillips » ont été récompensés samedi par le Syndicat américain des scénaristes américains (Writers Guild of America) dans les catégories de meilleur scénario original et meilleure adaptation. L’auteur-réalisateur Spike Jonze s’est ainsi adjugé le trophée du scénario original pour « Her ». Le film a remporté le trophée aux dépens des productions à succès « American Hustle », « Blue Jasmine », « Dallas Buyers Club » et « Nebraska ». Le trophée de la meilleure adaptation a été décerné à Billy Ray pour « Capitaine Phillips », qui raconte l’histoire vraie d’un capitaine de la marine marchande américaine, incarné par Tom Hanks. Le film réalisé par le cinéaste Paul Greengrass s’est imposé face à « Un été à Osage County », « Before Midnight », « Du sang et des larmes » et « Le loup de Wall Street ». La série de télévision « Breaking Bad » a décroché le trophée de la meilleure série dramatique, alors que « Veep » s’est distinguée comme meilleure comédie.  MAP

La comédie à l’honneur au Théâtre national Mohammed V, du 4 au 12 février. Le Théâtre national Mohammed V célèbre la comédie pendant la période allant du 4 au 12 février courant, en proposant les meilleures pièces théâtrales comiques de la saison en cours. Cette initiative vise à offrir aux spectateurs des présentations distinguées dans une période limitée et aux agences artistiques et sponsors l’occasion de prendre connaissance de ces œuvres afin de choisir la meilleure qui bénéficiera d’une tournée à travers les villes du Maroc, en partenariat avec le secteur privé, a indiqué le directeur du Théâtre Mohamed Benhssain. Cette expérience, une première pour le Théâtre national Mohammed V, se veut une contribution aux efforts visant la promotion du théâtre au niveau national et devra introduire de nouvelles notions en matière de distribution et de présentation des pièces de théâtre à travers le Royaume, a-t-il dit. Une commission spécialisée composée d’un représentant du Théâtre national Mohammed V, un critique de théâtre, un sponsor et un artiste, se chargera de sélectionner les meilleures prestations. Après la comédie, les organisateurs s’intéresseront à d’autres formes d’expression théâtrale auxquelles seront consacrées des manifestations similaires.   MAP

Sport

Super Bowl: Seattle humilie Denver pour son premier titre. Les Seahawks de Seattle ont littéralement humilié les Broncos de Denver pour remporter le premier Super Bowl de leur histoire avec la manière (43-8) dimanche à East Rutherford, en banlieue de New York. Pour cette 48e finale de la Ligue de football américain (NFL), les Seahawks, meilleure défense du championnat cette saison, n’ont laissé aucune chance à Denver en prenant les devants très tôt dans la partie. Seattle n’avait atteint la finale de la NFL qu’une seule fois auparavant, défait par Pittsburgh en 2006. Denver a de son côté perdu son cinquième Super Bowl, pour deux victoires en 1998 et 1999. La meilleure attaque de la saison s’est montrée très nerveuse et a été complètement étouffée. Son quarterback vedette Peyton Manning, qui avait remporté samedi le titre de meilleur joueur de la saison (MVP), n’a pas pu faire la différence dans ce match au sommet malgré 34 passes complétées, un record pour un Super Bowl. Mais il a réussi la plupart de ses passes alors que le match était déjà plié et les deux interceptions qu’il a subies ont coûté cher. Il n’a réussi que peu d’actions d’éclat et a manqué l’occasion de devenir le premier quarterback à remporter le Super Bowl avec deux équipes différentes après sa victoire en 2007 avec Indianapolis. Son alter egoopp a, de son côté, tranquillement réussi 18 passes sur 25 pour les Seahawks, avec deux touch-down à la clé et aucune interception. Le ton était donné dès la toute première action: Denver avait la balle près de son enbut mais après une erreur de communication lors du lancement de jeu, Manning ratait tout simplement le ballon que son coéquipier lui passait.  lnt

Kouko avec les Lions de l’Atlas ? Suite à une requête faite à sa Majesté le Roi Mohamed VI, le milieu de terrain du Raja Casablanca, Guehi Hilaire Kouko, devrait avoir prochainement la nationalité marocaine. Dans une interview accordée à nos confrères d’El Botola, le natif de San Pédro s’est exprimé sur une éventuelle convocation chez les Lions de l’Atlas : « Ça sera avec plaisir, le Maroc est mon deuxième pays, c’est le pays que je porte dans mon coeur. Si j’ai la nationalité Incha’ALLAH, ça sera un grand plaisir de porter les couleurs du Maroc ». Cette saison, le médian ivoirien de 31 ans a pris part à 16 rencontres et inscrit deux buts dont un face à Monterrey lors de la dernière Coupe du Monde des Clubs.  Mountakhab

« On Marche » 2014 : Le Festival International de Danse Contemporaine de Marrakech. Marrakech on le sait est une ville magique, elle fascine souvent, elle envoute plus souvent encore, elle est l’archétype du rêve oriental chez nombre d’entre nous. Mais depuis quelques années, elle construit une autre image, celle d’une cité qui bouge économiquement et culturellement. Il n’y a pas si longtemps Essaouira était la proue du navire pour l’intelligentsia branchée ou pas d’ailleurs, Festival Gnaoua, Festival des Alizées, créateurs, galeries et expositions en nombre et Fès se réconciliait tranquillement avec son image de capitale spirituelle du Maroc. Aujourd’hui on ne vient plus uniquement dans la ville ocre pour bronzer ou faire la fête, c’est plutôt une bonne nouvelle, le secteur du tourisme en avait besoin. Il ne se passe pas un mois sans évènement et pour tous les goûts. En mars c’est un véritable bouquet flamboyant qui sera proposé, La Biennale entraine avec elle une multitude de spectacles, tant sur scène que dans la rue. « On Marche » est l’une des plus belles fleurs qui s’épanouira du 3 au 9 mars avec la complicité de l’Institut Français et de la Compagnie Anania. La danse contemporaine n’est plus depuis longtemps un met de choix à l’usage exclusif d’une « élite » au « moi » surdimensionné. Ce langage est un mode de communication qui, comme la musique, est totalement universel. Il permet de véhiculer des messages sans les tronquer et le grand public ne s’y est pas trompé, il est présent et en nombre. Chaque spectacle sera une émotion, cet art vivant apporte la force du visuel qui touche, sans parasite, au cœur et va se nicher ensuite, sans escale, au plus profond de notre entendement.  Espace-Maroc

Les frères Lamhamedi et Kenza Tazi, ambassadeurs du Maroc à Sotchi. «C’est un honneur pour moi de représenter les couleurs du Maroc au JO de Sotchi», a indiqué au «Matin», Adam Lamhamedi. Et de poursuivre : «je suis content de venir m’imprégner de la culture marocaine avant mon départ à Sotchi». À la question sur le niveau du ski au Maroc, le jeune skieur a souligné que cette discipline est à ses débuts, mais il existe un grand potentiel qu’il faudra exploiter. Qualifié aux JO dans la catégorie A, ce qui est un énorme exploit, vu son jeune âge à peine 18 ans, Adam qui va se mesurer à la crème de la crème mondiale va continuer son apprentissage auprès des meilleurs skieurs du monde et représenter honorablement le Maroc. À ses côtés, il y aura également son frère Sami qui évolue au club de Skibec. À tout juste 16 ans, Sami Lamhamedi est considéré comme un futur grand espoir du ski mondial. Son frère Adam ne tarit pas d’éloges à son égard. «C’est l’un des meilleurs skieurs de sa catégorie au Québec», nous a-t-il précisé. Sami a décroché 26 podiums lors de sa jeune carrière. Le troisième athlète qui défendra les couleurs du Maroc aux Jeux olympiques d’hiver est Kenza Tazi. La native de Boston aux USA a réussi haut la main à se qualifier après plusieurs belles performances lors des épreuves de qualification. De retour d’une blessure, la jeune skieuse marocaine a suivi un programme d’entraînement physique spécifique à la rééducation avec à la clé des compétitions. La jeune athlète dit, samedi, lors du point de presse qu’elle est contente de représenter les couleurs du Maroc à Sotchi. Il est à signaler que le Maroc participera pour la 6e fois aux JO d’hiver, mais cette fois avec des athlètes qui ont un énorme potentiel.   Sport-Maroc

International

Nelson Mandela laisse derrière lui plus de 4 millions de dollars. Près de deux mois après sa disparition, le testament de Nelson Mandela a été rendu public ce lundi. Toute sa famille est venue assister à la lecture des 40 pages, ce qui a été apprécié par les exécuteurs testamentaires. Les dissensions au sein des amis et des 30 enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants de Madiba, qui ont éclaté avant même le décès du patriarche en décembre dernier, avaient eu un grand écho. Mais pour le moment, aucun n’a contesté les dernières volontés de Madiba. La fortune de Nelson Mandela n’avait jamais été révélée de son vivant. Elle a été évaluée provisoirement à 4,1 millions de dollars. Outre les droits d’auteurs de ses livres et de sa fameuse autobiographie Un long chemin vers la liberté, le premier président noir de l’Afrique du Sud possédait une maison huppée à Johannesburg et une demeure plus modeste dans la province rurale du Cap-Oriental. Ce patrimoine a été réparti dans trois fonds, dont l’un est destiné à subvenir aux besoins de sa famille. Le Prix Nobel de la paix a aussi inclus dans son testament les enfants de sa veuve Graça Machel, épousée alors qu’il avait 80 ans. Cette dernière devrait, selon toute vraisemblance, renoncer à ses droits. Les autres bénéficiaires de Nelson Mandela sont son parti l’ANC, d’anciens collaborateurs comme son chef de cabinet et son assistante personnelle à hauteur de 5000 dollars et les établissements où il a fait sa scolarité. Un geste qui rend hommage au rôle des professeurs dans la lutte contre l’apartheid. Dans ce testament rédigé en 2004, avant d’être amendé, Mandela avait pris soin d’écrire un petit mot d’explication à la plupart de ses légataires. Outre ses biens matériels, Madiba laisse un nom qui vaut en lui-même beaucoup. Plusieurs de ses descendants n’ont pas hésité à capitaliser dessus, créant des lignes de vêtements, du vin ou une émission de téléréalité, ce qui a créé des frictions dans la famille et agacé bon nombre de Sud-Africains.  Le Figaro

Le génocide rwandais en procès à Paris. Vingt ans après le génocide des Tutsi du Rwanda, la cour d’assises de Paris s’apprête à ouvrir, mardi 4 février, le procès de Pascal Simbikangwa, accusé de complicité de génocide et complicité de crimes contre l’humanité commis entre avril et juillet 1994. Une première judiciaire en France. C’est face à six jurés parisiens et trois juges que cet ancien chef du service central des renseignements rwandais doit comparaître. Inconnu en France, il est pourtant « un tortionnaire réputé du Rwanda », assure Me Simon Foreman, avocat du Collectif des parties civiles pour le Rwanda. Mais à Paris, certains acteurs du procès peinent encore à retenir son nom, finissant par opter, en s’excusant, pour un bien familier « Pascal » ou « Safari »,identité sous laquelle il avait été arrêté pour trafic de faux papiers à Mayotte, en octobre 2008. L’affaire lui avait valu quatre ans de prison et une demande d’extradition, infructueuse, de Kigali. Le Rwanda l’accuse alors de génocide, mais la France décide de le juger, laissant aujourd’hui à six jurés le soin de se pencher sur des crimes commis il y a vingt ans, à 6 000 km de Paris. Là-bas, à Kigali, et dans la ville frontière de Gisenyi, à l’ouest du pays, Pascal Simbikangwa aurait distribué des armes aux miliciens et supervisé les barrages tenus par les tueurs, où les Tutsi en fuite étaient identifiés puis exterminés à la machette et au gourdin. Le génocide rwandais a fait quelque 800 000 morts en cent jours. Cent jours durant lesquels Dieu a délaissé ces collines où, selon la légende, il aimait se coucher tous les soirs. Des experts se présenteront à la barre pour permettre aux jurés de saisir quelques fragments de cette histoire rwandaise. Celle d’une décolonisation bancale, quand quittant le pays en 1962, la Belgique choisit de jouer une ethnie contre l’autre. L’histoire d’une dictature brutale, faisant émerger une rébellion formée de Tutsi exilés, le Front patriotique rwandais (FPR), qui rêve alors de conquérir le pouvoir et lance l’offensive sur le nord du pays à l’automne 1990, avant d’être repoussée par les pouvoir hutu soutenu par des forces françaises. Les quatre années qui suivent sont une succession d’attentats et de « petits » massacres, comme une répétition du drame à venir. Et le 6 avril 1994, l’avion du chef de l’Etat, Juvénal Habyarimana, est abattu non loin de l’aéroport de Kigali. Une demi-heure plus tard, les premières barrières sont érigées dans la capitale par ses partisans et les premiers « ennemis », Tutsi et Hutu de l’opposition, sont éliminés.  Le Monde

Arabie Saoudite: quiconque participera à des combats à l’étranger est passible de 20 ans de prison (Décret royal). Quiconque participera à des combats à l’étranger est désormais passible d’une peine pouvant aller jusqu’à 20 ans de prison, selon un décret émis, lundi, par le serviteur des lieux saints, le Roi Abdullah bin Abdulaziz Al Saud. Selon ce texte, publié par l’agence officielle saoudienne SPA, « est puni de trois à 20 ans de prison toute personne qui a participé à des combats hors du Royaume sous n’importe quelle forme » ou qui appartient à des organisations ou des groupes religieux ou de pensée, extrémistes ou considérés comme tels au plan intérieur, régional ou international. De même, sont également visées par le nouveau décret les personnes qui approuvent ou adoptent les idées ou les méthodes des groupes extrémistes, font montre de sympathie à leur égard de quelque manière que ce soit, leur apportent un soutien matériel ou moral ou promeuvent leurs idées. Si l’auteur de l’un des actes visés par le nouveau décret est un membre de l’armée, il encourra une peine d’emprisonnement allant de cinq à 30 ans, selon la même source.  MAP

Sotchi : les Jeux de l’angoisse. Les Jeux olympiques démarrent dans une semaine à peine, mais plus personne ne semble se soucier de l’événement sportif. Si les Jeux d’hiver doivent effectivement s’ouvrir à Sotchi le vendredi 7 février, c’est la controverse au sujet des capacités de la Russie à accueillir l’événement et les angoisses liées aux menaces terroristes éventuelles qui dominent dans les médias. Les questions qui se posent d’ordinaire avant les Jeux, comme de savoir qui va décrocher l’or, l’argent ou le bronze, sont désormais oubliées, au profit d’autres interrogations, plus fondamentales, comme le fait de se demander s’il est seulement avisé d’y participer. Le 28 janvier, Anita DeFrantz, seule Américaine membre de la Commission exécutive du Comité International Olympique (CIO), a déclaré que des sportifs lui faisaient régulièrement part de leurs inquiétudes quant à leur propre sécurité sur place. Elle a ajouté que la Russie ne ménageait pas ses efforts dans le domaine de la sécurité, puisque Moscou aurait déployé 60 000 hommes dans une zone grande comme Santa Monica, en Californie [environ 21 km2]. Elle a assuré les athlètes qu’ils ne risquaient rien, tout en leur recommandant d’être vigilants, « exactement comme quand vous allez dans un endroit où vous n’avez ni vécu, ni grandi ». Du reste, ce ne sont pas les premiers Jeux où la question de la sécurité occupe le devant la scène. Après les Jeux d’été de Munich, en 1972, au cours desquels 11 sportifs israéliens avaient été assassinés après avoir été enlevés par des terroristes, l’édition suivante, à Montréal en 1976, s’était déroulée dans une atmosphère de couvre-feu, le Village olympique se retrouvant ceinturé de barbelés tandis que patrouillaient des gardes équipés d’armes lourdes. Pour Sotchi, les autorités américaines ont invité leurs athlètes à ne pas arborer leurs couleurs de façon trop ostentatoire – une décision que DeFrantz approuve et qui, rappelle-t-elle, a déjà été prise à d’autres occasions. « On peut supposer que, dans le monde effrayant qui est le nôtre, un groupe d’Américains constitue une cible, concède-t-elle. L’idée, c’est que si vous avez l’intention de sortir, autant ne pas le faire drapé dans un drapeau. »   Courrier International

Nouvelles technologies

Facebook : une décennie d’innovations qui ont changé le web. Vous rappelez-vous du web en 2004 ? Pas si sûr. A cette époque lointaine, Youtube n’existait pas encore, on écoutait de la musique illégalement grâce Kazaa, on découvrait les blogs. Quant aux ados, ils se répandaient avec des pseudos du type xxxxCrAzypowaAAAxxx sur les murs criards de Myspace. En février 2004, Mark Zuckerberg, lui, avait 20 ans. Et lançait avec quelques camarades un site qui allait changer la face du web à la manière d’un tsunami : Facebook. Parti d’une idée simple –imaginer le trombinoscope universitaire 2.0- Zuckerberg innove d’emblée en imposant ce qui est encore exceptionnel sur le web de l’époque : obliger ses utilisateurs à s’inscrire avec leur véritable nom. Le concept connaît un succès immédiat : en 24 heures, 1200 étudiants de Harvard –le site leur est au départ réservé- créent leur profil. Quatre mois plus tard, Facebook s’est étendu à 30 campus américains et compte déjà 150 000 membres (Il faut à l’époque une adresse en « .edu » pour en être). Et en décembre 2004, ils sont déjà un million sur ce nouveau site, « the place to be » d’autant que son accès est réservé à une certaine élite universitaire. En 2006, Facebook s’ouvre enfin à tous les internautes. Et va devenir en quelques années bien plus que le trombinoscope imaginé au départ par « Zuck » : un véritable annuaire du web, riche de plus d’un milliard de membres. En quelques dates, entre succès fulgurants, polémiques et bides retentissants, nous vous proposons de revenir sur les services et innovations qui ont fait de Facebook ce qu’il est aujourd’hui. Imitant Myspace, le réseau social numéro 1 de l’époque, Facebook lance très vite le Wall, un espace sur votre profil sur lequel vos amis peuvent venir écrire ce qu’ils désirent.  01Net

Google publie le nombre de requêtes secrètes de la NSA. Google a publié, lundi 3 janvier, le nombre de requêtes secrètes qu’il a reçues du renseignement américain dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, une première depuis les révélations d’Edward Snowden sur l’espionnage sur Internet. Le renseignement national a requis des informations sur 9 000 à 10 000 comptes Google les six premiers mois de 2013, et sur 12 000 à 13 000 comptes les six derniers mois de 2013, selon le blog officiel du géant de l’Internet. Toutes ces demandes ont été faites dans le cadre de mandats de justice délivrés par le tribunal chargé de contrôler les opérations du renseignement (FISA). Le gouvernement américain avait annoncé la semaine dernière qu’il permettait désormais aux grands groupes internet de rendre publiques davantage d’informations concernant leurs clients surveillés par le renseignement américain. En contre-partie, les groupes ont retiré la plainte qu’ils avaient déposée auprès du tribunal secret chargé d’ordonner les programmes de surveillance (FISC, Foreign Intelligence Surveillance Court). « La publication de ces informations est un premier pas dans la bonne direction et défend les principes d’une réforme que nous avons appelée de nos vœux en décembre dernier », a expliqué le responsable juridique de Google, Richard Salgado, dans un post. « Mais nous continuons à croire à la nécessité de davantage de transparence pour que chacun puisse mieux comprendre les mécanismes des lois sur la surveillance et juge si elles servent l’intérêt national ».  Le Monde

iPhone 5C : victime de toutes les attaques ? Après avoir essuyé de nombreuses critiques depuis son lancement, l’iPhone 5C fait aujourd’hui face à un désamour quasi général suite à la publication des résultats d’Apple. Les chiffres à peine décevants permettent à ses détracteurs de s’en donner à cœur joie. Apple a dévoilé il y a quelques jours de cela les résultats de son activité pour le dernier trimestre 2013. Ils sont globalement bons, présentent un chiffre d’affaires record mais restent marqués par la baisse de la marge brute du groupe. Et le coupable désigné de cette baisse, c’est l’iphone 5C. Cette fois, les actionnaires ont sévi et lâché Apple en bourse, punissant ainsi la firme pour le positionnement choisi pour son modèle coloré. Trop cher, trop plastique pour justifier son prix, l’iPhone 5C aura subi de plein fouet la concurrence cannibalisante de son grand frère résolument haut de gamme, le 5S. L’iPhone 5C paye en effet un positionnement pas assez tranché, qui aurait poussé certains clients d’Apple à se tourner vers d’autres smartphones concurrents plus compétitifs (rapport qualité-prix). A l’inverse, les aficionados ont pu choisir de débourser quelques 100 euros de plus pour prendre possession du meilleur smartphone de la gamme d’Apple. Si les ventes des deux modèles n’ont pas été détaillées, l’avis général s’accorde pour infliger à l’iPhone 5C la responsabilité des chiffres présentés comme décevants.  Gizmodo

 

 

le2minutes.com

 

________________________actu-maroc.com

Pour rejoindre la page facebook de votre journal actu-maroc.com, d’autres informations vous attendent, aimez la page en cliquant sur le lien ci-après: https://www.facebook.com/pages/Actu-Maroccom/107076616014235?ref=ts&fref=ts

 

 

Presse Actualité journal Maroc marocaine infos news Rabat Casablanca Marrakech Agadir Fés Tanger horaires de prière

faits divers politique économie accident cnops ministère ambassade cnss police douane trafic drogue prostitution pédophilie

Commentaires