Flash-news : Trente en un du « 7 fevrier 2013

Flash-news : Trente en un du « 7 fevrier 2013

342
0
PARTAGER

Assassinat. Le Maroc condamne « vigoureusement » l’assassinat de l’homme politique tunisien Chokri Belaïd. Le Maroc a condamné l’assassinat de l’homme politique tunisien Chokri Belaïd, coordinateur général du Parti des patriotes démocrates (PPD), survenu ce mercredi dans la capitale Tunis. « Le Royaume du Maroc condamne vigoureusement cet acte terroriste dangereux et sans précédent dans la Tunisie de la Révolution », souligne le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération. Le Maroc réitère, ainsi, son « rejet de la violence et de l’assassinat politiques, quels qu’en soient l’origine ». « Tout en exprimant sa solidarité avec la famille du défunt et le peuple tunisien frère, le Royaume souhaite la stabilité pour la Tunisie et la conjugaison des efforts de ses filles et de ses fils pour la construction d’un Etat démocratique et d’un avenir prospère ». Figure emblématique de l’opposition tunisienne, Chokri Belaïd, un avocat de 49 ans, a été touché par quatre balles devant son domicile, tirées par un homme qui a pris la fuite à moto avec un complice, avant de succomber à ses blessures à l’hôpital.

Torture. Un nouveau rapport accuse le Maroc de collaboration avec la CIA. Depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, 54 pays ont collaboré avec la CIA dans sa guerre contre le terrorisme. Une nouvelle affirmation qui émane, cette fois de l’organisation Open Society Justice Initiative (OSJI). Dans son rapport, publié mardi, l’ONG dénonce les Etats qui ont ouvert leurs prisons à l’agence américaine ou lui ont accordé des facilités pour avoir ses propres centres de détention pour y torturer, en toute impunité, des prisonniers. Le Maroc est cité à plusieurs reprises dans le document. Des témoignages d’ex-détenus islamistes accusent, ouvertement, les autorités marocaines d’être impliquées dans les opérations de la CIA. L’ONG révèle le cas d’un ressortissant koweitien Ali Abd al-Aziz Ali, capturé en 2003 par les services d’intelligence pakistanais. « En 2004, il est transféré, dans une prison secrète au Maroc » et « ce n’est qu’en 2006 qu’il est incarcéré à Guantanamo », lit-on dans le rapport, lequel ne précise pas, pour autant, si le détenu a passé deux années au Maroc ou non. Abou Elkassim Britel, un Marocain naturalisé italien en 1999, soupçonné d’être un membre d’Al Qaida, il est arrêté en 2002 au Pakistan. Après des séjours dans les prisons officielles et secrètes du Maroc, ponctués par de brèves phases de libération, un tribunal marocain le condamne à neuf ans. En 2006, la justice italienne, et après six ans d’investigations, reconnaît que Britel n’a en fait aucun lien avec une activité terroriste. Le 14 avril 2011, il bénéficie d’une grâce royale et retrouve, enfin, la liberté. (Yabiladi)

Guerre au Mali. Le Mali confirme la présence des combattants du Polisario dans les rangs des djhadistes au Nord. Le ministre malien des Affaires étrangères, Tiéman Coulibaly, a confirmé la présence parmi les groupes terroristes pourchassés dans le Nord-Mali, de combattants issus des rangs du Polisario. « Ils n’étaient que 500 dijihadistes au départ. Aujourd’hui, ils sont entre 5.500 et 7.000 hommes. Ces groupes djihadistes ont été rejoints par des jeunes sans perspectives y compris par des jeunes sahraouis des camps » de Tindouf sous le contrôle du Polisario au sud de l’Algérie, a-t-il déclaré. Face à cette menace terroriste, M. Coulibaly a tenu à remercier le Maroc pour son soutien au Mali, y compris sur les plans humanitaire, diplomatique et de la coopération militaire, rappelant que la résolution 2085 pour permettre à son pays de recouvrer son intégrité territoriale a été votée sous la présidence marocaine du Conseil de Sécurité de l’ONU. « Le Maroc a toujours soutenu et continue de soutenir le Mali et son intégrité territoriale. Nous comptons fortement sur ce soutien et sur la coopération avec le Maroc pour venir à bout de cette menace terroriste », a-t-il souligné.

Commission. La 7ème réunion de la haute commission mixte maroco-égyptienne prochainement au Maroc. Le président du Conseil des ministres égyptien, Hicham Qandil, a annoncé, mercredi au Caire, la tenue prochainement au Maroc d’une réunion de la 7ème haute commission mixte maroco-égyptienne. « Nous nous sommes mis d’accord de tenir prochainement au Maroc une réunion de la haute commission mixte maroco-égyptienne », a-t-il dit à l’issue d’une entrevue avec le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, en marge du 12ème sommet de l’organisation de la Coopération islamique. Il a indiqué avoir évoqué avec son homologue marocain les dossiers qui seront soumis à cette commission, qui a tenu sa dernière réunion en mai 2006 au Caire. M. Qandil a rappelé dans ce sens ses récents entretiens avec le chef du gouvernement en marge du sommet de Davos et qui avaient porté sur les moyens de renforcer les relations de coopération entre les deux pays dans différents secteurs. Il a par ailleurs souligné l’importance du Sommet de l’OCI, qui se tient au Caire, rappelant les défis auxquels fait face la Oumma islamique, appelée plus que jamais à adopter des solutions aux contours clairs dans ce sens.

Economie

Smartphone. Un Windows Phone low-cost pour le Maroc. Microsoft souhaite proposer des Smartphones pas chers à sept pays africains, dont le Maroc. Pour ce faire, le géant américain s’est associé au Chinois Huawei. Résultat : un téléphone baptisé « Huawei 4 Afrika » qui fonctionne « sous Windows 8, pré-équipé d’applications soigneusement sélectionnées et conçues pour l’Afrique », a indiqué ce mardi Simon Ouattara, directeur général de Microsoft pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Le Smartphone devra être disponible « courant mars », a-t-il ajouté. D’un coût global de 75 millions de dollars, le lancement de ce projet vise, notamment, à « améliorer la compétitivité économique du continent africain ». Microsoft veut ainsi « mettre d’ici 2016 des dizaines de millions de terminaux intelligents entre les mains de la jeunesse africaine, mettre en ligne un million de PME africaines et former 200.000 personnes », a fait savoir Simon Ouattara. (Yabiladi)

Automobile. Bentley bientôt au Maroc. La prestigieuse marque britannique de voitures de luxe, Bentley, fera bientôt son entrée sur le marché marocain, à l’initiative du groupe CAC, importateur de plusieurs marques du groupe Volkswagen. A cet effet, la Centrale Automobile Chérifienne prépare un nouveau showroom, d’une capacité de stockage de près de 500 véhicules, en face du Terminale Audi à Ain Sebâa.

Usine. Yazaki ouvrira sa troisième usine de câblage au Maroc cet été. Un nouveau projet Greenfield pour Yazaki au Maroc. Le groupe japonais va en effet ouvrir cet été sa troisième usine du pays, à savoir une unité d’assemblage de faisceaux de câbles automobiles à Meknès. Yazaki compte déjà deux importantes usines marocaines sur le même métier, l’une à Tanger sur la zone franche TFZ et l’autre à Kenitra qui a débuté son activité début 2012 pour servir notamment Land Rover. Ces deux usines emploient près de 3 000 salariés chacune. Groupe privé non coté, Yazaki spécialisé dans le câblage et la connectique compte plus de 200 000 salariés, c’est au Japon un important fournisseur de Toyota, notamment. Avec plusieurs autres équipementiers japonais comme Denso, Yazaki a par ailleurs été condamné aux Etats-Unis l’an dernier à 470 millions de dollars d’amendes pour pratiques anticoncurrentielles et fait l’objet avec des compétiteurs d’une enquête de la Commission européenne pour les mêmes raisons. À Meknès, l’investissement initial de Yazaki devrait s’élever entre 10 à 20 millions d’euros, hors foncier. Dans sa première phase, le site devrait employer 800 salariés avant de monter en puissance. Dans cette activité essentiellement manuelle, où la performance opérationnelle est critique, le site de Meknès sera basé sur le modèle des deux usines précédentes qui tournent en 2X8 voire en 3X8 selon la charge et sont affectées chacune à deux ou trois clients.

Paiement électronique. Blue TFS bientôt opérationnel au Maroc. Maroc Télécommerce, le spécialiste du paiement électronique, n’a qu’à bien se tenir, un nouvel operateur devrait bientôt investir le secteur. Il s’agit de Blue Technologies and Financial Service (TFS) qui vient de lancer officiellement ses activités à l’international. Pour le Maroc, Blue TFS doit maintenant « déposer une demande d’interfaçage avec l’un des deux centres agréés par Bank Al-Maghrib » en l’occurrence le Centre monétique interbancaire (CMI) et M2M, rapporte l’Economiste, ce mercredi 6 février. Pour se distinguer de son concurrent, Blue TFS appliquera « une commission unique de 0,25% » à ses clients, « qu’ils soient étatiques, privés, petits porteurs de projet ou encore les coopératives ». Les utilisateurs seront également dispensés des frais d’abonnement mensuels, souligne la même source. (Yabiladi)

Investissement. Les investisseurs internationaux intéressés par les « opportunités juteuses » offertes par l’économie marocaine. Les investisseurs internationaux sont intéressés par les « opportunités juteuses » qu’offre l’économie marocaine, créditée par les projections du Fonds monétaire international (FMI) d’un taux de croissance à hauteur de 5,5 % en 2013, « le plus élevé » de la région MENA, souligne ce mercredi la chaine de télévision américaine NBC. Le média US note, à ce propos, que le FMI avait décidé, l’année dernière, l’ouverture d’une Ligne de Précaution et de Liquidité (LPL) de 6,2 milliards de dollars en faveur du Maroc, en signe de reconnaissance d’une stratégie économique « bâtie de manière appropriée sur la consolidation fiscale, des réformes structurelles et des politiques monétaires et financières prudentes ». La LPL témoigne de « la solidité » des politiques économiques du Royaume et de « la robustesse » de sa gestion de l’économie, avait affirmé le Directeur du Département Moyen-Orient et Asie centrale du FMI, Masood Ahmed, rappelle-t-on. « La seule éligibilité aux LPL est un indicateur de la solidité des politiques économiques du pays et de la robustesse de sa gestion économique », avait-t-il déclaré lors d’une téléconférence à Washington suite au feu vert du Conseil d’administration du FMI à cet accord de deux ans avec le Maroc, équivalent à 700% de sa quote-part dans cette institution financière internationale.

Social

Automobile. Des étudiants mettent au point une voiture de sport. « Sportiva 2012 », c’est ainsi qu’a été baptisée la voiture de compétition mise au point par les étudiants de l’Ecole polytechnique d’Agadir, en collaboration avec l’École nationale d’ingénieurs de Metz. Sa conception a nécessité 18 mois de travail et une enveloppe budgétaire de 600 000 dirhams. « Ce projet présente pour nous un moyen de véhiculer une image marquée par notre forte implication dans le développement technologique, sportif et éducatif de notre pays », a fait savoir Mehdi Guendouli, l’un des concepteurs de la voiture, cité par l’Économiste, ce mercredi 6 février. La direction de l’école prépare à présent un nouveau projet : La fabrication d’un 4×4 de compétition 100% marocain. (Yabiladi)

Grève. Un ancien membre des Forces auxiliaires observe une grève de la faim. Hicham Bouchti renoue avec les grèves de faim. Hier sur la Place Espagne à Melilla, il vient d’en commencer une, en guise de riposte au refus des autorités locales de lui accorder un document de résidence. Cet ancien membre des Forces auxiliaires, et non de l’armée comme cela est mentionné dans la presse espagnole, qui se présente comme étant un membre des services secrets, est arrivé en 2004 clandestinement dans le préside occupé après avoir passé deux ans en prison pour, selon la version officielle, « falsification de documents administratifs et diffusion d’informations militaires confidentielles». En revanche lui, évoque un verdict en représailles à des informations qu’il aurait livré à la presse marocaine sur une éventuelle activité illicite, trafic d’armes, de son supérieur hiérarchique avec l’Algérie. Bouchti était affecté à Oujda. Ses multiples demandes d’asile politique ont été systématiquement rejetées dont la dernière remonte à 2010 sur une décision du gouvernement du socialiste Zapatero. Cette fois, il s’avère que le militaire a changé de tactique. Marié à une espagnole, avec laquelle il a eu un fils, il demande une carte de séjour ou du moins un permis de voyager de Melilla à la péninsule. Ce que les autorités de la ville ne lui concèdent pas jusqu’à présent. Elles lui réclament au préalable de fournir un casier judiciaire. (Yabiladi)

Evénements de Sidi Youssef Ben Ali. Report au 13 février du procès des six nouveaux accusés. Le tribunal de première instance de Marrakech a décidé ce mercredi, le report au 13 février, de l’examen du procès des six nouveaux accusés poursuivis suite aux récents événements de Sidi Youssef Ben Ali. Selon une source judiciaire, les mis en cause, récemment arrêtés, sont poursuivis pour « attroupement armé, détérioration et destruction d’installations publiques, outrage à des fonctionnaires en exercice de leurs fonctions et désobéissance ». Cette affaire remonte aux 28 et 29 décembre dernier lorsque les accusés ont participé à une manifestation non autorisée pour protester contre la cherté des factures d’électricité, qui a dégénéré en actes de violence et de vandalisme causant des blessures parmi des citoyens et les éléments des forces de l’ordre.

Droit de l’homme. Un homme vivait depuis 17 ans enfermé par sa famille dans une écurie. L’affaire a été révélée ce mercredi 6 février par la presse arabophone, puis relayée par l’agence de presse espagnole EFE. Saïd Hamoun, âgé aujourd’hui de 42 ans, a vécu pendant 17 longues années enfermé au milieu d’une écurie, située dans la commune rurale de Tanougha, dans la région de Béni Mellal, dans le centre du Maroc. Selon le quotidien arabophone Al Massae, c’est sa famille qui a décidé de le priver de sa liberté, jugeant qu’il constituait « un danger » pour les habitants du village. Selon le frère de la victime, Saïd Hamoun souffrirait de troubles mentaux et aurait un comportement très violent. Il aurait tenté à deux reprises de tuer ses parents dans le passé. Sa famille aurait alors décidé de l’enchainer des pieds pour l’empêcher d’aller ailleurs. Ce n’est qu’après 17 ans de détention dans des conditions précaires, que les voisins de la victime ont eu l’idée d’alerter le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH). Le président la section locale Allal Basraoui s’est alors rendu sur place, vendredi dernier, pour s’enquérir de la situation. L’homme était « enchainé nu dans des conditions inhumaines » et de manière « illégale », a-t-il indiqué. Allal Basraoui a également fait savoir qu’il avait mis en garde les autorités locales, qui n’étaient visiblement pas au courant de l’affaire. L’homme devrait subir des examens médicaux dans les prochains jours afin de déterminer s’il souffrait vraiment de troubles mentaux, a ajouté le responsable. (Yabiladi)

Art & Culture

Festival. Rihanna en concert à Mawazine. Près de 5 ans après son premier concert au Maroc, en 2008 à Casablanca, Rihanna revient au royaume. La chanteuse barbadienne, ayant vendu à ce jour plus de 37 millions d’albums à travers le monde, se produira cette fois dans le cadre de la 12ème édition du festival Mawazine, à Rabat. « L’icône du R&B et de la pop se produira à l’occasion de la soirée d’ouverture vendredi 24 mai 2013 sur la scène de l’OLM Souissi à Rabat », indique l’association Maroc Cultures, qui organise le festival, dans un communiqué publié ce mercredi matin. La 12ème édition du festival Mawazine se tiendra, pour rappel, du 24 mai au 1e juin 2013. Plusieurs artistes ont été annoncés par les organisateurs, dont Sexion d’assaut, Mika, David Guetta, Deep Purple, Izenzaren et H-Kayne. (Yabiladi)

Livre. Signature à Guelmim d’un livre sur Sidi Mohamed Ould Sidi Brahim Dah. Le siège de la Région de Guelmim-Smara a abrité, au début de la semaine, la cérémonie de signature d’un livre en arabe sur « L’érudit Sidi Mohamed Ould Sidi Brahim Dah ». L’ouvrage est une biographie en quatre chapitres de Sidi Mohamed Ould Sidi Brahim Dah, éminent alem et figure de la résistance nationale, « connu pour son patriotisme sincère et pour avoir excellé dans toutes les fonctions qu’il a assumées, notamment dans le domaine de l’éducation en tant qu’enseignant et consultant éducatif, puis en tant que journaliste pointu, mais aussi en tant qu’érudit versé dans la théologie, la poésie et la langue arabe », lit-on dans la préface du livre. Le premier chapitre du livre traite de la vie et du parcours professionnel de Sidi Mohamed Ould Sidi Brahim Dah, décédé en 2011, le deuxième est un ensemble de témoignages de ses élèves et connaissances, tandis que les troisième et quatrième chapitres sont consacrés aux contributions scientifiques, pédagogiques et littéraires du défunt, avec des annexes de photos et documents. Le Haut-commissaire aux anciens résistants et anciens membres de l’armée de libération, Mustapha Ktiri, a indiqué que la participation du Haut-commissariat à cet événement traduit l’importance et la reconnaissance qu’il porte à l’œuvre pieuse du regretté qui a mis sa plume et son savoir au service de l’indépendance et de l’intégrité territoriale du Maroc.

Cohabitation. « Tinghir-Jérusalem: les échos du mellah » ou la mémoire de la cohabitation entre musulmans et juifs au Maroc. Le réalisateur marocain Kamal Hachkar a présenté, dans le cadre de la compétition officielle du 14ème Festival national du film à Tanger, son film documentaire « Tinghir-Jérusalem: les échos du mellah », qui jette la lumière sur l’histoire de la cohabitation entre musulmans et juifs au Maroc. Le film trouve son origine dans la volonté du réalisateur de raviver la mémoire de son enfance passée à Tinghir avant le départ de sa famille vers la France, et, en visitant le vieux mellah, il se remémore les histoires de son grand père sur la population juive qui a vécu dans ce quartier en parfaite symbiose avec les voisins musulmans, avant d’immigrer à destination d’Israël. Pour compléter le tableau, Kamal Hachkar suit la trace de ces juifs marocains à l’intérieur même d’Israël. Le documentaire, empreint de nostalgie, renoue avec cette population restée attachée à ses traditions familiales et culturelles et à la langue amazighe. Le réalisateur tente, à travers ce film, de reconstruire les liens entre cette partie de la diaspora marocaine et sa terre d’origine, à l’image du père de Kamal Hachkar, qui a regagné le Maroc après de longues années de dur labeur en France et qui a pris contact, via internet, avec un juif marocain d’Israël, originaire également de Tinghir.

Sport

CAN-2013. La FRMF au cœur de la polémique. L’échec des Lions de l’Atlas en CAN 2013, continue de susciter une grande polémique, notamment au niveau de la FRMF, alimentée surtout par les déclarations de Karim Alem concernant les dépenses de l’équipe nationale en Afrique du Sud et la réaction de la FRMF vis-à-vis de ses relations contractuelles avec ce dernier. Tout a commencé quand le chef de la délégation du Maroc en CAN 2013 , Karim Alem, a décidé de dévoiler les dépenses de l’équipe nationale au pays de Mandela. Une information qui a rapidement était relayée par la presse marocaine. « Le président de la délégation marocaine, Karim Alem, a fait savoir que 7,5 millions de DH ont été dépensés lors du séjour de l’équipe nationale en Afrique du Sud. A en croire Alem, la FRMF a supporté uniquement le montant net de 3 500 000 dirhams, précisant que la participation de la Confédération africaine de football (CAF) due à la FRMF est de 4 000 000 de dirhams. Pour rappel, la délégation marocaine comprenait 45 personnes, dont 23 joueurs.

CAN-2013. Le Maroc termine à la 10ème place. Éliminé dès le premier tour de la CAN 2013 après trois matches nuls, le Maroc occupe la 10ème place au classement général des sélections participantes. En effet, avec 3 points, les Lions de l’Atlas devancent à titre d’exemple, le champion en titre, la Zambie (12ème) et l’Algérie (13ème). Voici le classement à partir de la 5ème position : 5- Côte d’Ivoire 6- Afrique du Sud 7- Cap 8 – Togo 9- Tunisie 10- Maroc – RD Congo 12- Zambie 13- Algérie 14- Angola 15- Niger 16- Éthiopie

Lion de l’Atlas. Barrada fait des ravages dans la presse espagnole. Après avoir disputé une bonne CAN avec les Lions de l’Atlas en Afrique du Sud, Abdelaziz Barrada est de retour au championnat espagnol au grand bonheur de son club, Getafe. Le médian marocain n’a pas tardé à prouver qu’il était un élément indispensable au sein du club madrilène. En effet, le Lion de l’Atlas a été l’un des grands artisans de la victoire face au Deportivo La Corogne samedi dernier pour le compte de la 22ème journée de la Liga (3-1), en étant passeur décisif sur les trois buts des siens. Un rendement remarquable qui lui a valu de très bonnes critiques dans les médias espagnols, en l’occurrence le journal Vavel qui n’a pas tarit d’éloges à l’égard du Marocain, estimant que ce dernier ne cessait d’évoluer d’année en année et que sa place de titulaire à Getafe est devenue indiscutable. « Barrada est un élément primordial et il nous a manqué pendant la CAN », a déclaré son coach, Luis García Plaza, lors de la conférence d’après-match. Âgé de 23 ans, le natif de Provins compte 3 buts et 6 passes décisives en 17 matchs de championnat cette saison.

Amical. WAC-Congo Brazzaville annulé. Prévu initialement hier, le match amical devant opposer le Wydad de Casablanca au Congo Brazzaville a été annulé. La nouvelle a été annoncée sur le site officiel du club mais sans donner plus de précisions. A en croire wydad.com, c’est le coach Baddou Zaki qui est derrière cette décision. Ce dernier n’aurait pas donné son accord pour cette rencontre puisqu’il ne pouvait pas bénéficier de ses deux joueurs congolais, en l’occurrence, Lys Mouithys et Fabrice Ondama qui ont été appelés à défendre leurs couleurs nationales. Selon wydadnews.com, le Congo affrontera le Difaa Hassani Jadidi lors de cette date FIFA.

International

Tunisie. Un chef de l’opposition assassiné à Tunis. Un chef de l’opposition tunisienne Chokri Belaïd a été tué par balles mercredi à Tunis, le premier assassinat du genre depuis la révolution qui a provoqué des manifestations de colère et des attaques contre des locaux du parti islamiste au pouvoir Ennahda. Le président Moncef Marzouki, qui était en visite en France, a annulé sa participation au sommet islamique du Caire pour rentrer d’urgence à Tunis, a annoncé la présidence en dénonçant un crime « odieux » visant « à mener le peuple tunisien à la violence », et en appelant « à la retenue ». Les proches de la victime ont accusé Ennahda d’être responsable du meurtre, alors que les violences politiques et sociales secouent le pays depuis la révolution de 2011 qui a chassé le président Zine El Abidine Ben Ali du pouvoir. Chokri Belaïd, 48 ans, critique acerbe du gouvernement, a été tué en sortant de chez lui le matin de trois balles tirées à bout portant par un homme portant un vêtement de type burnous, sorte de long manteau traditionnel en laine avec une capuche pointue, selon le Premier ministre Hamadi Jebali. Le ministre de l’Intérieur Ali Larayedh a indiqué, en citant le chauffeur de la victime, qu’un complice attendait l’assaillant pour prendre la fuite à moto.

Îles Salomon. Séisme, levée de la mise en garde contre un tsunami au Japon. L’agence japonaise de météo a levé ce mercredi soir une mise en garde contre un petit tsunami de 50 centimètres maximum sur les côtes est du Japon, avertissement qui avait été émis à la suite du violent séisme survenu plus tôt aux îles Salomon. Etaient concernées les côtes est allant de Hokkaido (nord) à l’île de Kyushu (sud) ainsi que l’ensemble du littoral d’Okinawa (sud), selon l’agence de météo japonaise qui demandait cependant toujours d’éviter d’approcher des côtes même après la levée de la mise en garde. Un violent tremblement de terre s’est produit à 01H12 GMT entre les îles Salomon et le Vanuatu, au nord-est de l’Australie, près des îles Santa Cruz frappées par une série de fortes secousses ces derniers jours, a indiqué le Centre américain de géophysique (USGS). Une alerte au tsunami avait été déclenchée par le Centre d’alerte aux tsunamis du Pacifique pour une grande partie des territoires situés entre la Papouasie-Nouvelle-Guinée et Hawaï, mais elle a été levée à 03H45 GMT. Au Japon, la mise en garde avait été lancée en début d’après-midi, vers 05H30 GMT, mais elle a été levée environ huit heures plus tard.

Astéroïde. Astéroïde 2012 DA14 va frôler la Terre le 15 février. Il mesure 50 mètres de large, soit la taille d’un terrain de football. Le 15 février prochain, un astéroïde va frôler la Terre. Baptisé Astéroïde 2012 DA14, cet objet passera à seulement 27 700 km de nous. Mais rassurez-vous : il ne devrait pas toucher la Terre. En revanche, il pourrait percuter sur sa route des satellites de navigation et de communication qui sont en orbite à 36 000 km de la Terre (par rapport à l’équateur). Ce n’est pas un record : de nombreux astéroïdes sont déjà passés plus près de la surface terrestre. 2011 MD est passé à 12 000 kilomètres seulement de la Terre en juin 2011 ; 2008 TS26 à 7 100 km, et 2011 CQ1 a seulement 5500 kilomètres. Mais tous ces astres n’étaient que de gros cailloux, ne mesurant que quelques mètres. L’astéroïde qui va nous frôler le 15 février dénote par sa taille : « Depuis que nous avons commence la surveillance régulière du ciel dans les années 1990, nous n’avons jamais vu un objet si gros passer si près », a déclaré Don Yeomans, le directeur du programme de suivi des astéroïdes.

Australie. Victoire de Google sur la publicité en Australie. Google a remporté, ce mercredi 6 février, en Australie une importante victoire devant les tribunaux. La décision de la Haute Cour locale a ainsi renforcé les fournisseurs d’accès Internet et moteurs de recherche, qui affirment n’être que des convoyeurs d’une information fournie par d’autres, et non pas des éditeurs. La Haute Cour australienne a en effet jugé que Google n’était pas responsable des messages envoyés par des annonceurs. Ce jugement clôt six années de conflit entre Google et la commission australienne de défense des consommateurs (ACCC) qui accusait le géant d’Internet de tromperie. L’ACCC fondait sa plainte sur des résultats de recherche de 2006 et de 2007 montrant qu’une recherche faite sur Honda Australie affichait une publicité pour CarSales, un concurrent de Honda. L’ACCC jugeait que la publicité laissait penser que CarSales était lié à Honda Motor. Google arguait qu’il n’était pas responsable des publicités, n’étant qu’un canal de diffusion pour l’annonceur. Les cinq juges de la Haute Cour ont rendu un verdict unanime, qui invalide celui de la Cour fédérale, lequel imposait à Google de mettre en place un programme de clarification. Les cinq magistrats ont estimé que Google n’avait pas créé les liens sponsorisés et n’était pas responsable de ces messages.

Nouvelles technologies

Réseaux sociaux. Twitter se lance dans la mesure d’audience TV avec Bluefin Labs. Twitter vient de racheter Bluefin Labs, spécialisée dans la mesure des commentaires des internautes sur les programmes TV. Le montant de la transaction n’a pas été précisé. Cette startup est née des recherches menées au MIT sur l’analyse sémantique des messages publiés sur les réseaux sociaux. Elle s’est spécialisée dans les commentaires des internautes sur Twitter, Facebook et autres réseaux sociaux concernant les programmes qu’ils regardent à la télévision et permet de déterminer s’ils sont favorables ou non. Lors de la finale du SuperBowl, elle signalait que 30,6 millions de messages avaient été diffusés sur Twitter et Facebook et que 3,9 millions concernaient les publicités diffusées pendant le match. « Définir l’avenir des usages sociaux de la télévision ». Pour le monde de la télévision, qu’il s’agisse des chaînes ou des annonceurs, ces informations valent de l’or. Pour Twitter aussi comme l’indique Ali Rowghani, directeur exécutif de Twitter. « Les capacités d’analyse des données et l’expertise de Bluefin en matière de télévision vont nous permettre de créer des produits et des publicités innovantes et de nouvelles expériences pour les consommateurs à l’intersection de Twitter et de la télévision. » La stratégie du service de microbloging va donc consister à se rapprocher des sociétés d’études mais aussi des chaînes de télévision, des publicitaires et des agences pour « les aider à définir l’avenir des usages sociaux de la télévision ».

Hacking. L’intranet de la banque centrale américaine hacké, probablement par les Anonymous. Voilà qui fait bien mauvais genre : un site web interne d’une banque centrale qui se fait pirater. C’est pourtant ce qui est arrivé il y a quelques jours au sein de la Réserve fédérale américaine, qui a reconnu les faits. « Nous sommes conscients que des informations ont été obtenues en exploitant une faille importante sur le site d’un fournisseur, a déclaré un porte-parole cité par Reuters, avant de minimiser l’affaire. L’exposition a été résolue peu après sa découverte et ne pose plus de problème. Cet incident n’a pas touché le cœur des opérations du système de la Réserve fédérale. ». La banque centrale n’indique pas quel site a été attaqué. Mais selon le Chicago Tribune, il s’agissait d’une base de données de contacts destinée aux banques, à utiliser en cas de catastrophe naturelle. Les informations volées contiendraient des données personnelles de type adresses électroniques, numéros de téléphone fixes et mobiles. La Réserve fédérale ne dit pas non plus qui est à l’origine de cette action. Mais il est plus que probable que ce soit les Anonymous, car ce groupe de hackers s’est vanté lundi sur Twitter d’avoir pénétré l’informatique de la Banque centrale et d’avoir volé les données de 4 000 cadres bancaires, pour ensuite les publier sur le web.

Marque. Apple va perdre son combat pour la marque iPhone au Brésil. La fin du mois de décembre dernier, le fabricant de Smartphones brésilien Gradiente faisait parler de lui en sortant son propre iPhone, sous Android. La société était dans son bon droit puisque cette marque lui avait été attribuée en 2008, après une procédure initiée en 2000. Soit avant qu’Apple ne la dépose sur le marché brésilien, en 2007. Aujourd’hui, le groupe américain serait sur le point de perdre, au Brésil, le droit d’utiliser la marque iPhone pour ses téléphones mobiles. Elle avait été déjà attribuée en 2008 au fabricant brésilien Gradiente, a indiqué une source proche de l’Institut de la Propriété Industrielle (INPI). « La requête d’Apple (d’obtenir l’enregistrement de la marque pour les téléphones mobiles) sera rejetée. L’appellation iPhone restera la propriété de Gradiente », a déclaré cette source, précisant que la décision a été prise mais n’a pas été publiée parce qu’elle n’est pas parvenue à temps au journal officiel. L’INPI annoncera mercredi prochain, le 13 février, sa décision concernant la requête d’Apple d’enregistrer la marque, a précisé un porte-parole de cet organisme.

Tablette. Automee S, un nettoyeur automatique de tablettes. Ce qui est formidable avec le Japon, c’est qu’ils sortent des gadgets et des inventions qui paraissent totalement farfelus mais qui ont pourtant de l’utilité. L’Automee S fait partie de cette catégorie. Objet fou par excellence, il a pour mission de nettoyer votre tablette. Pas besoin de frotter comme un fou pour obtenir un résultat propre. L’Automee S est entièrement automatisé. En 4 minutes, il nettoiera votre écran pour que celui-ci soit comme neuf. À noter que les Smartphones peuvent également profiter d’un petit nettoyage, l’objet ne faisant aucune discrimination entre les terminaux. De plus, la machine est intelligente. Des capteurs empêchent l’Automee S de tomber du terminal, ce qui en fait un objet autonome que vous n’avez pas besoin de surveiller. Conçu par Takara Tomy, le nettoyeur ne pèse que 82 grammes et dispose de deux piles AA qui assurent 3 heures de nettoyage.

 

 

________________________actu-maroc.com

Commentaires