Flash-news : Trente en un du « 7 février 2014

Flash-news : Trente en un du « 7 février 2014

414
0
PARTAGER

Arrivée de M. Benkirane à Sotchi pour représenter SM le Roi à la cérémonie inaugurale des jeux olympiques d’hiver. Le Chef du gouvernement, M. Abdelilah Benkirane est arrivé, jeudi à Sotchi en Russie, où il va représenter SM le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, à la cérémonie inaugurale des jeux olympiques d’hiver, prévue du 7 au 23 février. A son arrivée à l’aéroport international de Sotchi, le chef du gouvernement a été accueilli par de hauts responsables au ministère russe des Affaires étrangères, de représentants des autorités locales et de l’ambassadeur du Maroc en Russie, M. Abdelkader Lachheb. M. Benkirane, dont la participation intervient en réponse à l’invitation adressée par le Président russe, M. Vladimir Poutine à SM le Roi pour honorer cette édition des jeux olympiques, sera accompagné lors de cette cérémonie inaugurale notamment par le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Ouzzine. Les jeux olympiques d’hiver de Sotchi, située sur la côte de la Mer Morte, sont marqués par une participation record avec plus de 6.000 sportifs de 80 pays en compétition pour 98 médailles d’or. MAP

757 fonctionnaires visés par une procédure d’abandon de poste. La procédure est encore en cours pour les autres a indiqué le ministre délégué chargé de la Fonction publique et de la modernisation de l’administration, Mohamed Moubdi. Le ministre a souligné, dans une interview accordée au journal « Akhbar Al Yaoum » publiée mercredi, qu’en dépit des efforts consentis, le phénomène « complexe et compliqué » de l’absence injustifiée continue d’affecter la fonction publique à des degrés différents et pour de multiples causes. Pour lutter contre ce fléau, a rappelé M. Moubdi, le gouvernement a adopté en 2012 une approche plus ferme et efficace, en mettant en oeuvre une batterie de mesures préventives permanentes, à travers notamment le contrôle quotidien de la présence effective des fonctionnaires dans les lieux de travail, et l’’implication de tous les responsables à ce processus pendant les horaires officiels, outre la mise en application immédiate de la procédure de suspension du salaire et celle d’abandon de poste. Evoquant l’arsenal juridique destiné à lutter contre ce comportement, le ministre a mis l’accent notamment sur la circulaire du chef du gouvernement (décembre 2012) relative à l’absence injustifiée, qui invite les responsables à adhérer à la lutte contre le phénomène des fonctionnaires fantômes, en prenant toutes les dispositions nécessaires comme l’équipement de toutes les administrations en moyens modernes pour le contrôle de présence, particulièrement les dernières technologies disponibles. Menara

Benkirane se félicite du rapport du FMI sur le Maroc. Le Chef du Gouvernement, Abdelilah Benkirane, s’est félicité, mercredi 5 février lors d’une réunion du conseil du gouvernement, du dernier rapport du Fonds monétaire international (FMI) sur le Maroc. Rapport qui a salué « les mesures courageuses » qui ont été prises et exprimé l’optimisme quant à l’avenir économique du Royaume. M. Benkirane a souligné que ce rapport sur la situation économique dans le Royaume et ses perspectives émane d’une institution connue pour sa rigueur et ses remarques rarement élogieuses sur les politiques économiques des Etats, a rapporté le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, lors d’un point de presse à l’issue de ce Conseil. Dans ce cadre, le ministre a noté que M. Benkirane a regretté que ce rapport n’ait pas trouvé suffisamment d’écho dans les médias nationaux, bien qu’il est l’oeuvre d’une institution clé dans l’économie mondiale, d’autant plus qu’elle a reconfirmé l’éligibilité du Maroc à la Ligne de précaution et de liquidité (LPL) pour un montant de 6,2 milliards de dollars, ce qui renforce la confiance des divers partenaires économiques du Royaume en l’économie nationale. Le Chef du gouvernement a également salué le dernier rapport de l’agence internationale de notation Fitch Ratings qui a placé l’économie nationale parmi les économies stables.  Aujourd’hui

Economie

Le tabac et l’alcool rapportent 80 milliards de DH à l’Etat. La réunion des directeurs généraux des administrations des douanes de la région MENA, organisée à Marrakech, en fin de semaine, a révélé des chiffres sur les « bienfaits » de l’alcool et du tabac sur l’économie marocaine. A lire certains titres de presse, à paraître ce jeudi 6 février, ces deux produits ont rapporté pas moins de 80 milliards de DH à l’Etat en 2012. Ce chiffre a été dévoilé, selon Al Ahdath Al Maghribiya et Al Khabar, par Zouhair Chorfi, directeur de l’Administration des douanes et des impôts indirects (ADII), dans le cadre de cet événement. Ce dernier s’est attardé sur les expériences et les succès accumulés par l’administration des douanes marocaine, qui lui a permis de « consolider la production nationale, de stimuler l’investissement à travers la lutte contre la contrebande et la fraude et de protéger l’économie nationale ». Pour rappel, les alcools et spiritueux ont subi à partir de janvier 2014 une augmentation substantielle des prix allant de 500 à 700 dirhams pour chaque hectolitre. La nomenclature adoptée au niveau du ministère des Finances ne fait pas de distinction entre les alcools forts d’un côté, la bière et le vin de l’autre. Fin 2013, des sources médiatiques avaient fait état d’une augmentation des prix de 1 à 2 DH pour la bière pour atteindre les 10 DH pour certains liqueurs et alcools haut de gamme, soit une hausse de 3 à 10%. Tout porte à croire que cette augmentation des prix de l’alccol ne va pas influer sur le niveau de consommation de ces produits.  Le 360

QNB s’apprête à acheter une banque marocaine. La Qatar National Bank (QNB) s’est faite objectif de dominer le marché du prêt bancaire en Afrique à l’horizon 2017, à partir du tremplin marocain. Selon Ramzi Mari, directeur en chef de la division finance de la QNB, la stratégie d’extension sur le marché africain, se lancera à partir du Maroc. Il a déclaré à l’agence britannique Reuters, que la QNB évalue sérieusement une possibilité d’achat d’une des banques marocaines, cette cible pour acquisition, n’a pas été explicitement nommée par le responsable de la QNB, qui donnait à ce sujet, interview dans son bureau à Doha. Sauf que suivant les indices en développement sur le marché, il est fort probable qu’il s’agisse d’Attjariwafa Bank. En effet, la semaine dernière, titrait en une, le journal marocain Le matin, que la holding royale, SNI, s’apprêtait à céder ses participations dans le capital d’Attijarwa Bank. En juin 2013, une alliance entre la QNB et la banque marocaine et panafricaine Attijariwafa Bank avait été scellée à Doha. Le protocole d’entente stratégique signé entre les deux groupes bancaires, visait à favoriser les flux d’investissement entre le Maroc et le Qatar, ainsi que vers les géographies de présence des deux groupes bancaires.  Le Mag

Croissance de 39 pc de l’activité globale du port Tanger Med en 2013. L’activité globale du port Tanger Med a enregistré, en 2013, une croissance de 39 pc par rapport à l’année 2012, grâce à la progression réalisée dans l’ensemble des activités du port. Le volume de marchandises traitées a atteint les 34,9 millions de tonnes. Selon un communiqué de l’Autorité portuaire de Tanger Med (TMPA), le trafic conteneurs a connu une hausse de 40 pc en conteneurs EVP (Equivalent vingt pieds) et de 61 pc en tonnage par rapport à l’année 2012, dépassant pour la première fois la barre des 2,5 millions d’EVP et de 26,15 millions de tonnes. Concernant le trafic véhicules, TMPA note que l’activité véhicules neufs s’est confortée au port, précisant que le trafic au terminal Renault a enregistré une croissance de 81 pc par rapport à l’année 2012. Au total, 181.500 véhicules ont été manutentionnés au port Tanger Med, dont 93.700 véhicules à l’export provenant de l’usine Renault Melloussa et 35.000 véhicules en transbordement. Pour ce qui est du trafic hydrocarbures, l’activité soutage des navires à partir de Tanger Med a enregistré une forte croissance. A sa deuxième année d’exploitation, l’activité hydrocarbures a connu un trafic de 4,1 millions de tonnes, dont 2,05 millions de tonnes de produits de soutage. Le trafic international routier (TIR) a connu, pour sa part, une croissance de 11 pc par rapport à l’année 2012 avec 198 mille unités TIR, ainsi qu’une légère augmentation du trafic passagers et véhicules légers avec 2,15 millions de passagers et 700 mille véhicules, soit une croissance respective de 2 pc et de 3 pc.  Menara

Le Maroc au Salon “Fruit logistica 2014 de Berlin. La participation du Maroc au Salon “Fruit logistica 2014″ de Berlin, vise à relancer les clients traditionnels et à prospecter de nouveaux marchés, a indiqué, mercredi, le ministre délégué auprès du ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie Numérique, chargé du Commerce Extérieur, Mohamed Abbou. Dans une déclaration à la MAP peu après l’ouverture du pavillon marocain à ce Salon, M. Abbou a souligné que le Royaume a renforcé sa présence par la participation de professionnels, d’associations et de plusieurs institutions. Cette participation, at-il dit, traduit la place de choix qu’occupe le Maroc dans le marché européen qui accueille 70pc des exportations marocaines en fruits et légumes. La participation marocaine à cette édition, qui se poursuit jusqu’au 7 février, vise à permettre aux groupes exportateurs de renouer avec les clients traditionnels de l’Union européenne, à communiquer sur les points forts de la production agricole marocaine et à augmenter les parts de marché et diversifier les débouchés, notamment pour les produits à forte valeur ajoutée, tout en s’informant sur les dernières tendances du marché international, a-t-il expliqué. Selon le ministre, la présence du ministère et de Maroc Export permet de prendre connaissance des défis auxquels fait face le secteur, ajoutant que la diversification des marchés est une nécessité.  Maghrebemergent

4ème trimestre 2013, les patrons plus optimistes! D’après une note de l’Observatoire de l’Entreprenariat, 2013 s’est terminée sur une note positive pour les entrepreneurs marocains. En effet, au cours du 4ème trimestre 2013, la confiance des dirigeants des 500 plus grandes entreprises marocaines a poursuivi son redressement pour s’établir au-dessus de la barre des 50/100. L’indice est ainsi ressorti à 55,6/100, en hausse de 4,4 points par rapport à l’observation précédente. Cette évolution est due à la reprise progressive de la zone euro et l’amélioration des recettes des investissements directs étrangers, mais aussi à la bonne tenue de la demande intérieure et à une campagne agricole 2012/2013 particulièrement aboutie, chose qui a rassuré davantage les milieux d’affaires sur l’orientation favorable de l’économie nationale. Quoique toujours à un niveau insuffisant, notamment au vu de l’aggravation du déficit budgétaire, l’appréciation du paysage économique actuel ressort aussi en hausse de 5,5 points par rapport à la précédente observation. Cependant, les dirigeants marocains sont optimistes pour le prochain semestre grâce aux anticipations de croissance pour 2013 (prévu entre 4,5% et 5% selon la Banque Centrale, 5,1% selon le FMI et 4,8% selon le HCP), et la décantation de la situation politique avec la mise en place d’une nouvelle équipe gouvernementale.   lnt

Commerce électronique. 2014, année du grand tournant pour la monétique et l’e-commerce. Que ce soit pour la monétique ou l’e-commerce, 2014 est incontestablement l’année de tous les changements. Si jusqu’en 2013, Maroc Télécommerce (MTC) était la seule plateforme e-commerce disponible sur le marché aux côtés d’Ogone qui traite avec tous les établissements de la chaîne Accor dans le Royaume, le 9 janvier a marqué l’arrivée de son premier concurrent : Vantage Payment Systems (VPS). Et ce n’est pas fini. Deux autres concurrents sont en pleine préparation pour pénétrer le marché : Fast Payment et M2T. Côté monétique, une petite révolution se prépare aussi. Le Centre Monétique Interbancaire (CMI) aura bientôt sont premier, et non dernier, concurrent. Il s’agit de M2M SPS (Secure Payment Services). Lequel a déjà l’agrément d’acquéreur monétique octroyé par Bank Al-Maghrib (BAM) depuis juin 2012. M2M SPS n’est autre que la filiale de l’éditeur mondial des applications monétiques M2M coté à la bourse de Casablanca. M2M SPS, qui a donc le même statut que le CMI, va pouvoir traiter des transactions de paiement, mais aussi émettre des moyens de paiement une fois qu’il aura bouclé toute la procédure pour être opérationnelle. Au milieu de toutes ces ouvertures, le projet de nouvelle loi bancaire, toujours dans le circuit législatif, prévoit le statut d’opérateur de paiement. Celui-ci suppose un agrément spécial, avec un cahier des charges dédié. Une fois que ce projet de texte sera adopté (BAM prévoit son adoption au plus tard au second semestre 2014), le champ des acquéreurs monétiques se verra aussi ouvert à la concurrence. Le potentiel est donc bien réel, une ouverture sur deux fronts au moins. Un opérateur monétique comme le CMI est un acquéreur de commerçants, il est aussi émetteur de cartes bancaires.   Le Matin

Social

39 MDH pour chauffer les écoles. Le ministère de l’éducation nationale vient de dévoiler le budget alloué à l’acquisition des équipements de chauffage des établissements scolaires situés dans les zones à basses températures. Pour l’année 2014, le budget est chiffré à 39 millions DH. Interrogé par le groupe du Parti authenticité et modernité (PAM) sur «l’utilisation du charbon pour le chauffage dans les établissements scolaires dans les régions montagneuses» à la Chambre des conseillers, le ministre Rachid Belmokhtar a relevé que ce budget a été de l’ordre de 24 MDH en 2013. Le chauffage des établissements scolaires a nécessité près de 4.850 tonnes de charbon et 934 tonnes de bois durant l’année scolaire 2013 – 2014. Le ministre a reconnu que l’utilisation de ces combustibles peut provoquer des cas d’asphyxie et des évanouissements. D’où l’intérêt d’utiliser des moyens plus écologiques et plus économiques. En 2010, il a été procédé à l’expérimentation du système de chauffage appelé «le puits canadien» à l’école communale relevant de la commune Tamchacht (province d’El Hajeb). Un projet qui a donné des résultats très satisfaisants, a rappelé le ministre, soulignant que le ministère œuvre pour généraliser cette expérience au niveau de tous les établissements d’enseignement situés dans les zones à basses températures dans le cadre du programme stratégique du ministère 2013-2016.  Aujourd’hui

Hausse du sentiment d’insécurité. Alors que les citoyens s’inquiètent de l’augmentation des agressions, le ministère de l’intérieur rassure. Le niveau de criminalité n’inspire «aucune inquiétude». C’est en substance le message que le ministre de l’intérieur, Mohamed Hassad, a fait passé mardi à Rabat lors de la présentation des chiffres sur la criminalité. En réponse à une question orale à la Chambre des Représentants sur «l’augmentation inquiétante des agressions contre les citoyens», le ministre de l’intérieur a indiqué que le nombre des agressions contre les personnes a accusé une baisse de 2% en 2013. Il en va de même pour les vols avec violences qui ont régressé de 1,3% et les vols de 2%. A ce sujet, le ministre a souligné que les vols avec violence ont reculé de 15% à Casablanca, 14% à Marrakech, 13% à Fès et 16% à Tanger. En revanche, la ville de Rabat a connu une augmentation de 18%. Quant aux homicides volontaires, M. Hassad a indiqué que «600 personnes ont été assassinées en 2013, soit une baisse de 2%». Il ressort des statistiques du ministère de l’intérieur que les villes de Casablanca et Fès sont les plus dangereuses. A Casablanca, 72 personnes ont été tuées avec préméditation en 2013, contre 8 à Marrakech, 37 à Fès et 22 à Tanger. Le ministre a fait remarquer que les psychotropes, introduits illégalement d’Algérie, constituent l’une des principales causes de la criminalité au Maroc. Notons à ce sujet que les autorités ont saisi en 2013 quelque 450.000 comprimés psychotropes. Selon lui, le niveau de criminalité n’inspire «aucune inquiétude». Rappelons qu’en novembre 2013, le ministre de l’intérieur avait dévoilé les statistiques de la criminalité au 1er semestre. Durant les six premiers mois de l’année écoulée, le nombre d’homicides volontaires avait baissé de 3%.  Aujourd’hui

Un enseignant accusé d’harcèlement sexuel par des écolières. Au Maroc, un enseignant a été suspendu de ses fonctions suite à plusieurs plaintes déposées par des parents d’élèves pour harcèlement sexuel sur des élèves du primaire. L’affaire, qui a été révélée la semaine dernière, fait grand bruit. Un enseignant de l’établissement primaire Zerktouni, à Casablanca, capitale économique du Maroc, a été suspendu de ses fonctions par la délégation de Sidi Bernoussi. Ce dernier, âgé de 53 ans, marié, est accusé d’harcèlement sexuel sur des élèves du primaire. Plusieurs parents ont déposé plainte. Rien qu’en trois jours, plus de 25 plaintes ont été déposées auprès du tribunal de première instance de Casablanca. L’enseignant n’en était visiblement pas à son premier coup d’essai, puisque plusieurs fillettes ont témoigné des sévices subis. L’instituteur aurait tenté d’abuser d’elles dès que l’occasion se présentait. D’après Abdellatif Chaouki, responsable de la délégation de Sidi Bernoussi, « cette affaire est dramatique et le coupable a été démis momentanément de ses fonctions, le temps que l’enquête soit terminée ». Dans le reportage vidéo ci-dessous de la chaîne 2M (version arabe), les victimes présumées affirment, entre autres : « il a ouvert mon blouson et s’est mis à me toucher », « il m’a convoqué à son bureau et a essayé de me faire de mauvaises choses », « il a essayé de me toucher et je l’ai repoussé »…  Afrik.com

Etudier à l’étranger: Les rêves de 50% des lycéens marocains. Les jeunes bacheliers marocains rêvent toujours de poursuivre leurs études à l’étranger. Une récente enquête menée par l’Etudiant Marocain en révèle certains aspects intéressants.
«Pas moins de 50% des jeunes souhaitent aller étudier à l’étranger tandis que l’autre moitié n’a aucune intention d’étudier ailleurs qu’au Maroc». Quitter le cocon familial et voler de ses propres ailes fascinent toujours, mais les conditions de vie de plus en plus dures poussent les jeunes à réfléchir. C’est le cas de Aida, jeune bachelière qui a bien tenté l’aventure pour aller entamer ses études préparatoires dans une école d’ingénieurs en France. Face à la réalité, elle opta néanmoins à la fin du premier trimestre de retourner au Maroc et opérer un virage à droite pour embrasser des études plus adaptées à ses attentes. «Je préfère le Maroc car vivre à l’étranger s’avère très dur. Je vivais en banlieue et j’avais peur de sortir le soir, même pour faire une simple course». Le cas de Aida n’est pas isolé et les Marocains commencent à réfléchir à deux fois avant de tenter l’aventure d’outre-mer…Les plus téméraires et avides de découverte tiendront le coup tant bien que mal et feront leur chemin aussi ardu soit-il. Selon la même enquête, «la destination la plus prisée est la France avec +36%. Viennent ensuite le Canada et les USA, respectivement avec +16 et +14%. L’Allemagne attire 7% des lycéens sondés, la Belgique +5% et les pays asiatiques +3%».   Aujourd’hui

Club des magistrats vs Mustapha Ramid : Un énième épisode du bras de fer. Le ministre de la Justice et des libertés Mustapha Ramid et le Club des magistrats du Maroc ne cessent de s’accuser mutuellement sur le dossier de la réforme de la justice. Le projet de loi organique relative à l’Autorité judiciaire et au statut des magistrats, de même que l’amélioration des salaires des magistrats constituent les principaux points du conflit qui oppose les deux parties. Après le boycott des débats relatifs à l’élaboration de la Charte de la réforme de la justice, le Club des magistrats est de nouveau monté au créneau pour dénoncer des projets de loi organique contenus dans ce texte. Dans la suite logique de ses actions de protestation, le Club des magistrats a annoncé la semaine dernière son intention d’organiser un sit-in, ce samedi, devant le ministère de la Justice. Un mouvement qui sera suivi d’une grève générale….Une grogne qui n’est pas du goût du ministre de la tutelle, Mustapha Ramied, qui a convoqué mercredi, un point de presse, pour tirer à boulets rouges sur le Club des magistrats. “La manifestation de magistrats, vêtus de leur robe de fonction, que compte organiser samedi prochain à Rabat, le Club des magistrats, n’est pas légalement tolérable. Nous refusons ce genre de protestation de juges en tenue de magistrat”, a-t-il déclaré lors de ce point de presse. Il a fait savoir, lors de la rencontre dont l’objectif est d’“éclairer l’opinion sur certaines positions du Club des magistrats”, que “le droit de manifestation pour les magistrats est conditionné par l’obligation de réserve et d’éthique, car le magistrat n’est pas un citoyen ordinaire”. Mustapha Ramid a de même accusé le Club des magistrats d’“escalade à l’approche des électorales professionnelles devant se tenir à l’occasion de la mise en place de l’Autorité judiciaire”.   Aufaitmaroc

Un hélicoptère sanitaire sauve des vies à Marrakech. Plus de 54 interventions ont été effectuées à l’aide d’un héli-SAMU (Service d’aide médicale d’urgence) mis en place dans le cadre du Plan national des urgences médicales du ministère de la santé. Ces interventions s’effectuent souvent dans des zones fortement enclavées, avec des difficultés d’accès par voie terrestre, surtout après d’importantes chutes de neige. La toute dernière intervention date du mercredi dernier. Il s’agissait de deux femmes sur le point d’accoucher. L’une d’elle est originaire de la province d’Azilal et souffrait d’hypertension mais a pu être sauvée grâce à l’intervention “rapide et réussie” de l’hélicoptère du Service d’aide médicale d’urgence de Marrakech. Par ailleurs, le ministère de la Santé a fait savoir qu’une autre jeune femme âgée de 19 ans qui était également sur le point d’accoucher, a été transportée par le même hélicoptère, dimanche dernier, de la commune Tlat N’Yakoub (Province d’Al Haouz) vers le CHU Mohammed VI à Marrakech où elle a subi une césarienne.   Le Mag

Art & Culture

« Divan Marocain », second roman de Driss C. Jaydane dans les librairies. L’écrivain marocain Driss C. Jaydane vient de publier, aux Editions Le Fennec, son deuxième roman intitulé « Divan Marocain ». « C’est l’histoire d’une possession. L’histoire d’un homme qui voit le réel lui glisser entre les doigts et qui ne fait plus rien pour le rattraper. Ce réel à la pointe de l’Afrique, à la fois violent et tendre, cupide et généreux, pervers et profondément humain, allergique au rationnel », lit-on dans la préface. Située dans 124 pages, l’histoire est narrée en utilisant la première personne du singulier, ce qui lui confère une forte charge émotionnelle et une certaine intimité confessionnelle. « Si vous le désirez, je peux vous raconter mon rêve. Je ne sais pas exactement où il se déroule. Mais j’entends comme un bruit de tonnerre. Comme des coups de canon tirés par des soldats qui n’apparaîtraient jamais. Peut-être se cachent-ils derrière des tentures. J’entends aussi les hurlements de femmes jeunes. Les fils et les filles de ces femmes sont jetés depuis de hautes murailles dans un feu qui brûle sans jamais se consumer. Je respire l’insupportable odeur de la chair carbonisée à laquelle se mélange le parfum frais et enivrant de la menthe sauvage. Cela m’écœure. Mais cela provoque aussi chez moi comme une sorte de joie ».  MAP

La 1ère édition du festival +Mawlidiyat Al-Boughaz+, du 20 au 22 février. La première édition du Festival international de Madih et Samaâ de Tanger +Mawlidiyat Al-Boughaz+ se tiendra du 20 au 22 février, avec au programme de grands noms de la musique spirituelle à l’échelle nationale et internationale. Ce festival, organisé par la Fondation Mawlidiyat Al-Boughaz, s’inscrit en continuité du festival arabe du Madih et Samaâ +Mawlidiyat Tanja+, dont la dernière édition s’est déroulée en 2012. Intervenant lors d’une conférence de presse pour la présentation de cet événement, le président de la Fondation Mawlidiyat Al-Boughaz, Abdelhafid Chergui, a indiqué que cette manifestation culturelle vise à renouer avec le succès des anciennes Mawlidiyat Tanja et pérenniser un rendez-vous culturel annuel de grande qualité, dédié aux amateurs du Madih et du Samaâ. A cet effet, la Fondation Mawlidiyat Al-Boughaz a été créée l’année dernière et a pris le temps nécessaire pour préparer un évènement de taille, revêtant un caractère international tout en continuant à mettre la lumière sur les artistes et talents marocains et de la ville du Détroit en particulier, a-t-il affirmé. De son côté, le directeur artistique du festival, l’artiste et musicologue Abdeslam Khalloufi, a noté que cet évènement ambitionne de se forger une place de choix parmi les festivals artistiques qui animent la ville de Tanger, et de contribuer à la dynamique culturelle nécessaire pour accompagner le développement économique de la ville.  MAP

Passation des musées à la Fondation nationale des musées. Présidant la cérémonie de passation, le ministre de la Culture, Mohamed Amine Sbihi et le président de la Fondation nationale des musées, Mehdi Qotbi ont souligné l’importance de cette initiative qui vise à donner une nouvelle impulsion aux infrastructures d’accueil et d’exposition des œuvres des musées et à renforcer la démocratisation de la culture muséale au Maroc. Les deux responsables ont assuré qu’à travers ce transfert, les musées nationaux franchissent une nouvelle étape marquée par un mode de gestion et de management en harmonie avec les Hautes orientations de SM le Roi Mohammed VI pour la mise en place d’une politique et une approche innovantes en matière de gouvernance muséale, avec des moyens conséquents. A ce propos, M. Sbihi a indiqué que le Maroc dispose de 31 musées dont les 14 structures relevant du ministère avant leur passation à la Fondation, précisant que dans l’absence d’un texte législatif encadrant la création des musées et leur classement, il est impératif de mettre en place des politiques publiques et des stratégies efficientes pour protéger le patrimoine national culturel et civilisationnel matériel, immatériel et naturel. Ces politiques publiques, a-t-il ajouté, doivent s’inscrire dans une approche globale qui prend en compte tous les aspects du patrimoine culturel et de son environnement socio-économique, insistant sur l’importance que les citoyens puissent s’approprier de leur patrimoine culturel.  Menara

Maroc Electrik en tournée nationale : La nouvelle scène musicale livrée à elle-même. Depuis le 30 janvier, les 24 groupes de la tournée Maroc Electrik parcourent 11 villes du pays pour nous faire découvrir les musiques actuelles. Cette tournée représente l’objectif final de deux ans de travail pour ces jeunes. Sur candidature spontanée, les groupes choisis ont pu participer à une formation de professionnalisation, à travers des ateliers organisés par l’EAC-l’Boulevard, les Instituts français et Metis Records, et encadrés par des professionnels de la musique. Maroc Electrik, un des rares événements promouvant la jeune scène marocaine, dans un pays où l’attention prodiguée à la culture est limitée. Made in Bled existe depuis 2006. Pourtant, ce groupe a encore du mal à trouver sa place sur la scène publique. En Septembre 2013, Made In Bled décroche le premier prix du “tremplin l’Boulevard” dans la catégorie “fusion”, et est l’un des premiers groupes sélectionnés pour la tournée Maroc Electrik. A travers des textes engagés, Salim Salah, le chanteur, évoque des sujets d’actualité tels que le mariage des jeunes, l’état des hôpitaux… “On peut décrire notre musique comme un amalgame de couleurs musicales sur un thème de reggae. On essaie de faire passer une morale, tout en sortant du lot”, explique-t-il. Difficile aujourd’hui de se faire une place dans le groupe très fermé des stars de la musique. Pour Aomar Ajbour, créateur du groupe Silver Kasbah (fusion), la nouvelle scène est en pleine effervescence. “De nouveaux talents émergent, surtout à Tiznit, connue pour ses artistes. Seulement, on ne fait pas grand-chose pour aider les jeunes”, déplore le chanteur.  lnt

Sport

4 athlètes marocains aux JO de Sotchi. Dans 2 jours va débuter la plus grosse compétition de sport d’hiver au monde, les Jeux Olympiques. Quatre ans après les Jeux de Vancouver, les athlètes du monde entier ont continué à s’entrainer pour être prêts pour les Jeux de cette année qui se dérouleront à Sotchi en Russie. Pour l’occasion, la délégation marocaine pourra compter sur 4 athlètes. Si les frères Adam et Sami Lamhamedi sont connus des marocains grâce aux médias, les 2 autres qui le sont un peu moins participeront également aux JO. Ils se nomment Samir Azzimani et Kenza Tazi. Avec un nombre de participants limités comme le leur, les marocains ne seront présents que dans 3 disciplines seulement : le ski de fond, le ski alpin et le slalom.  Afriquinfos

Luis Fernandez ne dit pas non à la sélection marocaine. L’ancien entraîneur est souvent cité pour prendre la tête de la sélection marocaine. Une expérience chez les Lions de L’Atlas l’intéresserait notamment pour la CAN 2015 qui constituerait un beau challenge pour son expérience professionnelle. Luis Fernandez ayant montré son intérêt pour devenir sélectionneur, il attend juste un contact de la Fédération marocaine pour confirmer son engagement, lui qui pourrait accepter une autre proposition si celui-ci ne se concrétise pas.  Afriquinfos

Raja-Diamonds Stars. 2M débourse 350 000 DH pour diffuser le match. Le public et les téléspectateurs marocains pourront de nouveau apprécier les matchs de Ligue des champions sur leurs écrans, avec la diffusion en direct sur la deuxième chaîne marocaine (2M) du match mettant aux prises le Raja de Casablanca et les Diamond Stars de Sierra Leone, vendredi à 19 h. Cette rencontre, comptant pour le tour préliminaire de la compétition, aura coûté à la chaîne marocaine la bagatelle de 350 000 DH. Les fans de l’AS FAR pourront également suivre la rencontre entre les Militaires et l’AS Bamako malien sur la chaîne Arriadia, samedi à 15 h. Quant au match opposant le DHJ à l’AS Sonabel burkinabé, la présidence du Difaâ d’El-Jadida a confié au «Matin» qu’elle était toujours en négociation avec la chaîne marocaine spécialisée en sport. Les clubs engagés en ligue des champions sont habilités à vendre les droits TV de leurs matchs pendant les trois premiers tours (soit le préliminaire, les 32es de finale et les 16es de finale). Une fois les huitièmes de finale atteints (la phase de groupe), le géant qatari «BeIN Sports» fait valoir l’exclusivité dont il dispose. La dernière apparition du Raja dans le cadre de la Ligue des champions africaine remonte à la saison 2012, lorsque le Raja recevait le Chelsea Berekum au complexe Mohammed V (32e de finale, 5-0 en aller pour les Ghanéens, 3-0 en retour pour le Raja). Une rencontre qui avait été retransmise par Al Oula.  Le Matin

L’entraîneur de Diamond Stars n’a pas peur du Raja ! Avant de prendre la direction du Maroc, l’entraîneur du FC Diamond Stars, futur adversaire du Raja de Casablanca en tour préliminaire de la Ligue des Champions d’Afrique, a confié à la presse sierra-léonaise que son équipe n’a pas peur du Raja et qu’ils feront tout pour inquiéter l’équipe marocaine. Derrick Boison a déclaré que ses poulains sont capables d’arracher un bon résultat au Maroc, vu que le niveau qu’ils ont démontré lors des matchs amicaux. De surcroît, le coach sierra-léonais a estimé que les entraînements durs qu’ont subi ses protégés sont suffisants pour défier le vice-champion du monde des clubs.   Mountakhab

Naples veut récupérer El Kaddouri. Le milieu de terrain marocain de Torino, Omar El Kaddouri pourrait faire son retour à Naples lors du prochain mercato estival. Selon le site italien « calciomercato », les dirigeants Napolitains et le coach Rafael Benitez souhaiteraient récupérer le Lion de l’Atlas, auteur de belles prestations avec le Grenats depuis le début de saison malgré quelques blessures. Il est à rappeler que le Bruxellois a rejoint en juillet dernier Torino sous forme de prêt avec option d’achat.   Sport-Maroc

El Kaoutari rend visite aux jeunes. Le défenseur marocain de Montpellier HSC Abdelhamid El Kaoutari et son coéquipier Laurent Pionnier ont visité hier le club de l’AS Baillargues (club communal faisant partie de l’agglomération de Montpellier). Kaoutari et Pionnier ont d’abord distribué des maillots de Montpellier aux petits de l’équipe des U8/U9, ensuite ils ont pris part à leur entraînement, et ont été surpris par le talent de ces enfants, « ils nous ont déstabilisés, ils nous ont épuisés », ont-t-il déclaré. A l’issue de la séance d’entraînement, les deux joueurs ont pris une photo collective avec les joueurs, incluant toutes les catégories du club, et signé des cartes individuelles pour chaque joueur. A la fin de cette visite, les deux Montpelliérains ont offert aux jeunes joueurs, des chasubles, des ballons, et le jeu de société MHSC, ainsi que deux billets à chaque enfant pour venir supporter le MHSC lors de son prochain match de Ligue 1 face à Évian Thonon Gaillard.   Mountakhab

International

Émirats arabes unis: une loi oblige les femmes à allaiter. Une clause dans la nouvelle loi sur les droits de l’enfant, votée il y a quelques semaines, fait beaucoup de bruit aux Emirats arabes unis. En effet, les femmes devront, selon la loi, obligatoirement allaiter leurs bébés jusqu’à leurs 2 ans. L’un des membres du Conseil fédéral national qui a adopté la clause, a expliqué au journal The National, quotidien émirati de langue anglaise, que c’était le «droit» de tous les enfants d’être allaités jusqu’à leurs 2 ans. Cette clause a soulevé de vives réactions, notamment au sein de l’association Out of the Blues, un groupe d’aide aux femmes qui souffrent de maladies post-natales implantée à Dubai. « Nous pensons que si encourager les femmes à allaiter est un but louable en soi, c’est en aidant celles qui le peuvent et qui le veulent, et non en punissant celles qui n’en sont pas capables, que nous tirerons tous des bénéfices pour l’amélioration de la société » écrit Out of the Blues, dans une tribune également publiée dans The National. La loi ne précise pas encore les peines encourues pour les mamans « rebelles », ni dans quelles circonstances les femmes seront dispensées d’allaiter (maladie, dépression, etc.) Par contre, la clause permet aux maris de porter plainte contre les épouses qui refuseraient d’allaiter. « Le danger est qu’avec la menace de punition, ces femmes souffrent d’un stress supplémentaire, en des périodes déjà difficiles, et encourent ainsi de sérieuses répercussions, voire un accroissement du risque de dépression post-partum « , ajoute l’association Out of the Blues.  h24info

Paris condamne le feu vert israélien à la construction de nouveaux logements à Al Qods-Est. La France a condamné jeudi la décision prise par les autorités israéliennes de délivrer des permis de construire pour plus de 550 logements dans des colonies israéliennes à Al Qods-Est. Dans une déclaration rendue publique par le porte-parole du Quai d’Orsay, Paris rappelle que « la colonisation est illégale au regard du droit international et nuit à la confiance nécessaire à la poursuite des négociations ». La France réitère, en outre, son appui aux négociations de paix en cours et appelle à « s’abstenir de tout geste constituant un obstacle à une paix juste fondée sur la solution des deux Etats », a ajouté la même source. Les autorités israéliennes ont approuvé, mercredi, des plans pour la construction de 558 nouveaux logements à Al Qods-Est.  MAP

Les deux Corées enfin d’accord pour réunir des familles séparées par la guerre. Les deux Corées sont parvenues, mercredi, à un accord visant l’organisation, avant la fin du mois, d’une réunion des familles séparées par la guerre, une première depuis plus de trois ans. L’accord a été annoncé après la rencontre de responsables des deux côtés dans le village frontalier de Panmunjom, où fut signé en 1953 l’armistice mettant fin aux hostilités. Cette réunion aura lieu entre les 20 et 25 février dans la station du mont Kumgang, en territoire nord-coréen, où se sont déroulées les précédentes éditions, a annoncé le ministère sud-coréen de l’Unification.Tout accord entre les deux pays est généralement accueilli avec optimisme tant Pyongyang et Séoul peinent depuis plusieurs années à trouver le plus petit dénominateur commun pour coopérer et atténuer les tensions. Depuis 2000, quelque 17.000 Coréens, du Sud ou du Nord, ont pu serrer dans leurs bras un enfant, une soeur ou un père perdus de vue. Les réunions de famille ont été interrompues en 2010 après le bombardement par le Nord d’une île sud-coréenne près de leur frontière maritime dont Pyongyang conteste le tracé.  MAP

Sissi annonce qu’il est candidat à la présidentielle égyptienne. L’annonce est sans surprise et il est assuré de l’emporter, l’armée ayant demandé la semaine dernière au très populaire maréchal Sissi, 59 ans, de se présenter à la présidentielle. « Oui, la question a été tranchée. Je n’ai pas d’autre choix que de répondre à l’appel du peuple égyptien », déclare le maréchal Sissi dans une interview publiée par le quotidien koweïtien Al-Seyassah. M. Sissi affirme que « l’appel (du peuple) a été entendu partout et je ne le rejetterai pas. Je demanderai un renouvellement de la confiance du peuple à travers un scrutin libre », ajoute-t-il. Le gouvernement mis en place par M. Sissi réprime implacablement et dans le sang toute manifestation de l’opposition, islamiste ou non, depuis la destitution et l’arrestation le 3 juillet du président Morsi, premier président élu démocratiquement en Egypte. Le nouvel homme fort de l’Egypte répète depuis lors avoir destitué M. Morsi pour répondre aux demandes de millions de manifestants descendus dans la rue réclamer son départ l’accusant de vouloir islamiser à marche forcée la société égyptienne. Il a déclaré qu’il demanderait l’aide du peuple pour « guérir l’Egypte de sa maladie chronique, qui s’est aggravée au cours des dernières années », dans une allusion aux Frères musulmans. Mais il a insisté sur le fait qu’il ne donnerait pas de faux espoirs au peuple égyptien quant à une résolution rapide des problèmes. « Nous ne nous jouerons pas de leurs espoirs et nous ne leur dirons pas que nous avons une baguette magique ». Également ministre de la Défense et vice-Premier ministre, M. Sissi a cependant souligné que l’état de la sécurité en Egypte était en train de s’améliorer.  Menara

Nouvelles technologies

Le Maroc 4ème pays facebooker en Afrique. Selon le magazine, le continent africain compte 50 millions de facebookers avec en pôle position, des pays concentrant des portions majoritaires massives de ces 50 millions. Le Maroc est arrivé 4ème dans ce top 10, suivie immédiatement par l’Algérie et la Tunisie, respectivement, 5ème et 6ème. Le classement des 10 premières nations africaines sur Facebook s’est présenté comme suivant : 1- Egypte – 13 millions : L’Egypte est la reine africaine de Facebook avec une massive croissance des utilisateurs au cours des dernières années, cette croissance est expliquée en partie par les récents soulèvements populaires du printemps révolutionnaire, qui a submergé le pays. L’Egypte se classe 20ème dans le monde. Le nombre de ses facebookers est similaire à celui en Australie, Taiwan et au Japon. 2- Afrique du Sud – 9,4 millions: 2èms en Afrique, les sud-africains sont les africains les plus actifs sur les réseaux sociaux. Leurs nombres est comparable mondialement à l’Arabie saoudite, Roumanie et Equateur. L’Afrique du sud se classe 32ème dans le monde. 3- Nigeria – 5,3 millions : Le Nigeria est Comparable en nombre d’utilisateurs de facebook au Maroc et à la Belgique, il arrive 35ème plus grande nation Facebook dans le monde. L’age moyen du facebooker nigérian est compris entre 18 et 24 ans. 66 % sont des hommes et 34 % sont des femmes. 4- Maroc – 5,2 millions. Le Maroc est le pays qui connaît la croissance en NTIC la plus en vue du continent, indique IT News Africa, sur Facebook, le nombre d’utilisateurs marocain a crû d’un million en un peu moins d’un an. Le taux de pénétration du mobile au royaume avoisine les 100 % et la demande sur la bande passante ne cesse de croître.  Le Mag

Corée du Sud : La Xbox au secours des gardes-frontière. C’est un gadget parfaitement inoffensif qui détecte les mouvements pour jouer sur la console Xbox. Mais c’est aussi une arme utilisée par la Corée du Sud pour surveiller sa frontière avec le Nord, la dernière de la Guerre froide. Le logiciel Kinect de Microsoft, conçu à partir de technologies développées par la firme israélienne PrimeSense, a été détourné par un programmateur avisé pour renforcer l’étanchéité de la zone démilitarisée (DMZ). Cette bande de 248 kilomètres sépare en deux la péninsule coréenne depuis la fin de la guerre de Corée (1950-1953). Matérialisée par une zone tampon de 4 km de large entre les deux pays, qui n’ont toujours pas signé de traité de paix, la dernière frontière de la Guerre froide est, malgré son nom, l’une des plus sécurisée au monde. Truffée de mines, elle a pourtant permis la prolifération de la faune et de la flore et des espèces endémiques rares y vivent entre les épais murs de barbelés réputés infranchissables malgré le passage stupéfiant d’un réfugié nord-coréen en 2012. Le logiciel mis au point par Ko Jae-Kwan, patron de la société Saewan Co., a été acheté par l’armée justement parce qu’il permet de faire la différence entre les déplacements humains et animaux.  lnt

Un ingénieur d’Harvard veut créer un web parallèle en peer-to-peer. Plutôt que de stocker des sites web sur des serveurs web, pourquoi ne pas les héberger directement chez les utilisateurs ? C’est l’idée – assez brillante – de Jack Minardi, un ingénieur qui travaille dans un laboratoire d’Harvard et qui passe son temps libre à coder par ailleurs. Il a imaginé un navigateur d’un nouveau type baptisé SyncNet qui permettrait de créer un web parallèle en peer-to-peer. Ce qui aurait au moins deux avantages : éliminer les goulots d’étranglement en cas de charge importante, et empêcher la censure en débranchant les serveurs. Ce navigateur s’appuierait sur deux protocoles de communication plutôt récents : BitTorrent Sync et Colored Coins. Le premier permet de synchroniser des fichiers entre plusieurs utilisateurs, en mode peer-to-peer. L’astuce de Jack Minardi est alors d’appliquer cette méthode de synchronisation à des fichiers HTML. Le second protocole est un dérivé de bitcoin. Son but est de généraliser la monnaie virtuelle à tout type d’échanges : argent, mais aussi actions, immobiliers, etc. L’idée de Jack Minardi est d’utiliser cette technologie pour instaurer un nouveau système de résolution de sites (un nouveau DNS en quelque sorte). Pour l’instant, l’ingénieur n’a conçu qu’une version expérimentale du navigateur, dont le code est disponible sur GitHub. La résolution d’adresses n’a pas encore été implémentée, mais la synchronisation façon peer-to-peer fonctionne déjà. Avec certains problèmes, il est vrai. Ainsi, seuls des sites statiques peuvent être créés avec SyncNet. Par ailleurs, quand un internaute visite une page, il doit télécharger la totalité du site, ce qui peut être lourd. Mais Jack Minardi a déjà identifié quelques pistes pour y remédier.  01Net

 

le2minutes.com

 

________________________actu-maroc.com

Pour rejoindre la page facebook de votre journal actu-maroc.com, d’autres informations vous attendent, aimez la page en cliquant sur le lien ci-après: https://www.facebook.com/pages/Actu-Maroccom/107076616014235?ref=ts&fref=ts

 

 

Presse Actualité journal Maroc marocaine infos news Rabat Casablanca Marrakech Agadir Fés Tanger horaires de prière

faits divers politique économie accident cnops ministère ambassade cnss police douane trafic drogue prostitution pédophilie

Commentaires