Flash-news : Trente en un du « 10 mars 2014

Flash-news : Trente en un du « 10 mars 2014

196
0
PARTAGER

Torture Maroc: un plaignant demande une «enquête impartiale» à Hollande. Un boxeur qui a porté plainte en France contre un responsable marocain qu’il accuse de l’avoir torturé en 2010 réclame «une enquête approfondie, indépendante et impartiale» dans un courrier à François Hollande. Cette procédure et deux autres plaintes précédentes pour complicité de torture visant Abdellatif Hammouchi, patron du contre-espionnage marocain, sont à l’origine d’une rarissime querelle diplomatique entre les deux alliés. Le Maroc avait notamment exprimé son vif courroux après que des policiers se soient rendus à la résidence de son ambassadeur pour notifier à Abdellatif Hammouchi -en visite à Paris- une convocation d’un juge d’instruction. Dans sa longue lettre au président Hollande datée de vendredi, Zakaria Moumni, ancien champion de boxe thaïlandaise, qui détient la nationalité française, décrit les sévices dont il dit avoir été victime après son arrestation le 27 septembre 2010 à l’aéroport de Rabat. «Tout au long de ces quatre jours de tortures, ils n’ont cessé de me répéter: ‘Ici, c’est l’abattoir de Sa Majesté et, nous, on ne dépend ni du ministère de l’Intérieur, ni du ministère de la Justice. Nous, on travaille directement avec le roi. Et ça, c’est les ordres du roi’», écrit M. Moumni. «En réalité, le pouvoir marocain – le Palais royal pour être plus précis – m’a fait payer chèrement le fait d’avoir exprimé publiquement mes revendications et mes griefs à l’égard du Palais royal», poursuit le boxeur, qui explique qu’il réclamait en vain un poste au ministère de la Jeunesse et des Sports. Condamné à 30 mois de prison au terme d’un procès qualifié d’«inéquitable» par Human Rights Watch, il affirme avoir signé sous la torture les aveux selon lesquels il aurait soutiré à deux Marocains 1.200 euros contre la promesse de leur trouver du travail en Europe. Grâcié en février 2012, Zakaria Moumni, qui vit en France, explique à François Hollande que des responsables marocains lui «ont fait clairement comprendre que les individus responsables des tortures (…) ne peuvent être traduits en justice». Libération

Le Maroc se positionne en acteur majeur au sud du Sahara. Lors d’une tournée qui l’a mené au Mali, en Côte d’Ivoire, en Guinée et au Gabon, le souverain a su ménager ses hôtes, n’hésitant pas à faire de longues escales, passant en moyenne de 3 à 5 jours dans chaque pays. « C’est une tournée très importante, qui concrétise et consolide les liens extrêmement important entre le Maroc et ces pays », a déclaré à l’AFP le ministre le ministre marocain de l’Economie et des dinances, Mohamed Boussaid, qui accompagnait Mohammed VI parmi une importante délégation de conseillers royaux, ministres et hommes d’affaires. Au total, « nous allons probablement dépasser 90 accords économiques (conclus avec) les 4 pays, ce qui est énorme », a-t-il ajouté. Ces accords et conventions concernent des secteurs aussi variés que l’agriculture, le commerce, le tourisme, l’hydraulique, l’énergie ou les mines, dans des pays où les entreprises marocaines sont déjà bien implantées. « Il y a d’importants enjeux économiques: la croissance au Maroc est faible et il y a besoin de relancer les exportations », explique Pierre Vermeren, professeur d’histoire du Maghreb à Paris. Mais au-delà des opportunités d’affaires, le royaume chérifien entend aussi faire entendre sa voix sur les questions sécuritaires dans la région sahélienne, où l’Algérie joue un rôle majeur. « Le Mali est très loin du Maroc. Pour des raisons culturelles, géographiques, culturelles, le Mali ça concerne beaucoup plus l’Algérie que le Maroc. Mais le Maroc a réussi à se positionner même si l’Algérie tente souvent de l’exclure de cette région », commente Vermeren. h24info

Arrivée au Maroc du Premier ministre qatari pour une visite de travail dans le Royaume. Le Premier ministre et ministre de l’Intérieur qatari, Cheikh Abdallah Ben Nasser Ben Khalifa Al Thani, est arrivé dimanche au Maroc pour une visite de travail dans le Royaume. Cheikh Abdallah Ben Nasser Ben Khalifa Al Thani, qui est accompagné d’une importante délégation, a été accueilli à son arrivée à l’aéroport de Rabat-Salé, par le Chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane, des membres du gouvernement et d’autres personnalités. Dans le cadre de cette visite, le Premier ministre et ministre de l’Intérieur qatari doit s’entretenir avec M. Benkirane, alors que les autres ministres qataris auront des entretiens avec leurs homologues marocains, portant notamment sur les moyens de promouvoir et de consolider la coopération bilatérale.  MAP

Marrakech accueillera le Conseil des ministres arabes de l’Intérieur les 12 et 13 mars. La ville de Marrakech abritera, les 12 et 13 mars, la 31e session du Conseil des ministres arabes de l’Intérieur (CMAI). A l’ordre du jour de cette rencontre figurent l’examen des rapports relatifs à l’état d’avancement de la mise en place des stratégies arabes en matière de lutte contre le trafic de drogue et des stupéfiants, de lutte contre le terrorisme, de la sécurité routière, de la protection civile, ainsi que le 13e rapport annuel inhérent au suivi de la mise en œuvre de la convention arabe de lutte contre le terrorisme, indique un communiqué du secrétariat général du Conseil. Cette session sera consacrée également à l’examen du rapport du président d’honneur du Conseil des ministres arabes de l’intérieur, le Prince Mohammed Ben Nayef Ben Abdulaziz Al Saoud, ministre saoudien de l’intérieur et président du Conseil supérieur de l’Université arabe Nayef des sciences de sécurité, relatif aux travaux de cet établissement entre les 30 et 31e sessions, ainsi que le rapport du secrétaire général du Conseil sur les travaux du secrétariat général pour l’exercice 2013, ajoute la même source. La 31e session s’emploiera, par ailleurs, à l’examen des recommandations des congrès et réunions tenus au niveau du secrétariat général durant l’année précédente et des résultats des réunions mixtes avec la Ligue des Etats arabes, aux côtés d’autres sujets comme la création d’un «Bureau arabe de sécurité intellectuelle».  Maghrebemergent

Mohamed VI œuvre à rallier l’Afrique de l’Ouest au plan de  »large autonomie au Sahara Occidental ». C’est dans la capitale gabonaise, Libreville, que le souverain marocain Mohamed VI a clôturé, hier vendredi, la dernière étape d’une tournée africaine qui l’aura mené, depuis le 18 février dernier, au Mali, en Côte-d’Ivoire, en Guinée-Conakry et, enfin, au Gabon. La délégation économique marocaine, conduite par la patronne de la Confédération générale des entrepreneurs marocains (CGEM) Miriem Chaqroun Bensaleh, a ratissé large en Côte- d’Ivoire et au Gabon, deux pays où les entreprises marocaines ont décroché de juteux contrats. Lors de la visite du roi Mohammed VI à Libreville, 24 accords, dont des conventions gouvernementales mais aussi d’autres entre opérateurs privés des deux pays, ont été signées vendredi. La veille un accord de partenariat stratégique dans le domaine des engrais avait été également signé. La CIMAF (Ciment de l’Afrique), qui possède déjà deux usines en Côte- d’Ivoire et au Congo, a décroché un contrat de construction d’une usine près de Libreville (Gabon), avec la perspective de création de 1.000 emplois. Par l’offensive des milieux d’affaires et industriels marocains en Afrique de l’Ouest, le Maroc entend aussi créer une plus grande adhésion africaine à sa solution de  »large autonomie au Sahara Occidental » contre celle du Front Polisario, qui revendiquent un référendum d’autodétermination sous l’égide de l’ONU dans cette ancienne colonie espagnole. Fait significatif : on peut lire dans le communiqué conjoint publié hier à l’issue de la visite de Mohamed 6 à Libreville :  »Le président (Ali Bongo) Ondimba a tenu à renouveler l’appui ferme et constant du Gabon à la marocanité du Sahara ». Le texte précise même qu’un règlement pacifique dans ce territoire ne peut se faire que sur  »la base de l’initiative marocaine tendant à doter la région du Sahara d’une vaste autonomie ». Le Maroc est devenu le premier investisseur africain dans la zone de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) et la zone de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). Il veut établir de nouvelles relations économiques et commerciales avec ces deux ensembles à travers des accords de libre-échange, actuellement sur la table des discussions.  Maghrebemergent

Economie

Attijariwafa bank renforce son positionnement sur le marché ivoirien. Attijariwafa bank renforce sa vocation de groupe financier et accompagnateur des projets d’infrastructures en Afrique. Il vient de signer un mémorandum d’intention (26 février) avec le Port autonome d’Abidjan (PAA) afin d’engager des discussions sur la mise en place d’une collaboration active. L’objectif est qu’Attijariwafa bank apporte son expertise dans l’accompagnement, le conseil, la structuration économique et juridique des projets, l’arrangement des financements et l’assistance à la recherche de partenaires financiers et industriels. Et ce, dans la droite ligne des différents partenariats public-privé que pourrait établir le PAA. Notons que le Port autonome d’Abidjan a mis en place un programme jugé «ambitieux» et «volontariste» pour renforcer sa position sur la côte atlantique africaine. Concrètement, le programme d’investissement envisagé doit booster la capacité d’accueil des navires, moderniser les ouvrages portuaires et renforcer la performance de la plateforme portuaire d’Abidjan.<br />
Attijariwafa bank entend ainsi «marquer de manière plus forte son ancrage dans l’économie ivoirienne et sous-régionale», indique le groupe bancaire marocain. «Le rachat de la SIB en pleine période de crise en Côte d’Ivoire est un signe de l’attachement du groupe AWB à ce pays. Nous entendons, dans le cadre de cette collaboration, mettre à la disposition du Port autonome d’Abidjan, toute l’expertise marocaine, notamment l’ingénierie financière, la recherche de partenariats et le financement de projets de développement», déclare Mohamed El Kettani, président directeur général du groupe AWB. Pour sa part, Hien Yacouba Sie, directeur général du PAA, affirme que ce mémorandum d’intention vient à point nommé puisqu’il permettra au Port d’Abidjan de se donner les moyens de ses ambitions, afin de contribuer efficacement au développement de l’économie nationale et sous-régionale, de par sa position de porte d’entrée de beaucoup de pays sans littoral.  Le Matin

Lydec : Les recommandations de la Cour des Comptes prises en compte. La Lydec a présenté, vendredi à El Jadida, lors de la 12e édition du séminaire annuel avec les médias, les grandes lignes du Plan d’actions prioritaires de proximité (PAPP) pour l’année 2014, ainsi que son plan d’investissement. Le directeur général de Lydec, Jean Pascal Darriet, a dit que ce PAPP a été élaboré en concertation avec les autorités de la capitale économique. Il a, dans ce sens, rappelé que son élaboration intervient suite à une “demande de plus haut niveau du Royaume”. Le PAPP, c’est notamment 85 projets couvrant 5 thématiques, dont le raccordement au réseau d’assainissement des lotissements non raccordés et l’individualisation de l’alimentation en eau potable et électricité. Pour ce faire, une enveloppe globale de 560 millions de dirhams a été dégagée. Commentant le rapport de la Cour des comptes, publié récemment et qui a consacré plus d’une dizaine de page à l’entreprise en charge de la gestion déléguée, le patron de la Lydec a indiqué que le rapport met en évidence une quarantaine d’observations, et dont un certain nombre a d’ores et déjà été pris en compte. Pour le volet investissement présenté vendredi, les responsables de la Lydec ont indiqué que les investissements de la gestion déléguée en 2013 ont atteint le niveau record d’environ 2,2 milliards de DH, soit une croissance de près de 37% par rapport à 2012. Le budget de 2014 s’élève pour sa part à plus de 3,1 milliards de DH, en hausse de 42% par rapport à 2013. Le secteur de l’assainissement continue de se tailler la part du lion de ce budget, avec des programmes d’infrastructures liés notamment aux grands projets de collecte et de traitement des eaux usées, dont le projet de l’Intercepteur SAP-Est. Ils ont également souligné que le montant investi depuis 1997 est de 15 milliards de dirhams, destinés à accompagner le développement de la région du Grand Casablanca. La stratégie d’investissements vise le développement de la qualité des services pour les quatre métiers : eau, assainissement, électricité et éclairage public, selon six axes.  Aufaitmaroc

Téléphonie : la pression monte sur Vivendi. La balle est désormais dans le camp des administrateurs de Vivendi .À eux de choisir entre les offres déposées par Bouygues d’une part, et par Numericable/Altice d’autre part sur SFR .Pour la forme au moins, la voie d’une introduction en bourse, en solo, de SFR, est également sur la table. Des solutions examinées samedi par un comité d’administrateurs, pour préparer le conseil qui se tiendra à la fin de la semaine prochaine. Depuis ce dimanche, la pression est montée d’un cran. Bouygues s’est mis en mode «rouleau compresseur» pour imposer sa candidature. En négociant dès maintenant un accord avec Free pour la revente d’un réseau mobile ,il tente de combler par avance la principale faiblesse de son offre: le risque d’un veto de l’Autorité de la concurrence. Reste à savoir si cette dernière acceptera, et dans quel délai, le dossier ficelé que Bouygues souhaite lui présenter. Le groupe de Martin Bouygues compte un deuxième atout supplémentaire ce dimanche: le soutien à peine voilé d’Arnaud Montebourg .Dans un entretien au Parisien ,le ministre du Redressement productif explique que l’arrivée d’un quatrième opérateur sur le marché français du mobile a été une «erreur, dans la mesure où ce processus a conduit à la guerre des prix cassés, à des plan sociaux à répétition». «Si on revient à trois, on est plus fort que si on subsiste à quatre». Seul bémol à ce plaidoyer en faveur d’une concentration qui va dans le sens de Bouygues, Arnaud Montebourg veut «faire monter les enchères» sur les engagements d’achats d’équipements «made in France» par les deux candidats. Quatre jours seulement après le dépôt de son offre, à grand renfort de communication, Bouygues accentue donc la pression. Il faut dire que dans ce camp-là, on estime avoir du retard à rattraper sur Numericable, qui avait engagé les discussions avec Vivendi dès début février. Plusieurs sources estiment aussi que Bouygues doit contrer la préférence qu’aurait Jean-René Fourtou, le président du conseil de Vivendi, à l’égard de Numericable.  h24info

2ème édition de la « Morocco-US Business Development Conference » lundi à Rabat. La 2ème édition de la « Morocco-US Business Development Conference », se tiendra lundi à Rabat, et offrira une occasion pour les hommes d’affaires, marocains et américains, pour échanger sur les moyens à même de renforcer le commerce et l’investissement, dans le cadre de l’Accord de libre-échange conclu entre le Maroc et les Etats-Unis. Cette 2ème Conférence, organisée conjointement par le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération et la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), en étroite coopération avec le Département d’Etat Américain et la Chambre de Commerce Américaine, permettra également aux chefs d’entreprises US de rencontrer des hauts responsables gouvernementaux en charge de secteurs stratégiques au Maroc, ainsi que des chefs d’entreprises marocains, aux fins de discuter des opportunités de commerce et d’investissement. La tenue régulière de la Morocco-US Business Development Conference, constitue l’un des objectifs du volet économique du Dialogue stratégique entre le Maroc et les Etats-Unis et offre, ainsi, un cadre idoine pour explorer de nouvelles opportunités pour l’établissement de projets concrets conjoints dans des secteurs à forte valeur ajoutée. Les travaux de cette 2ème édition s’articuleront, notamment, autour du renforcement du commerce, le raffermissement des investissements et la promotion de partenariats entre le Maroc et les Etats-Unis pour le développement économique de l’Afrique.  MAP

Aéronautique : Un chiffre d’affaires de 7 MMDH. Le secteur de l’aéronautique a pris son envol, et c’est Mohamed Najib Boulif qui en témoigne. Lors de la 21e édition du forum annuel de l’École nationale supérieure d’électricité et de mécanique (ENSEM), organisé mercredi dernier autour du thème «La technologie moderne, levier stratégique d’une industrie aéronautique leader», le ministre délégué chargé du Transport a dressé un bilan positif du secteur. Ainsi, d’après Mohamed Najib Boulif, le secteur de l’aéronautique réalise un chiffre d’affaires de plus de 7 MMDH, destiné 100% à l’export. Mieux encore, plus d’une centaine d’entreprises spécialisées dans le secteur de l’aéronautique sont installées au Maroc et environ 10.000 postes de travail pour des personnes hautement qualifiées sont créés. Boulif a mis en exergue l’évolution enregistrée au niveau de l’industrie du transport, considérée comme l’un des secteurs moteurs de l’économie au Maroc, d’autant plus que les perspectives s’annoncent prometteuses. «Le nombre de transactions et le nombre d’avions devraient doubler à l’horizon 2030, sachant que le Maroc s’est orienté, dans le cadre des nouveaux métiers mondiaux, vers le secteur de l’aéronautique, en plus du secteur de l’automobile», a indiqué le ministre délégué chargé du Transport. Selon lui, le Maroc s’est penché notamment sur l’industrialisation, la maintenance et la formation dans le secteur de l’aéronautique surtout après l’inauguration, en septembre 2013, de l’Institut spécialisé dans les métiers de l’aéronautique et de la logistique aéroportuaire de Nouaceur. Le ministre a également mis en avant l’importance du secteur de l’aéronautique en termes de valeur ajoutée et d’exportation, ainsi que d’autres secteurs socio-économiques tels que le transport aérien et le tourisme, ajoutant que des millions de passagers supplémentaires ont été enregistrés au cours des dix dernières années, et que les deux tiers des touristes qui visitent le Maroc utilisent un transport aérien.   Les Eco

Transport routier: la CGEM applique ses propres tarifs. La Fédération du transport de la CGEM (FT/CGEM) met le gouvernement devant le fait accompli. Elle décide, de façon unilatérale, de réviser les tarifs contractuels de transport routier. Ainsi, ces prix connaîtront désormais soit une hausse, soit une baisse à la fin de chaque mois. Pour calculer ses tarifs, la FT/CGEM introduit son propre coefficient d’indexation. Il est établi en fonction de l’évolution des prix du gasoil à la pompe à Casablanca et de celle du montant du SMIG, en plus des charges sociales. Jeudi 6 mars, la Fédération a fait savoir que cette révision aura lieu chaque fois que ce coefficient variera de 2% ou plus par rapport au dernier réajustement des tarifs et interviendra à la fin du mois qui suit l’enregistrement de cette variation. Cette révision fait suite à l’instauration par le gouvernement du système d’indexation des produits pétroliers. Aux niveaux des transporteurs, on estime à 54% le poids des charges relatives aux variations du prix du gasoil, de l’entretien ainsi que de la réparation, et à 16% le poids des charges sociales. La FT/CGEM invite l’ensemble des professionnels impliqués dans le transport routier, à savoir les donneurs d‘ordre, les chargeurs ou encore les commissionnaires «à prendre en considération cette formule d’indexation» qui ne concerne pour le moment que le transport de marchandises. «Concernant le transport public routier en commun de personnes par autocar, des concertations entre les pouvoirs publics et la profession sont en cours pour définir les dispositions adéquates à prendre», est-il indiqué.   Les Eco

Social

La mortalité maternelle et infantile n’est pas une fatalité au Maroc. La mortalité maternelle et infantile au Maroc n’est pas une fatalité, par de simples gestes, elle peut être évitée dans 75 pc des cas. Ces gestes liés notamment à l’hygiène, à l’assistance respiratoire du nouveau-né, ou encore l’allaitement maternel peuvent se révéler salutaires. Les chiffres sont aussi éloquents qu’implacables: Chaque année 700 femmes décèdent au cours de la grossesse ou de l’accouchement et 12.000 restent handicapées, de même que 12.000 bébés décèdent dans les 28 premiers jours de vie et 24.000 restent handicapés. En dépit d’importants efforts déployés par les autorités compétentes, la problématique de la mortalité maternelle et infanto-juvénile, en particulier dans sa composante néonatale, continue de pénaliser le pays dans les classements internationaux. En effet, il ressort du dernier classement PNUD (Rapport de mars 2013), que le Maroc est classé dans le Groupe C, soit 130è sur 186, loin derrière l’Algérie (93è) et la Tunisie (94è). Une analyse de la problématique de la maternité au Maroc montre que sur 613.000 naissances annuelles, 73 pc sont opérées en milieu surveillé public, 10 pc en milieu surveillé privé et 17 pc à domicile, dont les 2/3 en milieu rural. Traduites en pyramide sanitaire, ces données révèlent que 80 pc des accouchements se font en milieu hospitalier (CHU CHR) et 20 pc dans les structures de proximité (centre de santé et maisons d’accouchement), ce qui constitue une surcharge pour les grands centres et une sous exploitation des autres structures d’appui, auxquels on reproche des défaillances en termes d’équipements, de personnel qualifié ou d’assistance adéquate. Un constat certes lourd, mais qui peut être changé grâce à des gestes simples, tellement simples qu’ils sont négligés, omis ou sous-estimés, mais que l’Association Al Hayat- Chaînes de vie remet d’actualité en soulignant leur importance pour la maman, le nouveau-né et la société toute entière. Par le biais d’une campagne nationale « Sauvons 10.000 nouveaux nés », officiellement lancée fin février à Casablanca, l’Association entend inverser cette tendance, et concourir à atteindre des Objectifs de développement du Millénaire (OMD), principalement les objectifs 4 (réduire la mortalité des enfants de moins de cinq ans) et 5 (améliorer la santé des mères).  Menara

Le département d’Etat booste les femmes entrepreneurs. Une conférence régionale dédiée aux « femmes entrepreneurs en technologies » sera organisée, mardi à Casablanca, en partenariat avec le département d’Etat américain dans le cadre de son programme « TechWomen », indique un communiqué de l’ambassade des Etats-Unis à Rabat. Ce programme est une initiative du Département d’Etat américain qui réunit des femmes leaders notamment dans les domaines de la science, de la technologie et de l’ingénierie, représentant la région MENA. La rencontre de Casablanca sera marquée par le lancement de l’initiative « eSTEM Maroc », un programme annuel, devant permettre à « des jeunes femmes ayant un fort potentiel de leadership d’être hébergées dans de grandes entreprises de technologie au Maroc pendant trois semaines ». Cette initiative sera animée par des femmes leaders en technologies du Maroc et de la Silicon Valley, selon la même source.  Le 360

Le Maroc paye le billet d’avion de 1000 migrants. Alors que les tentatives de clandestins marocainspour passer en Espagne sont de plus en plus fréquentes, le Maroc s’attaque à son immigration clandestine. Le ministre de l’intérieur, Mohamed Hassad, a signé un accord le 28 février avec l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) dont le siège marocain est basé à Rabat. Celui-ci stipule que le royaume financera le retour par voie aérienne de 1000 migrants choisis selon des critères de vulnérabilité. Cet accord rentre dans le cadre du programme d’aide au retour volontaire de l’OIM qui permet aux migrants en situation administrative irrégulière de retourner dans leur pays d’origine. On observe que ces demandes de retours sont en augmentation au Maroc. De plus, ils représentent un coût très important (il faut compter environ 2600€ par retour) puisqu’ils comprennent un accompagnement personnalisé, une aide médicale, le transport et une aide à la réinsertion. La participation financière du Maroc sera donc bien utile à l’OIM puisqu’elle permettra d’économiser un quart des dépenses liées à ces retours. La mission de l’OIM au Maroc a d’ailleurs salué les efforts du royaume.  Afriquinfos

Province de Tata : Décès d’une fillette après une chute dans un puits. Une fillette est décédée, samedi, après une chute dans un puits dans la province de Tata, a indiqué une source de la Gendarmerie Royale. L’accident est survenu dans le Douar Anaghrif, relevant de la province de Oum Gardane, lorsque la fillette de trois ans jouait près du puits de 16 mètres de profondeur, a précisé la même source. La dépouille de la victime a été transportée à la morgue de cette ville et une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de cet accident.   MAP

Art & Culture

Cheb Khaled soutient le président Abdelaziz Bouteflika. Alger : Cheb Khaled ne cache pas la sympathie qu’il a pour le président Abdelaziz Bouteflika qui brigue un 4e mandat. « Je le soutiens en tant que citoyen, et non comme artiste », tient-il à préciser. Et de donner les raisons de ce soutien : la sécurité retrouvée, les autoroutes qui facilitent énormément le déplacement et surtout personne dans l’opposition pour rivaliser avec Abdelaziz Bouteflika».  Le Mag

Le Maroc, paradis des films Hollywoodiens Le Maroc accueillait il y a peu le tournage de la superproduction Américaine « Reine du désert » dans lequel se produiront des acteurs de renommée internationale comme Robert Pattinson, Nicole Kidman et James Franco. C’est grâce à ce film que l’on avait pu apercevoir les stars dans les rues de Marrakech. C’est maintenant au tour de Tom Hanks de s’installer sur les terres de SM le roi Mohammed VI. A l’occasion du nouveau film de Tom Tykwer, « A hologram for the king » (synopsis), l’acteur américain a posé ses valises au Maroc pour effectuer le tournage de ce long-métrage qui se poursuivra en Allemagne jusqu’en juin prochain. Cette comédie dramatique est l’adaptation du roman de Dave Eggers sortie en 2012. D’autres acteurs tels que Tom Skerritt ou David Menkin font également partie du voyage.  Afriquinfos

Théâtre. «Dix ans de mariage» sur les écrans. Décidément, le couple est le thème de prédilection de Alil Vardar. Après «Le Clan des divorcés», le dramaturge et comédien belge revient cette année avec une nouvelle comédie «Dix ans de mariage». Avec cette pièce, Alil Vardar signe son retour en force après dix ans d’absence. Avec une mise en scène et un scénario plutôt drôles, «Dix ans de mariage» raconte la vie chahutée d’un couple, Alec et Lisa. Celle-ci, pour fêter leurs dix ans de mariage, organise une soirée surprise pour son mari. Lui, non seulement il a oublié cette date, mais c’est même le jour où il annonce son intention, son envie de divorcer. C’était le jour aussi où Alec annonce à Lisa qu’il la trompe depuis longtemps avec sa meilleure copine. Vexée, verte de jalousie et trop excitée, Lisa finit, elle aussi, par avouer qu’elle le trompe avec Jean-Claude, le mari de sa meilleure copine. Commence alors une longue discussion autour de l’usure du couple. C’est même le cœur sensible de cette pièce. Elle démarre sur une rupture, mais le couple finit ensemble à l’âge de 90 ans, tous deux assis sur un banc. Avant de retrouver l’envie de danser et de s’embrasser au rythme de la très belle chanson «Hotel California». Parfait cadeau pour les nostalgiques. Mais entre la rupture et la reprise, «Dix ans de mariage» est construite comme une série de tableaux qui résument tous les stades de vie de Lisa et Alec. De la première rencontre dans une boîte de nuit à la naissance du premier enfant en passant par leur premier dîner d’amour. C’est par là même que passent la plupart des couples. Tout le monde peut s’y retrouver, s’y connaître.  Le Matin

Spectacle. Le festival «Étonnants voyageurs» promet des surprises. Depuis jeudi 6 mars, les différents lieux du Festival accueillent des rencontres littéraires, des films, des spectacles, des ateliers, des contes, des poésies et autres slams. Tout «Un monde en marche», selon l’esprit de l’événement. «C’est un Festival fort de son concept qui a pu s’installer depuis plus de deux décennies dans le paysage littéraire international. Il est conçu pour décrypter le monde qui vient à travers des grands créateurs et autres qui sont sur leurs pas. Ce sont les artistes, les écrivains… qui donnent à voir et à entendre l’inconnu du monde qui va venir. Durant cette période, ce projet fait de Rabat-Salé un espace de débat, d’échange et de dispute où de grands écrivains y participent tels J.M.G Le Clezio, Abdellatif Laâbi, Tahar Benjelloune, Ammi Kébir… Il donne, également, une place importante à la femme qui est au cœur des débats avec ses problématiques et aspirations. Sans oublier pour autant la jeunesse et tout ce qui lui tient à cœur. Bref, ce Festival représente l’un des événements phares de la saison culturelle de l’Institut français du Maroc qui a vu une mobilisation des acteurs culturels marocains», souligne Michel Le Bris, écrivain et président d’«Étonnants voyageurs».
M. Le Bris n’a pas manqué de préciser que l’organisation de cet événement a été motivée par l’effervescence que connaît le Maroc dans tous les volets de la création. «Nous avons fait une sélection où toutes les disciplines sont représentées. Nous ne pouvons pas dire que c’est un choix exhaustif. Il y a sûrement des manques. L’essentiel est de pouvoir se réunir autour de thématiques très importantes, comme le Printemps arabe, le dialogue entre les deux rives de la Méditerranée ou encore pour mettre l’accent sur l’effervescence culturelle du Maroc». Mais, cette aventure ne s’arrêtera pas là, puisque le meilleur de toute cette confrontation culturelle et artistique sera invité au Festival Saint-Malo.  Le Matin

Le site archéologique de Volubilis parmi les plus belles ruines du monde. The Telegraph a classé plusieurs ruines d’Afrique du Nord dans les plus beaux sites archéologiques du monde. Le site de Volubilis au Maroc, est une ruine datant de l’empire romain, qui était une des capitales de Juba II, prince numide qui a vécu à Rome. Les sites algériens de Timgad et tunisiens de More great ruins sont également cités. Des sites mondialement connus comme le Machu Picchu au Pérou, Pompéi en Italie ou encore Angkorau Cambodge sont également évoqués dans ce classement.   Afriquinfos

Sport

Ligue des Champions : Le Raja Casablanca éliminé du 2e tour par Horoya Conakry. Le Raja Casablanca a été éliminé au deuxième tour de la Ligue des champions d’Afrique de football, par le club guinéen de Horoya Conakry, aux tirs au but (4-5) (1-0 temps règlementaire), samedi au Complexe sportif Mohammed V à Casablanca. Battus par 1 but à 0 en match aller disputé dimanche à Konakry, les hommes de Faouzi Benzarti ont ouvert la marque par le biais de Mouhcine Yajour (86e). Bien qu’ils aient dominé la partie, les Rajaouis ne sont pas parvenus à inscrire le deuxième but, synonyme de la qualification et ont dû passer à la fatidique épreuve de tirs aux buts, qui a donné raison aux Guinéennes (4-5).  Sport-Maroc

Mondiaux-2014 en salle (1500m): Le Marocain Abdelaati Iguider, médaillé de bronze. L’athlète marocain Abdelaati Iguider s’est adjugé la médaille de bronze de la course de 1.500m, samedi à Sopot (Pologne) dans le cadre des 15e championnats du monde d’athlétisme en salle (7-9 mars). Lors de cette épreuve dont la médaille d’or est revenue au Djiboutien Ayanleh Souleiman (3:37.52) et celle d’argent à l’Ethiopien Aman Wote (3:38.08), Iguider, tenant du titre et médaillé de bronze lors des Jeux olympiques de Londres (2012), a signé un chrono de 3:38.21. Plus tôt dans la journée, l’autre marocaine Rababe Arafi a remporté le bronze de la course de 1.500m, avec un temps de 4:07.53, sa meilleure performance personnelle. Lors des Mondiaux 2012 à Istanbul (Turquie), le Maroc a terminé 8e au classement des nations avec deux médailles (l’or d’Abdelaati Iguider et l’argent de Meriem Alaoui Selsouli sur 1500m) ex-aequo avec l’Australie et la Jamaïque.  MAP

La FIA tient ses assises à Marrakech. La Fédération internationale de l’automobile (FIA) tiendra ses prochaines assises les 10 et 11 avril à Marrakech, en mage du Grand prix de la capitale ocre, a appris dimanche Le360 auprès des organisateurs. De grands noms sont attendus à Marrakech comme Jean Todt, ancien pilote et président de la FIA, Michel Boeri, président du Sénat de la FIA et Luca di Montezemolo, président de Ferrari.  Le 360

Le Maroc sur le point de perdre un autre de ses prodiges. La sélection marocaine n’est pas en vaine actuellement puisque tous leurs meilleurs espoirs fuient le pays du fait de leur binationalité. Ainsi, nous avions pu voir le prodige du FC Barceloneet actuel meilleur buteur de la Youth League, Munir El Haddadi, rallier l’Espagne suite à sa convocation en U19. Un autre talent a également décidé de ne pas jouer pour le Maroc en sélection nationale. C’est le cas de Younès Bnou Marzouk qui avait pourtant brillé lors de la coupe du monde U17 sous les couleurs marocaines. Un choix hautement critiqué par les marocains lors de cette annonce sur Twitter. La vague de départ ne s’arrêterait pas là. En effet, un nouveau jeune joueur pourrait suivre le chemin de ses compatriotes. Non satisfait de la situation actuelle de la fédération marocaine, Karim Achahbar, jeune joueur de l’En Avant Guingamp (18 ans) pourrait opter pour la France, pays dans lequel il est né. Une situation similaire à celle de Bnou Marzouk puisque le joueur avait aussi participé à la coupe du monde U17. Le Maroc pourrait encore perdre l’un de ses grands espoirs les plus talentueux, le joueur étant courtisé actuellement par l’Inter Milan et l’AS Rome.  Afriquinfos

Chamakh:«Il a fallu que je me fasse violence pour retrouver une condition physique optimale». Après un début de carrière des plus prometteurs, à 26 ans après avoir remporté un titre de champion de France avec Bordeaux et s’être fait un nom dans l’hexagone, Marouane Chamakh décida de prendre la direction de Londres pour réaliser un rêve de toujours et évoluer au sein des canonniers d’Arsenal. Depuis, presque quatre années se sont écoulées et Chamakh, la trentaine bouclée, a changé. Le shooting-star est un peu dégarni et son jeu s’est bonifié. Toujours aussi altruiste et combatif, Chamakh refait parler de lui depuis plusieurs mois et devra faire partie des piliers sur lesquels le Maroc comptera en 2015. De retour à son meilleur niveau, Chamakh revient avec nous sur ses débuts en Angleterre, le temps de jeu dont il a souffert ainsi que ses plans d’avenir en club. Mountakhab.net : Marouane, vous êtes en Angleterre depuis 2010. Comment jugez-vous votre expérience avec les 3 clubs au sein desquels vous avez évolué ? Chamakh: En Premier League, je n’aurais pas pu rêver meilleure entame. Pour mes débuts à Arsenal, j’ai réalisé des prestations abouties pendant toute la première partie de saison en championnat et sur le plan européen.   Mountakhab

El Arabi signe son 9ème. Buteur mercredi dernier face au Gabon en amical, l’attaquant marocain, Youssef El Arabi a frappé fort lors de la rencontre ayant opposé Grenade au Villareal (2-0), en marge de la 27e journée de la Liga BBVA. En effet, le Lion de l’Atlas a été l’auteur du deuxième but des locaux à la 41e minute de jeu, signant par la même occasion sa 9e réalisation de la saison avec le club andalou, toutes compétitions confondues. Notons qu’El Arabi a été remplacé à la 69e minute de jeu. Au classement général, Grenade se positionne au 12e rang avec 30 points au compteur.   Mountakhab

International

L’avion malaisien s’est peut-être désintégré. Une source à Kuala Lumpur proche de l’enquête sur la disparition d’un Boing 777 de Malaysia Airlines se fonde sur «le fait que nous soyons toujours incapables de trouver des débris» de l’avion qui transportait 239 personnes. La piste de l’attentat a aussi été évoquée. L’aéronavale vietnamienne a toutefois repéré en mer un objet qui pourrait appartenir à l’appareil, a annoncé dimanche l’Aviation civile du Vietnam sur son site internet. Il faisait cependant trop sombre pour avoir une certitude. Des navires de recherche vont être dépêchés sur place, au large des côtes sud du Vietnam. Les recherches se poursuivent en mer de Chine méridionale, au large des côtes de la Malaisie et du Vietnam. Plusieurs traces suspectes ont été repérées. La piste de l’attentat terroriste demeure elle aussi d’actualité. L’enquête se focalise sur au moins deux passagers qui voyageaient sous une fausse identité. Selon la BBC, les deux passagers suspects avaient acheté leurs billets ensemble et devaient poursuivre leur voyage vers l’Europe après une escale à Pékin, destination du vol MH370. Ils n’avaient ainsi pas eu besoin de demander un visa chinois et de se soumettre à des contrôles de sécurité supplémentaires. Un employé d’une agence de voyage de la station balnéaire thaïlandaise de Pattaya a confirmé à Reuters qu’il avait bien vendu les deux billets d’avion aux deux hommes. Interpol a confirmé dimanche qu’au moins deux passeports volés, un autrichien et un italien, avaient été utilisés par des passagers du vol MH370. Les documents ont été respectivement volés en 2012 et 2013 en Thaïlande, écrit l’organisation. Interpol effectue actuellement des vérifications. Elle cherche à déterminer si d’autres passeports volés ont été utilisés pour cette liaison aérienne. Le ministre malaisien des Transports a déclaré que les enquêteurs vérifiaient l’identité de deux autres passagers. «J’ai une liste de quatre noms. J’ai mobilisé nos services de renseignements et j’ai aussi sollicité l’aide des services de renseignements étrangers», dont le FBI américain, a dit Hishamuddin Hussein, qui détient aussi le portefeuille de la Défense.  Le Matin

Les élections très étranges de la Corée du Nord. Les Nord-Coréens étaient appelés aux urnes dimanche pour une élection parlementaire sans enjeu mais qui permet aux autorités de recenser les défections à l’étranger. Hormis le vote physique proprement dit, rien, dans ce scrutin, ne rappelle une élection démocratique. Un seul candidat, désigné par le parti unique, est autorisé à solliciter les suffrages dans chacune des 687 circonscriptions. Les électeurs n’ont qu’à choisir entre « oui » et « non » sur le bulletin de vote. Et les électeurs obtempèrent: le taux de participation en 2009 était de 99,98%, avec un taux d’approbation des candidats de 100%… Il s’agit de la première élection de l’Assemblée suprême du peuple depuis l’arrivée au pouvoir de Kim Jong-un après la mort de son père Kim Jong-il en décembre 2011. Comme son père avant lui, Kim se présente dans la circonscrition numéro 111, celle du Mont Paektu. Le Mont Paektu est situé dans les confins septentrionaux de la Corée du Nord, près de la frontière chinoise. Il est considéré comme sacré par les Nord-Coréens car le fondateur du pays, Kim Il-sung, père de Kim Jong-il, y établit un camp de guérilla anti-japonaise du temps de la colonisation de la Corée par le Japon. L’historiographie officielle du régime assure que Kim Jong-il est né sur cette montagne en 1942. Les élections parlementaires se tiennent normalement tous les cinq ans et l’assemblée ne se réunit qu’une ou deux fois par an, souvent lors d’une session unique d’une journée pour voter le budget et entériner les décisions prises par le parti des Travailleurs. La dernière session remonte à avril 2013. Y avait été adopté un décret spécial officialisant le statut de puissance nucléaire de la Corée du Nord. Le réel intérêt du scrutin pour les observateurs étrangers est de découvrir la liste finale des candidats, susceptible de fournir des indications sur les grâces et disgrâces au sein du régime après la purge ordonnée l’an dernier par Kim Jong-un. Le dirigeant nord-coréen a écarté un certain nombre de personnalités du coeur du pouvoir et fait exécuter plusieurs cadres dont son propre oncle et mentor, Jang Song-thaek, mis à mort en décembre sous l’accusation de trahison et corruption.  h24info

L’Arabie Saoudite déclare les Frères musulmans ‘organisation terroriste’. L’Arabie saoudite a inscrit les Frères musulmans sur sa liste des « organisations terroristes », a f it savoir vendredi la télévision nationale saoudienne, qui cite un communiqué du ministère de l’Intérieur. Le Front al Nosra et l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), dont les combattants sont en lutte contre le régime du président syrien Bachar al Assad, ont également été inscrits sur cette liste.  Le Mag

Le Pentagone étudie le langage corporel de Poutine pour le comprendre. Un groupe de travail dépendant du Pentagone se penche sur l’étude du langage corporel de dirigeants étrangers, dont le président russe Vladimir Poutine, pour mieux cerner leur comportement. Ces études, réalisées pour le compte du département d’Etat jusqu’au début des années 2000, , a reconnu vendredi un porte-parole du Pentagone, sont maintenant effectuées pour le compte d’un groupe de réflexion du Pentagone appelé « Office of Net Assessment ». L’un des sujets d’étude a été Vladimir Poutine. Son portrait psychologique a été actualisé pour la dernière fois en 2012, a reconnu un responsable du Pentagone s’exprimant sous couvert de l’anonymat. Une quinzaine de dirigeants étrangers ont ainsi été étudiés, parmi lesquels le Premier ministre russe, Dimitri Medvedev, l’ancien président irakien Saddam Hussein, le leader nord-coréen Kim Jong-Un ou encore l’ancien chef d’al-Qaïda, Oussama ben Laden. Ces études « ne sont pas utilisées pour élaborer une politique ou prendre des décisions », s’est défendu le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby. Le secrétaire à la Défense Chuck Hagel en a appris l’existence après que le quotidien USA Today eut fait état de ces études vendredi, a-t-il ajouté. Quelque 300.000 dollars ont été dépensés chaque année depuis 2009 pour ces études, selon lui. L’étude du langage corporel et des mouvements d’une personne peut permettre de dégager des habitudes comportementales éclairant la psychologie d’une personne, assurent les promoteurs de ce champ d’expertise. Dans une tribune publiée en 2004 dans un quotidien du Rhode Island, Brenda Connors, une chercheuse qui mène ces études pour le Pentagone, donnait quelques indications sur le comportement du chef du Kremlin. « En regardant les vidéos image par image, il est possible de découvrir lu style de mouvement d’une personne, une signature unique comme les empreintes digitales », écrivait-elle. La façon qu’à Vladimir Poutine de se déplacer montre ainsi selon elle « un homme qui lutte pour avancer (…). Cette instabilité est compensée par un besoin criant de contrôle interne, qu’il manifeste en étalant sa force ».   Menara

Les Espagnoles manifestent pour leurs droits. Des milliers de manifestants ont sillonné samedi les villes espagnoles à l’occasion de la journée internationale des femmes pour réclamer l’égalité dans le travail et s’opposer à la volonté du gouvernement de restreindre le droit à l’avortement. L’édition de cette année de la journée internationale des femmes en Espagne s’est focalisée sur défense des droits des femmes au travail dans un pays où le chômage frappe 26% de la population active malgré la sortie de l’Espagne de la récession en 2013. Les manifestants ont également exprimé leur colère vis-à-vis des projets du gouvernement conservateur de mettre un terme au droit des femmes d’avorter jusqu’à 14 semaines de grossesse. Un projet de loi en ce sens doit être soumis prochainement au Parlement. Plusieurs milliers de manifestants ont sillonné le centre de Madrid et de Barcelone avec des drapeaux et au son du tambour. Des correspondants de l’AFP ont pu constater des manifestations similaires dans d’autres villes espagnoles. « Pas de législation sur notre utérus, pas de mauvais traitements de notre corps, pas de réduction de nos droits » pouvait-on lire sur une banderole madrilène. Les manifestants ont dénoncé la politique anti-avortement et la réforme du travail de 2012 qui rend la recherche d’un emploi plus difficile pour les mères. Pour Angela Barrios Manjon, 66 ans, « la journée internationale de la femme de cette année est très spéciale. La réforme du travail et le projet de loi sur l’avortement sont des agressions contre les femmes. La droite veut que les femmes restent à la maison pour s’occuper des enfants ». Vendredi, le gouvernement a annoncé qu’il avait adopté un plan d’un coût de trois milliards d’euros pour promouvoir « une stratégie d’égalité des chances qui garantisse les droits des femmes au travail et les protège contre la violence ». « Les femmes peuvent se sentir fières de savoir que leur gouvernement travaille à promouvoir une égalité réelle pour les femmes » a déclaré Maria Dolores de Cospedal, vice-présidente du Parti populaire au pouvoir, au cours d’une conférence de presse samedi. « Mais il reste beaucoup à faire par exemple pour l’accès à l’emploi et pour garantir l’égalité des salaires » a-t-elle ajouté.   Lyonne

Nouvelles technologies

iPhone 6 : la sortie pourrait être avancée à juin. Habituellement prévue au début de l’automne, la sortie du nouvel iPhone d’Apple pourrait être avancée en juin par la marque, d’après le quotidien taïwanais de référence Digitimes. D’après cette source, Apple aurait en effet déjà commandé 90 millions d’unités aux usines Foxconn. Selon l’analyste Wai Chen, les livraisons de téléphone auraient augmenté de 13% en 2013 et les nouveaux chiffres indiquent 24% pour 2014, soit une augmentation importante. Pour écouler ces stocks, estime-t-il, il faudrait donc qu’Apple, qui a vendu 153 millions d’iPhone en 2013, avance cette date de lancement. Autre argument : la conférence mondiale Apple des développeurs (WWDC), qui aura lieu la deuxième semaine de juin, pourrait être l’occasion de présenter ce nouveau produit. Ce qui ne serait guère surprenant, puisque la marque à la Pomme a déjà sorti trois versions dans une période estivale : l’iPhone 3G, 3GS et 4. Selon le site Menly, il pourrait y avoir deux iPhone 6. En septembre dernier, Apple avait sorti en même temps deux versions de son nouveau modèle, le 5c, en couleurs en moins cher, et le 5s, équipé d’un système de reconnaissance digitale. Une hypothèse confirmée par le site Nowhereelse : D’après cette source, un premier modèle «serait équipé d’un écran en cristal de saphir mesurant approximativement 4.7 pouces de diagonale, d’un processeur A8 dont la production aurait d’ores et déjà démarré au sein des usines taïwanaises de TSMC et d’un appareil photo numérique de 10Mpx». Un deuxième appareil serait aussi en construction, «dotée d’un écran d’au moins 5 pouces de diagonale», une éventuelle «première phablette californienne pour laquelle une nouvelle appellation (autre que iPhone) aurait d’ailleurs été spécialement imaginée», ajoute nowhereelse, précisant que l’appareil pourrait être équipé de projecteurs holographiques.  Le Parisien

« Bitcoin va faire émerger des entreprises de la taille de Facebook ». Bitcoin n’en finit plus de défrayer la chronique avec, en point d’orgue récent, l’effondrement de la plate-forme d’échange MtGox. Une banqueroute qui fait souffler sur le microcosme de cette cryptomonnaie un air de fin du monde… Auquel il ne faut pas se fier, selon certains experts. Jeremy Allaire, PDG de la société américaine Circle Internet Financial, que nous avons rencontré, estime par exemple que la chute de MtGox va au contraire servir la cause de la monnaie virtuelle. « Je suis surpris que cela ait pris si longtemps. C’était une société très mal gérée, sans dirigeants ni responsables techniques crédibles ». Lorsqu’il évoque MtGox, Jeremy Allaire ne prend pas de pincettes. Et pour cause : en tant que patron d’une entreprise qui conçoit des solutions de paiement en monnaie virtuelle, il est directement concerné par les potentielles répercussions de cette affaire. « Au final, je pense que cela va aider le Bitcoin », assure-t-il. « Plus les mauvais acteurs disparaîtront rapidement, plus nous pourrons voir émerger des sociétés sérieuses ». La chute de MtGox et ses quelques 500 millions de dollars évaporés vont également pousser les autorités à se pencher de plus près sur le dossier. « Elles ont compris qu’elles devaient établir des règles pour les opérateurs en Bitcoin », poursuit-il, citant l’exemple du gouvernement japonais qui « vient de changer d’avis » – en décrétant que le Bitcoin n’était pas une devise et en ouvrant un comité d’enquête. Aux Etats-Unis, « un cadre réglementaire est déjà en place depuis près d’un an, rappelle Jeremy Allaire. Nous devons respecter des obligations en termes de sécurité, de protection des consommateurs et de blanchiment d’argent ». Et de poursuivre : « Il n’existe pas de problèmes fondamentaux pour réguler cette industrie mais la nature du protocole rend indispensable une collaboration internationale, peut-être sous l’égide du G20 ou du FMI, pour établir des règles cohérentes ». Jeremy Allaire ne croit pas qu’il sera difficile de regagner la confiance des investisseurs.  01Net

Données personnelles : recours déposé contre le rachat de WhatsApp par Facebook. Que va faire Facebook avec WhatsApp ? C’est ce que demandent des groupes de défense de la vie privée qui ont déposé un recours auprès de la FTC (Commission fédérale du commerce), du Centre de la Démocratie Numérique et du Centre pour la protection des informations électroniques. Par ce recours, ils exigent un examen de l’opération et d’éventuelles protections contre « des pratiques injustes et trompeuses de collecte de données » qui pourraient être mises en oeuvre par WhatsApp et son futur propriétaire. « WhatsApp a construit une base d’utilisateurs en se basant sur l’engagement à ne pas collecter des données sur ses utilisateurs à des fins publicitaires. Or Facebook utilise des informations sur ses utilisateurs pour la publicité ». Selon eux, le risque est de faire basculer WhatsApp « vers un modèle d’activité basé sur le profilage des utilisateurs ». La plainte se base sur un message publié en 2009 par le cofondateur de WhatsApp Jan Koum sur un blog. Il y affirmait que le service ne vendrait « jamais vos informations personnelles à qui que ce soit ». C’est bien ce qui interroge ces groupes ainsi que les analystes. Pourquoi payer 19 milliards de dollars pour une entreprise sans réel modèle économique ? Ils en concluent que Facebook lancera de nouvelles fonctions pour gagner de l’argent. Pour le moment, WhatsApp commence à vendre son service dans quelques pays. Gratuit la première année, il coûte ensuite un dollar par an. Facebook avait annoncé le mois dernier son intention d’acheter WhatsApp, qui compte environ 450 millions d’utilisateurs, pour 19 milliards de dollars.  01Net

Wifeel, l’application sociale qui donne un autre relief à vos émotions. Le retour du soleil rime-t-il avec un moral remonté et des émotions plus positives? Pour le vérifier, pourquoi ne pas utiliser la toute jeune application Wifeel, plateforme sociale française qui permet d’exprimer, partager, géolocaliser et mesurer ses émotions ? Explications avec Xavier de Fouchécour, son fondateur. Neuf personnes sur 10 ressentent le besoin de partager la cause de leurs émotions: « il y a chez l’e&#770;tre humain un besoin naturel tre&#768;s fort d’exprimer et partager ses e&#769;motions. Selon certaines e&#769;tudes, 96% des personnes a&#770;ge&#769;es de 12 a&#768; 72 ans disent partager avec d’autres les causes de leurs e&#769;motions. 60% le jour me&#770;me, 84% a&#768; plusieurs reprises » explique Bernard Rime&#769; dans « Le partage social des e&#769;motions ». Wifeel part de ce constat, et du manque de nuances contenues dans le simple « like » permis par Facebook depuis 2010, pour proposer une palette de cinquante émoticônes. De la sorte, l’internaute nomade peut exprimer ses e&#769;motions selon où il est et ce qu’il fait, il peut consulter celles des autres, puis interagir avec son environnement et de fait, à terme, avec ses marques ou organisations favorites. Ambition: devenir la première plateforme universelle d’expression et de statistiques émotionnelles: « avec Wifeel, les émotions deviennent des données auxquelles les utilisateurs peuvent attacher #sujets, commentaires, images, lieux » explique Xavier de Fouchécour alors que l’idée lui est venue suite à la demande d’un client de son agence de communication qui cherchait un moyen de comprendre comment les gens s’expriment sur leur santé lorsqu’ils sont à domicile. S’intéressant par ailleurs à la psychologie, au fonctionnement du psychisme et aux approches basées sur les émotions, « l’idée de Wifeel a surgi à la croisée de ces deux recherches » ajoute-t-il.   Le Monde

 

 

le2minutes.com

 

________________________actu-maroc.com

Pour rejoindre la page facebook de votre journal actu-maroc.com, d’autres informations vous attendent, aimez la page en cliquant sur le lien ci-après: https://www.facebook.com/pages/Actu-Maroccom/107076616014235?ref=ts&fref=ts

 

 

Presse Actualité journal Maroc marocaine infos news Rabat Casablanca Marrakech Agadir Fés Tanger horaires de prière

faits divers politique économie accident cnops ministère ambassade cnss police douane trafic drogue prostitution pédophilie

Commentaires