Flash-news : Trente en un du « 8 avril 2014

Flash-news : Trente en un du « 8 avril 2014

408
0
PARTAGER

Affaire Hammouchi: les photos de torture « retravaillées »? Du nouveau dans la crise qui a opposé le Maroc et la France suite à l’interpellation de Abdellatif Hammouchi. Le Maroc a fait appel à une société qui aurait prouvé que les photos du dossier des plaignants seraient « retravaillées ».   Selon une information révélée par le Journal du dimanche (JDD), les avocats engagés par le Maroc dans l’affaire Hammouchi vont déposer aujourd’hui un « rapport d’expertise sans appel » concernant la plainte pour torture déposée contre le chef de la DGST (Direction générale de la surveillance du territoire, contre-espionnage marocain). La plainte déposée par l’Association des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT) avait particulièrement suscité l’ire des autorités marocaines. Cette ONG a chargé ses avocats de défendre Adil Lamtalsi et Zakaria Moumni, qui se disent victimes de torture. Dans leur dossier figurent des photos d’eux censées prouver les sévices qu’ils auraient subis. C’est justement à propos de ces photos que le Maroc « a fait appel à une société française mondialement réputée qui a déjà travaillé sur des photomontages de propagande nord-coréenne et sur des clichés de la guerre en Syrie ». Cette société a produit un document de 17 pages qui avance que ces photos sont « douteuses » et ont été « retravaillées » fait savoir le JDD. h24info

The Washington Institute: ‘Brahim Benchakroun’ allait créer un groupe combattant au Maroc. Washington : Brahim Benchakroun El Alami, alias Abou Al Ahmed Al Maghribi, commandait de son vivant, l’un des groupes jihadistes les plus féroces en Syrie, le mouvement Cham Al Islam, il a était dit,   tué par l’armée de Bachar El Assad, dans une bourgade appelée Kasseb proche de Lattaquié. Le Think Tank américain, The Washington Institute, avait rapporté que Brahim Benchakroun El Alami, préparait la création d’un groupe combattant au Maroc, semblable à son dangereux mouvement sévissant en Syrie (Cham Al Islam). C’est une spécialiste du Maroc à ‘The Washington Institute’, l’indo-américaine Vish Sakthivel, diplômée de Georgetown University et qui avait vécu au Maroc durant 3 ans, en tant que missionnée de l’US Peace Corps, qui avait rapporté cette information, dans un article consacré aux menaces d’Al Qaida sur le Maroc. Dans son article intitulé ‘Weathering Morocco’s Syria Returnees ’, Vish Sakthivel assure tenir de sources expertes, que Benchakroun comptait rapatrier vers le Maroc, pour des missions de combats contre l’Etat, une partie non négligeable de sa structure combattante en Syrie. Cette information, a été confirmée par des sources américaines, qui en auraient fait part, dimanche 6 avril, au quotidien londonien Al Quds Al Arabi. Brahim Benchakroun El Alami, avait été annoncé par les iraniens comme mort à Lattaquié, tué en combat par l’armée de Bachar El Assad. Son décés a été confirmé par le Kavkaz Center, un bras médiatique du groupe Emirat Islamique du Caucase, cité par le journal londonien. Le Mag

Amara présente un projet de loi sur le nucléaire. Le projet de loi n°142.12 relatif à la sûreté et à la sécurité nucléaire et radiologique et à la création de l’agence chargée d’en assurer le contrôle, a été présenté, ce lundi, par Abdelkader Amara, ministre de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement. Le texte en question devrait permettre un meilleur contrôle des   produits radioactifs ainsi que de leurs diverses utilisations. En adoptant ce texte, le Maroc se dotera d’un arsenal juridique relatif à un secteur très sensible où le flou l’emporte. Au terme de ce projet de loi, et pour commencer, le Maroc devrait faire l’inventaire de ses sources radioactives. Un système d’évaluation de la menace nucléaire devrait également être mis en place, en plus de la surveillance de l’extraction des minerais ionisants, leur utilisation et leur transport. Même l’usage médical des rayonnements ionisants à des fins thérapeutiques sera soumis à une réglementation. Le projet de loi prévoit des sanctions en cas d’infraction des dispositions de cette loi. De ce fait, une structure dénommée « Agence de sûreté et de sécurité nucléaires et radiologiques » sera créée. Il s’agit d’un établissement public, doté d’une personnalité morale et d’une autonomie financière. L’agence qui sera placée sous la tutelle de l’Etat aura pour mission de faire respecter, par ses organes compétents, les dispositions de la présente loi, en particulier celles relatives aux missions qui lui sont imparties et, de manière générale, de veiller à l’application de la loi 142.12. Le 360

Cause palestinienne. «Le Maroc a toujours manifesté son soutien». «Partout au Maroc, la question palestinienne est considérée comme une cause nationale et bénéficie de l’appui inconditionnel des différentes composantes du peuple marocain», a souligné Abou Hassira dans une déclaration à la MAP en marge d’un colloque organisé par l’association amazighe d’appui au peuple palestinien, relevant que «le peuple palestinien aspire à l’indépendance et à se libérer de l’occupant israélien, des ambitions légitimes qui constituent les droits élémentaires de l’être humain». Abou Hassira, qui se rend pour la première fois à Al-Hoceima, a, également, salué le soutien permanent et continu qu’apporte S.M. le Roi Mohammed VI à la cause palestinienne, rappelant l’importance de la dernière réunion du Comité Al Qods, tenue en janvier dernier à Marrakech et qui s’est soldée par des recommandations visant à soutenir la force de négociation des Palestiniens. Les relations entre les Palestiniens et les Marocains sont ancrées dans l’histoire comme en témoigne l’existence du quartier baptisé «Bab Al Maghariba» dans la ville d’Al-Qods Acharif qui symbolise aujourd’hui l’union et la solidarité entre les deux peuples, a fait valoir le diplomate, notant à cet égard que l’Agence Bayt mal Al-Qods joue un rôle majeur pour déjouer les tentatives de judaïsation exercées par l’occupant israélien.    Le Matin

Réunion au Maroc, des producteurs de cannabis sous l’égide de partis proches du palais royal. Les producteurs marocains de cannabis se sont réunis samedi dans le Rif pour discuter de  »leur métier », et trouver des débouchés à une filière qui fait vivre plus de 96.000 familles de ces régions rudes du Maroc. Le Parti de l’authenticité et de la modernité (PAM), parti proche du Palais royal, veut porter le dossier de la culture du cannabis devant le parlement. C’est à l’initiative du parti de l’Authenticité et de la modernité (PAM), que cette rencontre des cultivateurs de cannabis s’est tenue à Bab Brerred, dans les montagnes de l’Atlas, au Rif marocain, où est cultivé à grande échelle le cannabis, ou chanvre indien. Une rencontre qui a regroupé entre 1.500 à 2.000 agriculteurs spécialisés dans la culture du cannabis. Outre la PAM, l’Istiqlal, un des plus vieux partis marocains, fait partie des promoteurs de ce regroupement, avec comme objectif de porter le dossier de la culture du cannabis devant le parlement pour ensuite entamer un débat de fond sur les suites à donner à cette culture interdite. Mais, selon le quotidien L’Economiste, il s’agit surtout de  »trouver des réponses aux problèmes de ces cultivateurs d’un genre particulier », qui travaillent dans l’insécurité et la clandestinité. Les chiffres donnés par le ministère marocain de l’Intérieur sont inquiétants : près de 48.000 agriculteurs versés dans la culture du cannabis vivent dans la plus grande clandestinité dans les montagnes du Rif, entre Nador, Koutama et El Hoceima. Le PAM veut lancer un débat national sur la culture du cannabis, et même sa légalisation pour un usage thérapeutique.  »Une idée qui permettrait de faire d’une pierre deux coups, améliorer le quotidien des agriculteurs et redorer l’image du Maroc, qui souffre de la réputation d’être l’un des premiers producteurs de résine de cannabis au monde », estime L’Economiste.    Maghrebemergent

Economie

CDG: des résultats «stables» par temps de grande morosité. Le miracle n’a pas eu lieu. Crise oblige, la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) a également été freinée dans ses réalisations. Le résultat consolidé du groupe (146 entités) a marqué une légère baisse, avec 964 millions de   dirhams, contre 976 millions de dirhams en 2012. Présentant les résultats du groupe ce lundi à Rabat, Anas Alami, directeur général de la CDG a expliqué que ce bilan reflétait « les évolutions contrastées des différents secteurs opérationnels ». En cause, notamment, les secteurs de la finance, de l’assurance et de la Réassurance. Notons à ce titre la baisse de la contribution de la Société centrale de réassurance (SCR), résultant de l’impact de la fin de la cession légale sur l’activité de la compagnie, ainsi que de certaines entités financières du fait du repli des plus-values sur titre de placement. Rapporté sur les cinq derniers exercices, ce bilan est à nuancer, la CDG ayant réussi à passer de 733 millions de dirhams en 2009 à 964 millions aujourd’hui. Le total bilan consolidé s’élève quant à lui à 186,2 milliards de dirhams, soit +10% par rapport à 2012. D’autant que la CDG a enregistré en 2013 un résultat social de 645 millions de dirhams, soit +24% par rapport à 2012. Les dépôts, eux, ont atteint 79,5 milliards de dirhams, soit +13,6% par rapport à 2012. En termes d’activités, une des principales nouveautés 2013 est la montée en puissance du pôle aménagement, immobilier et tourisme (AIT) érigé l’année écoulée en premier contributeur au résultat net part du groupe en 2013. La raison n’est autre que le retour sur investissement des activités de développement territorial du groupe incarnées par l’Agence d’Urbanisation et de Développement d’Anfa (AUDA) et de la CGI. Quant aux activités de prévoyance, le Régime collectif d’allocation de retraite (RCAR) et la Caisse nationale de retraite et d’assurance (CNRA) affichent respectivement une consolidation de leur total bilan de 0,1% et de 4%. h24info

Notation. Le groupe OCP dans la catégorie «Investment Grade». Une première au Maroc et dans le Maghreb pour Standard & Poor’s. L’agence de rating américaine vient de noter un groupe public, en l’occurrence l’OCP. Le géant phosphatier s’est vu attribuer la note BBB- avec perspective négative.   S&P affirme avoir analysé l’entreprise selon une méthodologie spécifique, Government-Related Entity, en fonction de la nature de son actionnariat (l’État est majoritaire avec 95% du tour de table). «C’est également la première entreprise notée dans la catégorie investissement en Afrique, hors Afrique du Sud», souligne S&P. Dans son analyse, l’agence indique que le groupe dégage une rentabilité importante en raison de la faiblesse des coûts de production et du transport de la roche phosphorique vers les usines de transformation. En plus, l’OCP dispose de plus de 75% des réserves mondiales de phosphate, ce qui représente, selon les analystes de S&P, plusieurs siècles de production.

Autre avantage, l’entreprise bénéficie d’une fiscalité jugée «attractive», puisque le taux d’imposition des bénéfices dont il s’acquitte n’est que de 17,5%. «L’OCP ne paie ni taxes à l’export ni royalties», précise l’agence de notation. La demande d’engrais qui devrait fortement augmenter à long terme, sous l’effet de la croissance démographique mondiale et la régression des terres arables, profiterait sûrement au groupe marocain, relève S&P. D’ailleurs, le groupe, présidé par Mostafa Terrab, dispose d’une stratégie spécifique pour booster ses parts de marché sur les trois composantes de sa chaîne de valeur (roche, acide phosphorique et engrais). Concrètement, l’OCP qui pèse actuellement 21% du marché mondial des engrais selon le PDG compte pratiquement doubler cette part à 40% sur les cinq ans à venir. Le Matin

Un taux de croissance de 5% en 2015 pour le Maroc. L’institut de la finance internationale (IIF) s’est penché dans un récent rapport sur l’économie nationale, livrant des constats positifs. Selon l’institution, le Maroc réalisera la croissance la plus élevée dans la région durant les mois à venir   avec un taux de 3,8% en 2014 et de près de 5% en 2015. Plusieurs indicateurs positifs propres au Maroc ont été pris en compte par le rapport de l’institut de la finance internationale (IIF) qu’il juge comme étant les fruits de «réformes audacieuses». Parmi ces indicateurs positifs, la croissance non-agricole qui rebondira de 2,4% en 2013 à 4,7% en 2014, soutenue par l’investissement et l’amélioration des conditions dans la zone euro. Aussi, une politique monétaire qualifiée de «prudente» par l’IIF a contribué à maintenir l’inflation autour de 2% en moyenne en 2013, malgré la forte hausse des prix du carburant et la mise en place de l’indexation. Ce qui a amené à maintenir le niveau de la consommation comme élément de croissance interne. Le déficit budgétaire est passé de 7,3% du PIB en 2012 à 5,5% en 2013, aidé par le chantier de la décompensation qui se poursuivra en 2014 afin d’atteindre un déficit de 5% du PIB. Dans le contexte d’un déficit relativement important de la balance courante, la question clé durant les quelques mois à venir sera de savoir si le Maroc et le FMI peuvent convenir de renouveler la ligne de 6,2 MMUSD de précaution de liquidité qui arrivera à échéance en août prochain, soulignent les analyses de Barclays Capital, membre de l’IIF. Les Eco

Accord de libre-échange Maroc-UE, le 4ème round démarre. Le Maroc est le premier pays avec lequel l’UE a entamé les négociations sur un tel accord qui a pour objectif principal de faciliter l’intégration progressive de l’économie marocaine dans le marché intérieur de l’UE. Les négociations ont été lancées le 22 avril 2013 à Rabat. Trois rounds de négociations ont été tenus depuis le dernier en fin janvier au Maroc. Les deux parties ont planché lors de ce round sur les services et les investissements, des secteurs qui n’ont pas été abordés auparavant par les précédents cycles de négociations. La partie marocaine a souligné à cette occasion l’importance d’adopter une approche progressive et sélective en matière de convergence réglementaire, et de consacrer un appui spécifique conséquent pour accompagner le Maroc dans les réformes à engager dans le cadre de l’ALECA. L’accord de libre-échange complet et approfondi s’inscrit dans le cadre de la nouvelle génération d’accords commerciaux que l’UE envisage de conclure avec quatre pays du sud de la Méditerranée, à savoir le Maroc, la Jordanie, la Tunisie et l’Egypte. L’ALECA couvrira une gamme complète de domaines réglementaires d’intérêt commun, tels que la facilitation des échanges, les mesures sanitaires et phytosanitaires, la protection des investissements, les marchés publics et la politique de concurrence.    Menara

Société Générale prend place en Chine. BMCE Bank n’est pas la seule banque à mettre un pied en Chine. La Société Générale Maroc devrait profiter d’un partenariat stratégique scellé par sa société mère avec China Development Bank. Le groupe financier européen vient de signer avec China Development Bank un mémorandum d’entente incluant notamment ses filiales dans le monde, dont Société Générale Maroc. Ce protocole d’accord permettra à chaque institution de bénéficier de leurs capacités de financement réciproques et de leurs domaines d’expertise au niveau mondial. Les deux parties ont décidé de démarrer leur coopération en Afrique où la Société Générale dispose d’une présence importante.    Les Eco

Groupe Renault. 40% de parts de marché en mars. Le Groupe Renault (Renault/Dacia) continue sa domination du marché automobile national. Avec 3.723 véhicules Renault et Dacia commercialisés en mars, le Groupe réalise un très bon mois et enregistre une part de marché de 40%. Au terme du premier trimestre de l’année en cours, le Groupe a vendu 10.643 véhicules et a ainsi atteint une part de marché de 38,5%, soit plus 1,3 point par rapport à la même période de l’année dernière. Pour la deuxième fois, Dacia dépasse la barre des 30% de part de marché (30,5%) sur le mois isolé, avec 2.842 unités commercialisées en mars. Au cumul, la marque a écoulé 8.111 unités et atteint une part de marché de 29,3%, soit une variation positive de 6,7 points par rapport à mars 2013. En revanche, à 881 unités commercialisées en mars, Renault accuse une baisse vertigineuse de 52,4% par rapport à mars 2013, soit une part de marché atteignant 9,5%. Au cumul, la marque au losange a écoulé 2.532 véhicules, soit une baisse de 43,6% en glissement annuel. La part de marché s’élève à 9,2%, soit 5,4 point de moins qu’à fin mars 2013.    Le Matin

Maroc-Russie : 2e session de la commission mixte. C’est aujourd’hui que la 2e session de la Commission mixte maroco-russe de l’accord de pêche sera lancée à Agadir. Les travaux de cette rencontre ainsi que la session plénière seront lancés à bord du voilier école le «Kruzenshtern», second plus grand voilier au monde, qui vient d’arriver en fin de semaine (dimanche) au port de commerce d’Agadir. C’est Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la pêche maritime et Ilya Shestakov, Vice-ministre de l’Agriculture de la Fédération de Russie et président de l’Agence fédérale des pêches, qui ouvriront le bal de cette rencontre. La tenue de cette 2e session de la Commission mixte maroco-russe s’inscrit dans la cadre des relations du Maroc et de la Russie dans le domaine de la pêche maritime et de l’amélioration du potentiel de coopération multisectorielle entre les deux pays. En effet, les deux parties ont déjà renouvelé leur accord de pêche, 6e du genre, qui a remplacé celui signé le 3 juin 2010 à Moscou, arrivé à échéance le 2 juin 2012. D’une durée de 4 ans, cet accord a permis à une flotte de 10 navires russes de reprendre leurs activités de pêche dans les eaux marocaines. En contrepartie, les armateurs russes s’acquittent d’une taxe financière représentant le droit d’accès à la ressource. Cette compensation financière a été instaurée pour la première fois en 2011. Il est à noter que ladite contrepartie financière annuelle a été augmentée à hauteur de 100% en ce qui concerne l’accès à la ressource et de 40% en ce qui concerne les captures. Au cours de cette 2e session, l’ambassadeur de la Fédération de Russie au royaume du Maroc, Valery Vorobiev sera également présent parmi les participants en plus d’autres représentants des deux parties. À l’issue des discussions, les participants à cette session procéderont à la visite du port de pêche d’Agadir ainsi que de sa halle aux poissons. Par la suite, d’autres visites sont prévues, notamment dans la zone industrielle d’Ait Melloul à la Conserverie de poissons appartenant à la société Aveiro, de même que dans le village de pêcheurs d’Immiouddar, situé au nord d’Agadir.    Les Eco

Vers le renforcement des relations commerciales entre le Maroc et la Libye. La participation du Maroc à la Foire internationale de Tripoli ouverte mercredi, marque sa volonté de renforcer et de développer, sur de nouvelles bases, ses relations commerciales et son partenariat économique avec la Libye, a affirmé le ministre marocain chargé du Commerce extérieur, Mohamed Aboo. Cette participation ‘exprime la conviction profonde du Maroc de travailler pour la réussite de l’intégration régionale maghrébine, instituée par la Constitution du Royaume comme choix stratégique’, a ajouté M. Aboo, soulignant la ‘volonté du Maroc d’instituer le pont de la coopération économique entre les entrepreneurs des deux pays’. Il a, à cet égard, appelé les entrepreneurs marocains à ‘s’adapter à la dynamique économique de la Libye qui enregistre des développements positifs’, affirmant que cette foire dont le Maroc est l’invité d’honneur pour la deuxième fois consécutive, ‘ est une occasion pour les acteurs économiques marocains de rencontrer leurs partenaires libyens afin de donner un coup de pousse aux relations bilatérales entre les deux pays’. Evoquant le volume des échanges entre la Libye et le Maroc, le ministre a fait remarquer qu’il ‘n’est pas à la hauteur des relations fraternelles et d’amitié entre les deux peuples ainsi que les aspirations et les possibilités dont disposent les deux pays’. Il a indiqué que les échanges commerciaux entre les deux pays sont estimés actuellement à 900 millions de dirhams (120 millions de dollars), alors que les investissements libyens au Maroc sont passés de moins d’un million de dirhams en 2011 à 22 millions de dirhams en 2012.    Maghrebemergent

Maroc Telecom: 1,5 million d’actions à détenir. Une nouvelle opération de rachat d’actions sera bientôt engagée par Maroc Telecom. Une fois approuvé par l’assemblée générale ordinaire du groupe, prévue le 22 avril, ce programme sera donc le septième en son genre visant la régularisation du marché en vue de réduire la volatilité et les variations excessives du cours de l’action. A cet effet, 1.500.000 actions seront à détenir, soit 0,17 % du capital. Il s’agit là du nombre maximum des titres concernés mis en relief dans la note d’information de l’opération, publiée par le CDVM, et qui devrait se poursuivre sur 18 mois à compter du 5 mai 2014. Ainsi le prix d’intervention oscillera de 70 à 135 dirhams par action. Ainsi l’incidence du programme sur la situation financière de Maroc Telecom sera plus visible sur les provisions. «Les ajustements dus aux fluctuations des cours de l’action Itissalat Al-Maghrib devraient avoir un impact sur les provisions de la société en cas de moins-values constatées à la clôture de l’exercice comptable», explique l’opérateur dans sa note d’information. Sous une hypothèse théorique, Maroc Telecom dresse le tableau. «Au cas où le nombre maximum d’actions représentant 0,17% du capital de la société est acheté au cours le plus haut (135 DH) de la fourchette autorisée, et est revendu ensuite au cours le plus bas de cette même fourchette (70 DH), la moins-value potentielle dégagée pour Maroc Telecom à chaque achat et vente serait égale à 97,5 millions de dirhams». En termes de financement, le programme sera alimenté par les ressources propres du groupe. L’opérateur a affiché à fin décembre 2013 une trésorerie disponible de près de 242 millions de dirhams.    Aujourd’hui

Social

Le roi Mohammed VI se penche sur le « Tcharmil ». Le « Tcharmil » et le sentiment d’insécurité qu’il engendre inquiètent jusqu’au chef de l’État. Le roi a donné ses instructions pour combattre ce phénomène et rassurer les citoyens sur leur sécurité. Trente-cinq. C’est le nombre de   jeunes arrêtés pour « Tcharmil ». Le phénomène, qui consiste en la publication par des jeunes sur les réseaux sociaux de photos où ils arborent fièrement des armes blanches, semble pris très au sérieux par les forces de l’ordre. Le ministre délégué à l’intérieur Charki Draïss, le patron de la police Bouchaïb Rmaïl, le Wali de Casablanca et les gouverneurs étaient en conclave ce lundi pour prendre des mesures contre l’insécurité. Le phénomène du « Tcharmil » est remonté jusqu’aux hautes sphères de l’État. Le roi Mohammed VI a donné personnellement ses instructions, selon une dépêche de l’agence officielle MAP, pour l’organisation d’une séance de travail au niveau des régions afin d’étudier le problème. Le ministre de l’Intérieur Mohamed Hassad et le ministre délégué Cherki Draïss ont été chargés de cette mission. Ils devront prendre langue avec les walis, gouverneurs, agents d’autorité et responsables de la Gendarmerie et de la Police dans toutes les régions du pays. Objectif: prendre des mesures pour « garantir davantage de sécurité aux citoyens et à leurs biens », selon un communiqué du ministère de l’Intérieur. Le communiqué note une « recrudescence des actes de vandalisme dans les terrains de sport et leurs alentours » en plus du sentiment d’insécurité engendré par les fameuses photos virales de « Tcharmil ». Le roi appelle les services de sécurité « à améliorer leurs méthodes de travail et à renforcer leur coordination et l’échange d’informations » h24info

Alerte au paludisme : 300 cas déclarés au Maroc. 300 cas de paludisme (malaria) sont recensés au Maroc, a indiqué lundi 7 avril lors d’un point de presse Houcine El Ouardi, ministre de la Santé, indiquant que le virus serait importé. Houcine El Ouardi a précisé que dans les cas de paludisme   recensés au Maroc, le virus est importé, ce que réfute une source médicale contactée par Menara. Les personnes infectées au Maroc le sont par une souche locale, affirme cette source. Dans un communiqué publié sur son site à l’occasion de la Journée mondiale de la santé célébrée aujourd’hui, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en garde contre la malaria et les maladies à transmission vectorielle.
« Petits mais dangereux » tel est le slogan choisi pour cette capgane par l’OMS, qui espère familiariser davantage le public avec les moyens de se protéger de ces vecteurs et des maladies mortelles qu’ils peuvent transmettre. « On pourrait sauver bien des vies et éviter bien des souffrances si l’on accordait une plus grande importance à la lutte antivectorielle dans l’action sanitaire mondiale », déclare Dr Margaret Chan, directrice générale de l’OMS. Personne au XXIe siècle ne devrait mourir de la piqûre d’un moustique, d’un phlébotome, d’une simulie ou d’une tique. » Dans les régions où le risque de paludisme est élevé, la distribution de moustiquaires imprégnées d’insecticide, pour protéger les individus des piqûres de moustiques pendant le sommeil, s’est révélée un facteur important dans la réduction de l’incidence de la maladie, ajoute le communiqué. Les moustiques, les mouches, les tiques, les gastéropodes d’eau douce et d’autres agents nuisibles peuvent être des vecteurs de maladies qui touchent plus de 1 milliard de personnes par an, leur transmettant le paludisme, la dengue, la leishmaniose, la maladie de Lyme, la fièvre jaune et d’autres infections susceptibles d’être graves. Menara

Dépannage et remorquage : Sit-in des professionnels à Casablanca. Les professionnels de dépannage et remorquage à Casablanca, affiliés à l’Union des syndicats professionnels du Maroc, organisent ce lundi et mardi un sit-in devant la Commune urbaine de Casablanca. Cette   manifestation est organisée au lendemain d’une décision de la wilaya du Grand Casablanca annonçant l’affectation des voitures de remorquage et dépannage, qui travaillent jusqu’à présent en collaboration avec les forces de l’ordre, à une entreprise privée. Les professionnels pointent également du doigt les autorités, en rappelant qu’ils ne disposent d’aucune subvention de carburants depuis 10 ans. Ils appellent, dans un communiqué reçu par notre rédaction, le président de la Commune urbaine à ouvrir “un débat concernant ce qui a été relayé par la presse marocaine, s’agissant de la création d’une entreprise privée, à laquelle sera affecté l’ensemble des voitures de remorquage et de dépannage à Casablanca”. Les professionnels de ce secteur appellent également à “l’amélioration des fourrières, la mise en application de la loi de vente des voitures ayant dépassé un an au sein de ces fourrières”. Ils exhortent les autorités à “renforcer le dispositif sécuritaire dans ces fourrières durant la nuit, afin d’éviter les vols dont sont victimes plusieurs voitures”. Aufaitmaroc

L’ex-salafiste Mohamed Fizazi: « Je n’ai pas retourné ma veste, je la porte désormais à l’endroit ». Dans une longue interview accordée à l’hebdomadaire Jeune Afrique à paraître lundi, l’ex-salafiste, Mohamed Fizazi, explique sa repentance: « Je n’ai pas retourné ma veste, je la porte désormais à l’endroit ». « Aujourd’hui, sous le nouveau règne, la situation est différente, la vie politique se déroule dans une certaine transparence et le jeu démocratique correspond plus ou moins à la réalité. La concurrence entre les acteurs politiques existe ou peut exister. À preuve, le parti de la justice et du développement [PJD] a remporté les élections et dirige le gouvernement », souligne-t-il. Condamné à trente ans de prison après les attentats de Casablanca de 2003 puis gracié en 2011, Mohamed Fizazi, une « figure haute en couleur du salafisme » au Maroc, a prononcé, vendredi 28 mars, à la mosquée Tariq Ibn iyad à Tanger, un prêche devant le Roi Mohammed VI. « Un choix peu banal » et « un événement majeur », souligne l’hebdomadaire Jeune Afrique. Interrogé sur les attentats du 16 mai 2003 au Maroc, qui ont fait 45 morts, dont les kamikazes, et une centaine de blessés, Mohamed Fizazi les qualifie de « catastrophe à tous points de vue ». « C’est d’abord en tant que victime que j’en parle. J’ai été arrêté le 28 mai. On estimait que mes idées avaient inspiré les kamikazes ». « Mon insistance sur le jihad en Afghanistan était considérée comme un appel au jihad en général et singulièrement au Maroc. Ce que j’étais loin, très loin d’imaginer… », poursuit Mohamed Fizazi pour qui les attentats du 11 septembre sont un « acte terroriste en contradiction avec les enseignements divins et que rien ne saurait justifier ».    Atlas info

Art & Culture

Tata : Et de deux pour le Festival du henné à Foum Zguid. La province s’apprête à accueillir, du 11 au 13 avril, la deuxième édition du Festival du henné à Foum Zguid, qui promet de donner un rayonnement national et international à cette région. Cet événement culturel est   devenu, au fil des années, un rendez-vous annuel incontournable pour les habitants de la commune de Foum Zguid, située dans la province de Tata. Le festival a pour objectifs de conforter la dynamique culturelle et artistique dans cette province, de contribuer à son développement socio-économique et de dévoiler les aspects de la diversité du patrimoine authentique local. Cet évènement vise également à enrichir le paysage culturel et artistique de la région, à renforcer le rôle de la femme rurale dans les domaines économique et social, et à créer un espace de divertissement pour les habitants et les visiteurs de la région. Cette édition, initiée par l’association Bab Al-Khadir et la coopérative Al-Hillal, en partenariat avec l’association italienne «Sopra ponti», se tiendra sous le thème «L’arbre du henné, composante du développement durable des oasis et transmetteur du patrimoine culturel national». Elle reflète la volonté des organisateurs de faire de l’arbre mythique du henné un pilier du développement durable au niveau local, de la préservation de l’environnement et de la promotion culturelle marocaine avec toutes ses composantes et particulièrement arabe et amazighe. Aujourd’hui

L’art tend la main à l’enfance démunie. Rendez-vous jeudi 10 avril à L’Atelier 21, dès 19h, pour l’exposition « Une photo pour aider un enfant », une exposition initiée par l’artiste-photographe Leila Ghandi, au profit de l’association Bayti. « Cet événement a pour objectif de sensibiliser l’opinion   publique, de mener une action solidaire à laquelle chacun peut participer, et de lever des fonds pour les enfants », souligne l’artiste à propos de cette action. Pour la mener à bien, Leïla Ghandi s’est tournée vers l’une des plus grandes galeries d’art du Maroc qui a répondu présente pour abriter cette exposition où les oeuvres photographiques de l’artiste seront proposées à des prix plus que séduisants, variant entre 1.000 et 20.000 Dh. La totalité des ventes sera reversée à l’association. « C’est uniquement grâce à la générosité et à la solidarité de gens de tout bord que des centaines d’enfants peuvent quitter les bancs de l’exclusion pour rejoindre les bancs de l’école et retrouver l’espoir de vivre dans la dignité. Leïla Ghandi expose et met en vente ses oeuvres au profit de ces enfants. Bayti l’a remercie pour son engagement, ainsi que L’Atelier 21, et souhaite que cette vente leur permette de faire quelques pas de plus dans la vie avec le sourire et l’espoir », déclare à propos de cette initiative Jaouad Chouaïb, président de l’association Bayti. Le 360

La culture et l’identité hassanies en plein cœur de la capitale. En franchissant le seuil de la villa «La Maison du Sud», on se croit être dans un univers autre que celui de la capitale. C’est le vécu propre aux Sahraouis, avec ses saveurs et parfums, qui investit les lieux à travers des produits   du terroir, des costumes, des bijoux, des meubles, des ustensiles,… Il nous fait voyager dans tous les coins du Sahara du Sud et de l’Est du Royaume. Un bel exploit que Azza Essallami a eu le courage de rassembler et de sauvegarder. Ce projet a été primé (2014) par le Bureau exécutif du Cercle diplomatique du Maroc en la personne de sa fondatrice Azza Essallami, et ce, en reconnaissance des actions menées en faveur de la promotion de l’artisanat du Sahara au Maroc et dans le monde. «L’idée de l’ouverture de La Maison du Sud a été concrétisée en début 2009. Avant cette date, quand j’étais à Laâyoune, j’ai constaté que la culture sahraouie se trouve méconnue de la majorité de la population marocaine. Des efforts ont été fournis, dans ce sens, de la part de différentes institutions et organismes. Je me suis dit pourquoi ne pas contribuer, moi aussi, à la mise en valeur et la découverte du patrimoine sahraoui dans toutes ses composantes. J’ai fait donc appel à tous ceux (proches et amis) qui possèdent encore des trésors du Sahara, que ce soit les anciens ustensiles ou les costumes traditionnels, les meubles,… et tout ce qui a un rapport avec le vécu des Sahraouis des régions du sud et de l’est du Maroc», souligne la fondatrice de la Maison du Sud, Azza Essallami. On y trouve une grande partie du patrimoine sahraoui, de l’ancienne Khaima, aux jeux pratiqués par les nomades, en passant par les mlahef, le hawdaj et autres décors très raffinés. Le Matin

Les étudiants marocains se sont invités au FICAM. Au-delà du simple divertissement, la 13ème édition du FICAM a été l’occasion de lancer débats et bouillonnement d’idées. Des étudiants des écoles de cinéma du Maroc ont pu y rencontrer les professionnels du secteur, poser des questions et faire évoluer leurs projets. Des ateliers de formation étaient proposés autour de thématiques variées : le processus de création, les techniques de Norman McLaren, le documentaire animé… Delphine Maury, directrice d’écriture pour l’animation et productrice, et Jean Regnaud, scénariste de dessins animés ont animé pendant cinq jours un atelier autour du scénario. Quand on rentre dans la salle de classe de Delphine Maury et Jean Regnaud, les discussions vont bon train. Chacun présente ses idées, ses projets et ses productions. Certains étudiants sont intéressés par le cinéma d’animation, d’autres par les prises de vues réelles. Qu’importe la technique, l’histoire et le message restent essentiels, et c’est justement pour les aider à cadrer leurs envies que les deux intervenants n’hésitent pas à donner leur avis. Pour ces étudiants qui viennent des écoles d’arts marocaines, l’expérience est très enrichissante. Omar fait partie de la première promotion de l’Ecole supérieure des arts visuels. Pour ce jeune passionné, ce n’est pas toujours facile de savoir où l’on va quand on a plein d’idées. « On n’a pas toujours l’occasion de se confronter au regard de professionnels. Pour mes projets, j’en parle à mes amis, mais je ne suis jamais sûr de leur neutralité.    lnt

Sport

Tour du Maroc 2014: le Français Loic Desriac remporte la 3ème étape. Le Français Loic Desriac (GSC Blagnac Velo Sport 31) a remporté la 3ème étape du Tour du Maroc de cyclisme, disputée dimanche entre Essaouira et Agadir (170 km). Desriac a parcouru l’étape en 4h 09:07 devant l’Italien   Alessandro Mazzi (Untensilnord/même temps). Le Marocain Anas Ait Labdia (sélection nationale olympique/même temps) complète le podium devant l’autre marocain Mouhssine Lahssaini (équipe nationale du Maroc/même temps). La 4ème étape, qui comprend un transbordement d’Agadir vers Taliouine (190 km), reliera lundi Taliouine à Ouarzazate (170 km). Atlas info

Marathon des Sables 2014 : El Morabity et la Française Klein s’imposent au 1ère étape. Le Marocain Rachid El Morabity et la Française Laurence Klein ont remporté, dimanche, la 1ère étape de la 29è édition du Marathon des sables (MDS), disputée entre Erg Chebbi et Erg Znaïgui sur   une distance de 34 km. El Morabity, lauréat du MDS en 2011, a parcouru l’étape en 3h 04min 05sec, devançant l’autre marocain et quintuple vainqueur du marathon, Mohamed Ahansal (3h 05:06) et Abdelkader El Mouaziz (3h 12:26), qui dispute son premier MDS. Chez les dames, la Française Laurence Klein, déjà gagnante du MDS en 2007, 2011 et 2012, s’est imposée en 4h 05:37 devant l’Américaine Nikki Kimball (4h 16:39) et sa compatriote Julie Bryan (4h 50:04). Cette étape inaugurale s’est jouée sur des plateaux caillouteux et accidentés, ainsi que sur des passages sablonneux. Les coureurs ont remonté les dunes de l’Erg Chebbi et traversé des terrains plus ou moins vallonné sous une température de 36,6 degrés Celsius enregistrée à midi. Le MDS 2014 connait la participation de quelque 1.029 compétiteurs représentant 47 nationalités devant parcourir un total de 250 km, répartis en 6 étapes variant entre 20 et 80 km. La deuxième étape, prévue le 7 avril, reliera Erg Znaïgui à Oued Moungarf sur une distance de 41 km. Sport-Maroc

Championnat: le Raja remporte le derby. Le 116e derby de Casablanca Wydad-Raja a tourné à l’avantage des Aigles Verts (0-2) dimanche au Complexe sportif Mohammed V de la métropole économique pour le compte de la 24e journée du championnat. Après le traditionnel round   d’observation, le Raja a bénéficié de plusieurs opportunités de scorer. La plus nette a eu lieu à la 36ème minute avec une frappe de Iajour sur la barre transversale. Plus timorés les wydadis ont également eu quelques approximations, sans pour autant inquiéter la défense des verts et blancs. A la reprise les poulains du Tunisien Faouzi Benzarti, champions du Maroc en titre, ont ouvert le score par l’attaquant Mohssine Iajour (55e). Au temps additionnel le milieu de terrain Mouchine Moutouali (90e+3) double la mise. Cette victoire du Raja est la 33e dans l’historique des confrontations entre les deux clubs, contre 27 succès des Rouges et 54 matchs nuls. Au classement, le Raja est 4e (36 pts) en signant la 10e victoire de la saison (6 nuls, 6 défaites) à une longueur de son adversaire du jour et rival éternel le WAC (35 pts) qui a concédé son 6e revers de la saison (9 victoires, 8 nuls). Menara

Barrada passeur décisif malheureux. Ce dimanche après-midi, Abdelaziz Barra s’est distingué à domicile face à la formation d’Al Ahli pour le compte de la 22e journée de la D1 émiratie. Le médian offensif marocain a été passeur décisif sur l’unique but des siens inscrit par Jucilei en toute fin de match. Mais ce but n’a pas empêché les coéquipiers du Marocain de s’incliner sur le score de 3-1. Le Lion de l’Atlas qui a participé à l’intégralité de ce match a été averti à la 49e minute.    Mountakhab

L’agent de Benatia fait le point sur le mercato. Faisant actuellement partie des meilleurs défenseurs d’Italie, Mehdi Benatiapourrait bientôt changer de couleurs. Sous contrat jusqu’en 2018, le défenseur marocain de l’AS Rome intéresse plusieurs clubs dont le Bayern, Manchester United et le FC Barcelone. L’appétit des grosses écuries pour le Lion de l’Atlas a été confirmé par le journal français l’Équipe qui a eu un entretien avec l’agent du joueur, Moussa Sissoko. Ce dernier a déclaré : « Les dirigeants romains sont au courant que d’autres grands clubs sont intéressés et de tout ce qui se passe. Une réunion doit avoir lieu dans les prochains jours avec le club et on verra ensuite avec Mehdi vers quel challenge s’orienter. Même si aujourd’hui, il se sent très très bien à Rome. »    Mountakhab

International

Afrique du Sud : en pleurs, Pistorius s’excuse lors de son procès. La parole était ce lundi à la défense dans le cadre du procès d’Oscar Pistorius. Le champion paralympique a présenté, en pleurs, ses excuses   pour le meurtre de sa petite amie Reeva Steenkamp. C’est en pleurs que le champion paralympique sud-africain Oscar Pistorius a présenté lundi ses excuses pour le meurtre de sa petite amie Reeva Steenkamp. Le juge a été contraint d’écourter sa déposition, la toute première depuis le début du procès, car il était « visiblement épuisé ». « Je me réveille la nuit avec l’odeur du sang », a-t-il raconté devant le tribunal de Pretoria. Pistorius, qui serait sous traitement, semble avoir perdu du poids et souffre de « terribles cauchemars ». Il irait même jusqu’à se réfugier parfois dans un placard quand il a peur la nuit, selon ses déclarations. « Je veux saisir cette occasion pour présenter mes excuses à M. et Mme Steenkamp. (…) J’ai essayé de coucher mes mots sur le papier pour vous écrire, mais les mots ne suffiront jamais », a-t-il lancé aux parents de sa victime. Des paroles qui n’ont apparemment pas touché la mère de Reeva Steenkamp qui est restée de marbre. Oscar Pistorius continue d’affirmer qu’il pensait tirer sur un cambrioleur lorsqu’il a abattu son amie en février 2013. « J’essayais seulement de protéger Reeva, je veux que les gens sachent qu’elle était aimée quand elle est allée se coucher ce soir-là », a-t-il témoigné. L’accusation soutient au contraire que Pistorius, 27 ans, savait qu’il tirait sur sa petite amie et non sur un cambrioleur. Un spécialiste a confirmé l’ordre des impacts des quatre balles tirées : la première aurait d’abord touchée la hanche et la tête en dernier. Reeva aurait donc eu le temps de crier avant de mourir, comme l’estime le procureur, sauf si les coups de feu ont été tirés en rafale, comme l’a suggéré Me Roux. Le procureur a rebondi en affirmant que, selon le premier témoignage, l’athlète a tiré ses coups de feu en deux fois et que par conséquent cette nouvelle version est différente de la précédente. Afrik.com

L’Inde donne le coup d’envoi des plus grandes élections jamais organisées. L’Inde a donné lundi le coup d’envoi d’élections législatives hors normes qui pourraient porter au pouvoir le leader nationaliste   hindou Narendra Modi, dirigeant controversé donné favori pour succéder au parti du Congrès de la dynastie Gandhi. Quelque 814 millions d’électeurs indiens, préoccupés par le ralentissement de l’économie et la hausse des prix, pourraient mettre fin à dix ans de pouvoir du Congrès, usé par de nombreuses affaires de corruption, selon les sondeurs. Défi logistique, le marathon électoral se déroule en neuf étapes jusqu’au 12 mai pour permettre aux électeurs de déposer leur bulletin dans l’un des près d’un million de bureaux de vote du pays, des contreforts himalayens au sud tropical. Les résultats seront proclamés le 16 mai. Les électeurs de six circonscriptions de l’Assam et du Tripura, deux petits Etats enclavés du nord-est souvent négligés par le pouvoir, étaient les premiers à voter lundi. Le taux de participation s’établissait dans la soirée à près de 73% dans l’Assam, région productrice de thé où un mouvement séparatiste est bien implanté, et à 84% dans le Tripura, selon les dernières estimations officielles. A 70 ans, Vilati Tati, après une vie de labeur dans l’une des plantations de thé de l’Assam, s’est résignée à voter pour le Congrès, en dépit des récriminations qu’elle a contre le parti de la famille Gandhi. « J’ai voté pour la main », dit-elle à l’AFP en référence au symbole politique du parti, traditionnellement bien ancré dans cet Etat. « Les travailleurs des plantations ont toujours voté pour le Congrès », dit-elle. Cette loyauté a primé sur toute autre considération, en particulier ses nombreuses déceptions envers le pouvoir: pas de retraite ni d’aide médicale après 50 ans d’un travail qui a usé son corps. Le chef du parti nationaliste hindou Bharatiya Janata Party (BJP), Narendra Modi, a été omniprésent depuis six mois sur la scène nationale, menant campagne sur la relance de l’emploi et investissements. Il doit cependant affronter les doutes d’une partie de la population sur sa personnalité abrupte et son attitude pendant les émeutes qui ont ensanglanté en 2002 l’Etat du Gujarat. Le leader nationaliste dirige l’exécutif de cet Etat du nord-ouest de l’Inde depuis 2001. Plus d’un millier de personnes, essentiellement des musulmans, ont été tuées dans ces émeutes inter-communautaires et l’absence de réaction des forces de l’ordre lui est fréquemment reprochée même si la justice ne l’a pas mis en cause. Le sujet des tensions communautaires, sous-jacent pendant la campagne, s’est imposé au cours des derniers jours. Yahoo

La Bulgarie accuse un résident algérien au Maroc d’avoir commis l’attentat ‘terroriste’ de Bourgas. Sofia : Le 18 juillet 2012, un attentat-suicide a été perpétré à l’aéroport bulgare de Bourgas, contre des autobus   de touristes israéliens. Le bilan est de sept morts : cinq touristes israéliens, le chauffeur bulgare de l’un des autobus et le kamikaze. La justice bulgare enquêtant depuis 2 ans sur cet acte ‘terroriste’ dont était initialement accusé le Hezbolah libanais, orienterait désormais, ces accusations vers un ressortissant algérien vivant au Maroc. Selon le quotidien bulgare, Presa (ПРЕСА), il s’agirait d’un résident algérien au Maroc, qui aurait été entrainé au sud Liban, avant d’être envoyé en Bulgarie, pour y commettre son attentat kamikaze. Presa, citant des sources judiciaires, a publié un portrait-robot de ce ressortissant algérien, qui serait le Kamikaze, qui se serait fait explosé au milieu d’autobus touristiques qui transportaient les touristes israéliens. Le bureau du procureur bulgare qui instruit l’affaire, a refusé selon la même source de commenter cette révélation, se contentant de dire qu’une nouvelle orientation est donnée à l’enquête, laquelle irait étendre le champ des investigations vers le Maroc. Le Mag
Israéliens et Palestiniens multiplient les rencontres pour sauver les négociations. Les négociateurs israéliens et palestiniens se retrouvaient lundi sous les auspices de la médiation américaine pour tenter de sauver les négociations de paix, à trois semaines de l’échéance. Au lendemain d’une longue rencontre nocturne à Jérusalem entre les chefs de délégation, la ministre israélienne de la Justice Tzipi Livni, et le négociateur palestinien Saëb Erakat avec l’émissaire américain Martin Indyk, une nouvelle session était prévue dans la soirée. « Cette nuit, il y aura une autre rencontre après celle de la veille, qui a duré six heures », a déclaré l’ex-négociateur palestinien Mohammad Chtayyeh lors d’une conférence de presse à Ramallah. « La direction palestinienne laisse la porte ouverte à des négociations sérieuses jusqu’au 29 de ce mois », échéance des neuf mois de pourparlers convenue en juillet, a ajouté M. Chtayyeh. Il s’exprimait à l’occasion du 12ème anniversaire de l’arrestation de Marwan Barghouthi, un dirigeant du Fatah, le mouvement du président Mahmoud Abbas, emprisonné à perpétuité en Israël, dont les Palestiniens réclament la libération. La réunion de lundi soir a également été annoncée par une porte-parole du département d’Etat américain, Jennifer Psaki, qualifiant la précédente de « constructive et sérieuse ». « Les deux parties ont demandé aux Etats-Unis d’en tenir une autre aujourd’hui (lundi) pour continuer cet effort », a-t-on précisé. Lors d’une session extraordinaire du Parlement israélien, le chef de l’opposition, le travailliste Yitzhak Herzog, a fustigé le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président palestinien, leur reprochant d' »échanger des accusations depuis le jour où les négociations ont commencé, sans se rencontrer ni se parler ».    L’Express

L‘Allemagne tait le nombre d’accidents sur les autoroutes à vitesse libre. Berceau des constructeurs de grosses cylindrées, l’Allemagne redouterait en réalité que les données d’accidentalité soient une contre-publicité pour la vitesse. Les anti-radars, les pourfendeurs des vitesses libres ne jurent que par l’Allemagne. Notre voisin d’Outre-Rhin est la preuve vivante, selon eux, que la vitesse n’est pas cause d’accidents. La limitation n’existe pas sur leurs autoroutes et il y a moins d’accidents, assurent-ils. Or c’est faux, apprend-on dans le film. En réalité, sur l’ensemble du réseau allemand, il n’y a qu’un faible tronçon où l’on peut rouler sans devoir surveiller le compteur. 388 km exactement. Mieux encore, on apprend que l’Allemagne garde jalousement ses données d’accidentalité, notamment celles portant sur ces fameux 388km…. Ainsi au niveau européen, le responsable chargé de remplir le fichier des accidents pour chaque État-membre ne parvient jamais à remplir totalement sa mission. Il lui manque à chaque fois l’Allemagne! Berceau des constructeurs de grosses cylindrées, l’Allemagne redouterait en réalité que ces données soient une contre-publicité pour la vitesse. Car le nombre de sinistres recensés sur ces 388 km a finalement été divulgué. Jean-Luc Névache qui fut délégué interministériel à la sécurité routière et qui intervient dans le long métrage s’est procuré ces informations qu’il livre à la caméra…. Sur ce segment où la vitesse est libre, l’accidentalité est trois fois plus forte que celle en France, dit-il.    Le Figaro

Nouvelles Technologies

#Aftersex : les selfies après l’amour existent-ils vraiment ? #AfterSex : mot-clé désignant des photos supposément prises après un acte sexuel puis postées sur les réseaux sociaux. Cette « tendance », qui concerne en particulier Instagram, a été dénichée à la fin de mars par le site   américain Nerve, puis reprise par BuzzFeed, ComplexTech, Cnet, puis par le Time, le DailyMail, le Guardian, etc.
Selon Slate, reprenant une chronique parue dans le Guardian, l’utilisation de ce mot-clé attesterait d’« une trahison ultime de l’intimité » et de l’omniprésence de la« culture du porno, [et d’]une hyperréalité dopée au sexe où tout le monde doit en permanence en faire ou en parler ». De telles critiques sont relayées par bon nombre de titres de presse mentionnés ci-dessus. Seul le Daily Dot n’y voit pas trop d’inconvénients, estimant plutôt que ce n’est pas très intéressant comparé à d’éventuels « #presexselfies ». Mais faut-il vraiment donner à #aftersex autant d’importance ? A la date du 5 avril, l’occurrence et ses dérivés (#aftersexselfie, #aftersexhair, etc), comptabilisaient environ 9 000 photos référencées sur Instagram. Le Monde

Qualcomm va révolutionner l’usage des Hotspots ! Comme beaucoup, vous avez certainement déjà essayé de travailler dans un café pour cette petit chose que l’on appelleWiFi. Nous insistons sur le terme « essayer » car aux heures de pointe, une simple recherche Google est d’une   écrasante lenteur. Ce temps sera bientôt révolu grâce à nul autre que Qualcomm. La raison des problèmes de WiFi public est inhérente à son fonctionnement même. Lors des heures de pointe, l’affluence est à son paroxysme, or les réseaux sont techniquement capables de prendre soin d’un seul appareil à la fois. Donc plus les utilisateurs pompent sur le réseau plus le signal rame pour passer et la lenteur s’alourdit d’autant plus. Après 7 années de recherches, Qualcomm pourrait révolutionner cet usage, grâce à une nouvelle technologie qui permet aux routeurs de fournir simultanément plusieurs dispositifs. Notre Saint Graal s’intitule « multi user, multiple input, multiple output », ou pour les intimes, MU-MIMO. Cette nouvelle méthode de connexion Wi-Fi utilise un algorithme qui permet de s’adapter aux réseaux surchargés d’utilisateurs, ce qui pourrait tripler la vitesse sur des hotspots occupés, voire envahis.Seul hic pour le moment, le tout n’est pas de profiter d’un serveur acceptant la technologie MU-MIMO, encore faut-il que votre tablette, ordinateur, téléphone soit également compatible… La bonne nouvelle, c’est que les processeurs Snapdragon 805 et 801 peuvent déjà la supporter et Qualcomm va commencer à vendre des puces MU-MIMO dès cette année. Gizmodo

Le procès Apple-Samsung révèle des réflexions stratégiques croustillantes. Certes, les procès sur les brevets sont loin d’être passionnants. Mais celui qui vient de débuter aux Etats-Unis, et qui oppose Apple et Samsung, apporte tout un flot d’informations croustillantes sur les coulisses   de ces deux mastodontes, les questions qu’ils se sont posées, les options stratégiques qu’ils avaient envisagées, etc. En effet, un certain nombre de documents internes ont été versés aux dossiers juridiques. Ils circulent désormais sur la plupart des sites d’informations américains. Voici les informations les plus étonnantes (à ce jour). Dans un email datant d’octobre 2010, l’ex-patron d’Apple prépare une réunion de tous les cadres dirigeants d’Apple pour préparer l’année 2011. A l’époque, le point le plus important était la concurrence avec Google, qui avait lancé son système deux ans auparavant et commençait à sérieusement marcher sur les plates-bandes d’Apple. Steve Jobs prend ce sujet tellement au sérieux qu’il l’intitule la « guerre sainte contre Google ». D’ailleurs, il énumère toute une série de fonctionnalités où Android a une longueur d’avance, comme les notifications, le partage de connexion, les commandes vocales et, bien sûr, les applications en ligne. Ainsi, Apple souligne qu’Android « intègre en profondeur les services cloud de Google » et que ce dernier était « largement devant » lui. Ce qui n’a pas réellement changé depuis. Pour ceux d’entre vous qui attendent avec une infinie patience l’arrivée d’un iPhone avec grand écran, vous pouvez être rassurés : Apple vous a bien compris. Dans une présentation datant d’avril 2013, la firme à la pomme réalise, avec une certaine amertume, que son appareil fétiche ne colle plus tellement au marché. Les taux de croissance fondent comme neige au soleil. 01Net

 

 

le2minutes.com

________________________actu-maroc.com

Pour rejoindre la page facebook de votre journal actu-maroc.com, d’autres informations vous attendent, aimez la page en cliquant sur le lien ci-après: https://www.facebook.com/pages/Actu-Maroccom/107076616014235?ref=ts&fref=ts

 

 

Presse Actualité journal Maroc marocaine infos news Rabat Casablanca Marrakech Agadir Fés Tanger horaires de prière

faits divers politique économie accident cnops ministère ambassade cnss police douane trafic drogue prostitution pédophilie

Commentaires