Flash-news : Trente en un du « 8 janvier 2014

Flash-news : Trente en un du « 8 janvier 2014

295
0
PARTAGER

Le Premier ministre porte plainte contre le journal espagnol El Païs. Nouveau rebondissement dans l’affaire de la vidéo diffusée sur Internet, attribuée à Al-Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI), appelant à commettre des actes terroristes au Maroc. Le premier ministre marocain, Abdelilah Benkirane, a déposé une plainte contre le quotidien espagnol El Païs qui avait été le premier à diffuser la fameuse vidéo. La révélation a été faite par le quotidien arabophone Annass, à sa une du 6 janvier dernier. Annass ajoute que la démarche du Premier ministre aurait été menée secrètement, si bien que même les membres du gouvernement n’en ont pas été informés. C’est le 20 décembre dernier que le chef du gouvernement marocain se serait rendu au consulat d’Espagne à Rabat, pour y déposer personnellement la plainte adressée au procureur espagnol, Blanca Rueda Quintero. L’Etat du Maroc s’est alors offert les services de l’avocat José Luis Sanz, l’un des plus réputés d’Espagne. L’affaire de la vidéo d’AQMI est déjà à l’origine d’un procès au Maroc contre le journaliste et directeur de publication de Lakome, Ali Anouzla. Le site web de son journal avait repris la vidéo diffusée par El Païs. Ali Anouzla est poursuivi pour apologie du terrorisme. Son procès est toujours en cours. Agenceecofin

Guerre du Rif de 1958 : Un mouvement amazigh demande les excuses de l’Etat. Des revendications politiques seront au cœur de la marche amazighe du dimanche 12 janvier à Agadir. A l’initiative du mouvement Youda (Assez), les organisateurs de cette protestation comptent remettre au goût du jour la vielle demande des « excuses de l’Etat » sur, ce qu’ils appellent, de « crimes » qu’aurait commis l’armée marocaine au Rif en 1958 et 1959. De nombreuses associations rifaines estiment par ailleurs, qu’un tel pas serait à même de consolider la réconciliation, jusqu’ici encore fragile, entre Rabat et cette région du Maroc. Les « excuses » sont exigées par la direction de Youda pour « plus de cinquante ans de marginalisation, racisme et persécutions » des Amazighs par « l’Etat marocain ». Le mouvement Youda exige, également, des réparations collectives pour des régions amazighes ayant souffert de lourdes « sanctions » aussi bien durant les années de plomb que les protectorats français et espagnols. Pour rappel, l’Instance Equité et Réconciliation avait recommandé dans son rapport final de janvier 2006, présenté au roi Mohammed VI, de lancer des programmes de développement dans certaines parties du royaume ayant abrité des prisons secrètes, à l’instar d’Agdz et Kelaât Mgouna, ou celles qui étaient, sans l’aval des habitants, le théâtre de rébellion armées de factions de gauche contre le régime du roi Hassan II, comme lors des événements de Moulay Bouazza en 1973. Le mouvement Youda appelle à l’instauration d’une « régionalisation démocratique » garantissant « un minimum de gestion autonome : économique, politique et culturelle au Rif, Atlas, Souss et le Sud-Ouest », des régions géographiques connues pour abriter une forte population amazigh. Yabiladi

Amnistie: L’Etat veut récupérer à peine 5 milliards de dh ! « Nous serons heureux si nous arrivons à récupérer au moins 5 milliards de dirhams », a souligné mercredi, Mohamed Boussaid, ministre de l’Economie et des finances, à propos de l’amnistie sur les avoirs des marocains à l’étranger. Le ministre des Finances, Mohamed Boussaid, a refusé de préciser le montant que l’Etat devrait récupérer dans le cadre de l’amnistie sur les avoirs détenus par les Marocains à l’étranger, mais il a avancé une estimation de 5 milliards de DH. « Nous serons heureux si nous arrivons à récupérer au moins 5 milliards de dirhams », a-t-il souligné. A la question de savoir si ce chiffre n’est pas insuffisant et si cela méritait de faire tout un tapage pour récupérer cette somm, le ministre a répondu lors, d’une conférence de presse : « Nous n’avons pas de chiffre exact sur ce retour des fonds, mais peut-être que l’on récupérera davantage, nous l’espérons ». « Nous aurons plus à récupérer si les mesures de communication, de confiance et de confidentialité s’installent. Le bénéficiaire de cette amnistie doit remettre ses fonds à sa banque sans paiement de taxes et les mesures de confidentialité seront assurées. Il ne peut également y avoir aucune poursuite judiciaire. C’est une mesure libératoire », a encore assuré l’argentier du pays.  Le 360

Economie

Une autoroute de l’eau qui coutera 3.6 milliards de dollars. Annoncé depuis longtemps au Maroc et confirmé à Paris par le ministre Mohamed El Ouafa, comme projet imminent au royaume, le concept autoroute de l’eau au Maroc prend corps chiffré. Une étude portant sur le projet de réalisation d’une structure géante de transfert hydraulique nord – sud auMaroc a été lancée par le gouvernement. Il s’agit de faire doter le royaume d’une autoroute de l’eau qui transporterait plus de845 millions de mètres cubes d’eau des bassins hydrauliques du Nord vers ceux du Sud, dans le cadre d’un effort d’équilibrage hydraulique entre les régions nord du royaume riches en eaux et celles du sud du royaume en déficit hydrique. A ce propos, la ministre déléguée chargée de l’Eau, Charafat Afilal, a déclaré devant les députés de la Chambre des représentants que les estimations de son département vont à chiffrer les couts globaux de ce projet, à prés de 30 milliards de DH (3.6 milliards de dollars). Selon la ministre Afilal, cette autoroute de l’eau connecterait dans un premier temps, sur prés de 500 Km, les riches bassins du Loukkos et de Oued Laou dans le nord du royaume, vers les régions souffrant d’un manque en cette matière, notamment Casablanca, Marrakech et la région de Doukkala Abda. A noter que plusieurs solutions techniques pour la réalisation de cette infrastructure d’importance pour le Maroc, sont explorables : Ce projet peut prendre forme d’aqueduc souterrain ou de canaux de surface selon les reliefs et les contraintes techniques qu’ils imposent.  Le Mag

Le e-tourisme bat son plein au Maroc. L’Observatoire du tourisme vient de livrer les résultats de son baromètre pour le troisième trimestre 2013. Ils affichent des indicateurs positifs, aussi bien au niveau du suivi de la demande touristique qu’au niveau des indices d’appréciation et de satisfaction des touristes. Pour ce qui est de l’analyse des indicateurs clés de la demande, il ressort que 50% des touristes interrogés ont été séduits par le climat du Maroc, 28% par sa proximité géographique, alors que 25% l’ont choisi au vu du coût du voyage. Sur le registre du e-tourisme, Internet occupe une place de choix comme canal d’acquisition du voyage. 27% des touristes y ont recours. La réservation online du transport et de l’hébergement interviennent respectivement pour 68% et 61% des touristes interrogés. 60% des touristes étrangers ayant opté pour l’hébergement marchand réservent dans des hôtels classés avec une durée moyenne du voyage de 8,8 nuits, tous types d’hébergement confondus. S’agissant des dépenses, le touriste étranger a dépensé en moyenne, lors du 3e trimestre 2013, l’équivalent de 943 DH par nuit (transport international non compris). Les résultats du baromètre du tourisme révèlent également que 75% des touristes interrogés se déclarent très satisfaits ou satisfaits de leur expérience touristique au Maroc et 24% assez satisfaits.  Les Eco

Baisse des ventes des véhicules neufs en 2013. La baisse ne fait que commencer et le plus dur est à venir ! Tel est le double constat que l’on pourrait d’emblée faire, concernant le marché automobile national, au vu des dernières statistiques collectées et diffusées par l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (Aivam). Celles-ci annoncent que le marché des véhicules neufs, toutes classifications confondues, s’est arrêté à précisément 120.766 unités vendues au terme de l’année 2013. Par rapport aux 130.316 ventes réalisées en 2012, le repli enregistré est de l’ordre de -7,33% sur le marché global et même de -8,18%, si l’on ne s’en tient qu’aux voitures particulières (VP), qui réalisent le gros des ventes (108.188 unités). Première remarque analytique : hormis quatre marques du Top-10 (Dacia, Ford, Hyundai et Fiat), ainsi que trois labels premium (Mercedes, Land Rover et Porsche), tous les autres sont dans le rouge ! En revanche, certaines marques ont su tirer leur épingle du jeu. À commencer par le duo Dacia-Renault qui, fort d’une belle force de frappe commerciale (réseau), industrielle (usines) et financière (RCI Finance), a livré plus de 47.000 véhicules, s’accaparant ainsi une part de marché colossale, soit près de 39%. Renault Commerce Maroc conforte ainsi ses acquis, y compris le ratio faisant qu’un véhicule (neuf) sur trois vendus au Maroc en 2013 est sorti de l’une de ses représentations ! Seule nuance à faire : alors que Dacia signe une croissance à 2 chiffres, profitant du renouveau des Sandero et Logan, Renault fait les frais de la fin du Kangoo CKD (montage local), plongeant ainsi dans le rouge (près de -20%).  Les Eco

Les Belges séduits par la destination Maroc. Le Maroc figure parmi les cinq destinations touristiques estivales les plus prisées par les Belges, indique mardi le quotidien à grand tirage Le Soir. Le Royaume qui n’a pas vécu ce qu’on appelle le «printemps arabe», poursuit ainsi sa progression en termes d’attractivité touristique, souligne le journal, qui se base sur les données des réservations rapides effectuées auprès des principaux voyagistes belges, Neckermann et Jet Air. Les deux totalisent, à eux seuls, plus de 4,2 millions de clients. En effet, l’été 2014 devra confirmer l’attractivité croissante de la destination Maroc pour les touristes belges. Selon les derniers chiffres du ministère du tourisme, ils étaient 514.000 Belges à avoir visité le Maroc durant les dix premiers mois de l’année 2013, contre 481.000 durant la même période de l’année précédente.  Aujourd’hui

Le Maroc fait les yeux doux aux touristes malaisiens. La Fédération nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM) et l’Association des tours opérateurs malaisiens (BUMITRA) ont signé, mercredi, à Rabat une convention de partenariat visant à promouvoir les échanges touristiques entre les deux pays, a constaté Le360. Cette convention a été signée par Khalil Majdi, président de la FNAVM, et Mohd Ayub Hassan, président de la BUMITRA, en présence du directeur général de l’Office national marocain du tourisme (ONMT), Abderrafie Zouiten. La coopération entre les deux parties portent sur le secteur aérien ainsi que sur la distribution et les actions de co-marketing. Les deux organismes s’engagent notamment à « concevoir ensemble des packages touristiques pour garantir « une meilleure offre répondant aux attentes des touristes des deux pays ». Selon l’ONMT, le choix du touriste malaisien se base sur quatre critères à savoir la sécurité, le bon rapport qualité/prix, la propreté des villes et les atouts naturels de la destination. Le nombre de séjours des touristes malaisiens à l’étranger s’éleve à quelques 15 millions par an. En 2014, la Malaisie a pour ambition d’accueillir 28 millions de touristes et oeuvre pour tripler les recettes touristiques à l’horizon 2020 à 60 milliards de dollars, selon la même source.   Le 360

Social

Des pharmaciens agressent le ministre de la santé. Trois pharmaciens, dont le président du Conseil régional des pharmaciens du Sud, un organisme dissout récemment par le gouvernement, se sont attaqués au ministre de la Santé, Houcine El Ouardi, dans l’enceinte du Parlement. La scène s’est déroulée sous le regard d’un journaliste de Le360. Les trois hommes ont insulté le ministre en le traitant de tous les maux devant une assistance médusée. Cet incident, sans précédent au Parlement, est survenu alors qu’El Ouardi venait de défendre en commission deux lois, l’une sur la dissolution des Conseils régionaux des pharmaciens du Sud et du Nord, l’autre sur le don d’organes. Le principal mis en cause, Abdelrazaq Manfalouti, a violemment insulté le ministre, allant jusqu’à proférer des menaces. Selon les premières informations, les trois pharmaciens ont pu accéder à l’enceinte de la Chambre des représentants grâce à une recommandation d’une députée de l’opposition. Cette dernière a d’ailleurs reconnu avoir commis une erreur en intervenant en faveur de ces pharmaciens « mal éduqués ». Interpellées par les agents de police présents sur place, les trois personnes ont été conduites au commissariat et devraient faire l’objet de poursuites pour ce grave indicent. Pour rappel, le gouvernement a dissout le Conseil régional des pharmaciens du Sud après que de sérieuses défaillances au niveau de sa gestion administrative et financière ont été enregistrées par le département de tutelle.  Le 360

Le policier tueur de Mechraâ Belksiri condamné à la perpétuité. La chambre criminelle de Kénitra a condamné, mercredi, à la prison à perpétuité le brigadier de police, Hassan Belouti, pour avoir tué en mars 2013 avec son arme de service trois collègues de travail au commissariat de Mechraâ Belksiri (nord de Kénitra), a appris Le360 de source judiciaire. Dernièrement, l’accusé, 50 ans, s’est retranché derrière le silence après le retrait de son premier avocat et le refus du tribunal de convoquer des témoins, selon la même source. Dans son réquisitoire, le procureur a requis la peine de mort contre Belouti. La loi accorde le droit à l’accusé d’interjeter appel dans un délai de 15 jours. Ce triple crime avait créé une vive émotion dans tout le pays.  Le 360

Pas de hausse des prix de l’eau et de l’électricité (ministre). Le ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé des Affaires générales et de la Gouvernance, Mohamed El Ouafa, a démenti, mardi à Rabat, toute hausse des prix à la consommation. «Il y a 10 jours maintenant qu’on parle d’une augmentation des prix de l’eau et de l’électricité sur la base d’une étude divulguée qui n’a aucune valeur», a affirmé El Ouafa, en réponse à une question du groupe istiqlalien pour l’Unité et l’équalitarisme (PI) à la Chambre des représentants, ajoutant qu’«il n y a eu aucune hausse». D’autre part, il a considéré que l’Office national de l’électricité (ONE) «se dirige vers la faillite», une situation qui nécessite, selon lui, la signature par l’ONE d’un contrat-programme. Le gouvernement «va assumer, sans aucune crainte, sa responsabilité dans ce domaine», a-t-il encore dit. En réponse à une autre question sur «l’économie de la rente», El Ouafa a appelé à construire l’économie nationale sur la base de la concurrence, à annuler les «agréments bureaucratiques» et à ouvrir la voie aux Marocains pour «entreprendre et investir». L’Exécutif est en train d’harmoniser les législations en la matière et mettre en place une nouvelle Charte sur l’investissement, a-t-il fait savoir. Selon lui, le gouvernement s’efforce, dans sa démarche de lutte contre l’économie de la rente, à instaurer le principe de l’égalité des chances et à construire une économie basée sur la compétitivité et l’égalité entre les citoyens en matière de droit à l’investissement et au développement.  Maghrebemergent

22ème anniversaire de la disparition d’Abderrahim Bouabid. Le 8 janvier 1992, Abderrahim Bouabid s’éteignait. A 69 ans, le leader de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) avait rendu son dernier souffle, après une vie dédiée au combat, à la liberté, à la démocratie. « La prison est préférable au silence sur un sujet qui touche à l’avenir du pays», disait-il. 22 ans après son décès, le souvenir de ce militant à la vie, à la mort, est toujours vivace et son héritage immense. Tous ceux qui avaient côtoyé celui que les Ittihadis continuent de l’appeler dans une marque de respect à la fois impérissable et affectueuse Si Abderrahim. Le regretté fut le produit du peuple. C’était un homme d’Etat, un dirigeant, un leader et un combattant qui est sorti du peuple marocain alors sous occupation coloniale. Cette appartenance au peuple et aux couches populaires a comme porté le combat du leader disparu. « Le principal facteur de la détérioration de la situation au Maroc est l’absence de démocratie et la rupture avec le peuple (…) La principale revendication qui a caractérisé la lutte politique au Maroc après l’indépendance est celle qui consiste à donner la parole au peuple », avait déclaré Abderrahim Bouabid en 1968 alors qu’il procédait à un diagnostic de la situation politique en terre marocaine. L’homme n’a jamais craint de clamer haut et fort ses convictions. Et ses convictions se sont fortement exprimées dans la lutte contre l’occupant alors qu’il était jeune instituteur à Fès et qu’il s’engagea, à la fin des années 30, dans les cellules nationalistes.   Libe.ma

Art & Culture

Zainab Oussama, une marocaine en finale de la Star Académie Arabia. Après avoir disparu des écrans pendant deux ans, la Star Académie Arabia a fait son retour cette année. L’émission a été reportée plusieurs fois à cause des événements que connaît l’Egypte. Une chaine égyptienne a été choisie pour la diffusion cette année, au lieu de la chaine libanaise des huit premières éditions. La 9e édition a accueilli 16 candidats, au lieu de 20 lors des éditions précédentes. Chaque jeudi soir le public arabe, avait rendez-vous avec des voix venant des différents pays arabes, dont 2 Marocaines, Soukaina Boukhriss et Zainab Oussama. Ces dernières ont marqué leur présence grâce à leur grand talent, qui leur a valu d’arriver loin dans la compétition. Soukaina a été nominée plusieurs fois par le jury, mais le public votait toujours pour la faire revenir, avec à chaque fois le plus grand pourcentage de votes. Malheureusement, Soukaina a quitté la compétition, jeudi dernier, quand elle et Zainab ont été nommées toutes les deux. Le public a choisi Zainab, et a ainsi décidé que Soukaina quitte la compétition en se contentant de la 4e place. Zainab passe en finale, et devra affronter le Libanais John et l’Egyptien Mahmoud. Zainab Oussama a suscité l’intérêt des professeurs dès le premier jour. Sa voix douce capable d’atteindre les plus hautes notes lui a fait a gagner le coeur du public et de grands artistes arabes, présents durant les primes, et surpris par sa performance vocale. Le prime final sera diffusé ce jeudi sur les chaines CBC et LBCI et Zianab Oussama a besoin de soutien. Envoyez 2 au 9797 pour soutenir Zainab, pour encourager les talents marocains !  Lnt

Télévision. The Voice France : le Maroc aura son candidat ! Pour sa troisième saison, l’émission phare de la première chaine française prépare quelques surprises aux téléspectateurs. Cette année, inspirée par le succès des The Voice Arabia et des concours musicaux qui cartonnent dans les pays du Golfe, l’émission a décidé d’ouvrir la compétition aux candidats arabophones. Une décision stratégique qui permettra à la chaine de séduire un nouveau public, notamment la population maghrébine résidant en France, en Belgique et en Suisse. Peut-être même que cette année la version française de The Voice séduira le public marocain grâce à la participation de Youness ElGuezouli, l’étoile montante du raï. À seulement 25 ans, ce jeune marocain natif de Meknès semble promis à un brillant avenir dans la musique. Après sa victoire en 2003 à Casting Star (version marocaine de la Star Academy), il rejoint la France et s’affiche aux côtés des plus grandes voix du raï en rejoignant la programmation de la cinquième édition de «La Nuit du raï». Petit prodige du chant, Youness a passé, enfant, quatre ans au Conservatoire de Meknès. C’est là qu’il s’est initié au chaâbi marocain, à la musique moyen-orientale et au raï. Plus tard, il a perfectionné sa voix en chantant dans les boîtes de nuit, les fêtes et les mariages avant de remporter Casting Star. Souvent comparé à Cheb Mami, Youness a son propre style et s’illustre dans un mélange de soul raï et de chanson française. Une voix fine et puissante que le public pourra apprécier lors des auditions à l’aveugle de l’émission The Voice qui démarre samedi 11 janvier à 19 h 50 sur TF1. The Voice, c’est ce célèbre télé-crochet musical né en Hollande en 2010 et adapté depuis par plusieurs chaines à travers le monde. Le programme aurait pu ressembler aux multiples compétitions musicales destinées à révéler les chanteurs de demain telles que X Factor, Pop Idol ou Star Academy, et pourtant…  Le Matin

Jazzablanca :Ibrahim Maalouf fera escale au Maroc. Les bonnes nouvelles sont assez rares, réjouissons-nous de celle-ci. Le trompettiste Ibrahim Maalouf a indiqué sur son site internet qu’il sera à Casablanca le 31 mars prochain. En tournée depuis cet été avec son superbe cinquième album, Illusions, sortie à l’automne, le Franco-Libanais de 33 ans devrait être l’une des têtes d’affiche de la 9e édition de Festival Jazzablanca. Trompettiste, compositeur et pianiste, Ibrahim Maalouf est le jazzman de l’année 2013, avec ce nouvel album. Son actualité est encore assez chargée en ce début d’année puisqu’il a signé la bande-originale du film Yves Saint-Laurent de Jalil Lespert, très attendu en France. Mélangeant les genres, du classique à Rihanna, en passant par des sonorités orientales envoûtantes, Ibrahim Maalouf nous emportera en mars prochain dans un tourbillon d’influences, de spiritualités et de musiques. Surtout que ce musicien, très sollicité, est atypique à plus d’un titre puisqu’il est le seul interprète de cette trompette microtonale, créée par son père en 1963.  Au Fait Maroc

La RAM désigné ‘transporteur officiel’ de la Biennale d’art contemporain de Dakar. Pour les trois prochaines éditions de la Biennale de l’Art Contemporain de Dakar (Dak’art) , la RAM a été désigné Transporteur officiel de l’événement, une convention de partenariat a été signée mardi à Dakar. Paraphée par le PDG de la RAM, Driss Benhima, et le secrétaire général de la Biennale de Dakar, Babacar Mbaye Diop, en présence notamment de l’ambassadeur du Maroc au Sénégal, Taleb Barrada, cet accord de partenariat permettra à la RAM d’assurer le transport officiel de tout le commandement de la Biennale, des artistes, des commissaires et toutes autres personnes qui participeront à la réalisation de cette manifestation de grande envergure, dédiée à la promotion de l’art et de la culture à l’échelle du continent africain. Outre l’octroi par la RAM de quelque 120 billets pour chaque édition de la Biennale de Dakar, la compagnie s’engage également à mettre à la disposition des Sénégalais du monde, des prix préférentiels au départ de l’ensemble du réseau de la compagnie que ce soit des USA, de l’Europe, du Moyen Orient ou des autres pays africains, afin de leur permettre d’assister à cet événement prévu du 8 mai au 9 juin prochains dans la capitale sénégalaise. La RAM mettra également à contribution tous les supports de communication, dont elle dispose (revues de la RAM tirée à 50 mille exemplaires, les films diffusés à bord, les affiches ) pour contribuer au rayonnement de la Biennale et lui donner une dimension encore internationale.  Le Mag

Sport

La télévision marocaine ‘zapperait’ les matchs du mondial 2014 au Brésil. La SNRT serait non intéressée par l’acquisition des droits de diffusion d’aucun match, des phases finales du prochain mondial, qui se déroulera, l’été prochain, au Brésil. Le groupe de télévision duQatar, Bein Sports, ex-Al Jazeera Sports, détenteur des droits télé de cette compétition phare du sport mondial, aurait assuré que point offre, ne lui a été faite de la part du pôle public télévisuel marocain. Ni les chaînes de la SNRT ni leur paire tangéroise Médi1 TV, ne se seraient manifestés auprès du ‘truster’ Qatari pour demander l’achat d’un ou de plusieurs matchs du mondial. Selon le site arabophone Al Yaoum 24, qui assure tenir ses informations là-dessus, d’une source informée proche du paysage audiovisuel marocain, les chaînes télé du royaume, n’auraient point attention de débourser le moindre dollar pour acheter les matchs du mondial, surtout après l’élimination de cette compétition, de l’équipe nationale marocaine de football. Les amateurs de foot marocains seront une énième fois, obligés de se serrer dans les cafés qui diffusent ses matchs ou de se rabattre, pour un peu plus de confort, sur les offres commerciales du groupe qatari Bein Sports, qui cette fois, mettrait sur le marché, non pas des cartes prépayées de décodage, mais des récepteurs spéciaux pour recevoir ses chaines satellitaires.  Le Mag

Coup d’envoi à Rabat de la 5ème édition de l’Atlas Pro Tour de Golf. Au Royal Golf Dar Es Salam à Rabat, a été donné mardi, le coup d’envoi de la 5ème édition de l’Atlas Pro Tour, circuit professionnel hivernal organisé par l’Association du Trophée Hassan II de golf (ATH). Cette édition qui se poursuit jusqu’au 10 courant prévoit la participation de 100 golfeurs dont les 10 premiers seront qualifiés au Circuit Allemand Pro Golf Tour, alors que les joueurs classés entre la 11e et la 35e place valideront leurs cartes pour le Circuit Attijariwafabank, réservé aux joueurs nationaux, prévus du 15 au 17 janvier au Royal Golf de Dar Es Salam à Rabat et du 27 au 29 février au Royal Golf de Mohammedia. Etalée sur quatre mois, cette édition prévoit une programmation aussi riche que diversifiée avec 10 grands tournois nationaux et internationaux. Les épreuves du Circuit Allemand Pro Golf Tour seront disputées en six étapes: Essaouira (Open Mogador/10-12 février), Marrakech (Open Samanah/16-18 février et l’Open Al Maaden/20-22 février), El Jadida (Open Maddaef/8-10 avril), Larache (Open Lixus/14-16 avril) et Rabat (Open Royal Golf Dar Essalam/20-22 avril). Présidée par SAR le Prince Moulay Rachid, l’ATH, créée en 2012, a pour mission d’organiser des compétitions nationales et internationales, et de promouvoir le golf au Maroc en positionnant le Royaume comme une destination golfique incontournable à l’échelle internationale.  Le Mag

SOREC : Plus de deux mille éleveurs attendus à la 3ème édition. Suite aux succès qu’ont eu la première et deuxième éditions des Journées portes ouvertes (JPO), et dans le cadre du déploiement de la stratégie nationale pour la filière équine, la Société royale d’encouragement du cheval (SOREC) organise la 3ème édition à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 7 février. Ces journées qui s’attendent à accueillir plus de deux mille éleveurs ont pour principal objectif la sensibilisation et la promotion des bonnes pratiques de l’élevage au Maroc. Une occasion idoine eu égard aux moments de rencontres et d’échanges privilégiés qu’elles occasionnent entre les experts, les professeurs universitaires de l’institut agronomique et vétérinaire Hassan II et les éleveurs et les propriétaires. Bien entendu, tous les débats s’articuleront autour de la nécessité d’entretenir son cheval de la meilleure des façons. Outre le programme traditionnel, cette édition se démarquera par un certain nombre de nouveautés qui ne risquent pas de passer inaperçues. Principale innovation de cette troisième édition, les JPO sont précédées d’une caravane de sensibilisation qui a démarré le 8 décembre 2013 à Benslimane. Véritable périple étalé sur un mois et 20 étapes, cette caravane est partie à la rencontre des éleveurs et propriétaires de chevaux dans l’ensemble des circonscriptions équines des haras nationaux. Cette opération de proximité va également permettre de mieux identifier les besoins des éleveurs de chevaux selon les spécificités régionales, et de pouvoir proposer des solutions adaptées lors des JPO.  Aujourd’hui

Officiel : : Le « Mondialito 2014 » à Tanger. Au cours de sa dernière réunion à Zurich, le bureau exécutif de la FIFA a passé en revue tous les rapports émanant des inspecteurs fédéraux spécialistes de l’organisation de la mini-coupe « le mondialito » organisé au Maroc en décembre dernier 2013 et remporté par le Bayern de Munich. Une réussite sur tous les plans aussi bien à Agadir qu’à Marrakech a gagné la confiance de tous les représentants de la FIFA et surtout du président Joseph Blatter qui pense que le Maroc est vraiment une terre de football. Déjà, dans les coulisses, il est question de confier aux Marocains l’organisation de la coupe du monde 2022 ou 2026. Comme il a été décidé, l’expérience de la mini-coupe sera renouvelée dans les mêmes villes Agadir et Marrakech pour avoir acquis une bonne expérience avec une autre ville supplémentaire Tanger, soit trois au lieu de deux villes. Le choix de la capitale du Détroit est stratégique et géographique pour son site à quelques kilomètres de l’Europe pour attirer un nombre plus élevé des Européens. En plus, Tanger pourrait être le pole d’attraction du public espagnol au cas où l’un des trois clubs toujours en course en champion’s league : le Real Madrid, Barcelone et Atlético remporterait le titre de champion européen pour jouer le Mondialito.   Sports-Maroc

International

La Grèce prend officiellement les manettes de l’UE pour six mois. « C’est une grande responsabilité pour la Grèce d’occuper la présidence de l’UE pendant le semestre qui va mener aux élections de mai », a souligné mercredi le ministre des Affaires étrangères, Evangelos Venizelos, lors d’une rencontre avec la presse. Les présidents du Conseil européen et de la Commission, Herman Van Rompuy et José Manuel Barroso, ainsi que l’ensemble des commissaires européens, font le déplacement et doivent rencontrer dans l’après-midi le gouvernement en place, comme ils le font pour chaque présidence de l’UE. Arrivé en milieu de journée, M. Barroso devait aussi tenir une conférence de presse à 15H15 GMT avec le Premier ministre grec, Antonis Samaras. Cette visite, dans le pays qui a été l’épicentre de la crise de la dette et qui a dû consentir de lourds sacrifices, risque de prendre une dimension particulière. Pour la Grèce, l’enjeu est de redevenir un pays « comme les autres », selon l’expression de son Premier ministre. Lors de la présentation des voeux de fin d’année, il avait promis que 2014 marquerait la fin des plans d’assistance financière UE-FMI qui, depuis 2010, ont placé le pays sous perfusion financière. Cette année doit aussi être celle où la Grèce tourne le dos à six années de récession. Le pays devrait enregistrer une modeste croissance de 0,6%, selon les prévisions du gouvernement et de la Commission européenne. Mais la présidence grecque fait aussi grincer des dents: le chef du principal parti d’opposition Gauche radicale Syriza, Alexis Tsipras, a ainsi fait savoir qu’il n’assisterait pas à la cérémonie d’ouverture mercredi soir. Un geste qui se veut avant tout « symbolique » pour l’homme politique, adversaire des plans d’austérité imposés à son pays. Afin d’éviter d’éventuels débordements, des mesures de sécurité renforcées ont été prises et tout rassemblement est interdit dans le centre-ville, bouclé à la circulation dans l’après-midi.  20minutes

Avortement: Les pays de l’Union européenne vont-ils suivre le chemin de l’Espagne? L’inquiétude règne en Espagne depuis le 27 décembre dernier, date à laquelle le gouvernement du conservateur Mariano Rajoy a approuvé un projet de loi qui restreint drastiquement le droit à l’avortement. Une inquiétude qui gagne d’autres pays européens comme la France, où des manifestants se mobilisent, craignant que le virage conservateur de leur voisin ne se propage sur leur territoire national. Le projet de loi espagnol -qui interdit l’avortement sauf en cas de viol (avec dépôt de plainte), de grave danger pour la femme ou de malformation fœtale, qui devront être diagnostiqués par des médecins- doit bientôt être soumis au Parlement, et les chances sont grandes de le voir voté, le Parti populaire (au pouvoir) y détenant la majorité absolue. Si elle était adoptée, cette loi ferait passer l’Espagne de l’un des pays de l’Union européenne les plus avant-gardistes à l’un des plus réactionnaires sur cette question. La quasi-totalité des pays membres de l’UE autorisent l’avortement. Seule exception: Malte, qui interdit totalement toute interruption volontaire de grossesse (IVG), même s’il y a un danger vital pour la mère ou si le fœtus présente de graves problèmes. D’autres Etats membres pratiquent une politique très restrictive en la matière, comme la Pologne et l’Irlande -et peut-être donc bientôt l’Espagne. En Pologne, les IVG ne sont autorisées qu’en cas de viol, d’inceste et de danger pour la vie ou la santé de la mère, et en Irlande seulement en cas de danger pour la vie de la femme, et ce seulement depuis le mois de juillet dernier. Les autres légalisant l’IVG selon différentes conditions, sur obtention d’un certificat de consultation en Allemagne, jusqu’à dix, douze, quatorze ou vingt-quatre semaines selon les législations.  20minutes

Accident de Schumacher: la justice écarte toute responsabilité extérieure. La justice française écarte toute responsabilité extérieure, à ce stade de l’enquête, dans l’accident de ski qui a plongé Michael Schumacher dans le coma le 29 décembre, quand sa tête a violemment heurté un rocher alors qu’il skiait hors piste à Méribel, dans les Alpes françaises. Le septuple champion du monde de Formule 1, 45 ans, « a choisi délibérément d’aller » dans une zone hors piste, située entre une piste rouge et une piste bleue, a indiqué mercredi le procureur, Patrick Quincy, au cours d’une conférence de presse à Albertville (est de la France). Dans ce contexte, et en dépit des sommes en jeu compte tenu de son statut, il est peu probable, selon des professionnels, que les assurances indemnisent l’ancien champion de Formule 1. « Dans ce cas-là, comme il est tombé tout seul, qu’il n’y a pas d’intervention de tiers, du point de vue des assurances, les seules responsabilités qui peuvent être engagées c’est la sienne et celle de la station », explique Stanislas di Vittorio, fondateur du comparateur d’assurances en ligne Assurland. Mais « la responsabilité de la station est limitée à ce qui se passe sur les pistes », précise l’expert. Selon les premiers éléments de l’enquête, révélés mercredi, Michael Schumacher évoluait à une distance comprise entre 3 et 6 mètres du bord de la piste balisée, pratiquant « une godille large », quand ses skis ont affleuré un rocher qui l’a fait chuter à 8 mètres de la piste. Pour le procureur Patrick Quincy, les normes de balisage des pistes « ont été respectées », ce qui semble exclure le principal reproche susceptible d’être fait à l’exploitant de la station.  Yahoo

Le cambriolage qui ébranla le FBI dans les années 1970 enfin élucidé. En cette soirée du 8 mai 1971, tous les regards se portent sur le «combat du siècle» entre Joe Frazier et Mohammed Ali. Au même moment, à Media, dans la périphérie de Philadelphie, un groupe de huit opposants à la guerre du Vietnam profite de cette diversion pour s’introduire dans un des bureaux duFBI. À cette occasion, l’équipe fait main basse sur une liasse d’une centaine de documents, tous confidentiels. Le butin, envoyé anonymement à plusieurs journaux américains, provoquera un vaste scandale impliquant le directeur du FBI en personne, John Edgar Hoover. Ces papiers apportent pour la première fois la preuve de la surveillance étroite, voire du harcèlement, de centaines d’activistes américains. Les auteurs du cambriolage sont restés inconnus jusqu’à ce jour. Près de 200 agents du FBI ont pourtant été lancés à leurs trousses. Sans succès. Quarante-trois ans plus tard, cinq de ces huit «lanceurs d’alerte» sortent de l’ombre. Ils racontent en détail leur larcin, aujourd’hui couvert par la prescription, dans un livre paru cette semaine aux États-Unis, The Burglary: The Discovery of J.Edgar Hoover’s Secret FBI. L’auteur, Betty Medsger, est la première journaliste à avoir relayé leurs informations dans la presse de l’époque. C’est elle aussi qui les a persuadés de témoigner. Leur histoire est également racontée dans un documentaire intitulé 1971 . Les huit participants avaient tous juré de garder le silence. Ils étaient professeurs d’université, étudiants ou même chauffeur de taxi. Tous appartiennent aux mouvements de la «Nouvelle gauche».   Le Figaro

À un mois des JO, Sotchi se transforme en camp fortifié. Depuis mardi, et à un mois de la cérémonie d’ouverture des jeux d’hiver, le 7 février, le complexe olympique de Sotchi a pris des allures de camp fortifié. Sauf autorisations spéciales délivrées au compte-gouttes, et sous peine d’une amende de 3000 roubles (70 euros), la circulation automobile à usage privé a été interdite dans un rayon atteignant 100 kilomètres. Dans les rues, les contrôles d’identité se multiplient. L’accès à une grande partie des bâtiments publics est devenu impossible. Les courriers à destination de la région de Krasnodar (5 millions d’habitants), frontalière de la mer Noire, sont ouverts avant expédition.
La majorité de ces mesures avaient été programmées de longue date, mais une semaine après ledouble attentat suicide de Volgograd qui a fait 34 morts, les 29 et 30 décembre, le panel sécuritaire s’est renforcé. Les 350.000 habitants de Sotchi en découvrent l’ampleur au dernier moment. «Toutes les unités chargées de la sécurité des participants et des invités aux Jeux olympiques seront prêtes à intervenir à tout moment», a promis le ministre russe des Situations d’urgence, Vladimir Poutchkov. Selon un décompte de la radio Écho de Moscou, au moins 55.000 policiers et militaires seront mobilisés, 72 drones survoleront la région, tandis que l’armée expérimentera à grande échelle des missiles sol-air de nouvelle génération (Pantsir-S). Ce régime spécial, dont le niveau de coercition dépasserait celui des JO d’été de Pékin, en 2008, s’appliquera jusqu’au 23 mars, une semaine après la clôture des Jeux paralympiques. «Les visiteurs occidentaux qui arriveront dans un mois à Sotchi seront choqués», pronostique un consultant européen affecté à la préparation des Jeux.   Le Figaro

Nouvelles technologies

Données personnelles : la CNIL sanctionne Google de l’amende maximale de 150 000 euros. La Commission nationale informatique et libertés (CNIL) a annoncé, mercredi 8 janvier, dans un communiqué, qu’elle sanctionnait de l’amende maximale de 150 000 euros le géant américain Google, qui refuse toujours de rendre conforme au droit français sa politique de confidentialité des données sur Internet. La sanction pécuniaire s’accompagne de l’obligation de publier « un communiqué relatif à cette décision sur la page d’accueil de Google.fr sous 8 jours à compter de la notification » de cette décision, et ce pendant quarante-huit heures. La CNIL est l’une des six autorités à avoir lancé une procédure à l’encontre du géant américain. Mais ses capacités sont faibles : à côté de ces 150 000 euros, l’Espagne peut elle tabler sur un million d’euros. Des sanctions faibles à l’échelle d’un groupe comme Google – dont le chiffre d’affaires dépasse 50 milliards de dollars par an – et qui ont conduit les autorités membres du groupement européen des CNIL, le G29, à réfléchir à des sanctions plus lourdes. L’autorité française reproche notamment à Google de trop grandes imprécisions dans les explications fournies aux internautes sur l’utilisation de leurs données personnelles.  Le Monde

Mophie offre de la batterie et une capacité de stockage supplémentaire aux iPhones. Le CES 2014 se terminera le 10 janvier. Mais en attendant cette date fatidique, nous continuerons à vous parler de toutes les innovations qui y sont actuellement présentées. Celle qui nous intéresse ici concerne une batterie externe dédiée au dernier iPhone. Sauf qu’au-delà d’une simple batterie, cettecoque offre aussi au smartphone d’Apple un espace de stockagesupplémentaire ! C’est la société Mophie qui présente cette petite innovation, baptisée Space Pack, qui prend donc la forme d’une coque de rechargement très classique. Concrètement, il suffit à l’utilisateur de cette coque de la brancher sur son iPhone. Il devra aussi installer une application complémentaire pour pouvoir par la suite accéder, depuis son mobile, à toutes les données stockées dans la coque. Pour les récupérer hors du smartphone, Mophie a pensé à un système de connexion de l’étui au Mac des utilisateurs. Cette nouvelle coque sera disponible au mois de mars 2014 au prix de 149$ pour 16 Go de stockage supplémentaire ou de 179$ pour 32 Go.  Gizmodo

Kanye West n’apprécie pas la monnaie virtuelle à son effigie. Sept codeurs, qui tiennent à rester anonymes, ont décidé de créer une monnaie virtuelle s’appuyant sur l’image de Kanye West : le Coinye West. Ce qui a commencé par une simple blague sur un forum pourrait bien se terminer au tribunal. Le 6 janvier 2013, le rappeur a menacé les créateurs de cette monnaie virtuelle, par l’intermédiaire de ses avocats, de porter plainte pour violation de marque, rapporte le Wall Street Journal. « Les consommateurs sont susceptibles de croire à tort que M. West est la source de vos services », indique les avocats dans leur courrier. Sur la pièce de monnaie, le visage du rappeur est en effet immédiatement reconnaissable. Les avocats demandent donc à ce que le nom et l’image du rappeur ne soient en aucun cas liés à cette monnaie, que le site soit désactivé ainsi que les pages créées sur les réseaux sociaux. Devant la menace, au lieu de capituler, les plaisantins ont au contraire décidé d’accélérer la sortie de leur monnaie virtuelle qu’ils prévoient pour le 11 janvier prochain. « Nous voulons que le public puisse en disposer avant que ces personnes ne la détruisent », indiquent-ils au journal. Ils ont toutefois pris la précaution de délocaliser l’hébergement de leur site en Inde, de supprimer le mot « West » du nom de leur monnaie et de modifier un peu leur logo : le rappeur y apparaît désormais déguisé en poisson. Pas sûr que cela calme Kanye West et ses avocats.  01net

En 2013 on a pu découvrir plusieurs voix sublimes qui nous ont impressionné et certainement d’autres qui ont choqué. SINA, elle, a mérité le prix du Buzz de l’année en 2013 au Maroc, elle a pu enflammer la toile avec plus de 1 millions de vus sur Youtube avec sa chanson « You Are Handsome Like Angol ». Son succès est dû au partage des internautes qui ne cessent de l’attaquer et de la critiquer, mais en fin de compte Sina leur dit que si vous parlez de moi en bien ou en mal, juste le fait que vous parlez de moi déjà c’est un succès.

Ibtissam Naji, de son vrai nom, sur les réseaux sociaux elle est considérée comme une insulte à l’art, d’autres demandent : Stop Making Stupid People Famous , exemple Sina.  Elle a eu l’audace de traduire la chanson Marocaine Yawm Ychbeh Yawm en anglais tout en rajoutant sa propre touche en langue Turque, ce qui créa un Buzz hors norme sur les réseaux sociaux, You’are Handsome Like Angel, telle fut la découverte de l’année si on peut dire ça, et elle ne s’arrêta pas là, elle enchaina les passages radios ou elle révéla qu’elle est non originaire de Fès, mais Original de la ville spirituelle comme elle le souligne lors de son passage à Med Radio où elle parle à cœur ouvert et dit qu’elle n’est pas dérangée par tous les bruits du couloir, sa rencontre avec un acteur dont on ignorait l’existence jusqu’à présent et qui s’appelle Ronaldinho Di Caprio, durant une heure d’interview on a eu droit à un vrai Sitcom chose qui nous manque vraiment . Son audace n’a pas de limite à voir ses clips tirés par les cheveux, son chant qui est décalé avec le rythme et ses pas de danse, on se demande si les maisons de Production acceptent de produire la prostitution visuelle.

Sina croit en l’artiste qu’elle est, et fait face aux internautes en leur demandant de la laisser tranquille, et de la laisser faire ce qu’elle a toujours envie de faire depuis son enfance devenir une Star, selon Sina, quand elle travaillait comme hôtesse de l’air elle demandait aux artistes si elle peut devenir une star, on lui disait tout le temps : Tu l’es déjà ! Une blague qu’elle a prise au sérieux.

Mais quand on regarde Sina, et on analyse son interview, on se pose la question si elle n’a pas raison quand elle a dit qu’elle est folle et dans une société comme la nôtre c’est impossible qu’une personne ne soit pas normale. Je crois qu’on a enfin trouvé notre Rémi Gaillard national connu par sa citation : C’est en faisant n’importe quoi, qu’on devient n’importe qui.

 

 

 

 

 

________________________actu-maroc.com

Commentaires