Flash-news : vendredi 25 avril 2014

Flash-news : vendredi 25 avril 2014

565
0
PARTAGER

La Minurso ne sera pas chargée de surveiller la situation des droits humains au Sahara occidental (diplomate). La résolution que le Conseil de sécurité de l’ONU s’apprête à adopter mardi prochain pour prolonger la mission onusienne au Sahara occidental (Minurso) ne prévoit   pas de système de contrôle de la situation des droits humains dans ce territoire revendiqué par le Maroc et pour lequel le front Polisario exige l’indépendance. C’est ce que rapporte Agence France Presse qui cite un « diplomate du conseil ». Si ce pronostic s’avère exact, les prérogatives de la Minurso continueront à se limiter à la surveillance du cessez-le-feu entre Rabat et le Front Polisario, en vigueur depuis 1991. Le Maroc aura échappé, une fois encore, à une résolution sévère organisant un contrôle onusien des droits humains au Sahara occidental, où ses forces de sécurité sont accusés par les indépendantistes de violences et de pratique de la torture, entre autres exactions. Selon le diplomate cité par l’AFP, la résolution qui sera adopté le 29 avril a été préparée par les Etats-Unis et devrait constituer « un message clair d’unité » de la communauté internationale sur cette question. L’inclusion de la surveillance de la situation des droits humains dans les prérogatives de la Minurso est revendiquée par des ONG comme Amnesty International et Human Rights Watch. Sans la soutenir explicitement, le secrétaire général de l’ONU Ban ki-Moon avait préconisé, dans un rapport daté du 10 avril dernier, un contrôle « durable, indépendant et impartial » ces droits au Sahara occidental. Maghrebemergent

Aucune décision n’a encore été prise concernant l’augmentation du SMIG (El Khalfi). Le gouvernement n’a pris, jusqu’à présent, aucune décision concernant l’augmentation du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG), revendiquée par les centrales syndicales, a indiqué   le ministre de la communication porte-parole du gouvernement M. Mustapha El Khalfi. Les mémorandums présentés par les Centrales syndicales comprennent un volet relatif à l’augmentation du SMIG, mais « aucune décision n’a été prise à ce propos », a précisé M. El Khalfi lors d’un point de presse à l’issue du Conseil du gouvernement, réuni jeudi à Rabat. M. El Khalfi a, à cet égard, souligné que le programme gouvernemental prévoit des mesures de soutien du pouvoir d’achat des citoyens, toutefois, a-t-il noté, « aucune décision n’a encore été prise concernant le SMIG, mais une fois décidée dans le cadre du dialogue social, elle sera annoncée ». Et d’ajouter que l’Exécutif a réagi avec responsabilité aux revendications des syndicats, soulignant que le gouvernement a interagi avec responsabilité avec les mémorandums des syndicats lors du premier round du dialogue social. Le gouvernement souhaite également traiter ce dossier « avec franchise et responsabilité », et « répondre favorablement aux revendications raisonnables », tout en oeuvrant, dans le même temps, à renforcer les mécanismes de dialogue social à l’échelle nationale, a ajouté le ministre. Dans le même ordre d’idées, M. El Khalfi a fait savoir qu’une action intense est menée au niveau des départements gouvernementaux concernés en vue de garantir une interaction responsable et positive avec les questions soulevées dans le cadre du dialogue social. MAP

Omar Hilale présente ses lettres de créance à Ban Ki-Moon. Omar Hilale a remis, mercredi à New York, ses Lettres de Créance au Secrétaire général des Nations-Unies, Ban Ki-moon, en sa qualité d’ambassadeur représentant permanent du Royaume du Maroc auprès de l’Onu. Dans une déclaration à la MAP à l’issue de cette audience, Hilale a indiqué que le chef de l’ONU l’a «chargé de transmettre ses chaleureuses salutations et son appréciation à Sa Majesté le Roi Mohammed VI», soulignant que Ban Ki-moon a également exprimé son admiration pour «tout ce que le Souverain fait pour le Maroc ainsi que son appréciation pour le rôle joué par le Royaume au sein des Nations unies». Le Secrétaire général de l’Onu a, aussi, mis l’accent, à cette occasion, sur l’importance de la contribution du Maroc aux échéances internationales à venir, notamment en ce qui concerne l’adoption de l’Agenda post-2015 et la conférence mondiale sur les changements climatiques prévue l’année prochaine. «Ban Ki-moon m’a également demandé de transmettre ses félicitations à Sa Majesté le Roi pour le rôle joué par le Maroc au sein du Conseil de sécurité au cours de ces deux dernières années», a poursuivi Hilale, soulignant l’avoir, pour sa part, assuré de l’appui et de la coopération du Royaume en vue de créer un «partenariat entre le Royaume du Maroc et le Secrétariat général des Nations unies». Le diplomate marocain a précisé au chef de l’Onu que si pour le Maroc la question du Sahara reste «la priorité des priorités», il n’en reste pas moins vrai que le Royaume veut aussi jouer un rôle principal dans d’autres thématiques et questions internationales, notamment pour ce qui est des questions économiques, des droits de l’Homme, du maintien de la paix, la sécurité dans le monde, le désarmement, ainsi que l’agenda post-2015 et les changements climatiques.    Le Matin

Obama viendra-t-il au Maroc pour coprésider avec le Roi, le GES 2014? Le président Barack Obama, initiateur en 2009, de ce sommet, lors de son discours au Caire, serait annoncé au royaume pour y co-présider avec le Roi Mohammed VI, les travaux de cette rencontre d’importance, à laquelle prend part des délégations de 59 pays. Le président américain Barack Obama, avait reçu du Roi Mohammed VI, lors de leur rencontre au sommet à la maison blanche, une invitation pour se rendre en visite au Maroc. Dans le communiqué conjoint sanctionnant la visite du souverain à Washington, la maison blanche avait déclaré que:  »Le Président Obama a favorablement accueilli l’invitation du Roi pour effectuer une visite au Maroc ». Pour sa part, la ministre marocaine Mbarka Bouaida avait récemment assuré que forte est la probabilité que le président américain se rende au Maroc avant la fin 2014, surtout que leGlobal Entrepreneurship Summit, épouse parfaitement la tendance stratégique nouvelle, qu’empruntent le Maroc et les USA, pour leur relation, à savoir la priorité donnée aux échanges économiques et aux investissements.    Le Mag

Les dépenses publiques se redressent au Maroc. Au cours des cinq dernières années, le Maroc a enregistré une hausse constante de ses déficits « jumeaux » (budgétaire et commercial), principalement en raison du ralentissement prolongé de l’activité économique en Europe, partenaire commercial de premier ordre et source majeure d’investissement direct à l’étranger pour le pays. A cette faiblesse de la demande européenne viennent s’ajouter la montée des prix mondiaux du pétrole et des récoltes particulièrement médiocres en 2012. Autant de facteurs qui ont poussé respectivement les deux déficits jusqu’à 7.3 % et 23.8 % du PIB pour cette année. A la mi-janvier, le gouvernement a annoncé l’élimination des subventions à l’essence et au fuel industriel hors production d’électricité, ainsi que la réduction graduelle des subventions au diesel de 2.15 dirhams (0.19 €) par litre à 0.80 dirham (0.07 €) entre février et octobre 2014. Les subventions au butane et au fuel industriel destiné à la production d’électricité seront en revanche maintenues. Ces deux postes devraient être équivalents à 1.8 % du PIB en 2014. Ces nouvelles mesures viennent renforcer la ligne adoptée par le gouvernement dès l’année dernière. En septembre, les autorités nationales avaient lancé un mécanisme d’indexation des prix domestiques sur les cours mondiaux pour trois produits, à savoir l’essence, le diesel et le fuel industriel non destiné à la production d’électricité. L’objectif était de stabiliser les dépenses en matière d’énergie et de se protéger contre la volatilité.    Maghrebemergent

Economie

Assises de l’agriculture: 9 programmes pour le développement agricole. La première convention, signée par les ministres de l’Agriculture et de la pêche maritime, et de l’Economie et des finances, MM. Aziz Akhannouch et Mohamed Bousssaid, et le président de la Mutuelle agricole   marocaine d’assurances (MAMDA), Hicham Belmrah, vise à mettre en place un programme de garantie multirisque pour l’arboriculture fruitière. Ce programme, qui porte sur les rosacées fruitières, les agrumes et l’olivier, couvre 6 risques climatiques majeurs, dont le gel, le vent violent et les hautes températures, et s’étend sur 30 provinces à vocation arboricole, au niveau de 10 régions du Royaume. En vertu de cet accord, le gouvernement s’engage à financer le programme, à travers une subvention aux cotisations des agriculteurs comprise entre 50 pc et 70 pc pour abaisser le taux de cotisation à un niveau accessible, et une contribution prévisionnelle de 60 millions de dirhams par an, pour une superficie cible de 50.000 ha en 2013-2014. Pour sa part l’AMDA, promet d’assurer la gestion du programme de garantie pour le compte de l’Etat, de commercialiser les contrats de garantie et de prendre en charge les opérations d’expertise et d’indemnisation des sinistres. Le deuxième contrat-programme pour la période 2014-2020, signé par MM. Akhannouch et Boussaid, et le président de la Fédération interprofessionnelle des viandes rouges, M. Hammou Ouhelli, ambitionne de créer plus de 80.000 emplois additionnels et d’augmenter la production à 612.000 tonnes en 2020 contre 490.000 tonnes en 2013. Menara

Paiement en ligne: Fast Payment commence son activité. Un nouvel opérateur de paiement en ligne, Fast Payment, vient de démarrer officiellement ses activités au Maroc. Pour s’imposer sur le marché, ce nouveau prestataire de service de paiement (PSP) mise sur le multi-canal   et la sécurité, comme l’explique son PDG Younes Azennoud. Fast Payment propose des solutions aidant les cybermarchands à rendre leur offre attractive. Ainsi, outre le paiement en ligne, la plateforme propose aussi des solutions pour le paiement de proximité et le paiement par mobile. Aussi, la plateforme est depuis mars dernier conforme aux normes «Payment Card Industry Data Security Standard» (PCIDSS), devenant ainsi le premier opérateur de paiement en ligne (PSP) certifié niveau 1 au Maroc. Cela implique une infrastructure informatique sécurisée avec une protection physique et logique des données. Cette plateforme donne aussi l’opportunité aux cybermarchands d’opérer un suivi à distance et en temps réel. Ces derniers pourront avoir accès aux journaux et totaux de transactions, aux tableaux de bord, etc. Homologuée par le Centre Monétique Interbancaire (CMI) comme PSP à part entière, cette plateforme intervient dans un secteur en pleine mutation. Proposant une commission de 0,25%, elle a pour vocation d’attirer une bonne part du marché e-commerce, surtout dans un contexte où le paiement en ligne est en forte croissance selon le CMI. En effet, durant le premier trimestre 2014, le nombre de transactions de paiement sur Internet a progressé de 36% et a atteint 500.980 opérations. Le montant global correspondant a progressé de 31% pour se situer à 297 MDH. Les Eco

Conseil agricole : Un don de plus de 16 millions d’euros de l’UE. Un don de 16,135 millions d’euros, incluant 15 millions d’euros d’appui budgétaire et 1,135 million d’euros d’aide complémentaire, vient d’être débloqué au profit de l’agriculture marocaine. Le ministre de l’agriculture   et de la pêche maritime, Aziz Akhannouch, Mohamed Boussaid, ministre de l’économie et des finances, et Rupert Joy, ambassadeur, chef de la délégation de l’Union européenne au Maroc, ont pris part, en décembre dernier, à la cérémonie de signature de la convention de financement du programme d’appui de l’Union européenne à la stratégie nationale du Conseil agricole. Sur une période de six ans, l’objectif général du programme est de contribuer à promouvoir un dispositif local du Conseil agricole qui répond aux besoins des petits agriculteurs et qui leur soit financièrement accessible et disponible localement. Ce but se décline à travers trois objectifs : contribuer à la mise en place d’une gouvernance du Conseil agricole, permettre l’accès des petits producteurs à un Conseil agricole de qualité et améliorer les compétences des conseillers agricoles pour répondre aux besoins des petits agriculteurs. La signature de cette convention s’inscrit dans le cadre de l’Instrument Européen de Voisinage et de Partenariat et témoigne de l’intérêt qu’accorde l’Union européenne au développement des relations de partenariat avec le Maroc dans divers domaines de développement agricole, selon le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime. Aujourd’hui

Total Maroc lance un kit de distribution de carburant mobile et écologique. Dans le cadre de sa stratégie d’innovation et de proximité, Total Maroc lance le kit carburant mobile, une solution d’approvisionnement sur site, dédiée aux entreprises du BTP et grands chantiers de construction et de travaux publics. Conçue selon les standards internationaux de la profession, cette solution mobile offre une flexibilité sans précédent pour pouvoir alimenter les engins industriels et autres véhicules en carburant sur site. Le kit carburant mobile se présente comme une véritable station-service, permettant de stocker et de distribuer tous types de produits, dont l’essence et le diesel. Protégées par un conteneur ISO, la station mobile et sa citerne de 25 000 litres résistent aux différentes agressions (chocs, intempéries), et peuvent être facilement redéployées et déplacées sur un simple poids-lourd. Le conteneur est recyclé à partir d’un ancien conteneur afin de limiter les consommations de matériaux. La cuvette de rétention est intégrée au kit afin d’éviter de souiller l’environnement en cas de fuite. Le kit est immédiatement réutilisable, alors que les installations traditionnelles sont en général inexploitables en fin de chantier. Cette station peut être équipée de batteries et panneaux solaires fournis par Temasol, filiale de Sunpower elle-même filiale du groupe Total, afin de réserver le gasoil aux engins de chantier et autres véhicules. Total Maroc démontre ainsi son engagement pour faire le meilleur usage possible des différentes sources d’énergie et limiter l’impact de ses activités sur l’environnement.    lnt

BMCI au service de l’industrie marocaine. Décidément, la BMCI est partout où elle peut accompagner ses clients. En effet, la banque participe pour la deuxième année consécutive au Salon international de l’agriculture du Maroc (SIAM), du 24 avril au 3 mai à Meknès et en parallèle à la première édition du Salon de la sous-traitance automobile, qui a lieu du 23 au 25 avril 2014 dans la zone franche de Tanger. L’occasion, donc, pour la BMCI de faire profiter les visiteurs des solutions d’accompagnement proposées par le Corporate Banking BMCI, à travers une présence renforcée des métiers spécialisés dans ces deux secteurs clés de l’industrie. Aussi, avec l’organisation de son pôle Corporate Banking, la BMCI a aujourd’hui plus que jamais l’ambition d’être un partenaire privilégié des entreprises.    Aujourd’hui

Finance islamique. Dans le cadre de son cycle de conférences « Les Essentiels du Management », ESCA Ecole de Management organise une conférence sur le thème : « Finance islamique : Quelles opportunités pour les entreprises marocaines ? » le mercredi 30 avril 2014 à 18h (Amphi Casablanca). Secteur méconnu de la finance mondiale il y a encore quelques temps, la finance islamique suscite aujourd’hui un intérêt croissant. Née en Egypte dans les années 1960, elle s’est considérablement développée au début des années 2000, et représente aujourd’hui plus de 1 400 milliards de dollars d’investissement à travers le monde. Le terme « finance islamique » recouvre l’ensemble des transactions et produits financiers conformes aux principes de la Charia. Elle se différencie de la finance dite « conventionnelle » par sa vision alternative de la valeur travail et du capital, et suppose, conformément au droit musulman, l’interdiction de l’intérêt, de l’incertitude, de la spéculation, l’interdiction d’investir dans les secteurs considérés comme illicite ainsi que le respect du principe de partage des pertes et des profits. La finance islamique, mêlant religion, finance et droit, a donc vocation à être une finance dite « éthique ». Cette conférence intitulée « Finance islamique : Quelles opportunités pour les entreprises marocaines ? » a vocation à nourrir la réflexion sur les défis de la finance islamique au Maroc, à travers un débat entre nos invités le mercredi 30 avril 2014 à 18h à l’ESCA Ecole de Management (Amphi Casablanca) : Laïdi EL WARDI, Directeur Général Banque Centrale Populaire, Youssef BAGHDADI, Président du Directoire Dar Assafa, Khalil LABNIOURI, Directeur Commercial et Membre du Directoire Dar Assafa, Membre chercheur de l’Association Marocaine d’Etudes et Recherche en Economie Islamique, Ali ALAMI IDRISSI, Associé Fondateur Optima Finance Consulting. Cette conférence sera modérée par Monsieur Mohamed Lahbib RHALIB, Professeur Chercheur à ESCA Ecole de Management. Contact presse : Majdoline IDAKAINE – +212 5 22 20 91 20 – midakaine@esca.ma    Esca

Social

Casablanca : Le tramway fait une nouvelle victime. Il est un peu plus de 22 heures, quand l’ensemble de la ligne du tramway casablancais se retrouve paralysée, mercredi. Et pour cause, une jeune fille de 26 ans est morte écrasée par une rame du tramway, alors que ce dernier s’apprêtait à   quitter la station Al Moukawama, sur le boulevard Mohammed V, à destination de Sidi Moumen. Selon des témoins sur place, “peu avant l’accident, la victime se trouvait avec son copain à bord du tramway. Ils étaient descendus au niveau de la station Al Moukawama et étaient visiblement ivres tous les deux”. Une information confirmée par un responsable de Casa Tram que nous avons rencontré sur place. “Les deux personnes n’étaient pas conscientes à 100%, et un des policiers présents a dit qu’ils avaient bu de l’alcool”, a-t-il affirmé. Et d’ajouter que les deux personnes “ont tenté de traverser les rails alors que le tramway quittait la station. Une traversée qui a malheureusement était fatale à la fille, qui s’est retrouvée sous la rame”. Les manœuvres pour soustraire le corps de la victime se sont avérées difficiles. Les responsables de Casa Tram ont tout d’abord procédé à la séparation des deux rames et ont soulevé la dernière sous laquelle la victime s’était écrasée. Aufaitmaroc

Réseau criminel : Deux Marocains remis par l’Algérie au Maroc. Deux Marocains soupçonnés de liens avec un réseau criminel international ont été remis aux services de la sûreté nationale par les autorités algériennes, suite à un mandat d’arrêt international émis par les autorités marocaines,   a annoncé jeudi le ministère de l’Intérieur. Les deux frères marocains sont soupçonnés d’avoir des liens avec un réseau criminel de trafic international de drogue, impliqué dans des actes d’enlèvement et de séquestration, de meurtre et de demande de rançons, a précisé la même source. L’enquête diligentée par la Brigade nationale de la police judiciaire, en étroite collaboration avec la Direction générale de la surveillance du territoire national, a mis en évidence la relation directe des suspects avec une affaire de rapt, séquestration, torture et meurtre avec préméditation perpétrés dans la région de Benslimane le 12 octobre dernier. Un des frères est soupçonné d’être impliqué dans une tentative de meurtre par arme à feu, survenue le 6 novembre 2013 à Casablanca. Les perquisitions du domicile d’un troisième suspect à Taza, qui se trouve en détention préventive dans le cadre de la même affaire, ont permis la saisie d’une Kalachnikov et de deux chargeurs de 60 balles, ainsi que d’un pistolet de calibre 12 mm, précise la même source. Aufaitmaroc

Le casse-tête chinois des jihadistes marocains en Syrie. Le journal électronique Sada, spécialisé dans l’analyse (en arabe et anglais) des problèmes du monde arabe, revient sur le parcours des Marocains partis combattre en Syrie. S’il est difficile de dénombrer précisément combien de jihadistes   et salafistes marocains sont partis combattre sur le front syrien, les leaders salafistes, de leur côté, affirment qu’ils seraient entre 1.000 et 1.500. La première fournée de jihadistes marocains voulant participer au soulèvement syrien est partie en très tôt, en 2012. La plupart d’entre eux appartenaient à la section irakienne d’al Qaïda. Depuis, des petits groupes les ont rejoints pour combattre avec le Front al-Nosra (Jabhat Annousra) puis avec l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL, une organisation salafiste jugée terroriste qui s’étend entre l’Irak et le Cham). Pourquoi ces Marocains vont-ils se battre en Syrie précisément? Sada répertorie deux causes: la première est idéologique, car dans leur imaginaire, la guerre est menée contre « les non-musulmans ». La seconde est une question pratique, les frais pour combattre en Syrie sont moins élevés et la logistique pour s’y rendre est moins compliquée par rapport à d’autres destinations « de jihad » dans la même région. Si tous les combattants ne sont au départ pas forcément salafistes, dans les camps d’entraînement, on veille à ce qu’ils le deviennent: l’apprentissage du combat et du maniement des armes et accompagné d’un endoctrinement théologique. « Cette technique a permis l’émergence d’une nouvelle génération de compattants, plus radicaux et actifs que jamais » écrit Sada. h24info

Près de la moitié des prisonniers en détention préventive. Les prisons marocaines comptent quelque 74.000 détenus à fin mars 2014 contre 72.000 durant la même période de l’année précédente. Les prisonniers en détention préventive représentent 43% de cette population, a appris jeudi Le360 auprès du ministère de la Justice. A propos des gardes à vue, le parquet a placé quelque 343.000 personnes contre 310.000 une année auparavant. Pour le seul premier trimestre 2014, les gardes à vue entre les mains de la police et de la gendarmerie se sont élevées à 80.000 individus, selon la même source. A Casablanca, grande agglomération de quatre millions d’habitants, les tribunaux examinent chaque jour entre 800 et 1.000 cas de garde à vue.    Le 360

Après le bac français, des bacs anglais et espagnol dès l’année prochaine. La décision d’introduire le Baccalauréat international option française (BIOF) dans l’enseignement public alimente toujours les débats. Certains acteurs associatifs estiment que l’adoption de ce type de bac se fera au détriment des langues officielles du Royaume, consacrées par la Constitution. L’approche «unilatérale» du gouvernement est pointée du doigt. Outre la société civile, certaines formations politiques ont critiqué cette décision qui, selon elles, a pris tout le monde de court.Dans ce sens, les membres de la Chambre des conseillers ont particulièrement réagi, mardi dernier lors de la séance des questions orales, sur le déficit de communication et l’absence de concertation préalable autour de cette décision. Ils se sont interrogés également sur l’impact de ce modèle sur les élèves. Pour le groupe de l’Istiqlal, «il ne sert à rien de s’aligner sur le modèle français, à l’heure où la langue française est en perte de vitesse», souligne Abdessalam Ellabar, conseiller du groupe de l’Istiqlal. Et d’ajouter qu’il aurait été préférable de se focaliser sur l’anglais. Face à ces interpellations, le ministre de l’Éducation nationale, Rachid Belmokhtar, a répondu qu’il n’était pas l’initiateur de ce projet. «Je n’étais pas encore ministre au moment où cette décision a été prise», a-t-il précisé. Pour couper court à toute critique, il a tenu à tirer les choses au clair, en précisant que le processus de généralisation du bac international a été enclenché en 2009, sous le gouvernement Abbas El Fassi.    Le Matin

Volontaires des Nations Unies : Premier forum régional, fin avril 2014 à Marrakech. Responsabiliser les jeunes et tirer parti de leur énergie de manière productive, en faisant la promotion du volontariat des jeunes et en renforçant leur aptitude à s’impliquer efficacement dans un développement durable axé sur la communauté, tels sont les principaux objectifs du premier Forum régional pour le volontariat des jeunes. Cette rencontre sera organisée dans le cadre du projet régional “Volontariat de la jeunesse arabe pour un meilleur avenir”, du programme des Volontaires des Nations Unies (VNU). Cet événement vise à encourager un dialogue ouvert entre la jeunesse, les organisations de la société civile et les gouvernements locaux, sur l’engagement actif des jeunes volontaires dans le développement. Cette importante rencontre des jeunes de la région arabe connaîtra une centaine de participants d’Egypte, de la Jordanie, du Maroc, de la Tunisie et du Yémen. Mohamed Ouzzine, ministre de la Jeunesse et des sports, Ahmad Alhendawi, envoyé spécial du secrétaire général des Nations Unies sur la jeunesse, et Rosemary Kalapurakal, coordinatrice exécutive adjointe du programme des Volontaires des Nations Unies, y prendront également part. Le forum aidera à rassembler les acteurs clés du volontariat des jeunes, afin de faciliter le dialogue, l’échange culturel et le partage des meilleures pratiques afin d’acquérir une meilleure compréhension du rôle du volontariat des jeunes dans le développement socio-économique.    Aufaitmaroc

Art & Culture

Ilham Laraki Omari dévoile son «Incandescence» à Bruxelles et à Paris. «Quand l’art incendie le support». Voici le mot d’ordre de l’artiste peintre Ilham Laraki. Figure éprise d’art et de liberté, la plasticienne   compte à son actif plusieurs expositions individuelles et collectives un peu partout au Maroc et à l’étranger, notamment en France, en Russie, en Égypte, en Uruguay, en Italie, en Hongrie, en Arabie saoudite et en Turquie où elle a obtenu la première mention honorable lors d’une exposition internationale à Istanbul. Aujourd’hui, elle dévoile sa dernière collection d’œuvres «Incandescence». D’abord à Luxembourg, où elle exposera du 4 mai au 1er juin prochains au «Pavillon centenaire/Arcelor Mittal» à la Galerie Schlassgoart. Cette exposition, dont le vernissage est prévu le 3 mai prochain, s’inscrit dans le cadre de l’évènement «La Nuit de la culture». Puis, Ilham Laraki Omari retrouve Paris après y avoir représenté l’année dernière l’art contemporain marocain lors de la 110e édition du Salon d’automne, un des rendez-vous phare de l’art de par le monde. Elle retrouve justement le collectif «Les Amis du Salon d’automne» à côté de qui elle exposera à la Galerie GBB de Paris du 10 au 23 mai prochain. Le vernissage aura lieu le 9 mai en présence d’une brochette d’artistes des quatre coins du monde avec comme invité d’honneur : Jean Prévost, grand plasticien français, figure clé dans l’histoire de l’art contemporain. Quoi de plus beau d’un évènement pareil pour dire toute la richesse de l’art contemporain marocain. Elle en sera la digne ambassadrice. Le Matin
Une caravane pour promouvoir le patrimoine oral. La Caravane printanière pour la citoyenneté a pris le départ, mardi dernier, à partir de la préfecture d’arrondissement Ben M’Sick. Et c’est au niveau   de la Commune urbaine que le coup d’envoi a été donné pour cette caravane, baptisée «Alilio», qui sillonnera plusieurs arrondissements et Communes du Grand Casablanca. Cet événement à l’aspect social et artistique se résume en une campagne de sensibilisation de grande envergure, visitant les populations dans des quartiers où sévit la précarité. L’un des objectifs de cette première caravane est de sensibiliser les jeunes Bidaoua à l’importance du patrimoine oral populaire, afin de lui redonner un nouveau souffle et de garantir sa préservation. Parallèlement, il est question d’initier et d’impliquer les jeunes participants dans des travaux à caractère artistiques. «Nous nous sommes mobilisés à travers une nouvelle approche qui consiste à pallier le manque, voire l’absence d’activités artistiques dans les programmes d’éducation scolaire. Notre méthode inclut le théâtre, le dessin, la peinture, la musique, la poésie… autant de domaines qui doivent impérativement être intégrés dans l’enseignement, car ces activités sont de nature à faire barrage contre l’oisiveté, la violence et toute déviation de quelque nature que ce soit. Cela permet aux enfants de dépenser toutes sortes d’énergie, positive ou négative soit-elle, dans des actions ludiques, saines et instructives», explique Mourad El Mahraoui de l’Association Allamma. Le Matin

Ouverture du centre du patrimoine de la ville authentique de Tétouan. Le centre du patrimoine de la ville authentique de Tétouan, fruit de la coopération entre la commune urbaine de Tétouan et la municipalité   de Malaga (Espagne), a ouvert ses portes mercredi. Le projet, dont la réalisation a nécessité un financement de plus de 660.000 dirhams, s’inscrit dans le cadre du programme de coopération internationale transfrontalière Espagne-nord du Maroc et de la coopération entre la commune urbaine de Tétouan et la municipalité de Malaga. Le centre du patrimoine de la ville authentique de Tétouan, dont les travaux de mise à niveau ont été lancés en juillet 2013, est dédié à la protection du patrimoine culturel de la ville authentique, du quartier Ensanche, connu sous le nom de Chanti, dont la construction remonte aux années 30 du XXè siècle. Le centre comprend trois services de la documentation, des études préliminaires des aspects historiques et techniques et des lieux du patrimoine de la ville authentique visant à mettre en place un système d’information géographique, de préparation, d’élaboration de projets locaux, de programmes dans le cadre de la coopération internationale, de communication, d’information, de partenariat, en charge de l’organisation d’événements culturels, de publication de recherches et d’études. S’exprimant à cette occasion, M. Otman El Absi, responsable du centre du patrimoine a affirmé que le centre du patrimoine est ouvert aux chercheurs, aux étudiants de différentes universités nationales et aux associations de la société civile s’intéressant au patrimoine. MAP

Casablanca: projection en avant-première du web-documentaire « To my land » de Nabil Ayouch. Le web-documentaire intitulé « To my land » du réalisateur Nabil Ayouch a été projeté, mercredi en avant-première à Casablanca. Ce web-documentaire de 90 minutes donne à voir le long périple de sept ans (2003-2010) que Nabil Ayouch a effectué et les témoignages qu’il a recueillis notamment sur le conflit israélo-palestinien. Réparti en 14 épisodes, ce web-documentaire, offert gracieusement aux internautes et accessible depuis n’importe quel ordinateur sur www.to-myland.com, décrit avec passion les villes visitées notamment Sabra, Chatila, Tel-Aviv, Qalqilya en Cisjordanie ou encore le sud du Liban, a indiqué Nabil Ayouch dans une déclaration à la MAP. Les rencontres avec les personnes interviewées, des juifs et des palestiniens desquels des juifs d’origine marocaine, des chercheurs, des écrivains, des journalistes ou encore des historiens, qui racontent leurs histoires simples mais émouvantes et leurs expériences au quotidien, ont été une occasion pour voir clair, comprendre et vivre au plus près ce conflit israélo-palestinien, a-t-il mis en avant notant que ce voyage « m’a également permis de construire mon point de vue sur ce conflit ». « To my land » que Nabil Ayouch veut partager avec le grand public est une aventure personnelle qui vient s’ajouter à une série de ses films notamment « Mektoub » (1997), « Ali Zaoua Prince de la rue » (2000), « My Land » (2011) et « Les Chevaux de Dieu » (2012). Né en 1969 à Paris, Nabil Ayouch est un réalisateur, scénariste et producteur qui s’est orienté vers la réalisation après trois ans de cours de théâtre. Son 1er long-métrage  »Mektoub », réalisé en 1997, remporte un énorme succès et représente le Maroc à l’Académie des Oscars.    MAP

Sport

La FRMF souhaite des vacances scolaires durant la CAN 2015. La Fédération royale marocaine de football (FRMF) proposera au gouvernement d’instaurer des vacances scolaires en marge de la tenue au Maroc de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football, prévue du 17 janvier au   7 février 2015 au Maroc, a-t-on appris, jeudi, de sources concordantes. Selon nos informations, la proposition compte des adeptes au sein de l’Exécutif. « La FRMF veut la programmation de ces vacances pour favoriser l’engouement du public pour les stades », selon les mêmes sources. Le 360

Le tout puissant patron de la F1 Ecclestone jugé pour corruption. Souriant et décontracté, le tout puissant patron de la Formule 1 Bernie Ecclestone a commencé à être jugé pour corruption jeudi en Allemagne, dans une affaire qui menace 40 ans de règne du milliardaire britannique sur le   sport automobile. “J’ai confiance, le soleil brille”, a lâché aux journalistes en entrant dans la salle d’audience Ecclestone, 83 ans, vêtu d’un strict costume sombre avec cravate noire sur chemise blanche. La vérification d’identité a donné lieu à un flottement concernant son statut marital, mais il a conclu: “oui, je suis marié”. “Bon, ça c’était la question facile”, a lancé le juge Peter Noll, qui préside le procès. Ecclestone avait fait son arrivée au tribunal de Munich dans une limousine aux vitres teintées qui s’est engouffrée dans le parking souterrain pour échapper à la meutes des photographes et cameramen. On avait néanmoins pu apercevoir son emblématique crinière blanche. Il risque jusqu’à 10 ans de prison s’il est reconnu coupable d’avoir versé 44 millions de dollars de pot-de-vins en 2006 et 2007 au banquier allemand Gerhard Gribkowsky, qui travaillait pour la banque publique bavaroise Bayern LB, en vue de conclure la vente des droits de la F1 au fonds d’investissement CVC Capital Partners. CVC avait racheté pour 839 millions de dollars les droits de la F1 détenus jusque-là par Bayern LB. Jusqu’ici, le milliardaire a toujours clamé son innocence, et il a refusé une transaction à l’amiable qui lui aurait évité un procès. lnt

Seedorf : «Taarabt a beaucoup appris!» Alors qu’il était connu pour ses individualités exagérées et ses écarts de conduites, Adel Taarabt semble avoir emprunté un autre chemin en rejoignant l’AC Milan, celui de l’esprit d’équipe et de l’humilité. Et ce n’est pas son coach qui dira le contraire.   En conférence d’avant-match (AS Rome-Milan), Clarence Seedorf, semble toujours aussi satisfait de son médian offensif sur lequel il n’a pas tari déloge, encore une fois :« Taarabt est un garçon qui s’applique et qui s’est considérablement amélioré depuis qu’il est ici. Il sait désormais qu’il n’a pas à trouver toutes les solutions, mais qu’il y a d’autres joueurs avec lui…Il a appris à jouer en équipe… ». Taarabt aura donc l’occasion de continuer à faire étalage de ses talents offensifs ce vendredi face à l’AS Rome à l’occasion de la 35e journée de Serie A. Mountakhab

Casanova: Je regrette la blessure de Regattin…». Pour Alain Casanova, entraineur du Toulouse FC, le milieu de terrain international marocain, Adrien Regattin aura son mot à dire pour les restes des rencontres de la saison qui prend fin le 16 mai prochain. «Je regrette sa blessure cet hiver car il était sur une dynamique ascendante. Il a un peu été arrêté en plein envol. Il revient et travaille énormément, je veux juste qu’il reprenne sur le plan musculaire car pendant sa blessure, il a un peu fondu. Adri aura son mot à dire sur cette fin de saison, il n’y a pas de doutes là-dessus», a confié le technicien français dans des propos relayés par nos confrères du site « alleztfc.com ».    Mountakhab

International

Israël suspend les négociations de paix avec les Palestiniens. « Le cabinet a décidé à l’unanimité que le gouvernement israélien ne négociera pas avec un gouvernement palestinien s’appuyant sur le Hamas, une organisation terroriste qui appelle à la destruction d’Israël »,   a annoncé, jeudi 24 avril, le bureau du premier ministre Benjamin Nétanyahou. Cette mesure a été prise après la signature, mercredi, d’un accord de réconciliation entre l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) du président palestinien, Mahmoud Abbas, et le Hamas islamiste, bête noire d’Israël, qui le considère comme une organisation terroriste. S’exprimant sur la chaîne américaine NBC, le premier ministre israélien a estimé que cet accord est « un pacte [qui] tue la paix » et « un énorme pas en arrière ». « En outre, Israël va prendre un certain nombre de mesures en réponse aux gestes unilatéraux » des Palestiniens, ajoute le communiqué publié à l’issue d’une réunion de cinq heures du cabinet de sécurité, qui comporte les plus importants ministres. Il n’a pas donné de précisions dans l’immédiat sur ces« mesures ». « Au lieu de choisir la paix, Abou Mazen [le surnom de M. Abbas] a conclu un pacte avec une organisation terroriste meurtrière », accuse le communiqué israélien. « Quiconque choisit la terreur du Hamas ne veut pas la paix. » Le Hamas est également considéré comme une « organisation terroriste » par les Etats-Unis et l’Union européenne. Pour répondre aux annonces d’Israël, le négociateur Saëb Erakat a annoncé que la direction palestinienne va étudier « toutes les options ».« La priorité maintenant pour les Palestiniens est la réconciliation et l’unité nationale », a réagi M. Erakat. Une réunion des instances dirigeantes de l’OLP est prévue pour samedi et dimanche à Ramallah, en Cisjordanie, sous l’autorité du président Mahmoud Abbas. Parmi les options possibles, la direction palestinienne pourrait choisir d’adhérer à de nouveaux traités et organisations internationales. Le Monde

Les huit métropoles émergentes de l’Afrique. A.T. Kearney vient de publier la quatrième édition du Global Cities Index. Ce rapport publié tous les deux ans qui analyse et classe 84 métropoles selon leur ouverture au monde à l’aune de cinq indicateurs : l’activité économique, le capital   humain, l’échange d’informations, l’offre culturelle et l’influence politique. Nouveauté cette année, le cabinet de conseil en stratégie publie également la première édition du Emerging Cities Outlook, centré lui sur les villes des pays à revenus faibles et intermédiaires « ayant les caractéristiques et le potentiel nécessaires pour venir concurrencer les grandes mégalopoles mondiales dans un horizon de 10 à 20 ans », indique un communiqué publié le 22 avril. Les villes africaines figurent très bas dans le « Global Cities Index » qui mesure les performances actuelles des villes. Aucune métropole africaine n’apparaît dans la première moitié de ce classement, dominé par New York, Londres, Paris et Tokyo. Le Caire au 49e rang mondial, est la ville africaine la plus « globale » selon les estimations du cabinet de conseil, suivie par Johannesburg (59e), Nairobi (68e), Le Cap (71e) et Lagos (74e). Les villes africaines occupent en revanche des places beaucoup plus enviables dans le « Emerging Cities Outlook ». Ainsi, quatre ville africaines se placent dans le Top 20 des « mégalopoles émergentes » sélectionnées par A. T. Kearney en raison de la vitesse avec laquelle elles se rapprochent des grandes mégalopoles mondiales, en matière de capital humain, d’activité économique et d’innovation. Il s’agit d’Addis Abeba (3e), de Nairobi (9e), de Johannesburg (13e), du Cap (16e) et de Tunis (18e). Autres métropoles africaines choisies parmi les 34 inclues dans ce classement : Casablanca (22e), Le Caire (30e) et Lagos (32e). Jeune Afrique

Barack Obama rassure son allié japonais face à Pékin. «Senkaku»: Barack Obama a prononcé le nom magique. En visite au Japon, le président américain était attendu sur deux sujets: la défense de son «meilleur allié» japonais en cas d’attaque de son territoire, en particulier en cas d’offensive   sur l’archipel des Senkaku, disputé avec la Chine ; et l’accord TPP, qui doit libéraliser les échanges en Asie-Pacifique en supprimant les barrières tarifaires entre pays négociateurs. Sur le premier sujet, il a donné satisfaction à Shinzo Abe: «L’obligation de notre traité sur la sécurité du Japon est absolue. L’article 5 du traité couvre tous les territoires sous administration japonaise, notamment les îles Senkaku», a-t-il déclaré dans une conférence de presse conjointe, à la visible satisfaction de son hôte. C’était la première fois que le président Obama s’exprimait de manière aussi claire sur ce sujet brûlant entre le Japon et la Chine. Depuis des mois, des navires gouvernementaux chinois jouent au chat et à la souris avec les garde-côtes japonais dans les eaux territoriales qui bordent les Senkaku, au risque d’une escarmouche tragique. Barack Obama a en revanche refusé de se prononcer sur la question de la souveraineté du Japon sur ces îles, se bornant à reconnaître une situation de fait. «Le traité entre les États-Unis et le Japon a été signé avant ma naissance, par conséquent je ne suis pas en train de tracer une ligne rouge», a-t-il précisé, sans doute en référence à la «ligne rouge» qu’il avait souhaité tenir en Syrie en cas d’utilisation d’armes chimiques, et à laquelle il a renoncé. Le Japon est très inquiet du «précédent» créé par l’annexion de la Crimée par la Russie à la barbe du protecteur américain. Le Figaro

Le dilemme de Nike : les coûts ou la sécurité des travailleurs. Hannah Jones, vice-présidente de Nike en charge du développement durable et de l’innovation, a alerté ses collègues pendant des années sur les dangers de la production au Bangladesh. Certes, ce pays était l’un des moins chers au monde, concédait-elle, mais Nike ne pouvait pas se permettre une nouvelle polémique sur les conditions de travail chez ses sous-traitants. Au sein du département de la production, ses collègues chargés de réduire les coûts lui ont répondu qu’ils devraient se rendre sur place avec elle avant de prendre une décision. Ainsi, un jour de janvier 2013, cinq responsables ont péniblement gravi un escalier crasseux jusqu’aux derniers étages d’un bâtiment de huit niveaux où était installé l’un des fournisseurs de Nike, Lyric Industries. Des rouleaux de tissu étaient éparpillés partout et certaines fenêtres étaient verrouillées, se souvient Hannah Jones, ce qui présentait des risques évidents en cas d’incendie. Le bâtiment hébergeait de nombreuses autres sociétés et il était impossible de savoir si leurs pratiques étaient sans danger. Après avoir passé la matinée à discuter avec des cadres et des ouvriers de Lyric, ainsi qu’avec des personnes du quartier, l’équipe est rentrée aux Etats-Unis et a décidé de rompre tout lien avec ce fournisseur. Quelques semaines plus tard [le 24 avril 2013], dans une banlieue de Dacca, l’effondrement d’une autre grande usine de confection, le Rana Plaza, provoquait la mort de 1 135 personnes – la pire catastrophe industrielle de l’histoire du Bangladesh. Cette tragédie a contraint les marques occidentales d’habillement à revoir leur stratégie visant à trouver la main d’œuvre la moins chère au monde, stratégie qui a permis au Bangladesh d’exporter pour 20 milliards de dollars [14,5 milliards d’euros] de vêtements par an.    Courrier International

Un Saoudien tue 2000 oiseaux menacés. Un prince saoudien a tué, en une seule partie de chasse au Pakistan, près de 2.000 oiseaux, des outardes houbara menacées d’extinction, qui sont aussi régulièrement chassées au Maroc par les Khalijis. Selon les autorités de la province instable du Baloutchistan (sud-ouest), le prince Fahd Bin Sultan -un amoureux de l’art ancestral de la fauconnerie- et son entourage ont utilisé des faucons spécialement dressés pour abattre de petites outardes houbara lors d’une chasse de trois semaines en janvier dernier. La chasse à l’outarde houbara, prisée par les fauconniers du Golfe, est en théorie interdite car ce petit échassier est menacé d’extinction à l’état sauvage. Mais les autorités pakistanaises émettent à l’occasion des permis spéciaux autorisant à ces riches VIP la capture de cent de ses oiseaux en dix jours. « Mais le prince a tué à lui seul 1.977 oiseaux et les personnes qui l’accompagnaient 123″, a chiffré un responsable du ministère des Forêts requérant l’anonymat. « Nous avons demandé à nos supérieurs hiérarchiques de mettre fin à cette pratique, car ces oiseaux sont déjà en danger », a-t-il ajouté. Jaffar Baloch, le chef des services de la faune dans le district baloutche de Chagai, où la chasse controversée a eu lieu, a confirmé avoir demandé aux autorités d’agir dans cette affaire diplomatiquement sensible, les monarchies du Golfe étant des bailleurs importants du Pakistan et de son économie fragile. L’outarde houbara vit dans la steppe et les zones semi-désertiques. De taille moyenne (55 à 65 cm de long) elle est présente dans les zones arides s’étendant des îles Canaries à l’Asie centrale en passant par l’Afrique du Nord (et donc le Maroc) et le Moyen-Orient. Outre la dégradation de leur environnement, les fauconniers arabes sont considérés comme la principale menace pour cette espèce.    h24info

Munich autorise le nudisme dans les parcs. Qui dit Munich pense certainement à la fête de la bière, ou à son équipe de football, le Bayern. Mais, depuis le 14 avril, la ville allemande est désormais connue aussi pour sa nouvelle loi : la légalisation du nudisme dans six zones délimitées de la ville, essentiellement au bord de rivières ou dans les parcs, « notamment dans le Jardin anglais, parc situé en plein centre-ville », souligne Le Parisien. Si cette loi peut étonner, voire choquer, outre-Rhin elle s’inscrit dans l’histoire culturelle de l’Allemagne, adepte du « Freikörperkultur » (« culture du corps libre »). C’est en effet dans ce pays qu' »a été fondée la première plage nudiste en 1920. Elle était très populaire, du temps de la division allemande, côté RDA. […] La Fédération naturiste allemande revendique 50 000 membres répartis dans 150 associations locales », note le quotidien régional. Ce changement de législation intervient après le texte de loi interdisant aux badauds de bronzer dans le plus simple appareil dans les parcs de la ville est arrivé à expiration à l’automne dernier. « Les législateurs ont estimé que le maintien de l’interdiction n’était pas pertinent alors que les groupes de nudistes se faisaient de plus en plus voyants en ville ces dernières années », précise pour sa part Le Figaro. Cette pratique n’est, en tout cas, pas étrangère à Angela Merkel, la chancelière allemande. L’année dernière, la réapparition d’un cliché noir et blanc d’Angela Merkel plus jeune, nue sur une plage avait suscité de nombreux commentaires.    Le Monde

Nouvelles Technologies

L’autonomie de l’iPhone grandement améliorée grâce à ios 7.1.1 ! Il était temps : Apple a enfin réussi à optimiser l’autonomie de son iPhone, grâce à la version 7.1.1 d’iOS, disponible au téléchargement depuis quelques heures maintenant. Et pourtant, rien dans le change log d’iOS 7.1.1   ne laissait présager un tel gain. Simplement, il était fait allusion à de nouvelles améliorations concernant la reconnaissance des empreintes digitales via Touch ID, à la correction d’un bogue pouvant affecter la réactivité du clavier et à la résolution d’un problème survenant avec les claviers Bluetooth lorsque VoiceOver est activé. Et pourtant, Adrian Kingsley-Hughes du site ZDNet a confirmé que la mise à jour impactait de manière plus que positive l’autonomie de son iPhone 5. Le journaliste conserve en effet un relevé de l’autonomie sur son iPhone depuis iOS 6. Et d’après lui, grâce à iOS 7.1.1, en 6 heures d’utilisation, l’autonomie de son iPhone 5 est passée de 100% à 76%, là où iOS 7.1 faisait chuter l’autonomie de 100% à 48% sur le même test. iOS 7.1.1 fait même mieux qu’iOS 6 ! Gizmodo

Dans les coulisses de la dernière usine de cartes-mères de l’île. Les groupes taïwanais sont les champions incontestés de la production de cartes-mères : Foxconn, Asus et consorts sont à l’origine de plus de 80% de la production mondiale. Mais contrairement au Camembert   ou au Cognac, il n’existe pas d’appellation d’origine contrôlée ou d’indication géographique protégée pour l’électronique. Aussi, si le savoir-faire vient bien de l’île, l’essentiel de la production à lieu en Chine continentale. A Taiwan, il ne resterait plus qu’un seul endroit qui produise encore ces grosses pièces informatiques : l’usine Gigabyte de Nan-Ping. Une bonne heure de bus à l’ouest de Taipei sied le site de Nan-Ping, un gros blockhaus gris et vert-de-bleu opérationnel depuis l’an 2000. La rue ne paie pas de mine avec ses quelques petits bâtiments en travaux. Une fois dans la salle de réunion à l’étage, on aperçoit même maisons et rizières. On est loin du gigantisme chinois des zones comme Shenzen ou Wuxi (près de Shanghai) ou les usines de 10.000 personnes appartenant à Panasonic, Sony et Nikon s’étalent à perte de vue. Nan-Ping, c’est « seulement » 1.220 employés et 300.000 pièces par mois. Une goutte d’eau dans l’océan de la hi-tech, mais néanmoins la fierté des gens de Gigabyte. Après la réunion de présentation, la visite. Une visite sous escorte bien sûr – on ne se promène pas où on veut sur un site industriel, en France comme à Taïwan – mais nos cerbères sont plutôt laxistes : on ne subit aucun regard inquiet ou furieux lorsqu’on se retrouve à la traîne, on peut sourire ou dire nihao à un employé, bref se comporter comme un touriste en goguette. 01Net

Vent de panique aux Etats-Unis : la neutralité du net menacée ? Tout a commencé par un revers judiciaire. Au mois de janvier dernier, Verizon remportait avec fracas son procès contre la commission fédérale des communications (FCC). Une décision de justice qui permettait à l’opérateur   de faire payer des fournisseurs de contenus comme Netflix en échange d’un débit internet préférentiel pour ses utilisateurs. La FCC (Federal Communication Commission, le gendarme des télécoms US) avait alors promis de mettre en place de nouvelles règles pour défendre la neutralité du net, ce principe qui établit un traitement équitable de tous les flux de données sur Internet, sans discrimination, quelle que soit la source, le contenu et le destinataire du message. Patatras : le texte qui doit être présenté ce jeudi 24 avril n’irait pas du tout dans ce sens, selon le Wall Street Journal. Mis au point par Tom Wheeler, le président de la FCC, le nouveau règlement entérinerait bien le principe des services différenciés. Il autoriserait en effet les FAI à taxer les fournisseurs de contenus, à partir du moment où un accord commercial « raisonnable » serait trouvé. 01Net

le2minutes.com

________________________actu-maroc.com

Pour rejoindre la page facebook de votre journal actu-maroc.com, d’autres informations vous attendent, aimez la page en cliquant sur le lien ci-après: https://www.facebook.com/pages/Actu-Maroccom/107076616014235?ref=ts&fref=ts

 

 

Presse Actualité journal Maroc marocaine infos news Rabat Casablanca Marrakech Agadir Fés Tanger horaires de prière

faits divers politique économie accident cnops ministère ambassade cnss police douane trafic drogue prostitution pédophilie

Commentaires