PARTAGER
Le nouveau leader du PAM, le Parti Authenticité et Modernité, Ilyas El Omary ne cache plus depuis son arrivée ses ambitions de remporter la première place lors des prochaines élections législatives du mois d’Octobre prochain.
En toute logique, il cherche donc à dessiner dès à présent les contours de la prochaine majorité gouvernementale avec laquelle il pense gouverner quitte à aller chercher dans les propres rangs de l’alliance actuellement aux affaires, ce qui a tendance à irriter au plus haut point, le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, en quête à son tour d’un nouveau mandat.Après s’être assuré l’adhésion du parti du RNI, l’homme fort du PAM lorgne à présent du côté du PPS, avec lequel il a esquissé un rapprochement en s’associant à la formation de Nabil Abdellah dans une médiation pour régler le problème des enseignants stagiaires sur lequel butte justement le chef du gouvernement que ce rapprochement conjoncturel inquiète.
Malgré toutes les dénégations du leader du PPS sur l’éventualité d’une alliance future pour le prochain scrutin, il n’est pas exclu à l’heure actuelle et si les chances d’une victoire du PAM se précisent, que le PPS ne se laisse séduire par les promesses de postes ministériels importants en cas de coalition dirigée par le PAM en 2017, si les urnes le dictent.
Benkirane, lui, regarde en homme expérimenté toutes ces tractations et ces manœuvres avant l’heure avec une méfiance tout a fait compréhensible.
Par Jalil Nouri

Commentaires