Florence et Fès: une union harmonieuse au service d’une coopération enracinée

Florence et Fès: une union harmonieuse au service d’une coopération enracinée

219
0
PARTAGER

Berceau de la renaissance italienne et capitale de la région de Toscane  (centre), Florence et son alter ego Fès, la capitale spirituelle du Royaume,  ont été ravies de se retrouver, et dont le jumelage remonte à 1963.

Une page de l’histoire rappelée avec fierté lors d’entretiens fructueux à  Florence entre responsables et élus toscans et membres d’une délégation  marocaine composée de MM. Hassan Abouyoub, ambassadeur du Maroc en Italie,  Hamid Chabat, maire de Fès et Mohamed Haddad, député, président de  l’arrondissement mérinide.

L’intention a été exprimée d’ailleurs, à l’occasion de ces retrouvailles, de  réactiver cet accord de jumelage dont la conclusion avait été décidée lors  d’une visite de feu SM Mohammed V en Italie au lendemain de l’accession du  Maroc à l’indépendance. Une réactivation qui fait suite à son renouvellement en  2006 en vue d’en revigorer la portée et d’en fructifier les clauses.

L’un des symboles de l’amitié scellée par cet accord a été la réalisation de  la « Place de Florence » à Fès que les responsables de la capitale spirituelle  veulent, aujourd’hui plus que jamais, ériger en site foisonnant d’expressions  culturelles et artistiques.  
Pour ce faire, un appel d’offres a déjà été lancé, a indiqué M. Chabat en  invitant le président du Conseil Régional de Toscane, M. Alberto Monaci, et le  Maire de Florence, à participer par leurs idées et suggestions à  l’enrichissement de ce projet.

Au-delà du culturel, les entretiens, qui se sont étalés sur toute la  journée, ont permis de faire un tour d’horizon de diverses questions  intéressant les deux pays amis comme ils ont fourni l’occasion à la partie  marocaine d’exposer les réalisations accomplies par le Royaume dans différents  secteurs et de rappeler les attentes et ambitions du Royaume.

Régionalisation, économie, investissements, immigration, une multitude de  thèmes ont été ainsi abordés dans la perspective de favoriser plus d’échanges  et de dialogue.

La régionalisation, telle que pratiquée en Toscane, a suscité en particulier  l’intérêt de la délégation marocaine qui, à travers un exposé présenté par un  responsable régional, a pu s’informer sur sa marche et sur ses mécanismes de  fonctionnement.

L’évocation de ce thème a été également l’occasion pour M. Hassan Abouyoub,  qui était accompagné de ses proches collaborateurs, de souligner que le  chantier de la régionalisation constitue l’une des plus grandes réformes  projetées par le Maroc.

La commission de réflexion sur la régionalisation devrait d’ailleurs rendre  bientôt son rapport, a-t-il indiqué en mettant l’accent, dans ce même cadre,  sur les choix constitutionnellement consacrés par le Royaume en matière de  liberté et de démocratie.      

Sur le plan économique, l’Italie constitue un modèle, ont affirmé les  membres de la délégation, auxquels s’est joint le consul du Maroc à Bologne, M.

Haddou Essaadi, mettant l’accent sur l’importance de l’instauration d’une  coopération mutuellement avantageuse avec les pays de la rive sud de la  Méditerranée.
L’ambassadeur a souligné, à cet égard, l’intérêt de l’ouverture du Maroc sur  la Toscane eu égard à son important potentiel économique et culturel ainsi que  de l’ouverture du Royaume devant les investisseurs italiens au vu des énormes  opportunités qui s’offrent devant eux.      

S’agissant de la question de l’immigration, M. Abouyoub a insisté sur la  nécessité de percevoir le phénomène migratoire comme un facteur de croissance  plutôt que comme un fardeau et de faire en sorte pour que davantage d’efforts  soient déployés en vue de l’intégration des immigrés ayant vocation de former  la « diaspora » de demain.

Le diplomate a, par ailleurs, fait état de projets de centre culturel et de  structure d’enseignement de langue arabe dont les lieux de réalisation sont  encore à définir.
Des dossiers bien fournis en documents intéressant le Maroc ont été remis  par la délégation marocaine à leurs interlocuteurs italiens. Outre le texte de  la Constitution du Royaume et des renseignements exhaustifs sur le Maroc, ces  documents concernent les grandes réformes initiées par le Royaume et les  chantiers en cours.  

Régionalisation, Initiative nationale pour le développement humain (INDH),  Instance équité et réconciliation (IER), Code de la citoyenneté, communications  et médias et libéralisation du secteur audiovisuel y sont détaillés tout autant  que les grandes réalisations accomplies en matière des droits de l’homme, les  résultats de l’enquête parlementaire sur les événements de Gdeim Izik, la  situation des droits humains dans les camps de Tindouf ou encore les relations  du Maroc avec l’Union européenne

Il va sans dire que l’initiative d’autonomie présentée par le Maroc comme  cadre de règlement définitif du différend artificiel suscité autour du Sahara  marocain a été l’objet d’un intérêt particulier dans ce dossier élaboré en  langues italienne et anglaise.

La délégation marocaine poursuivra, vendredi, son séjour en Toscane par une  visite à Prato (à une vingtaine de Km au nord de Florence) et à Pistoia (à une  quarantaine de km au nord-ouest de la même ville) où elle aura des entretiens  similaires avec des responsables et élus locaux avant de tenir une rencontre  avec la communauté marocaine résidant dans la région.

_____________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires