PARTAGER

Pour les demi finale de Coupe du Trône, les deux clubs qui avaient perdu à l’aller ont réussi à renverser la vapeur. Le 18 novembre prochain on aura droit ainsi à une finale entre le FUS et l’ OCK qui vont s’affronter à ce stade de la compétition pour la troisième fois.
Le FUS a attendu quatre -vingt trois minutes avant de refaire surface et puis donner l’estocade à un RAJA qui croyait être déjà en finale.
On se serait crû au Père Jego dans une ambiance des années 70-80, tellement le public du RAJA fût nombreux.
Mais en même temps face au FUS ce n’est pas trop difficile. La première période fut trop tactique et assez décevante avec un Fath trop timide et un RAJA assez prudent , il a fallu attendre la douzième minute pour voir un premier tir des locaux .Mais l’essai de Nafati méritait davantage d’application de la part de ce dernier.
Le Raja réplique cinq minutes plus tard par Mabidi sur un service d’Elouadia mais sans trouver le cadre. Nafati remet cela à la vingtième minute mais sans appuyer son tir et sans inquiéter Anas Zniti. On se quittera sur le score vierge à la pause après des tentatives de part et d’autre.
Dès la reprise, le portier des Verts sauve in extrémis sur sa ligne une déviation de Batna après , enfin , une très belle combinaison des Rbatis.
Cette saison en coupe , avant sa demi finale retour contre le RAJA , le FUS n’avait gagné aucun match à domicile et n’avait même pas marqué le moindre but à Rabat.
La vie rêvée de Walid Regragui..
On s’acheminait vers la fin du match sans que le FUS n’ait montré la moindre capacité d’emballer le rythme de la rencontre et d’inquiéter les Verts, et tant le RAJA paraissait contrôler sa partie en réussissant à faire déjouer les Rbatis.
Mais c’était sans compter avec Dame coupe qui préparait un mauvais tour aux Casablancais et une très belle surprise à Walid Regragui et au public du FUS. Et puis Boum Boum , coup sur coup le FUS assome le RAJA par Khales et puis Nahiri.
Les Verts sont Ko debout et ils ne doivent s’en prendre qu’à eux même car à force de jouer sur un faux rythme, ils sont tombés dans leur propre piège.
Bravo à Walid Regragui et à ses joueurs qui , malgré 80 minutes très décevantes ont prouvé qu’ils ont du caractère et de la personnalité.
A l’issue de la rencontre , Walid Regragui declarera sur un ton revanchard on le comprend bien:  » Pour nous chercher en coupe , il faut être meilleur que nous!  »
Khouribgua tremble mais ne doute pas..
A Marrakech, le Chabab Atlas de Khenifra croyait avoir fait le plus dur en ouvrant la marque après un quart d’heure de jeu. Buteur au match aller, Zouhir Ouchen parvint à mettre dans le vent deux défenseurs de l ‘OCK du pied droit avant de battre Bourkadi du pied gauche . Un but qui donnera bien des frissons et des sueurs froides à l’OCK.
Ouchen est incontestablement un joueur dont on entendra beaucoup parler surtout qu’il risque de ne pas rester longtemps à Khenifra.
L’OCK égalise sur une tête de yamik quinze minutes plus tard.
Les Khenifris défendent crânement leurs chances mais les vaillants Zayanis commencent à manquer de jus et à souffrir physiquement après un quart d’heure de la seconde période.
L’OCK en profite pour passer à la vitesse supérieure et parvient à obtenir deux penalties que transforme Tiberkanine offrant l’avantage et la qualification à son équipe.
Il faut souligner que le CAK se battra jusqu’à la dernière seconde et sera à un souffle de mettre ce but qui lui aurait donné une qualification méritée et qu’il n’aurait en aucun cas volé.

Hafid Fassi Fihri

Commentaires