FRICTIONS ET TENSION AU SEIN DU GOUVERNEMENT

FRICTIONS ET TENSION AU SEIN DU GOUVERNEMENT

328
0
PARTAGER

Le coup de grâce porté à la cohésion gouvernementale pourrait venir de Mohand Laenser, qui, pour tenir des promesses faites à eux qui l’ont aidé à se faire réélire à la tête du parti lors du dernier congrès du Mouvement Populaire, a lancé un pavé dans la mare, en annonçant qu’il allait demander avec insistance dans les jours qui viennent au chef du gouvernement de procéder à un remaniement ministériel afin d’intégrer de nouveaux ministres issus de son parti. Tout en niant vouloir mettre le couteau sous la gorge du premier ministre islamiste Abdelilah Benkirane, le leader Haraki n’en considère pas moins que son parti mérité plus de porte-feuilles au vu de sa représentativité au parlement, une allusion claire mais venimeuse au parti du PPS ne disposant même pas d’un groupe parlementaire sous la coupole et qui compte malgré tout pas moins de 5 ministres, soit autant que le Mouvement Populaire, qui lui dispose largement plus de députés. Il est peu probable que le premier ministre réponde à cette requête tardive qui l’obligerait à reconsidérer toute l’architecture du gouvernement actuel après avoir tant peiné pour la mettre sur pied.

L’autre épée de Damoclès qui menace l’exécutif est l’affaire du ministre des affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, accusé par un quotidien de la place qui se dit sûr de son scoop, de posséder la double nationalité marocaine et française, ce qui est inconcevable dans les us et traditions du pays et si tel est le cas, obligerait le ministre à quitter sa fonction. Déjà très remonté à cause de cette polémique après celle des primes perçues indûment lorsqu’il dirigeait le département des finances dans le précédent gouvernement, le chef de la diplomatie n’a pas apprécié du tout et l’a fait savoir, que le ministre islamiste de la justice Mustapha Ramid fasse allusion à cette affaire dans une déclaration à la presse en affirmant que ce serait une catastrophe si elle était avérée, donnant l’impression d’accréditer la thèse de la double nationalité du ministre Mezouar, qui a protesté contre ce qu’il considère comme une violation de la charte du gouvernement.

Avec toutes ces épines au pied, le premier ministre aura bien du mal à marcher correctement dans une conjoncture des plus difficiles et avec autant d’embûches venant de ses ministres les plus proches.

Jalil Nouri

Actu-maroc.com ________________________________________________________

Commentaires