Fusillade près de Dallas lors d’une exposition de caricatures du prophète Mohamed

Fusillade près de Dallas lors d’une exposition de caricatures du prophète Mohamed

1074
0
PARTAGER

Deux hommes armés qui se sont attaqués à un bâtiment où se tenait un concours de caricatures du prophète Mahomet, en présence du populiste néerlandais Geert Wilders, ont été abattus après une fusillade. Ils seraient des sympathisants de l’Etat islamique.

Deux hommes qui avaient ouvert le feu contre une exposition de caricatures de Mahomet ont été abattus par la police dans la ville de Garland près de Dallas vers 19 heures, heure locale. Les deux suspects se sont garés devant le centre d’exposition avant d’ouvrir le feu, blessant un policier qui gardait les lieux. Les forces de l’ordre ont immédiatement répliqué en tuant les deux agresseurs dont l’identité n’a pas été révélée. L’attaque s’est déroulée alors que les organisateurs de l’exposition intitulée Mohammad Art Exhibit and Contest, l’association American Freedom Defense Initiative (Afdi), s’apprêtait à décerner un prix de 10.000 dollars au gagnant de ce concours de caricatures de Mahomet.

Selon SITE, l’organisation qui s’est spécialisée dans la surveillance des sites djihadistes, un homme se revendiquant du groupe Etat Islamique (EI) a affirmé sur Twitter que l’attaque avait été perpétrée par deux sympathisants de l’organisation djihadiste. Dans une série de tweets datés du 3 mai, l’homme nommé «Abu Hussain AlBritani», qui est selon SITE le nom du djihadiste britannique de l’EI Junaid Hussain, affirme que «deux de nos frères ont ouvert le feu contre l’exposition artistique du prophète Mahomet au Texas». «Ils pensaient qu’ils étaient à l’abri des soldats de l’Etat islamique au Texas», ajoute-t-il. Il avait auparavant retweeté ce qui paraît être un message de revendication des assaillants se qualifiant de «moudjahidines».

Le populiste néerlandais Geert Wilders qui participait à la manifestation s’est dit «choqué… C’est une atteinte à la liberté d’expression de tous». Cette manifestation avait été organisé au nom de la liberté d’expression, après le massacre qui a touché la rédaction de Charlie Hebdo le 7 janvier dernier à Paris. La présidente de l’association, Pamella Geller a été évacuée d’urgence. Cette exposition avait provoqué la colère de nombreux musulmans qui jugent ces dessins blasphématoires. «Ce sont seulement des caricatures, ça suffit» avait répondu Pamela Geller à ses détracteurs. Le monde musulman doit arrêter d’imposer sa sauvagerie sur le monde non-musulman et laïc. C’est l’heure de se tenir debout».

«Mauvais goût»

En annonçant le concours en février, elle avait évoqué l’attentat contre les locaux de Charlie Hebdo à Paris en janvier et déploré que des musées français aient retiré des œuvres sujettes à controverse. «C’est ainsi que la France répond au massacre des djihadistes à Charlie Hebdo? Honteux». L’installation de l’artiste Zoulikah Bouabdellah intitulé «Escarpin sur tapis de prière» avait notamment été retirée à la demande de son auteur, à Clichy-la Garenne, dans les Hauts-de-Seine, avant d’être réexposée.

L’exposition et le concours se tenaient au Curtis Culwell Center à Garland (Texas) dans la banlieue de Dallas où avait été organisée en février une conférence intitulée «Stand with the prophet» destinée selon ses organisateurs à combattre l’islamophobie.

La directrice exécutive de la branche texane du Council on American-islamic relations (Cair), Alia Salem avait estimé que le concours de caricature de Mahomet ne visait qu’à mettre de l’huile sur le feu. «C’est de bien mauvais goût. C’est une tentative éhontée de faire réagir la communauté».

 

Source : lefigaro.fr

Commentaires