Geert Wilders : « Moins de marocains au Pays-Bas »

Geert Wilders : « Moins de marocains au Pays-Bas »

330
0
PARTAGER

« C’est en conflit avec les valeurs partagées par les Pays-Bas et les Etats-Unis », a déclaré Timothy Broas, cité par l’agence de presse néerlandaise ANP.

Geert Wilders doit faire face à une vague de critiques sans précédents ainsi que de défections au sein de son parti depuis ces déclarations.

Le soir du 19 mars, à la suite d’élections municipales, Geert Wilders avait harangué ses partisans, leur demandant s’ils voulaient « plus ou moins de Marocains dans votre ville et aux Pays-Bas ».

« Moins ! Moins ! Moins ! », ont scandé les partisans, ce à quoi Geert Wilders a répondu : « nous allons nous en charger ».

Le PVV se présentait dans deux villes des Pays-Bas : il a terminé premier à Almere, et deuxième à La Haye, où siège le gouvernement.

Les commentaires de l’ambassadeur Broas ont été qualifié de « significatifs » par l’ANP car « les ambassadeurs ne commentent pas souvent les événements et les développements dans leurs pays hôtes ».

M. Broas, qui a joué un rôle dans la campagne électorale de Barack Obama, a pris ses fonctions il y a une semaine à La Haye après que sa nomination eut été retardée pour une inculpation pour conduite en état d’ivresse présumée.

Quelques jours après ces déclarations, M. Wilders a assuré n’avoir « jamais dit que tous les Marocains devaient quitter le pays », mais « seulement les criminels et ceux qui veulent partir ».

Des centaines de plaintes ont été déposées contre Wilders depuis le 19 mars. Il a été à maintes fois comparé à Adolf Hitler lors des derniers jours dans les médias et sur les réseaux sociaux.

La Française Marine Le Pen, qui s’est alliée au parti de M. Wilders pour les élections européennes de mai, n’a quant à elle pas encore réagi à ces déclarations.

Geert Wilders avait été acquitté en 2011 après avoir été poursuivi pour incitation à la haine.

Les juges avaient estimé que le député ne pouvait pas être condamné car ses critiques étaient dirigées contre l’Islam, une religion, et non contre un groupe ethnique.

Connu pour ses formules incendiaires, Geert Wilders a par le passé comparé le Coran au Mein Kampf d’Adolf Hitler et qualifié l’Islam de religion fasciste.

 

 

 

Actu-maroc.com

Commentaires