Gestion durable des terres: nouvelle approche de mitigation de la désertification dans...

Gestion durable des terres: nouvelle approche de mitigation de la désertification dans les Hauts plateaux de l’Oriental

173
0
PARTAGER

-Par Lqadey Azedine-

La dégradation redoutable des écosystèmes pastoraux avec ses retombées socioéconomiques néfastes est le résultat d’une exploitation opportuniste à court terme des ressources pastorales, couplée à des statuts complexes et traditionnels des droits de propriétés et d’utilisation des terres.

Ces causes sont amplifiées par la récurrence des sécheresses prolongées, qui ne manquent pas seulement d’affecter sérieusement la production végétale, mais qui pourraient en plus miner les efforts de développement durable en dehors d’une gestion alternative prônée à la limite des équilibres, intrinsèquement précaires, des écosystèmes pastoraux arides et semi-arides.

Les descripteurs des processus de désertification, évalués par une étude récente menée par la Direction régionale des Eaux et Forêts et de la Lutte contre la Désertification de l’Oriental, démontrent une « régression dramatique », au cours des 25 dernières années, des peuplements à alfa en bonne vigueur de 40 pc et des parcours à armoise blanche de plus de 60 pc contribuant à amplifier l’impact des mécanismes d’érosions hydrique et éolienne correspondants à une perte moyenne annuelle en sols de 3 millions de tonnes et à l’extension des sites d’accumulation des dunes de sables.

Parallèlement, le système d’élevage sur parcours a évolué vers la quasi-sédentarisation (moins de mobilité) et une alimentation basée sur plus de suppléments entraînant le maintien d’un effectif surélevé de troupeau dépassant la tolérance des écosystèmes naturels de plus de 200 pc.

En conséquence, les manifestations de la désertification sont suffisamment alarmantes pour qu’elles soient identifiées en tant que contraintes majeures au développement économique et à la réduction de la pauvreté dans cette zone.

A cet égard, souligne la direction régionale, l’adoption des principes et des procédures de la Gestion Durable des Terres (GDT) dans les stratégies et les programmes de développement et de LCD dans les Hauts plateaux de l’Oriental est reconnue comme prioritaire et urgente.

Cette approche combinera les activités institutionnelles et techniques pour lever les obstacles critiques liés à la gestion des terres collectives appuyée par la promotion des opportunités d’investissements fournissant des avantages environnementaux et économiques.

Sa mise en Âœuvre requiert, en parallèle, la construction de partenariats avec les bénéficiaires locaux dont le bien-être dépend de la gestion et la conservation durable des ressources naturelles, relève la même source.

Un autre impératif concerne l’amélioration de la coordination entre les différents intervenants afin d’assurer la synergie et la convergence des investissements dans le cadre des programmes d’actions visant simultanément la lutte contre la désertification et la réduction de la pauvreté dans cette zone.

La région des Hauts Plateaux de l’Oriental, située approximativement à une altitude de 1000 à 1400m, s’étend sur les territoires des provinces de Figuig, Jerada et Taourirt sur une superficie de 3,68 millions hectares dont 64 pc de statut collectif.

Elle compte parmi les zones pastorales les plus importantes au Maroc. De part son potentiel de végétation naturelle et pérenne elle offre une complémentarité écologique permettant l’exercice de l’élevage extensif d’un effectif de 1.300.000 têtes d’ovins et quelques 184.000 têtes de caprins.

___________________

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

 

 

 

 

 

Commentaires