L’ÉQUIPE DE BENKIRANE : 100 JOURS POUR CONVAINCRE

L’ÉQUIPE DE BENKIRANE : 100 JOURS POUR CONVAINCRE

343
0
PARTAGER

La première concerne en toute légitimité son homogénéité qui reste à prouver après des tractations de longue haleine qui ont révélé au final plusieurs surprises en raison du refus royal opposé à certaines candidatures ,ce qui a nécessité plusieurs retouches et créé l’embarras à des degrés divers au sein des partis membres de cette coalition emmenée par les islamistes.

Si l’on excepte les ministères de souveraineté, l’équipe de Benkirane doit se doter au plus tôt d’un programme gouvernemental et pour parer au plus urgent, d’une loi de finances laissée en suspens et en lourd héritage par le précédent exécutif. Et pour sa période traditionnelle de grâce de 100 jours, le nouveau gouvernement doit, conformément à ses promesses électorales, envoyer des signaux forts aux électeurs impatients de voir le nouveau gouvernement rompre avec les méthodes du passé. Or celui-ci sera jugé sur ces performances en matière de réalisations sociales comme la lutte contre le chômage et la précarité, ce qui ne semble guère évident par les temps qui courent en raison de l’insuffisance de moyens disponibles. Le tableau de bord économique étant obstrué par des incertitudes liées au sombre contexte international ne pourra que compromettre davantage la réalisation des objectifs fixés. La disparité de l’équipe gouvernementale ne sera pas pour faciliter la tâche à un gouvernement sur lequel veillera, si l’on en juge par plusieurs signes tangibles, un gouvernement de l’ombre au sein du cabinet royal qui s’est renforcé ces derniers temps par de grosses pointures adoptés comme conseillers royaux.

A l’évidence et tel que l’on connait le personnage maintenant, le premier ministre Abdelilah Benkirane surfera sur sa vague de popularité qui l’a porté à la primature en prenant des mesures à forte portée symbolique comme dans le domaine des libertés pour marquer de son empreinte sa prise de fonction mais avec un souci majeur : une opposition farouche au parlement qui va lui mener la vie dure dans l’hémicycle bien qu’il ait tenté une approche pacifiée avec elle, d’autant plus qu’un rapprochement sous forme de groupe se dessine entre le RNI et le PAM.

Après des semaines d’attente pour sa formation, le gouvernement dirigé par l’islamiste Benkirane  risque de voir sa capitale confiance épuisée rapidement par son manque d’expérience et par sa nature composite. Mais il faut lui accorder ses 100 jours de grâce.

Jalil Nouri pour actu-maroc.com __________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires