Grande-Bretagne: 12 arrestations dans le cadre d’une opération anti-terroriste

Grande-Bretagne: 12 arrestations dans le cadre d’une opération anti-terroriste

331
0
PARTAGER

Les hommes, âgés de 17 à 28 ans, ont été interpellés au petit matin (5HOO GMT) « par des policiers non armés » à Londres, Cardiff, Stoke et Birmingham (centre). Ils sont soupçonnés de préparation d’acte terroriste, a précisé la police dans un communiqué. Leurs domiciles et une autre résidence ont été fouillés par la police lundi matin.

Plusieurs unités anti-terroristes, dont celle de Scotland Yard, ont participé à ce coup de filet coordonné par la police de Birmingham.
« L’opération en est à ses débuts et nous ne pouvons entrer dans les détails sur les chefs d’inculpation », a précisé le chef de l’anti-terrorisme britannique John Yates, « mais je pense qu’il fallait agir pour garantir la sécurité du public ».
Le Royaume-Uni a rehaussé au début de l’année d’un cran son niveau d’alerte terroriste, qui est passé d' »important » à « grave », signifiant qu’un attentat est « très probable ».
C’était « une opération à grande échelle, planifiée sur la base de renseignements et incluant plusieurs forces », a expliqué M. Yates.
« Avec le niveau actuel d’alerte en Grande-Bretagne et les informations dont nous disposions, je pense que les arrestations menées aujourd’hui étaient absolument nécessaires pour assurer la sécurité du public », a-t-il insisté.

D’après des médias britanniques, ces hommes auraient été arrêtés en raison de craintes qu’ils soient liés à la préparation d’un attentat à la bombe inspiré par Al Qaïda. D’après ces mêmes sources, ils étaient surveillés depuis des mois par la police et les services de renseignements du MI5. Les cinq hommes arrêtés à Cardiff seraient originaires du Bengladesh.

Même si, selon les premières informations disponibles, elles seraient apparemment sans lien, ces arrestations interviennent une dizaine de jours après la tentative d’attentat suicide perpétré le 11 décembre à Stockholm par un Suédois originaire du Moyen-Orient habitant près de Londres.
Taimour Abdulwahab vivait à Luton près de Londres, avec sa femme et ses trois enfants. Il aurait apparemment basculé dans l’islamisme radical lors de son séjour en Angleterre.
A la suite de cette affaire, le Premier ministre David Cameron avait reconnu que son pays n’avait pas assez lutté pour contrer l’extrémisme islamiste sur son sol.

En juillet 2005, Londres avait été la cible de plusieurs attentats terroristes perpétrés simultanément dans trois métros et un bus. Ces attentats avaient fait 52 morts, sans compter les quatre kamikazes, tous de nationalité britannique.

De son côté, l’organisation policière internationale Interpol a annoncé jeudi avoir reçu des informations de son bureau de Bagdad sur de « possibles menaces » d’attentats d’Al-Qaïda aux Etats-Unis et en Europe.

A Washington, la secrétaire américaine à la Sécurité intérieure, Janet Napolitano, a déclaré lundi sur la chaîne ABC News: « Pour autant que je sache, nous n’avons pas établi de lien quelconque entre ces arrestations et des menaces concernant les Etats-Unis ».

AFP

 

Commentaires