PARTAGER
Le nouveau ministre,en charge du département de la santé, Anas Doukkali, n’a pas attendu longtemps après son arrivée, pour mener une purge comme rarement ce ministère en a connu par le passé.
Plusieurs hauts responsables bien installés dans des postes stratégiques ont fait l’effet de cet assainissement, comme si le ministre Doukkali avait trouvé une liste toute prête laissée par son prédécesseur du même parti du PPS, Houssein El Ouardi qui, ironie du sort, avait été débarqué pour mauvaise gestion de certains dossiers sensibles. Si son successeur, Doukkali, a montré autant de célérité à changer l’organigramme, il ne l’aura pas fait pour mettre fin aux grèves à répétition.
A l’exception de la principale victime de cette opération de nettoyage, Omar Bouazza, directeur des médicaments et de la pharmacie qui a cumulé 10 ans à la tête de ce département dont le limogeage en a surpris plus d’un, les autres cas n’ont pas suscité de regrets car sur la sellette de longue date, comme la directrice de l’Institut Pasteur, soupçonnée de malversations dans le cadre d’un gros marché de vaccins.
Plus surprenant encore, le ministre Doukkali compte donner un autre coup de poing sur la table et allonger la liste des cadres limogés en s’attaquer aux directeurs d’hôpitaux pour battre un autre record.
Par Jalil Nouri
Actu-maroc.com

Commentaires