PARTAGER

Cette fois-ci pourrait être la bonne et l’espoir est grand de voir le roi Mohammed VI mener une mission de bons offices officielle dans la crise du Golfe opposant le Qatar à l’Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis et le Bahreïn, une crise qui dure depuis six longs mois face à laquelle toutes les médiations menées ont échoué. Ayant choisi une position de « neutralité constructive » dans ce différend provoqué par des accusations de soutien au terrorisme de la part du Qatar, le Maroc s’est toujours abstenu de défendre une partie contre l’autre, mais les récents développements dans la région plaident pour une réconciliation.

L’Arabie Saoudite qui mène la coalition arabe au Yémen contre les chiites Houthis, est en plein bras de fer ouvert avec l’Iran qui les soutient avec des missiles envoyés dans le ciel saoudien, a plus que jamais besoin de l’appui de tous les pays du Conseil du Golfe et ne peut plus se permettre d’en avoir un, comme le Qatar, sur le dos en ces temps difficiles pour elle, sur les plans internes et externes. Le fait que le roi Mohammed VI a commencé sa visite dans le Golfe par les Émirats est bon signe, ce pays pouvant influer sur le fléchissement de la position de Ryad alors que le roi Mohammed VI pourrait pousser le chef de l’état du Qatar, avec qui il entretient des relations privilégiées à arrondir les angles en vue d’une éventuelle normalisation.

Par Jalil Nouri

 

Actu-maroc.com

Commentaires