Grèce: une fête nationale sous le signe de l’austérité

Grèce: une fête nationale sous le signe de l’austérité

173
0
PARTAGER

La fête de l’indépendance grecque aura rarement connu atmosphère aussi lourde. Survolé par un hélicoptère toute la matinée, le centre de la capitale était complètement quadrillé par les forces de l’ordre. Circulation bloquée, barrages policiers aux quatre coins de la place Syntagma, la grande place qui s’étend au pied du Parlement.

C’est là, devant la tombe du soldat inconnu, que se déroule la cérémonie. Mais pour l’apercevoir et approcher la tribune officielle, il faut montrer patte blanche devant les nombreux contrôles : c’est-à-dire avoir une accréditation en bonne et due forme, délivrée seulement aux journalistes. Et le public en civil que l’on voit sur les côtés est en réalité constitué des élèves de l’école de police nationale.

Objectif : aucun débordement, et surtout pas des attaques contre les représentants politiques. Sauf qu’un tel dispositif ne peut que susciter la colère. Face aux barrages policiers, des passants protestent. « Même Papadopoulos n’aurait pas fait ça », dit l’un d’eux, faisant référence au dictateur du régime des colonels. Un peu plus loin, sur l’avenue centrale Panepistimio, des passants pourront toutefois assister à un bout de défilé. Les militaires avancent à un rythme soutenu. Pas question de faire durer les festivités dans un pays qui n’est pas du tout à la fête.

rfi.fr ___________

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires