PARTAGER

Alors que l’on croyait que la hache de guerre avait été enterrée entre le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane et son ministre de l’agriculture qui l’a dépossédé en vertu d’un article de la prochaine loi de finances, de la supervision et du rôle d’ordonnateur du Fonds de Développement du Monde Rural d’un montant de 50 milliards de dirhams, l’affaire est entrain de prendre une autre tournure plus préoccupante pour créer un grand malaise au sein de la coalition gouvernementale.

Poussés par qui l’on devine, les députés du PJD, le parti islamiste dirigé par le premier ministre ont décidé après l’ordre donné, de demander au parlement la création d’une commission d’enquête pour examiner de près la manière dont est géré ce département, une demande jamais exprimée pour d’autres ministères sur lesquels planent des soupçons de mauvaise gouvernance autrement plus de notoriété publique. Le procédé ne peut cacher son objectif qui est de pousser le ministre à démissionner.

Or Aziz Akhenouch est un symbole, car il est très proche du roi à l’origine de sa nomination et de son maintien pour un deuxième mandat au gouvernement, sans parler de statut de milliardaire qui sacrifie ses affaires pour travailler sans rémunération et de surcroît prenant en charge les frais de fonctionnement de son cabinet. Le premier ministre ne pouvant le démettre de ses fonctions au risque de s’attirer une colère royale, ses députés se chargeront donc, avec l’affront qu’ils vont lui faire, de le pousser à démissionner pour que leur leader puisse enfin laver son honneur.

Par Jalil Nouri

Commentaires