PARTAGER

Abdelilah Benkirane tient à son poste de secrétaire général au sein de sa formation du PJD et compte le garder, quitte à changer les règlements intérieurs puisqu’il a déjà consommé deux mandats et ne peut espérer un troisième et quitte à flinguer à tout va ses adversaires potentiels qui pourraient lui faire de l’ombre dans sa folle et ambitieuse course.

L’ancien chef du gouvernement n’a toujours pas digéré son éviction de la primature et compte bien y revenir dans un jour proche à condition qu’il reste numéro 1 de son parti en réunissant un maximum de partisans autour de sa candidature dans la perspective de la tenue du prochain congrès prévu pour le mois de décembre prochain qui constituera un grand tournant dans la vie de ce parti ballotté aujourd’hui entre l’actuel secrétaire général, Benkirane, et le candidat à sa succession le mieux placé, l’actuel chef de gouvernement, Saad Eddine El Othmani. Le premier a déjà engagé le bras de fer en faisant appel à ses troupes pour nuire au second et à sa garde rapprochée au sein du gouvernement, contre lesquels Benkirane mène une guéguerre inlassable comme le montre le cas du ministre des droits de l’homme, Mustapha Ramid. Une rumeur alimentée par les hommes de Benkirane lui impute une lettre de démission pour désaccord avec le palais et le chef du gouvernement El Othmani sur la gestion de la crise du Rif, mais aux dernières nouvelles, Le ministre en question n’aurait jamais déposé de lettre de démission. Il faut savoir que Ramid est contre le maintien de Benkirane à la tête du parti et reste prêt à soutenir El Othmani.

Commentaires