Haïti : le jeune homme qui accuse des casques bleus de viol...

Haïti : le jeune homme qui accuse des casques bleus de viol témoigne pour la première fois

207
0
PARTAGER

Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

Devant le parterre de journalistes, Johnny Jean n’a murmuré que quelques mots. Entouré de ses parents et de son frère, il a tenu à exprimer son malaise et les circonstances de son agression dont la vidéo, filmée par un des casques bleus grâce à son téléphone portable, avait circulé en Haïti et sur internet :

« Ils m’ont emmené, ils étaient quatre. L’un m’a maintenu au sol, un autre filmait et les deux autres m’ont violé. Je suis né à Port-Salut mais, à cause de tout ça, mes parents et moi on ne peut plus y vivre. Aujourd’hui on est dans la maison de mon frère. J’aimerais obtenir justice pour moi, pour tous les Haïtiens ».

A la suite de l’accusation, les soldats ont été renvoyés en Uruguay mais placés en liberté conditionnelle par le juge qui affirme ne pas avoir de nouvelles de Johnny Jean. Edwin Marger, l’un des avocats du jeune homme dénonce pour sa part le mutisme des autorités uruguayennes.

« J’ai écrit au ministre de la Défense et au président uruguayen, Quoi que l’on fasse, ils ne répondent pas. Et ensuite, ils déclarent qu’ils ne peuvent trouver Johnny Jean : c’est ridicule. Il est prêt à se rendre en Uruguay. Tout se dont Johnny a besoin est qu’ils paient son transport et lui fournissent un visa », dit-il.

Johnny Jean s’est fait faire un passeport, il veut être entendu par le juge à Montevideo. Sa famille en appelle désormais au président haïtien Michel Martelly pour qu’il facilite les échanges avec l’Uruguay.

 

rfi.fr_____________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires