PARTAGER
C’est de la plume du journaliste Rachid Niny que  l’on aura appris la braie raison de l’aggravation de l’état de santé de l’ancien leader de l’Istiqlal, Mhammed Boucetta, et qui aura conduit à sa mort le week-end dernier à son domicile de Rabat.
Certes, l’homme était âgé, 92 ans et très affaibli depuis sa dernière hospitalisation au cours de laquelle il avait reçu la visite du roi Mohammed VI. De retour chez lui, en pleine convalescence et alors qu’il allait mieux, le vieux leader politique a accepté de recevoir une délégation de son parti conduite par son chef actuel, Hamid Chabat. Ce dernier, qui avait créé un incident diplomatique au Maroc avec le voisin mauritanien et qui avait été remis en place par le ministère des affaires étrangères avait insisté pendant une longue conversation, fatigante et irritante pour son hôte fatigué, pour que leur parti de l’Istiqlal, réponde à ce communiqué par un autre, très virulent, pour expliquer que l’Istiqlal n’avait pas de leçons à recevoir.
Selon le journaliste qui raconte dans les détails de cette dernière implication de l’ancien chef de la formation, M’hammed Boucetta, dans la vie politique pour raisonner Hamid Chabat, le vieil homme aurait eu du mal à respirer, une fois la délégation partie. Il serait alors sorti dans le jardin de sa villa et c’est là qu’il aurait pris ce coup de froid fatal qui allait l’emporter. Hamid Chabat n’a pas fini de défrayer la chronique déjà riche en scandales de toutes sortes.

Commentaires