PARTAGER

Il n’y a que les naïfs pour avoir cru que le chef de l’Istiqlal et maire défait de Fez allait démissionner de toutes ses fonctions comme il avait promis de le faire en cas de défaite de son parti aux élections communales et régionales de la semaine dernière.

C’est mal connaître cet homme qui refuse d’être enterré aussi facilement car non seulement il refuse de reconnaître la défaite de son parti, mais de plus, il promet de gagner les législatives de l’an prochain et porter le costume de premier ministre tel qu’il s’imagine déjà. En attendant la colère gronde au sein de son parti et les appels à son départ se succèdent alors que des candidats à sa succession se font connaitre.

Parmi eux, le fils du fondateur du parti Abdelouahad El Fassi déjà recalé au dernier congrès face au même Chabat ainsi que le grand pilier du parti dans les provinces du sud, Ould Rachid, qui tous deux, mobilisent à tour de bras et à travers toutes les sections régionales de leur formation sur l’ensemble du territoire pour la tenue d’un congrès extraordinaire destiné à tourner définitivement la page de l’ère Chabat.

Par Jalil Nouri

Commentaires