HAMID CHABAT : UN NOUVEAU CHEF POUR L’ISTIQLAL.

HAMID CHABAT : UN NOUVEAU CHEF POUR L’ISTIQLAL.

353
0
PARTAGER

 

Opposé à Abdelouahad El Fassi dans cette course folle, le préféré du secrétaire général sortant Abbes El Fassi, Hamid Chabat prend en quelque sorte sa revanche sur les notables qui ont toujours barré la route à ceux qui ne font pas partie de ce cénacle . Après avoir fait main basse sur le syndicat proche de l’Istiqlal, l’UGTM, et d’en avoir fait un instrument de pression pour différentes causes , dont certaines pas nobles du tout, Chabat, par ailleurs député et maire de la ville de Fès a connu une ascension fulgurante depuis l’année 90, quand il avait les plus graves manifestations et grèves que la ville de Fès a vécu tout le long de son histoire. Originaire de Taza et à bientot 60 ans, ce simple technicien d’un atelier de constructions de motocyclettes est un jusqu’au boutiste dès lors que ses intérêts et ceux de ses proches sont en danger. Recourant à des méthodes peu avouables s’apparentant à ceux des bandes maffieuses, l’homme fait preuve d’un sens de la provocation et reste un orateur hors-pair pour haranguer les foules et les faire sortir dans la rue. Très souvent violent verbalement envers ses adversaires, il use à souhait de la diffamation et de l’insulte pour critiquer ceux qui lui sont hostiles.

Très sollicité par les médias arabophones qui trouvent en lui un sujet vendeur, mis à la une dans des faits divers comme le scandale de trafic et usage de drogue dure dans lequel est impliqué l’un de ses fils, accusé de s’être enrichi illicitement sur le dos e la ville et du syndicat qu’il dirige, celà ne l’a pas empêché de s’imposer à la tête de son vieux parti avec une petite avance de 20 voix seulement sur son concurrent qui, il faut dire, n »a pas un été un exemple de hargne et de pugnacité devant un adversaire aussi hargneux et fonceur. Chabat avait, avant le vote décisif, fait un road-show à travers le pays au cours duquel il s’est montré persuasif et mobilisateur autour de sa candidature.

Si après cette élection, le parti de l’Istiqlal a pu éviter in extrémis, l’éclatement que d’aucuns lui prédisaient, il faudra suivre attentivement les développements futurs avec un homme peu habitué à partager les responsabilités, peu enclin aux démarches consensuelles et prêt à dégainer à n’importe quel moment. Les journaux qui le sollicitent continuellement ont encore avec le nouveau secrétaire général de l’Istiqlal l’assurance d’ avoir de la matière pour remplir leurs pages.

Jalil Nouri pour Actu-maroc.com ________________________

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires