PARTAGER

Ne nourrissant pas de grandes ambitions pour l’équipe nationale de football, le coach français Hervé Renard montre bien qu’il se contente de victoire faciles. Tel a été le cas contre le Burkina Faso, une équipe privée de ses stars,  vendredi dernier en match amical et tel sera certainement le cas, mardi prochain contre la Tunisie, avec une formation remaniée une énième fois.

Après avoir crié haut et fort son refus d’incorporer les joueurs locaux, puis ensuite ceux évoluant dans les pays du Golfe, le « gourou » français qui semble de plus en plus avoir la tête ailleurs, se contente d’essayer élément sur élément, tactique sur tactique, en donnant l’impression également de continuer à se chercher et à chercher les vraies voies du succès. Ainsi et entre deux polémiques avec les médias nationaux ou les membres de la fédération avec qui il est entré en guerre, et après deux années de prise en charge du destin de l’équipe nationale pour la mener au prochain « Mondial », Hervé renard qui n’a de comptes à rendre qu’à lui-même, commence à irriter sérieusement le président de la fédération, Faouzi Lakjâa qui, tout en se montrant patient, commence à manifester une certaine exaspération face à un faiseur de miracles qui ne l’a guère convaincu. L’heure du départ du français ne tient plus à grand chose pour sonner définitivement.

 

 

Commentaires