PARTAGER
La dernière déclaration sur le Maroc de la candidate à l’élection présidentielle américaine, Hillary Clinton, dans laquelle elle se disait favorable à un deuxième mandat pour le leader des islamistes du PJD, Abdelilah Benkirane, à la tête du gouvernement, continue de faire couler beaucoup d’encre et promet une énième bataille au parlement  entre ce dernier et des partis de l’opposition comme l’USFP, une formation en première ligne qui demande un débat sur cette question.
Les socialistes estiment qu’il s’agit d’un appui à la politique menée par les islamistes dans le pays mais surtout une ingérence flagrante dans la vie politique marocaine et une atteinte à sa souveraineté, le tout dit dans des propos modérés.
Le chef des socialistes, Driss Lachgar exige suite à cette déclaration, que le gouvernement marocain adresse une vive protestation à l’ancienne première dame des États-Unis pour qu’elle s’excuse de son dépassement auprès des marocains et des partis politiques nationaux et pour lui demander de ne plus dicter ses choix aux électeurs marocains qui n’auraient prêté aucune attention à sa déclaration si les partis de l’opposition n’avait pas décidé d’en faire une affaire d’état bien que la candidate démocrate à l’élection présidentielle américaine nourrisse depuis toujours; de profonds sentiments à l’égard du royaume. Quant à savoir le pourquoi du comment de cette déclaration qui a mis le feu aux poudres; »That is the Question ».
Par Jalil Nouri

Commentaires