Hommage à Casablanca au poète Driss Elmaliani

Hommage à Casablanca au poète Driss Elmaliani

207
0
PARTAGER

A l’ouverture de cette rencontre-hommage, initiée par le  »Salon littéraire marocain », l’écrivain et critique Noureddine Sadouk a précisé que les poèmes d’Elmaliani ont suscité par leurs tonalités lyriques et leurs métaphores de nombreuses interprétations et approches analytiques.

« Dans la plupart de ses pérégrinations poétiques, Elmaliani invite les admirateurs du verbe à une embarcation musicale au cÂœur d’une universelle où les images convergent vers l’amour et la tolérance », a-t-il noté, soutenant qu’Elmaliani est parmi les rares poètes qui ont travaillé « difficilement la langue poétique pour la rendre facile et disponible à tous ».

De son côté, Elmaliani est revenu sur les différents cheminements de sa vocation où la poésie est perçu comme un voyage sempiternellement renouvelé dans l’univers de la création, tant au Maghreb qu’au Machrek, sachant que le poète a passé une bonne partie de sa jeunesse (les années 60) dans les universités de Damas.

Parti à Moscou à la découverte des différentes écoles de créativité orientale, le poète s’est forgé, au fil des années, une identité poétique propre, au sein de laquelle il va dénoncer la cruauté et la haine et célébrer la pureté et l’amour au sens humaniste le plus élevé du terme.

Dans la plupart de ces poèmes, Elmaliani, titulaire du Prix du Maroc du livre en 2001, (la plus haute distinction littéraire au Maroc), chante les valeurs de la sérénité, de l’amour et de la fraternité entre les peuples.

« La poésie est finalement l’expérience de notre propre image, celle que l’on se fait du monde », a-t-il dit, lors de cette renontre ponctuée d’un récital de certains de ses poèmes.

Commentaires