PARTAGER
La réussite d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle en France et celle du parti qu’il a créé il y a tout juste un an, « La République en Marche », a ouvert le chemin de la députation à huit candidats de parents marocains qui feront partie des nouveaux visages de l’Assemblée Nationale dans le cadre d’un rajeunissement et d’une mixité sociale voulue par le nouveau locataire de l’Élysée, qui, décidément, ne fait jamais les choses à moitié.
Certains de ces élus se sont même permis le luxe de battre des hommes et femmes politiques chevronnés, de droite comme de gauche, dans des circonscriptions considérés comme infranchissables. Pourtant, le miracle, à l’image de celui qui les a encouragés, s’est produit de la meilleure des manières avec des scores impressionnants.
L’entrée des huit nouveaux élus à l’Assemblée Nationale ouvre une nouvelle page de la représentation populaire avec une génération qui fera souffler un vent de changement et de mixité sociale avec des idées et des discours d’une grande fraîcheur.
Peu habitués à la rhétorique de la politique politicienne, les élus nouvellement affublés du titre de député partagent tous un point commun, puisqu’ils sont issus de familles modestes et doivent leur ascension sociale à la force de leur poignet, un mérite d’autant plus grand du fait qu’ils n’ont jamais renier leurs origines ni couper le lien ombilical avec le pays de leurs parents.
Par Jalil Nouri

Commentaires