PARTAGER

Une nouvelle période de tension et de méfiance réciproque s’annonce entre l »ong américaine « Himan Rights Watch » et le Maroc suite à la publication du dernier rapport de cette puissante organisation sur la situation des droits de l’homme dans le royaume, rapport qui a fortement déplu au gouvernement marocain qui estime a pris pour habitude de caricaturer et dénaturer les avancées réelles du royaume dans ce domaine en mettant en doute l’impartialité de ses enquêteurs.

Il est vrai que diagnostic après diagnostic annuel et visite après visite de ses experts l’ong ne gratifie le Maroc d’aucune appréciation positive sur sa politique des droits de l’homme et trouve beaucoup à redire sur toutes les mesures prises en ce sens pour ne s’intéresser qu’à des cas isolés, signe d’un parti pris et de jugements préétablis de la part de ses experts qui ont tendance à n’entendre et voir que ce qu’ils veulent bien entendre et voir en matière de violation des droits humains.

une autre affaire sous-jacente à ses rapports tendus entre les deux parties est perçue par les autorités marocaines comme une double provocation de la part de l’ong qui n’est plus en odeur de sainteté à Rabat, à savoir que le prince rebelle Moulay Hicham, cousin du roi Mohammed VI siège dans le comité directeur de « Human Rights Watch » ce qui fait peser sur lui des soupçons de téléguidage de « HRW »d’autant plus qu’il a réussi à y faire nommer son protégé et plume, Ahmed TRéda Benchemsi », qui s’est découvert en le côtoyant un fervent adversaire du régime marocain, comme responsable de la communication de l’Ong pour la zone Moyen-Orient et Afrique du Nord.

Par Jalil Nouri

Commentaires