PARTAGER
Tout concorde au sein du parti de l’Istiqlal pour n’accorder aucun répit à son chef Hamid Chabat jusqu’à la tenue du prochain congrès avant l’été prochain pour l’en débouter avec pertes et fracas, s’il ne démissionne pas de ses fonctions avant cette date; ce qui sonne comme un ultimatum Chaque jour, le camp de ses adversaires se gonfle de nouveaux arrivants parmi lesquels des anciens soutiens de taille comme les notables Ould Rachid pour les provinces sahariennes ou encore d’autres dans les régions du Souss et du nord du pays.
Le représentant du parti au Sahara a convoqué chez lui à Rabat, tout ce que le parti compte comme adversaires et critiques de Chabat pour s’entendre sur une stratégie visant à le destituer et nommer un secrétaire général par intérim.
Au parlement, c’est quasiment la moitié des députés de cette formation qui ont déclaré leur refus de voir le secrétaire général continuer à diriger le parti en l’état actuel des choses. Le concerné, lui, se maintient contre vents et marées et poursuit sa purge en démettant à tour de bras des pontes du parti comme les Hjira, Baddou ou encore Ghellab en attendant que la liste s’allonge.
Le parti vit ainsi les pires heures de son histoire après des résultats décevants dans toutes les dernières élections. Le successeur et sauveur aura la tâche bien difficile pour redresser la barre et mettre la formation historique sur les rails

Commentaires