PARTAGER
Pas moins de 54 élèves ont été pris subitement de malaises et de convulsions jeudi dernier dans lycée de la région de Fqih Ben Salah sans que l’on sache jusqu’à présent les circonstances exactes de cette « épidémie » qui a crée une véritable panique dans tous les établissements scolaires de la région.
Transportés à l’hôpital régional dans un concert de klaxons d’ambulance, les élèves ont été pris en charge par le corps médical qui leur a injecté des piqures de sédatif et mis sous oxygène, alors que les rumeurs les plus folles commençaient à circuler parmi les familles comme l’absorption d’une drogue mortelle alors qu’une autre moins inquiétante parlait d’une intoxication alimentaire qui n’a épargné personne, mais la vérité était ailleurs. Une dernière voulait enfin que tous les établissements scolaires étaient menacés par le même phénomène orchestré par des esprits, « jnouns ». Ce jeudi noir a fini par alerter tout ce que la région compte comme sécuritaires, médecins et même des exorcistes.
Il s’agissait en réalité d’une vraie crise d’hystérie collective, selon les médecins de la région, qui, dans leur diagnostic, ont établi qu’il s’agissait d’un phénomène impossible à expliquer mais qui peut faire courir un grand danger en contaminant d’autres écoles et collèges, un phénomène peu fréquent mais dont on trouve des cas similaires dans plusieurs pays sans que la science ne trouve les raisons de ces tremblements, ces convulsions jusqu’à se rouler par terre chez des élèves que rien ne lie à part le lieu de scolarité où ils se trouvent.

Commentaires