PARTAGER
Il s’agit d’un cas unique dans les annales judiciaires et donnera à réfléchir à tous ceux qui seraient tentés de raser le crane de leur épouse quelque soit le motif invoqué, après qu’un tribunal de la petite ville de Ben Ahmed dans la région de la Chaouia près de Settat ait eu à se pencher sur un cas qui fera  jurisprudence.L’affaire révèle des abus devenus courants.
Un agent d’autorité s’est servi de son pouvoir et de sa forte corpulence pour corriger sa femme récalcitrante en l’immobilisant à terre et en lui rasant la tête entièrement au seul motif qu’elle lui avait refusé son accord pour qu’il puisse prendre une deuxième épouse, un accord devenu indispensable par la loi en vigueur, malgré toutes les pressions psychologiques exercées sur elle, mais en vain. La victime de cette colère s’est décidée à déposer plainte contre le mari autoritaire et violent devant le tribunal qui a jugé l’affaire rapidement en le condamnant à six mois de prison ferme et à une amende de 500 dirhams avec la certitude de perdre son emploi d’agent d’autorité pour avoir donné le mauvais exemple.
A un niveau plus inquiétant, la presse relate souvent ces derniers temps les cas d’agressions au visage de femmes à l’aide de rasoirs pour les défigurer de la part de leurs maris pour des refus similaires.
Les verdicts ont été plus lourds pour ces cas allant à plusieurs années de prison.

Commentaires