PARTAGER
Il n’y aura plus de voix critiquant Ilyas El Omari au sein du PAM dont ce dernier avait pourtant démissionné, une décision qui allait s’avérer un simple écran de fumée pour cacher des erreurs politiques. Les démissions de ses courageux adversaires, elles se succèdent, dangereusement, lui laissant le champs libre pour opérer un puissant come-back qui lui donnerait toute la latitude pour diriger le PAM, comme bon lui semble.Le dernier départ de la présidente du conseil national du PAM, Fatima-Zohra Mansouri, est aux yeux de plusieurs observateurs, comme une catastrophe. Femme, première maire d’une grande ville, membre fondatrice du parti et symbole de la région de Marrakech et du Haouz, son départ est en effet un vrai coup dur pour cette formation qui a vu plusieurs cadres la quitter pour protester contre la main-mise d’Ilyas El Omari qu’il accusent de mener un nettoyage en sa faveur afin de placer des hommes et femmes sûrs soudés derrière lui, comme dans un clan, pour combler ses ambitions.
De ce fait, le PAM se retrouve dans une situation dangereuse qui l’éloigneraient des fondamentaux qui ont conduit à sa création et à sa montée en puissance. Ses problèmes actuels ne sont que les signes annonciateurs d’une refonte et d’une reprise en main hypothéquant ses chances de devenir le premier parti politique du pays.
Par Jalil Nouri
Actu-maroc.com
Tags : Informations marocaines, actualités, info, news, faits divers, Maroc, Rabat, Casablanca, Marrakech, Tanger, Fés, Agadir, Roi Mohamed VI, politique, PAM, Parti, Ilyas El Omari

Commentaires